En 2021, fêtons La Fontaine !

Mis à jour : novembre 2020

L’année 2021 verra le quatrième centenaire de la naissance de Jean de La Fontaine : une occasion de faire découvrir ou redécouvrir aux élèves la richesse et la beauté poétique de son œuvre, ainsi que l’intelligence émancipatrice de l’apologue. Les professeurs sont invités à élaborer des projets pédagogiques autour des Fables de La Fontaine et du genre de l’apologue, et à dire, lire, faire lire, faire écrire et illustrer des fables. Ils peuvent aussi faire participer leurs élèves à un grand concours national : « Fête des Fables, faites des fables ! ».

Des projets pédagogiques sur les Fables et l’apologue

La subtilité de la réflexion et la mise en œuvre de l’esprit critique chez La Fontaine concernent toutes les disciplines. Laissés à l’initiative des équipes et des établissements, les projets pédagogiques élaborés à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de cet auteur emblématique de la littérature française et du Grand Siècle peuvent associer les enseignements humanistes, artistiques et scientifiques, pour proposer une fête de l’intelligence, d’autant plus ouverte que l’apologue est de toutes les époques et de toutes les cultures, et permet de poser d’innombrables questions. Une approche interdisciplinaire permettra d’apporter des éclairages multiples et complémentaires tant pour la lecture et l’étude des textes que pour l’écriture d’apologues et la création d’illustrations, ou encore pour la découverte de la résonance des fables de La Fontaine dans les autres champs artistiques.

On pourra par exemple élaborer une édition numérique de fables, choisies, annotées, illustrées, explicitées, enrichies de lectures, de commentaires nourris par toutes les disciplines et les questions vives qui intéressent les élèves (sociales, écologiques, morales…). On pourra aussi, à l’occasion par exemple de l’étude des sources de La Fontaine, ouvrir vers l’exploration d’apologues en langues anciennes ou étrangères, contes, récits, fables…, dans le cadre des cours de langues vivantes, de latin, de grec, ou encore en français langue étrangère.

Tous les niveaux de la scolarité tirent profit de cette richesse d’imagination et de pensée, et offrent l’occasion d’un travail sur la compréhension des textes, sur l’esprit critique, sur les pouvoirs de la fiction, de l’imaginaire et de l’humour.

Aux cycles 2 et 3

La lecture et l’étude de quelques fables invitent à une approche par la lecture orale, à la faveur d’un déchiffrage accompagné et progressif tout au long des deux cycles.

Si la dimension vivante et plaisante des fables rend accessible leur représentation et nourrit l’imagination, le genre permet aussi d’accéder à la dimension symbolique du récit, à la perception de l’humour et à la compréhension de l’implicite.

Le travail peut se centrer sur les personnages et leurs valeurs, la perception de la tonalité, à travers la mise en voix, la récitation, l’illustration, la mise en scène du récit ou le débat sur la conduite de tel ou tel personnage.

Au cycle 3, différentes entrées du programme de français (« Héros /héroïnes et personnages », « La morale en questions », « Imaginer, dire et célébrer le monde », « Résister au plus fort… ») sont autant de moments privilégiés pour développer la connaissance de La Fontaine.

Les professeurs peuvent exploiter les éditions 2018, 2019 et 2020 du « Livre pour les vacances », sélections de fables de La Fontaine, illustrées respectivement par Joann Sfar, Voutch et Emmanuel Guibert.

L’édition 2020 est accessible en ligne et libre de droits.

Au cycle 4

Les mêmes activités peuvent conduire à une étude plus approfondie au cycle 4, qui permet notamment de passer de la morale individuelle aux enjeux sociaux, par une prise en compte des contextes, et d’approcher ainsi toutes les richesses de la satire.

Diverses entrées du programme de français constituent autant d’occasions d’aller plus loin dans la réflexion proposée par La Fontaine avec ses Fables :

  • ainsi, en 5e, avec « Vivre en société, participer à la société », « Avec autrui : familles, amis, réseaux », ce qu’interrogent de nombreuses fables, ou avec le questionnement complémentaire « L’homme est-il le maître de la nature ? » ;
  • en 4e, c’est en contrepoint du programme que les fables peuvent jouer, parce qu’elles ouvrent de nouvelles perspectives sur « Individu et société – confrontation de valeurs », voire sur « La fiction pour interroger le réel » ;
  • enfin, en 3e, on retrouve La Fontaine parmi les possibles de « Dénoncer les travers de la société ».

Les projets pédagogiques peuvent trouver dans le dialogue des disciplines un cadre particulièrement propice.

