L’apprentissage et la pédagogie

Le cadre juridique en vigueur concernant les formations par apprentissage renforce l’importance d’une ingénierie spécifique qui lie les temps de formation en établissement et en entreprise. Travailler la pédagogie de l’alternance d’une action de formation par apprentissage, c’est penser les différents lieux de formation en articulation continue. C’est aussi proposer aux apprentis de participer à des actions culturelles via le théâtre, le cinéma, les arts…

Mis à jour : septembre 2022

La pédagogie de l’alternance

En formation professionnelle, pour qu’un apprentissage soit réussi, il faut que la personne formée soit capable de le mettre en œuvre les compétences dans des activités et des contextes différents de la situation de formation. On considère donc que la compétence de l’apprenant est acquise dès qu’il peut la transposer dans les différentes situations de formation ou de travail qu’il rencontre.

L’alternance répond pleinement à ce principe. Elle repose sur le transfert en continu des compétences intégrant notamment savoirs et savoir-faire, de la situation de « formation » à la situation de « production » et inversement.

Elle engage donc les professeurs et formateurs dans une approche pédagogique spécifique : mettre en place une formation qui alterne des phases de contextualisation (l’apprenant travaille la compétence dans un contexte professionnel donné, réel ou simulé) et de décontextualisation (l’apprenant repère, de l’activité menée, les éléments liés au contexte et les « invariants » pour lui permettre de mobiliser les compétences travaillées dans des situations professionnelles futures).

En voie professionnelle et plus globalement en formation professionnelle, la mise en place de formations alternant des périodes en établissement/centre de formation et des périodes en milieu professionnel (PFMP ou stage) conduit d’ores et déjà les équipes à penser la pédagogie de l’alternance. Elle se concrétise le plus souvent au travers de la négociation des activités conduites au sein de l’annexe pédagogique, des visites de suivi et d’évaluation en entreprise, des retours d’expérience conduits en établissement/centre de formation, de la sollicitation de l’expérience acquise durant les séances de formation ou d’enseignement…

Trois moments clés

Au moment de la contractualisation

La contractualisation s'entend comme l'établissement d'un contrat d’apprentissage, d'une convention de formation ou éventuellement convention tripartite de réduction ou d’allongement de la durée.

Il s'agit de

  • repérer les activités professionnelles et les compétences inscrites au référentiel du parcours de formation défini (référentiel des activités professionnelles et de certification pour les diplômes) ;
  • identifier les lieux de formation possibles pour ces activités/compétences et le potentiel de formation de chacun d’entre eux : centre de formation, employeur, autres lieux possibles considérant notamment la mobilité européenne ou internationale ;
  • travailler les complémentarités entre les lieux de formation (opportunités, limites et contraintes) ;
  • fixer des repères de progressivité dans le temps (nature et complexité des activités).

Ce travail doit être mené conjointement par un professeur/formateur du centre, le maître d’apprentissage et l‘apprenti. Il doit intégrer enseignements professionnels et enseignements généraux. C’est à partir de ces éléments que les progressions pédagogiques en CFA peuvent alors être déclinées.

À l’arrivée du jeune en formation

Il s'agit de

  • mettre en place un positionnement pédagogique de l’apprenti pour mesurer les compétences acquises à l’entrée ;
  • préparer l’apprenti à son arrivée chez l’employeur (compétences préliminaires indispensables…).

Au cours du cycle de formation

Il s'agit de

  • prendre en compte et réinvestir les activités et compétences menées en entreprise ;
  • installer des allers/retours entre les lieux de formation par l’intermédiaire du livret d’alternance, des fiches navette…
  • installer une relation régulière professeur/formateur et maître d’apprentissage, permettant de réajuster le plan de formation défini lors de la phase de contractualisation.

La construction d’un tel parcours peut s’appuyer sur des modalités pédagogiques diverses dont la différenciation pédagogique est le cœur. Un travail est à mener pour permettre de réels allers-retours entre les deux lieux de formation, portant notamment sur les apprentissages, leurs réinvestissements, les obstacles rencontrés…. Elle suppose l'existence d'un projet, associant l’apprenti, les formateurs du CFA et le maître d’apprentissage.

