Éduscol

Les grandes étapes de la géographie scolaire de 1870 à nos jours

Conclusion

En France, la géographie scolaire a souvent été intimement liée à la géographie savante mais de manière parfois changeante. Le temps des « grands maîtres » déterminant les programmes et rédigeant les manuels est bien révolu. Les cartes « Vidal Lablache » (raccourci plus républicain de Vidal de la Blache ?) n’ornent plus les salles d’histoire-géographie et ne nourrissent plus l’imaginaire des élèves… En ce début du XXIe siècle la géographie scolaire siècle affirme son autonomie, pour des raisons aussi bien politiques que pédagogiques. La liste des savoirs à connaître ne peut plus à elle seule définir un programme et structurer un enseignement. L’insistance justifiée sur les « compétences » et les « savoirs faire » replace au centre du dispositif les pédagogues et les didacticiens.

Les programmes les plus récents reflètent incontestablement des choix, parfois drastiques et donc discutés, et rompent avec la tentation encyclopédiste en dépit de l’accusation de lourdeur qui continue de leur être faite. Mais tout n’est pas réglé pour autant et le nouveau Conseil Supérieur des Programmes, mis en place en octobre 2013, apportera une nouvelle pierre à un édifice en perpétuelle rénovation.

Gérard Granier
IA-IPR honoraire de l’académie de Rouen