Diplômes professionnels et réglementation

Le baccalauréat professionnel

Créé en 1985, il existe à l'heure actuelle plus de 100 spécialités de baccalauréat professionnel. Les titulaires de ce diplôme sont aptes à exercer une activité professionnelle hautement qualifiée ; ils peuvent également poursuivre des études, notamment en section de technicien supérieur (STS).

Préparation du diplôme

Voies de formation

Le baccalauréat professionnel peut être préparé :

  • par la voie scolaire, dans les lycées professionnels et les établissements privés d'enseignement technique. Le cursus de préparation le plus fréquent dure trois ans.
    En classe de seconde des établissements d'enseignement public et privé sous contrat, plusieurs spécialités de baccalauréat sont organisées sous forme de familles de métiers, permettant aux élèves d'affiner leur choix de spécialité et de se déterminer en fin d'année scolaire.Dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle, 14 familles de métiers, définies au niveau national, sont mises en place par vagues successives. Elles offrent aux élèves de seconde la possibilité d'acquérir les compétences professionnelles communes aux spécialités concernées.

  • par la voie de l'apprentissage dans les centres de formation d'apprentis publics ou privés ou dans les sections d'apprentissage.  

  • par la voie de la formation professionnelle continue pour des adultes déjà engagés dans la vie professionnelle.

  • par la voie de l'enseignement à distance.

Contenu de la formation

La formation comporte  :

  • une période de formation en milieu professionnel (PFMP) : 18 à 22 semaines réparties sur les trois années de formation, selon la spécialité et fixée par l'arrêté de création de chaque spécialité ;
  • des enseignements basés sur la maîtrise des techniques professionnelles propres à chaque spécialité ;
  • des enseignements généraux reposant sur des programmes rénovés en 2019 : français, histoire-géographie et enseignement moral et civique, mathématiques, arts appliqués et cultures artistiques, langue vivante, éducation physique et sportive, prévention-santé-environnement et, selon les spécialités, un enseignement d'économie-gestion ou d'économie-droit et un enseignement de physique-chimie ou une deuxième langue vivante.

En outre, dans le cadre de la transformation du lycée professionnel initiée en 2018, de nouvelles dynamiques pédagogiques se mettent en place :

  • la co-intervention des professeurs d'enseignement général et d'enseignement professionnel est renforcée. L'objectif est de donner plus de sens aux enseignements généraux en les rendant concrets pour les élèves dans une perspective professionnelle ;
  • chaque lycéen bénéficie d'un temps renforcé dédié à la consolidation, à l'accompagnement et à la préparation de son projet d'avenir (265 heures en baccalauréat professionnel sur l'ensemble du cycle) ;
  • tout au long de son parcours, le lycéen et l'apprenti préparent individuellement ou collectivement un « chef d'oeuvre », qu'il présente à la fin de l'année de terminale professionnelle devant un jury et qui fait l'objet d'une évaluation prise en compte à l'examen.

Enfin, la nouvelle organisation des enseignements prévoit une seule grille horaire pour l'ensemble des spécialités de baccalauréat professionnel qui remplace les deux grilles en vigueur depuis 2009. Cette nouvelle grille horaire s'applique à la rentrée 2019 pour les élèves entrant en seconde professionnelle, en 2020 pour la classe de première puis en 2021 pour la terminale.

Obtention du diplôme

Le diplôme peut être obtenu soit par l'examen, soit par la validation des acquis de l'expérience (VAE).

Par l'examen

Pour se présenter à l'examen, les candidats doivent :

  • soit avoir suivi une préparation au diplôme par la voie scolaire, de l'apprentissage ou de la formation professionnelle continue ;
  • soit avoir accompli trois ans d'activité professionnelle dans un emploi de niveau au moins égal à celui d'un ouvrier ou employé qualifié et dans un domaine professionnel en rapport avec la finalité du diplôme.

L'examen comporte sept épreuves obligatoires qui peuvent se décliner en sous-épreuves et, au maximum, deux épreuves facultatives (Mobilité; langue vivante étrangère ou régionale). À chaque unité correspond un bloc de compétences et une épreuve ou sous-épreuve. Les candidats titulaires d'un autre diplôme peuvent être dispensés d'une partie des unités.

Selon le statut des candidats et le type d'établissements, l'examen peut prendre deux formes différentes :

  • le candidat présente toutes les épreuves au cours d'une même session : cette forme globale est obligatoire pour les scolaires et les apprentis ;
  • le candidat choisit les épreuves qu'il souhaite présenter à chaque session : cette forme progressive est réservée aux candidats de la formation professionnelle continue ou à ceux ayant suivi une préparation par la voie de l'enseignement à distance s'ils le souhaitent.

L'évaluation peut être organisée sous forme ponctuelle ou par contrôle en cours de formation (CCF). Pour réussir son examen, il faut obtenir une moyenne générale égale ou supérieure à 10/20.

Pour les candidats ajournés, une épreuve orale de contrôle est prévue pour les candidats qui ont obtenu :

  • une note moyenne générale égale ou supérieure à 8 et inférieure à 10 sur 20 ;
  • et une note égale ou supérieure à 10 sur 20 à l'épreuve qui évalue la pratique professionnelle.

À l'issue de l'épreuve de contrôle sont déclarés admis les candidats qui ont obtenu une note moyenne au moins égale à 10 sur 20 (moyenne entre la note obtenue à cette épreuve et la note moyenne obtenue aux épreuves obligatoires).

Par la validation des acquis de l'expérience

Toute personne ayant exercé une activité professionnelle salariée, non salariée, bénévole ou de volontariat en rapport direct avec le contenu de la spécialité visée, pendant une durée minimale d'un an, peut demander à faire valider les acquis de son expérience pour l'obtention totale ou partielle du diplôme (article L. 335-5 du code de l'éducation).

Pour toute demande d'information, contacter le DAVA de votre académie.

Textes de référence

Le baccalauréat professionnel est un diplôme national classé au niveau 4 du cadre national des certifications professionnelles.



Référentiels des spécialités de baccalauréat professionnel

Il existe une centaine de spécialités de baccalauréats professionnels. Chaque spécialité du baccalauréat professionnel est définie par un arrêté du ministre chargé de l'Éducation, après avis de la ou des commissions professionnelles consultatives compétentes.

 
Mis à jour le 12 août 2020
Partager cet article
fermer suivant précédent