Éduscol
Accueil    Enseigner    Ressources et usages numériques    Réseau et animation nationale    Archives    Réunion nationale 2008

Réseau et animation nationale

Réunion nationale 2008

La réunion nationale des interlocuteurs académiques de sciences physiques et chimiques fondamentales et appliquées s'est tenue cette année les 6 et 7 mai à Orléans au lycée Jean Zay et au CRDP.

Objectifs des journées

  • Communiquer et dresser un bilan des actions menées par la SDTICE sur les ressources numériques et les usages des TIC en SPCFA
  • Identifier et valoriser les plus-values pédagogiques liées aux nouveaux usages et aux nouveaux outils
  • Échanger autour des actions menées en académies sur les TIC dans la discipline
  • Proposer les actions à mener en faveur de la mutualisation et de la généralisation

Cette réunion pilotée par M. Chalvet et Mme Trabado de la sous direction des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (SDTICE) et supervisée par M. Thollon Inspecteur général de l'éducation nationale a été organisée avec l'aide de M. Jouannetaud (interlocuteur TIC académique) et de M. Goursaud (CTICE et IA-IPR de SPCFA).

Voici une synthèse des principaux thèmes abordés lors de ces journées.

Importance des interlocuteurs académiques

Extrait du discours de fermeture de M. le Recteur

"En tant qu'Interlocuteurs académiques, vous avez la mission de représenter votre académie dans la réflexion nationale concernant les TICE et, tout particulièrement, leur utilisation dans l'enseignement de votre discipline ; en liaison avec les corps d'inspection et les cellules TICE académiques, vous participez à la promotion, l'information et l'impulsion de l'informatique pédagogique auprès des enseignants. C'est dire si votre rôle est important au moment où, dans toutes les académies, se mettent en place, des Espaces Numériques de Travail."

Extrait du discours d'ouverture de M. Thollon Inspecteur général de l'Éducation nationale

" … il faut que les outils fournis aux professeurs soient " simples " à mettre en œuvre, que les ressources soient facilement disponibles, qu'il y ait des exemples d'usages, pour que les professeurs puissent se consacrer à leur mise en œuvre pédagogique et didactique sans perte trop de temps dans la maîtrise des technologies. C'est là que vous intervenez. Vous avez un rôle essentiel dans la diffusion des usages avec le travail de prospection et de préparation que vous effectuez."

Extrait du projet TICE de l'académie d'Orléans-Tours

"La mission TICE souhaite disposer d'un réseau de correspondants disciplinaires désignés par les corps d'inspection et servant d'intermédiaires entre la mission et les équipes disciplinaires. Les IANTE (Interlocuteurs Académiques pour les Nouvelles Technologies dans l'Éducation), qui sont un relais entre les niveaux national et académique et informent les collègues de leurs disciplines des évolutions impulsées par le Ministère."

Les interlocuteurs académiques accompagnés des webmestres sont au centre des dispositifs académiques et nationaux d'animation, de diffusion et de promotion des ressources numériques ainsi que de leurs usages.

Ils sont désignés par le Recteur sur proposition de l'Inspecteur académique - Inspecteur pédagogique régional (IA-IPR) de la discipline et du Conseiller pour les technologies de l'information et de la communication pour l'éducation auprès du Recteur (CTICE).

Les interlocuteurs sont donc un appui pour leur académie et pour le ministère. En pratique, ils sont amenés à :

  • représenter leur académie dans la réflexion et les actions engagées par la SDTICE afin de généraliser l'intégration des TICE,
  • assurer, dans le cadre de la Mission TICE académique, une action d'information, d'impulsion et de coordination pour assurer le développement des usages des TICE,
  • participer à la réflexion sur l'intégration des TICE dans le cadre de l'évolution des programmes et de la mise en place de nouveaux dispositifs d'enseignement,
  • participer à l'analyse des besoins des enseignants,
  • s'approprier et faire connaître les ressources numériques de la discipline,
  • assurer la diffusion des lettres d'informations TIC'Édu,
  • participer, auprès des IA-IPR et du Conseiller TICE, aux actions d'information et d'animation organisées à destination de leurs collègues,
  • proposer des orientations et contributions pour le site disciplinaire académique,
  • contribuer à la mutualisation des usages des TICE en renseignant la base nationale Edubases Physique-Chimie.

