Éduscol

Développement des pratiques pédagogiques en académie

Les projets 2014-2015

Huit académies ont été sélectionnées pour l'année 2014-2015. Vous trouverez sur cette page le résultat de leurs travaux, sous forme de scénarios pédagogiques, de tutoriels, mais aussi de productions d’élèves et de pistes de réflexions et d’analyse sur les changements que l’utilisation des outils numériques provoque dans les pratiques pédagogiques des enseignants. Ces huit académies ont répondu à l'appel à proposition 2014-2015 (PDF, environ 140 ko).

Thèmes retenus pour les TraAM 2014-2015

Les Travaux académiques mutualisés de langues vivantes, menés par des groupes interlangues, participent à une réflexion sur la plus-value du numérique dans l’enseignement des langues vivantes. Ces dernières années, un travail approfondi sur la compréhension de l’oral à l’aide du numérique a été effectué dans le cadre de ces groupes. Afin de compléter la réflexion sur les apports du numérique dans la pratique des différentes activités langagières, les TraAM de l’année 2014-2015 axeront leur réflexion sur l’amélioration de l’expression, et en particulier de l’expression écrite. Les groupes académiques étudieront et mettront en pratique les différents usages découlant d’outils tels que l’écriture collaborative, la production écrite partagée ou la trace écrite numérique. Ils fourniront également des pistes
afin de contribuer à la complexification de l’expression des élèves, indispensable pour un passage du niveau A2 aux niveaux supérieurs. Certaines pistes amorcées l’an dernier demandent à être poursuivies et approfondies. C’est le cas, en premier lieu, des tablettes tactiles. Celles-ci permettent, entre autres, une évolution de la trace écrite traditionnelle qui peut devenir une trace multimédia (écrite, audio et vidéo). Pour finir, les groupes pourront continuer à travailler sur l’élaboration de séquences pédagogiques utilisant le numérique dans le cadre des récents enseignements de spécialité : littérature étrangère en langue étrangère (LELE) et enseignement technologique en langue vivante (ETLV).

Le cahier des charges de fonctionnement des TraAM 2014-2015 (PDF, environ 80 ko).

Académie de Grenoble

(Inspectrice : Mme DURUPT – Référente : Laurence GILMANT)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail était composé de quatre enseignantes d’anglais dont trois qui travaillent dans le même collège, ainsi que d’enseignants d’espagnol, d’allemand et d’italien.
Les productions menées grâce aux travaux entrepris dans le cadre des TraAM rassemblent une trentaine de projets disponibles sur le portail interlangue académique ; ils permettent aux enseignants de prendre conscience des activités que l’on peut mettre en œuvre en cours de langues vivantes grâce à une grande variété d’outils numériques.


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

  • La complémentarité entre l’écrit et le papier.

Il est essentiel de garder une trace écrite du cheminement de la pensée de l’élève, pour pouvoir appréhender les difficultés de chacun ; l’écriture collaborative est en effet plurielle, puisqu’elle est le résultat du travail de plusieurs personnes ; il est cependant important d’identifier ce que chacun a apporté, pour pouvoir évaluer la part de chaque élève – cela permet d’apporter une remédiation efficace le cas échéant, ainsi que d’évaluer le travail de chacun.
Il est également intéressant de constater l’attitude des élèves : face à l’écran, ils ne réfléchissent pas ; en revanche, le papier garde la trace de tout le travail mené ; il induit donc nécessairement une réflexion préalable plus conséquente.

  • Le bouleversement des rôles de chacun.

L’enseignant accompagne les élèves autrement lorsqu’ils font de l’écriture collaborative. Il devient alors guide. De même, dans le cadre de projets, les élèves deviennent accompagnateurs, et une entraide spontanée se met systématiquement en place au sein du groupe.


Les plus-values pédagogiques des travaux menés dans le cadre des TraAM :

  • quand il s’agit de créer des ressources à destination de leurs pairs, cela pousse les élèves à réfléchir et s’investir autrement ;
  • l’enseignant est disponible pour différencier et personnaliser son accompagnement ; l’élève gagne en autonomie ;
  • l’espace-classe ainsi que le temps sont modifiés : le travail collaboratif fait tomber les murs de la classe, deux classes peuvent travailler ensemble, les élèves peuvent travailler avec les professeurs, les parents… pendant et en dehors du temps scolaire. Il convient alors de réfléchir à la place et au rôle de l’enseignant dans ce nouveau contexte.

