Éduscol

Travaux académiques mutualisés (TraAM)

Introduction

Cette année, les TraAM comportaient deux thèmes : les outils pour une différenciation pédagogique efficace et acquisition, traitement et visualisation de données scientifiques au service de scénarios pédagogiques innovants. Vous trouverez ci-dessous, pour chacun d’eux, une rapide présentation, un accès aux scénarios construits et une synthèse pour vous aider à les mettre en œuvre dans vos classes.

Les outils pour une différenciation pédagogique efficace

« Aucun élève n’apprend de la même manière et au même rythme, mais tous doivent maîtriser les connaissances et les compétences du socle commun. Pour faire face à cet enjeu, il n’existe pas une "recette pédagogique" unique qui s’imposerait à tous les enseignants, pour tous les âges des élèves et quelle que soit la discipline enseignée. Derrière la notion de différenciation pédagogique se cache une multiplicité de pratiques et de dispositifs pertinents pour faire face à l’hétérogénéité dans les classes. La conférence de consensus a montré que certaines conditions sont indispensables pour que ces pratiques et ces dispositifs soient efficaces. »

Résumé de la conférence de consensus intitulée : « Différenciation pédagogique : comment adapter l’enseignement pour la réussite de tous les élèves ? » organisée par le Cnesco et l’IFÉ de Lyon (mars 2017).

L’outil numérique est-il un outil efficace dans la différenciation pédagogique ? Peut-il aider au diagnostic et être une aide à l’atteinte de ces objectifs ?

Page de présentation des scénarios proposés dans les académies

Synthèse

La démarche

Les trois académies ont mis en place des stratégies différentes pour atteindre les mêmes objectifs, montrant qu’il n’existe pas une recette pédagogique unique pour différencier. Cependant, on peut dégager des éléments communs aux trois stratégies :

  • conception d’un enseignement explicite qui permet de clarifier les attendus aussi bien pour le professeur que pour les élèves. Cette clarification permet aux élèves de saisir des normes scolaires qui ne sont pas nécessairement celles du milieu familial ;
  • évaluation des acquis des élèves ;
  • choix d’un mode de différenciation (action au niveau des contenus, des structures, des processus ou des productions) ;
  • choix d’un temps pour la différenciation (avant, pendant, après la séance de classe) ;
  • suivi de la progression par l’élève et le professeur (des évaluations formatives précèdent l’évaluation sommative, les résultats sont portés dans une grille de suivi) ;
  • souci de motiver l’élève par le choix des supports et des stratégies de travail ;
  • acceptation du principe d’éducabilité de tous les élèves ;
  • valorisation des expériences et des compétences personnelles de chaque élève.
  • Les outils numériques testés ont permis de faciliter l’évaluation des acquis, la mise en place de certains modes de différenciation (contenu, structure et processus notamment), de valoriser des compétences individuelles et de susciter davantage de motivation chez l’élève.

Les écueils à éviter

La différenciation pédagogique ne doit pas devenir une démarche stigmatisant certains élèves et différenciatrice. Il faut veiller à garder des objectifs d’apprentissage ambitieux pour les élèves les plus fragiles en jouant sur le niveau d’étayage. Il ne faut pas privilégier le « faire réussir » au « faire apprendre ». La différenciation doit concerner tous les élèves et pas seulement ceux en difficulté.

Bilan

Les succès de la différenciation pédagogique

Avantages pour le professeur :

  • sentiment d’une meilleure efficacité professionnelle ;
  • regard différent sur la classe et chaque élève – les élèves sont davantage observés pendant qu’ils travaillent pour essayer d’identifier les freins et les leviers ;
  • nouvelle forme de relation entre enseignants et élèves ;
  • clarification des objectifs à atteindre.

Avantages pour l’élève :

  • sentiment d’une meilleure efficacité au travail ;
  • meilleur investissement en classe ;
  • sentiment de progression ;
  • amélioration du niveau des élèves dans les savoirs, les savoir-faire et les attitudes en classe.

Les principales difficultés rencontrées

  • L’aspect chronophage du travail de préparation : une mutualisation des ressources créées par les enseignants est nécessaire.
  • La difficulté de concevoir une évaluation diagnostique pertinente et des ressources adaptées aux difficultés.
  • La mise en place d’une grille de suivi « gérable » et lisible pour l’élève et l’enseignant

Acquisition, traitement et visualisation de données scientifiques au service de scénarios pédagogiques innovants

Le développement du numérique permet de générer des données scientifiques brutes (data) qui doivent être traitées et interprétées pour nourrir la recherche. C’est souvent la synthèse produite par les scientifiques qui est proposée aux élèves pour servir la construction des investigations.

L’objectif des TraAM 2017-2018 était d’imaginer des scénarios pédagogiques permettant de sensibiliser nos élèves à l’un des éléments importants de notre discipline expérimentale : les données. Cela leur permet de comprendre comment les scientifiques peuvent faire des acquisitions, des traitements et des exploitations de données afin d’obtenir des savoirs, notamment grâce à l’utilisation du numérique. Le choix a été fait pour tous les TraAM d’utiliser des bases de données réelles et actuelles pour que les élèves puissent intégrer leurs travaux dans leur vie de tous les jours. De même, un scénario de l’académie de Créteil leur propose d’effectuer le travail d’un moteur de recherche pour mieux comprendre comment cet outil quotidien fonctionne.

La réflexion s’est portée sur trois axes principaux.

  • Acquisition des données : les outils scientifiques, numériques permettent de récolter des données brutes, parfois en grande quantité.
  • Traitement des données : les données brutes ne peuvent pas être directement utilisées, elles doivent subir des traitements qui peuvent être réalisés grâce à des outils numériques.
  • Visualisation des données : les données scientifiques doivent pouvoir être visualisées. Elles seront mises en forme à l’aide d’outils numériques spécifiques pour faciliter leur lecture et leur donner du sens.

Page de présentation des scénarios proposés dans les académies

Synthèse

Requis nécessaires

  • Disposer d’une banque de données brutes ou déjà prétraitées pour qu’elle soit utilisable par les élèves en fonction de leur niveau.
  • Avoir familiarisé les élèves aux outils de traitement des données (ou les guider avec des fiches techniques adaptées).
  • Disposer d’outils d’acquisition de données par les élèves (ExAO - Smartphone).

Pour une meilleure condition de mise en œuvre

  • Disposer de données prétraitées présentées aux élèves comme données scientifiques sur lesquelles ils auront un nouveau tri/traitement à effectuer.
  • Compréhension de l’établissement de la base de données.
  • L’acquisition des données peut être tournée vers la sensibilisation à la validité des données en fonction des conditions/outils d’acquisition.

Plus-values pédagogiques

  • Formation à l’utilisation des tableurs pour traiter, visualiser l’information.
  • Sensibilisation à l’acquisition des données scientifiques et à la validité de celles-ci.
  • L’utilisation de données scientifiques réelles est un vecteur de motivation pour les élèves.
  • Dimension scientifique et éducative (par rapport à l’utilisation de la donnée).

Moins-values pédagogiques et obstacles pédagogiques

  • Traitement mathématique fastidieux des données pour les élèves.
  • Certaines données sont difficilement exploitables par les élèves, d’où une perte de sens scientifique de l’activité.
  • Difficulté pour le professeur de se procurer les données brutes scientifiques (tous les TraAM indiquent l’origine de leurs banques de données).