Éducation à l'alimentation et au goût

Enseigner et éduquer sur le thème de la consommation alimentaire

Etudier la consommation alimentaire, c'est-à-dire la façon dont les populations s'organisent pour consommer et ce qu'elles consomment, c'est s'intéresser aux processus et aux contextes dans lesquels s'effectue toute consommation alimentaire, de l'achat des aliments à l'ingestion de la nourriture.

Aller vers une alimentation saine et responsable : quels enjeux pédagogiques ?

Enseigner et éduquer sur le thème de l'alimentation responsable et favorable à la santé nécessite de mobiliser les outils et les ressources qui permettent aux élèves d'éveiller leur esprit critique quant aux choix, aux pratiques et aux modes de consommation alimentaires.

La démultiplication des supports et des discours sur la définition d'une alimentation favorable à la santé s'est manifestée par une perte de repères et, concomitamment,  une demande plus importante d'informations étayées permettant d'effectuer des choix alimentaires responsables.

Ce sujet recouvre donc deux dimensions fondamentales de l'alimentation : sa dimension nutritionnelle répondant à la question « Vers quels aliments dois-je m'orienter pour composer un menu équilibré ? » et sa dimension socio-économique et environnementale répondant aux questions « Quelles stratégies de consommation (supermarché/marché local, produit transformé/produit frais, temps disponible pour le repas et la cuisine) puis-je adopter au quotidien ? »

L'éducation à la citoyenneté, notamment à travers l'EMC et l'EMI, et l'éducation à  la santé, par le renforcement des compétences psychosociales des élèves, se prêtent à la mise en œuvre d'activités éducatives ou de projets pédagogiques sur le sujet de la consommation alimentaire.

L'éducation à la nutrition

La nutrition est un déterminant majeur de santé. Elle recouvre à la fois l'alimentation et l'activité physique. En effet, alimentation déséquilibrée et sédentarité sont des facteurs de risque de la survenue des principales maladies : obésité, maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, certains cancers ou dénutrition. Ainsi, dans la population française, près de la moitié des adultes (dont 17% d'obèses) et 17 % des enfants (dont 4% d'obèses) sont en surpoids (Enquête DREES, Août, 2019, n° 1122).

Une alimentation favorable à la santé prend en compte la culture alimentaire, le goût, le plaisir de manger et la convivialité d'un repas partagé. Une nutrition satisfaisante à tous les âges de la vie contribue à la préservation d'un bon état de santé. Pour atteindre son objectif d'améliorer la santé de chacun en agissant sur l'un de ses déterminants majeurs, la nutrition, le PNNS agit sur deux leviers complémentaires. Il vise, d'une part, à améliorer l'environnement afin de rendre les choix santé plus aisés, ce qui constitue une priorité si on veut réduire les inégalités sociales et, d'autre part, à rendre les comportements individuels plus favorables à la santé. Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus

Le Nutriscore, un outil du PNNS pour aider à choisir ses aliments

Le logo Nutri-Score est l'étiquetage nutritionnel simplifié recommandé par les pouvoirs publics en France. Il a pour objectifs de faciliter la compréhension par le consommateur de la qualité nutritionnelle des aliments préemballés et d'inciter les industriels à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits. Le logo Nutri-Score est apposé, sur la base du volontariat, par les marques sur la face avant des emballages de leurs produits.

 


Le Score est mis en exergue sur le logo par une lettre plus grande.

 

Grâce à une lettre couplée à une couleur, le logo Nutri-Score informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d'un produit. Chaque produit est ainsi positionné sur une échelle à 5 niveaux allant :

  • du produit le plus favorable sur le plan nutritionnel (classé A) ;
  • au produit le moins favorable sur le plan nutritionnel (classé E).

Il tient compte à la fois des nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et de l'énergie et des nutriments à limiter (calories, acides gras saturés, sucres, sel).

Inscrit dans un ensemble de stratégies mises en œuvre par le Programme national nutrition santé (PNNS 4) et notamment complémentaire des recommandations alimentaires le Nutri-Score aide le consommateur à :

  • Choisir entre plusieurs produits d'un même rayon (par exemple divers types de céréales de petit déjeuner) ;
  • Comparer la qualité nutritionnelle pour un même produit de différentes marques (par exemple plusieurs mueslis).