Les projets menés dans le cadre des TraAM sur le site interlangue de l’académie de Grenoble.

Académie de Lyon

(Inspectrice : Mme JAILLET – Référent : Guillaume OGIER)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail se composait de cinq enseignants de collège et de lycée ; trois langues étaient représentées (anglais, allemand et italien). Les collèges étant désormais équipés de chariots avec trente tablettes, le groupe a poursuivi le travail engagé en 2013-2014 autour de l’utilisation des tablettes numériques en cours de langue vivante.
Les réalisations des élèves ont tourné davantage autour de la production écrite : création de posters, écritures d’articles sur un blog qui transforme la salle de classe en salle de rédaction ; les élèves sont devenus acteurs pour concevoir et réaliser une fiche lexicale, ce qui augmente la motivation et donne du sens aux apprentissages. Les enseignants de l’équipe ont également réfléchi à l’intégration de la tablette dans les moments clés du cours de langues vivantes, tels que la trace écrite, les temps de brainstorming ou les phases de mise en route. Le travail collaboratif et coopératif a été mis en place pour élaborer autrement la trace écrite.


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

La réflexion a tourné plus particulièrement autour de deux axes :

  • la différenciation pédagogique que l’utilisation des tablettes permet de mettre en place ;
  • la création de fiches dans lesquelles les enseignants retrouveront des propositions concrètes d’intégration des tablettes dans le cours de langues vivantes.

Un des problèmes auxquels le groupe a été confronté, outre les problèmes techniques liés notamment à la connexion, a été d’ordre pédagogique : les enseignants se sont rendu compte que les tablettes étaient une réelle plus-value qui faisait écrire et produire les élèves. Il était néanmoins nécessaire d’alterner tâches individuelles et tâches collectives, de façon à ne pas perdre les habitudes d’interaction dans le cours de langues vivantes. Les modalités et la fréquence d’utilisation de la tablette induisent donc la nécessité d’une réflexion pour savoir précisément quand et comment les utiliser.

Le résultat des TraAM engagés depuis deux ans est visible sur le site interlangues de l’académie de Lyon.

Académie de Martinique

(Inspectrice : Mme RAMVILLE – Référente : Marie-Claire BOLNET)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail se composait de quatre enseignantes d’anglais : trois en collège et une en lycée. L’objectif des travaux de l’équipe engagée dans les TraAM était de réfléchir aux possibilités que le numérique offre pour améliorer l’expression écrite des élèves, grâce à une approche journalistique « Devenir jeune reporter en langue étrangère ».
Les productions réalisées visitent chacune des étapes médiatiques : planification, enquêtes en ligne, micros-trottoirs, magazines en ligne...
Les thématiques sont en rapport avec l’actualité des établissements ou l’actualité locale et régionale.
Concernant l’équipement, si la connexion internet est à améliorer, le dispositif de classe inversée répond favorablement à la nécessité d’accompagner les apprenants. Cela a rendu nécessaire l’utilisation d’outils numériques de collaboration et de partage, tels que Edmodo, Padlet, Quizlet, Mindmap, LearningApps, Etherpad…


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

Les outils et applications numériques permettent de :

  • mener à bien une pédagogie de projet ;
  • faire de la classe inversée, en développant des stratégies d’enseignement adaptées à cette nouvelle réalité. Ce dispositif permet également de faire durer le temps du cours au-delà du présentiel ;
  • faciliter la mise en place de la pédagogie différenciée (tutorats, partenariats variés…) grâce à la collaboration et au partage ;
  • diffuser les productions des élèves : savoir que l’on peut être lu et écouté par tous, et pas seulement par un enseignant pour être évalué, est une grande source de motivation et rend concrète la finalité de l’apprentissage ;
  • changer les rôles de chacun ; ainsi, l’élève devient acteur et formateur, l’aide entre pairs se généralise ;
  • apprendre à organiser sa pensée et à structurer ses idées lorsque, par exemple, il faut apprendre à écrire avec un nombre de mots limité.