Au lycée

L’ambiguïté et la subtilité des fables offrent un terrain d’exploration qu’il convient d’adapter à la maturité intellectuelle des élèves. Leur portée philosophique peut désormais être étudiée pleinement, qu’il s’agisse de la rencontre de l’Autre, de la Nature, de la question de la Cité, du statut de l’animal, ou des débats épistémologiques qui travaillent les textes, de manière souterraine ou explicitement.

Dans les classes de premières générales et technologiques, les programmes nationaux d’œuvres pour l’enseignement du français, renouvelables, peuvent être propices à un tel travail. C’est le cas en 2020-2021, par la présence de plusieurs livres des Fables dans l’objet d’étude « La Littérature d’idées du XVIe au XVIIIe siècle ». Mais la richesse des Fables est telle qu’elles peuvent éclairer bien d’autres objets d’enseignement et ne doit pas cantonner le travail aux seules classes de première. Ainsi, en seconde générale et technologique par exemple, l’objet d’étude « La poésie du Moyen Âge au XVIII siècle » et les exercices d’expression orale et écrite recommandés par les programmes constituent une entrée particulièrement pertinente.

En couronnement de ces activités, les établissements sont invités à participer à un concours national de création de fables illustrées : « Fête des Fables, faites des fables ! ». C’est l’occasion pour les élèves d’exercer leur créativité dans un dialogue fécond avec les œuvres de La Fontaine et leurs illustrations au fil des siècles.

Ressources

Des ressources d'accompagnement sur éduscol

Un module magistère à destination des formateurs

Enseigner les Fables de La Fontaine propose d'enseigner la compréhension à travers l'étude comparée de versions d'une fable, « Le Loup et l'Agneau » (Ésope, Phèdre, Jean de La Fontaine). Télécharger le livret formateur du module magistère : « Enseigner les Fables de La Fontaine »

Gustave Doré - source gallica.bnf.fr / BnF

Des ressources de Canopé

« Textes et documents pour la classe » (TDC) n°1003 - novembre 2010 - La fable : D’Ésope à Queneau, de Pilpay à Anouilh, ce numéro de TDC parcourt l'histoire d'un genre particulièrement prisé du monde scolaire, où domine la figure tutélaire de La Fontaine, qui l'a réinventé en lui donnant ses lettres de noblesse.

« Un songe éveillé » : une interview de Patrick Dandrey, professeur à l'université de Paris IV-Sorbonne et spécialiste de La Fontaine (TDC, n° 1003, pp. 24-25)

Des ressources de la BNF et Gallica

La BNF et Gallica, en partenariat avec éduthèque, proposent plusieurs dossiers thématiques et documents pédagogiques destinés aux professeurs :

Gustave Doré - source gallica.bnf.fr / BnF

Des ressources de l'Institut de France

L'Institut propose aux professeurs et au grand public plusieurs galeries d'images. Chacune contient, pour une même fable, un échantillon de ses illustrations. Les galeries d'images sont accompagnées de pistes pédagogiques à l'intention des professeurs.

Le musée Jean de La Fontaine de Château-Thierry

Consulter le site du musée Jean de La Fontaine de Château-Thierry.

Des ressources sur WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres propose de nombreuses ressources sur  les Fables de La Fontaine dans le cadre du thème « Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques » de la partie « Culture littéraire et artistique » du programme de français de 6e.

Des ressources de Radio France

France Culture propose différentes émissions sur La Fontaine et son œuvre :

France Inter - « La Fontaine : une école buissonnière » : au cours de l'été 2017, Erik Orsenna, écrivain et membre de l'Académie française, a consacré un cycle d'émissions au fabuliste, d’une durée quatre à cinq minutes chacune, dont certaines sont directement consacrées aux fables.

France Musique - « Jean de La Fontaine ou le poète rebelle » : une biographie en musique du poète, par Marianne Vourtch, dans « Histoires de Musique ».

Portrait de La Fontaine, exposé au Musée de Montserrat (XVIIe, date inconnue) - Crédits : Hyacinthe Rigaud - Source : Wikimedia Commons

Des ressources sur Lumni

L'art de la fable : éclairage sur ce qu'est une fable, ses missions et ce qui la caractérise au regard d'autres textes.

Lire et comprendre une fable de Jean de La Fontaine : compréhension et approche d'un genre littéraire avec la fable « La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf » (classe de CM1).

Concours « Fête des Fables, faites des fables ! »

À l’occasion du quatrième centenaire de la naissance de Jean de La Fontaine, le ministère, en lien avec l’Institut de France et la société des amis de Jean de La Fontaine, organise durant l’année scolaire 2020-2021 un concours d’écriture de fables illustrées, à destination de l’ensemble des élèves des cycles 3 et 4 et des élèves des lycées (généraux, technologiques et professionnels).