D'une même voix, M. le Recteur, M. L'inspecteur général, M. l'inspecteur académique-inspecteur pédagogique régional, ainsi que les représentants de la SDTICE remercient les interlocuteurs et les webmestres académiques pour leurs différentes contributions, qu'elles soient académiques ou nationales.

Implication des sciences physiques et chimiques fondamentales et appliquées.

Monsieur l'Inspecteur général rappelle que l'acronyme NTIC évolue selon les termes du socle commun en TUIC faisant passer les Technologies de l'Information et de la Communication de " nouvelles " à " usuelles ".

Les sciences physiques et chimiques fondamentales et appliquées contribuent activement à la généralisation des usages des TICE, la promotion des ressources numériques et l'intégration des outils au service des usagers.

Les séances de travaux pratiques comme l'enseignement des options scientifiques favorisent l'assimilation, par les élèves, des techniques usuelles de l'information et de la communication. Ces enseignements à effectif réduit favorisent le travail en autonomie des élèves ainsi que l'acquisition des compétences du B2i.

De plus, la mesure et le traitement de l'information de l'image électrique d'une grandeur physico-chimique fournie par un capteur constituent une activité essentielle dans notre enseignement expérimental.
D'après M. Thollon, "Les TIC sont au cœur de la mesure et de la simulation dans notre discipline. Il est donc nécessaire de former nos élèves à la nature de cette information."

C'est ainsi que la physique chimie participe à l'égalité des chances au travers l'accompagnement pédagogique des élèves en intégrant les outils au service des élèves.

Vers de nouveaux usages de l'ExAO

L'expérimentation assistée par ordinateur a toujours consisté à mettre en œuvre une chaine d'acquisition, depuis le signal transmis par le capteur jusqu'au traitement informatisé des mesures.

Il y a quelques années, il s'agissait de déterminer la fonction de transfert du capteur, en déduire un modèle mathématique, convertir la tension analogique délivrée par le capteur en grandeur numérique, adapter la fréquence d'échantillonnage à la vitesse de l'évolution du système étudié, admettre que la précision des mesures était dictée par le pas de la mesure…

Aujourd'hui, la chaîne d'acquisition fonctionne exactement sur les mêmes principes. Mais, grâce aux efforts des constructeurs et l'évolution technologique de l'informatique, l'acquisition est efficiente : l'usage est simple, la mise en œuvre est rapide, la précision est accrue sans pour autant limiter l'accès aux paramétrages de l'acquisition.

L'acquisition et le traitement de l'information prennent aujourd'hui une nouvelle dimension et s'inscrivent parfaitement dans une des priorités du ministère en matière de TIC : la généralisation.

D'après M. Thollon, "les technologies doivent être au service des professeurs et non le contraire. Elles doivent être " simples " à mettre en œuvre pour que les professeurs puissent être ambitieux et exigeants dans leur mise en œuvre pédagogique et didactique."

Pour aider à cette généralisation, les dispositifs doivent permettre aux enseignants, et bien entendu aux élèves, de faire de la physique chimie dès les premiers instants de mise en œuvre, en limitant au maximum les connexions entre les capteurs, l'interface et l'unité centrale. Les logiciels de pilotage de l'acquisition et de traitement de l'information doivent rester performants et permettre à l'utilisateur de modifier simplement les paramètres de l'acquisition en fonction des situations expérimentales.

En quelques années, les capacités de transferts de l'information, de traitement et de stockage ont explosé. Les nouvelles générations d'interfaces et de capteurs présentées par les constructeurs à Orléans offrent des fonctionnalités particulièrement intéressantes :

  • capteurs sur port USB
  • installation plug and play
  • identification automatique des capteurs
  • menus personnalisables

Pour l'utilisateur, "on branche, ça marche et on fait de la physique tout de suite !". C'est le cas, notamment, avec les capteurs de mouvements, de forces et d'angles expérimentés cette année dans le cadre des actions académiques mutualisées soutenues et pilotées par la SDTICE.

Une nouvelle génération de capteurs devrait émerger dans les prochaines années : les capteurs sans fil. L'exemple est présenté par l'interlocuteur académique de Nantes, M. Passebon qui exploite le signal transmis par une manette de console de jeu sans fil suspendue à un ressort élastique. Les composantes de l'accélération (ax, ay, az) sont parfaitement transmises par voie hertzienne à un ordinateur doté d'une connexion Bluetooth. Le mouvement est parfaitement repéré dans l'espace. De nouvelles perspectives pour l'étude de la mécanique en classe.