Quelques freins subsistent, notamment des problèmes techniques, qui peuvent être nombreux et se révéler chronophages (équipement insuffisant ou parfois inexistant, apparition de nouvelles complexités liées à la compatibilité des formats des ressources multimédias sur différents types de terminaux).
L’introduction du numérique dans les pratiques pédagogiques soulève la question de l’évaluation de l’élève. Il est en effet nécessaire de repenser l’évaluation pour prendre en compte de nouveaux critères et répondre à de nouvelles questions.

  • Comment évaluer et accompagner individuellement les élèves quand ils fournissent un travail collectif ?
  • Comment évaluer une production réalisée hors présentiel ?
  • De nombreuses applications permettent d’aboutir à des productions qui ont une vraie apparence professionnelle. Si cet aspect esthétique s’avère être très valorisant pour l’élève, la question se pose néanmoins de la place qu’il faut lui accorder dans l’évaluation.
  • Les productions ainsi obtenues font apparaître des compétences qui relèvent de l’EMI, en plus des acquis en langue vivante étrangère. La question se pose donc de la part de l’évaluation de ces compétences et de ces acquis, ainsi que de leur modalité.

Toutes ces questions amènent enfin à penser à la formation des enseignants à ce sujet – formation qui devient nécessaire pour pouvoir répondre favorablement aux défis que pose l’introduction du numérique à l’école.

Le résultat des TraAM est visible sur le site anglais de l’académie de la Martinique.

Académie de Nancy-Metz

(Inspecteur : M. MARI – Référente : Laurence LANGLOIS-BLUEM)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail se composait de neuf enseignants de collège et de lycée, issus de quatre départements totalement différents en termes d’équipement numérique. Il s’agissait donc d’un même projet, mené avec des équipements différents. Le seul point commun était que tous disposaient d’un même ENT, qui est un réel outil pédagogique, et que l’élève conserve de la 6e à la terminale.
Les projets avaient pour but de réfléchir au travail sur l’expression écrite collaborative ; la réflexion a donc porté sur les outils nécessaires à la mise en œuvre de cette activité, ainsi que sur l’organisation pédagogique pour la mener à bien. Les enseignants ont utilisé des outils numériques de partage et de collaboration, tels que l’ENT – qui permet de donner des informations, des liens et des documents, mais aussi de communiquer via le forum –, Padlet, Framapad, Quizlet, LearnindApps…


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

Padlet s’est avéré être un outil précieux pour réaliser de manière collaborative des boîtes à outils lexicales, grammaticales et méthodologiques sur lesquels les élèves s’appuyaient pour produire ensuite. Grâce au forum, la communication et le partage d’informations ont été efficaces, aussi bien entre les élèves, entre les élèves et les professeurs, mais aussi entre les parents et les élèves : chacun a pu participer et faire avancer la réflexion collective.
Framapad, grâce notamment à sa fonction de chat, permet aux élèves de communiquer entre eux en anglais. Au professeur ensuite de surveiller cet échange qui reste disponible, car il a accès à l’historique de tout ce qui a été écrit sur le document. Ainsi, sont abordées des questions relatives au bon usage des outils en ligne – l’éducation aux médias et à l’information est nécessaire si l’on veut promouvoir un usage responsable et citoyen de ces outils. Un autre constat au sujet de l’écriture collaborative sur Framapad : écrire en même temps n’est pas efficace et peut s’avérer peu productif ; la simultanéité des productions ne laisse en effet pas le temps de la réflexion dont l’élève a besoin. Pour pallier ce problème, il vaut mieux privilégier des temps d’écriture distincts, et assigner des tâches précises à chaque groupe, afin que le travail des uns serve à la poursuite du travail par des élèves différents.
Les enseignants ont remarqué que l’aide qu’ils pouvaient apporter était plus personnalisée et efficace si les élèves choisissaient eux-mêmes le partenaire de leur classe avec lequel ils allaient travailler. Enfin, faire produire quelque chose par des groupes d’élèves qui ne se connaissent pas, si ce n’est par le biais de leur travail respectif, est l’occasion de mener une réflexion sur les avantages et les inconvénients, voire les limites, de la communication virtuelle.

La fiche bilan TraAm de l’académie (PDF, 300Ko).