Les principes

Les élèves sont invités à écrire une fable (en prose ou en vers) et à l’accompagner d’une illustration originale (dessin, photographie, collage, montage…).

Cette création peut être soit individuelle, soit collective, selon des formats variables (du binôme à une classe entière ou à des groupes d’élèves inter-classes et/ou inter-niveaux).

Les thèmes des fables sont libres, aussi divers que le sont ceux abordés par La Fontaine : apologue moral, satire, rêverie, réflexion scientifique portant sur l’homme et l’animal, l’homme et la nature, le monde et ses multiples visages…

Le concours comporte 3 catégories : école, collège, lycée. Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles et en classe de BTS peuvent concourir dans la catégorie « lycée ».

Les élèves lauréats du concours seront récompensés par une remise de livres ou de chèques-lire, leurs créations feront l’objet d’une publication, et à l’occasion de la remise des prix, ils partiront à la découverte de grands lieux liés à la vie de Jean de La Fontaine.

Les étapes

1er tour, au niveau de l’école ou de l’établissement

Les professeurs volontaires organisent la participation de leurs élèves au concours et les accompagnent dans l’écriture  d’une fable et dans la réalisation de son illustration. Ils favorisent si possible la coopération entre les élèves, les classes, les niveaux. En collège et en lycée, c’est aussi l’occasion de conduire un projet interdisciplinaire.

Chaque école, collège ou lycée organise librement la sélection des 3 meilleures créations de l’établissement à partir de l’ensemble des fables écrites par les élèves, tous niveaux de classe confondus. Tout élève de l’école ou de l’établissement, même s’il n’est pas scolarisé dans une classe engagée par un de ses professeurs dans le concours, peut y participer s’il le souhaite ; son travail fait nécessairement partie du processus interne de sélection des meilleures créations.

Les 3 fables retenues et leurs illustrations sont transmises à la délégation académique à l’action culturelle en format numérique (PDF pour le texte, JPEG ou PNG pour son illustration) ; les services académiques organisent les modalités de transmission des fichiers, en recourant à un serveur de fichiers par exemple.

Les établissements précisent systématiquement la catégorie du concours concernée (école, collège ou lycée), leurs coordonnées complètes, et les noms et prénoms des élèves ainsi que le niveau de classe de chacun d’eux, mais ces éléments n’apparaissent pas sur les créations (texte et illustration) afin de préserver l‘anonymat au tour suivant.

2e tour, au niveau académique

Un jury académique est constitué, composé d’un inspecteur de lettres (IPR ou IEN-ET/EG valence lettres), référent du concours, du délégué académique à l’action culturelle, d’IEN (ET/EG et CCPD) et, à la discrétion des académies, de partenaires et personnalités extérieurs du monde éducatif et culturel.

À partir des créations anonymées (n’apparaissent ni l’école ou l’établissement d’origine, ni les noms des candidats), le jury sélectionne les 3 créations (1 par catégorie, école, collège, lycée) retenues pour le tour national.

Il peut en outre procéder à des remises de prix académiques, avec un palmarès plus large (les 3 meilleures créations académiques par catégorie par exemple). Les créations sélectionnées font l’objet d’une valorisation en ligne.

Les 3 fables retenues et leurs illustrations sont transmises à la direction générale de l’enseignement scolaire en format numérique, sur un site collaboratif Pléiade dédié. Les académies précisent la catégorie du concours concernée (école, collège, lycée), les coordonnées complètes des établissements, et les noms et prénoms des élèves ainsi que le niveau de classe de chacun d’eux, mais ces éléments n’apparaissent pas sur les créations (texte et illustration) afin de préserver l‘anonymat au tour suivant.

3e tour, au niveau national

À partir des créations anonymées, un jury national, rassemblant des inspecteurs généraux, des universitaires, des professeurs, des écrivains, des illustrateurs…, avec le soutien et la contribution de l’Institut de France, sélectionne 3 créations par catégorie.

Les lauréats sont récompensés lors d’une cérémonie officielle.

Le calendrier

1er tour, niveau local : envoi des 3 meilleures créations de l’école ou de l’établissement à la DAAC au plus tard le 10 avril 2021.

2e tour, niveau académique : envoi des 3 meilleures créations académiques (1 par catégorie) à la DGESCO au plus tard le 17 mai 2021.

3e tour, niveau national : proclamation des lauréats nationaux début juin 2021.