Éduscol
Accueil    Actualités  

Actualités

Des génomes néandertaliens séquencés

Une interview d’une paléoanthropologue du CNRS détaille les enjeux de ces nouveaux décryptages.

Les génomes des derniers néandertaliens d’Europe entre 39 000 à 49 000 ans sont désormais mieux connus. C’est l’institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig qui annonce de nouveaux renseignements sur l’ADN de l’homme de Néandertal. Pour comprendre le travail des chercheurs, Silvana Condemi, paléoanthropologue au CNRS, revient dans un entretien à Pour la Science sur les questions en suspens. « Ces nouveaux travaux montrent que les Néandertaliens tardifs n’ont pas de gènes nucléaires sapiens en eux, ce qui est une énigme pour les chercheurs », explique-t-elle.


Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programmes :


Autres actualités en lien :

Publié le 23.04.2018

Retour aux articles