Académie de Poitiers

(Inspectrices : Mmes ALIGE et VIDAL – Référente : Michelle FY)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

L’équipe TraAM 2014-2015 se composait de 11 enseignants d’anglais, d’espagnol, de FLE et de FLS (français langue seconde), répartis sur toute l’académie. Deux groupes de travail ont été constitués : la littérature étrangère en langue étrangère, et l’utilisation des tablettes en cours de langues vivantes.
Le groupe qui travaillait avec les tablettes a finalisé des projets très variés qui témoignent de la grande diversité des enseignants et des établissements représentés : séquences qui préparent au Diplôme d’études en langue française (DELF), élaboration par les élèves d’une recette de cuisine filmée, campagnes de sensibilisation numériques, création d’une fresque numérique, écriture collaborative d’un conte filmé ; enfin, un article sur la classe inversée a été rédigé.
Le deuxième groupe de travail a abouti à la publication sur le site académique de plusieurs scénarios pédagogiques de littérature étrangère en langue étrangère : l’imaginaire à partir de contes fantastiques ; jeu de l’écrivain, jeu de l’écriture ; el amor ; l’exil des républicains espagnols (historia colectiva / historia personal) ; et un travail en anglais autour du roman policier, transférable à d’autres langues vivantes.


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

Les problèmes rencontrés à l’occasion de ces travaux ont été d’ordre technique (problème lié à la mise à jour simultanée de toutes les tablettes dans un établissement le lundi matin, rendant leur utilisation impossible ; encombrement de la mémoire des smartphones des élèves) ou culturel (la retenue des élèves sinophones par rapport aux enregistrements vidéo par exemple).
Ces travaux ont soulevé de nombreuses questions quant à la place à accorder au BYOD, l’accès au wifi et l’impact sur la santé des jeunes, le travail autour de la notion de citoyenneté, et la nécessité de savoir anticiper l’accompagnement des élèves.

La page TraAM sur le site anglais LP de l’académie de Poitiers.

Académie de Reims

(Inspectrice : Mme QUESADA – Référent : José Manuel REVILLA RODRIGUEZ)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail se composait de sept enseignants : un enseignant d’espagnol en lycée, professeur référent du projet, et six enseignants qui ont travaillé en binômes collège-lycée : deux d’anglais, deux d’espagnol et deux d’allemand.
Les TraAM de l’année 2014-2015 ont axé leur réflexion sur l’amélioration de l’expression écrite. Les équipes ont travaillé par langue avec des élèves de 3e et de seconde. Le but était de produire des documents conjointement entre les deux classes tout en favorisant la liaison collège-lycée en LVE. En allemand, les élèves de 3e échangeaient avec les élèves de seconde pour essayer d’imaginer une histoire à partir de photos des personnages principaux du film Lola rennt, sorti en 1998. En anglais, les élèves devaient écrire une nouvelle sur le thème de l’identité, dans un campus d’une université américaine, dans les années 1920. Et en espagnol, les collègiens et les lycéens travaillaient ensemble à l’élaboration d’un Trivial Pursuit à partir d’un film.


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

Un des problèmes rencontrés a été celui de l’équipement, lorsqu’il n’y avait pas de wifi dans les établissements, et qu’il n’existait qu’une seule salle multimédia, qui n’était pas réservée aux professeurs de langues vivantes en priorité. Il a fallu alors gérer les partages de fichiers et le travail à distance, en se servant de plateformes, après avoir au préalable pris soin de rendre confidentiels les fichiers à partager.
Ces projets en binômes collège-lycée ont fait naître le désir de se connaître et de se rencontrer entre les élèves. Les collégiens vont ainsi pouvoir venir au lycée rencontrer leur partenaire de projet. La liaison collège-lycée permet alors de dédramatiser le passage dans la classe supérieure et le changement d’établissement.
Les outils numériques ont servi à la réalisation du projet, tant pour produire que pour communiquer entre les établissements (traitement de texte, logiciel de retouche d’images). La démarche de travail collaboratif en groupe est source de motivation pour les élèves, et la démarche de projet donne du sens aux apprentissages du groupe. Produire pour les autres permet de développer la créativité des élèves et les responsabilise. Il est intéressant de noter que nombreux ont été les élèves qui ont émis le désir de rencontrer réellement les élèves avec qui ils avaient travaillé à distance : communiquer virtuellement et travailler ensemble crée un besoin de rencontrer l’autre réellement.
Enfin, la question de la fiabilité de l’évaluation des travaux numériques s’est posée : l’outil numérique offrant de nombreuses aides à l’élève, il est difficile de savoir quelle est la part de ce qu’il serait en mesure de faire seul dans le résultat final.