Enjeux pédagogiques

  • Permettre aux jeunes d'identifier le logo Nutri-Score, de comprendre son utilité, de l'utiliser pour faire des choix bénéfiques pour leur santé.
  • Développer une analyse critique par confrontation des arguments commerciaux et de la réalité de la qualité nutritionnelle.

Le marketing alimentaire

Aborder ce thème dans le cadre de l'éducation à l'alimentation et au goût permet aux élèves d'acquérir un regard critique sur les stratégies de marketing alimentaire.

Le marketing regroupe l'ensemble des techniques qui évaluent les désirs et les besoins du consommateur et, en fonction de ces données, définissent des stratégies pour peser sur leurs décisions d'achat.

En 2006, le rapport de l'Institute of Medicine concluait que le marketing alimentaire contribuait à l'épidémie d'obésité infantile aux États-Unis. Des études ont ensuite quantifié la contribution de la publicité alimentaire à la prévalence de l'obésité ou dans le sens inverse, ont montré la baisse de l'obésité découlant d'une réduction de l'exposition à la publicité alimentaire télévisée. Une étude comparative menée dans plusieurs pays (Australie, Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, États-Unis) auprès d'enfants âgés de 6 à 11 ans a également montré que l'exposition à la publicité alimentaire télévisée contribuait à la prévalence de l'obésité des enfants dans des proportions allant de 4 à 40% selon les pays. Une autre étude de simulation (Veerman et Van Beeck, 2009) a montré qu'entre 1/7 et 1/3 des enfants obèses américains n'auraient pas été obèses en l'absence de publicité télévisée pour des aliments non favorables à la santé.

Plusieurs revues de littérature (en anglais) ont été réalisées sur la nature, l'étendue et les effets du marketing alimentaire. Le marketing alimentaire a fait l'objet de recommandations de la part de l'Organisation mondiale de la Santé. Ces revues de littérature tendent à montrer que le marketing alimentaire à destination des enfants est très répandu dans le monde, concerne principalement des aliments à haute teneur en graisses, en sucres et/ou en sel et a un impact sur les préférences alimentaires, les demandes d'achat et les comportements alimentaires des enfants et des adolescents.

Par ailleurs, une  multiplication  des  supports  médias est constatée pour faire de la publicité alimentaire.
Parmi ces supports on peut citer : la télévision, internet, les réseaux sociaux, les « advergames » (jeux vidéo publicitaires), les téléphones portables, le parrainage ou sponsoring, etc.

Pour aller plus loin

Une enquête sur les effets de la publicité alimentaire sur les comportements alimentaires des enfants 

  Une enquête de Santé publique France, publiée en juin 2020 sur l'exposition des enfants et adolescents à la publicité indique que les publicités vues à la télévision par les enfants et les adolescents concernent majoritairement des produits de Nutri-Score D et E, de faible qualité nutritionnelle

En 2018, ces publicités pour des produits Nutri-Score D et E ont représenté 53,3 % des publicités alimentaires vues par les enfants et 52,5 % des publicités vues par les adolescents

Des études scientifiques ont montré que l'exposition des enfants à de la publicité pour des aliments de faible qualité nutritionnelle induisait une augmentation de 56 % de consommation de ces produits chez les enfants exposés par rapport aux enfants non exposés. 

Le rôle et les missions de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP)

L'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) est l'unique organisation française d'autodiscipline publicitaire. Fondée en 1935, elle est présidée par une haute personnalité indépendante et réunit les trois acteurs de la publicité (les annonceurs, les agences et les médias, supports et régies publicitaires) qui élaborent en son sein des règles déontologiques - les Recommandations de l'ARPP - coconstruites avec la société civile, dans une démarche de communication responsable et constructive.

Les recommandations de l'ARPP :

Pistes d'activités pédagogiques 

  • Fiche ressource "Santé et alimentation : une désinformation mondiale lucrative" élaboré par le Centre pour l'éducation aux médias et à l'information (CLEMI). Accessible à partir du cycle 4, cette fiche s'articule aux apprentissages de l'EMI en matière de connaissance critique de l'environnement informationnel et documentaire. 

Plus de contenu à venir. 

Mis à jour le 15 septembre 2020
Partager cet article
fermer suivant précédent