La page TraAM sur le site interlangue de l’académie de Reims.

Académie de Strasbourg

(Inspectrice : Mme MINETTO – Référente : Natacha HANSEN)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le groupe de travail se composait de huit enseignants de collèges et de lycées. Les langues représentées étaient l’anglais, l’allemand, le chinois, l’arabe, l’espagnol, l’italien et le FLE.
Pour améliorer l’expression écrite des élèves, le groupe a proposé de développer des activités d’écriture sous diverses formes (articles, publicités, murs virtuels, vidéos, albums photos numériques, frises chronologiques et collaboration avec des établissements européens à travers la mobilité virtuelle). Sur le fond, il s’agissait pour les élèves de rendre compte de l’activité marquante dans leur établissement. Afin de mutualiser les travaux, le groupe TraAM a choisi l’espace de travail Twinspace, mis à disposition par eTwinning, pour suivre l’avancée des expérimentations en temps réel et partager les réflexions sur les différents outils.
Les productions finales des élèves ont été regroupées dans un poster animé Glogster, rendant ainsi le journal inter-langues plus dynamique.


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM
Les outils numériques ont permis de mettre en relief des plus-values pédagogiques. Ils ont rendu le travail d’expression écrite plus facile, car ils développent la confiance en soi et rassurent l’élève (dictionnaires en ligne, correcteurs automatiques). Ils facilitent l’échange et le partage de productions, rendant possible un travail collaboratif réel, aussi bien entre élèves qu’entre enseignants. Les réalisations des élèves sont mieux valorisées, grâce à une visibilité et une diffusion plus faciles de leurs travaux. Enfin, les outils numériques permettent de travailler et valider des compétences comme « l’autonomie et l’initiative », « les compétences sociales et civiques » et « la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication ».
L’utilisation des outils numériques a également soulevé quelques interrogations. A été évoqué le problème de l’équipement des établissements parfois limité, de la lenteur de la connexion ainsi que de l’accès à l’outil numérique pour les élèves en dehors de l’établissement : lorsque les élèves n’avaient pas d’accès, le CDI a été mobilisé ou un délai supplémentaire leur a été accordé, les téléphones portables (BYOD) ont été utilisés.
Au niveau de l’utilisation des logiciels en ligne, il est parfois nécessaire de s’inscrire pour pouvoir les utiliser ; par ailleurs, une grande majorité de ces sites est en langue anglaise.
Enfin, il y a peu de formations possibles sur les outils numériques en langues ; le temps d’autoformation est donc conséquent pour les professeurs et peut être décourageant.

La fiche bilan TraAM de l’académie (PDF, 157 Ko).

La page TraAM sur le site interlangues de l’académie de Strasbourg.

Académie de Versailles

(Inspectrice : Mme TORRES – Référente : Katrin GOLDMANN)

Les différents projets engagés dans le cadre des TraAM

Le Groupe d’expérimentation pédagogique (GEP)-Langues de l’académie de Versailles est un groupe de travail composé de cinq enseignants de collège et de lycée qui représentent trois langues (anglais, allemand, espagnol).
Le groupe a travaillé autour de trois axes :

  • écriture collaborative et écriture créative ;
  • copie numérique de l’élève ;
  • projets journalistiques plurimédias.

Cette année, le groupe de travail n’a pas souhaité aboutir à des productions de séquences intégrales ; il a préféré présenter davantage de projets, sous la forme de comptes-rendus d’expériences : selfies vidéo, création d’un club webradio, éducation aux médias dans le cadre de la webradio, utilisation de la malette webradio en cours d’anglais…


Les réflexions induites par les travaux engagés dans le cadre des TraAM

Ces réflexions tournent autour de trois axes :
1. Expérimentation de divers outils d’écriture collaborative et/ou écriture créative pour la production écrite partagée, en classe et en dehors de la classe, mais encore avec des partenaires étrangers, en présentiel ou à distance.
2. Travail avec la copie numérique de l’élève, et utilisation des fonctions de révision et commentaires pour une correction plus efficace et plus parlante des productions écrites et aussi pour la traçabilité de la progression de l’élève.
3. Mise en place de projets journalistiques plurimédia : chaque production journalistique se base sur une préparation écrite. Réflexions autour de l’utilisation du BYOD.

La page TraAM sur le site interlangues de l’académie de Versailles.