Le livret d’apprentissage

Le livret d’alternance ou d’apprentissage vise à faire le lien entre l’apprenti, le centre de formation (professeurs/formateurs) et l’employeur (maître d’apprentissage). Il a pour objectif d’initier et d’entretenir le partenariat pédagogique entre les deux lieux de formation et mettre en œuvre l'alternance.

Il est proposé par le centre de formation d’apprentis, et précise les modalités, les contenus et les objectifs de la formation dont ceux en milieu professionnel. Il s’agit d’un support de type portfolio renseigné à l’issue de chaque alternance en entreprise et en CFA (identification des situations de travail ou d’apprentissage vécues en entreprise, présentation concise des activités professionnelles réalisées). Cette identification visée par le maître d'apprentissage et les formateurs, atteste que les activités consignées correspondent à celles confiées à l’apprenti au cours de sa formation.

Aucun format n’est imposé. Il peut se présenter sur support papier ou numérique.

Il peut être organisé par période en tenant compte du rythme et du calendrier d’alternance.

Il permet de :

  • coordonner les actions de formation en entreprise et en établissement sur la base de l’alternance mise en place ;
  • organiser la traçabilité de la formation et du suivi de l'apprenant en entreprise et en centre de formation.

Il favorise la communication entre l'apprenti, le maître d'apprentissage et le professeur/formateur.

Il comporte à la fois

  • des informations générales (l’entreprise, le CFA…) ;
  • des informations sur la formation : calendrier, emploi du temps, contenus de formation – activités – compétences…  
  • des informations sur le suivi de l’apprenti, notamment sur l’évaluation des compétences et activités.

Pour aller plus loin

Séminaire sur la « Pédagogie de l’alternance »

Un plan national de formation sur l’apprentissage a été mis en place par la Dgesco en octobre 2021. L’une des thématiques abordées portait sur la pédagogie de l’alternance. Les différentes interventions en plénière ainsi que certains ateliers captés lors du séminaire sont proposés dans le parcours d'autoformation PNF « Alternance, apprentissage et mixité » 2021-2022 sur la plateforme m@gistère. Pour chaque intervention captée, une vidéo est proposée avec pour certaines, des ressources ou des liens associés.

Actions culturelles proposées aux apprentis

Théâtre et cinéma

Valorisation de l’apprentissage via le théâtre

Apprentiscène est un dispositif qui existe depuis plus de 20 ans. Après seulement 20 heures de formation de théâtre comportemental, les apprentis montent sur les planches d’un théâtre prestigieux et jouent des saynètes de 3 minutes sur leur métier et/ou une grande cause. À l’issue de chaque représentation, ils seront départagés par un jury composé de personnalités du monde du théâtre, de représentants d’entreprises, d’experts de la formation et de célébrités, pour aller à la finale nationale d’Apprentiscène 2022.

« Ma classe au cinéma »

Le dispositif Lycéens et apprentis au cinéma est porté par le Centre national du cinéma et de l’image animée avec les ministères en charge de l’éducation, de la culture et de l’agriculture. Il s'adresse aux élèves des lycées d'enseignement général et professionnel, publics et privés, des lycées agricoles et des centres de formation des apprentis (CFA). Dans ce cadre, les lycéens et les apprentis découvrent au moins 3 œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Grâce au travail pédagogique d'accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, ils se constituent les bases d'une culture cinématographique.

« Je filme le métier qui me plait »

Le concours « Je filme le métier qui me plait » est organisé par Euro France Association en partenariat avec le ministère en charge de l'éducation nationale. Il a pour objectif de sensibiliser les jeunes au monde du travail ainsi qu'aux différentes représentations qu'ils ont des métiers. Tous les enseignants de collèges, lycées d'enseignement général et technologique, lycées professionnels, universités, IUT, CFA., établissements français à l'étranger peuvent inscrire leur classe. Le concours s'inscrit dans le cadre de l'horaire dédié à l'accompagnement à l'orientation au collège et au lycée.

Culture scientifique technique et industrielle (CSTI)

« Les sciences au cœur du métier »

Le concours « Les sciences au cœur du métier » est destiné aux jeunes en formation professionnelle qui doivent réaliser une vidéo présentant une expérience scientifique en rapport avec le métier pour lequel ils se préparent.

Cette opération est coordonnée par le Service Inter-académique d’Action Culturelle de la région Nouvelle Aquitaine avec le soutien de la Région Nouvelle Aquitaine, de l’AFDET et du réseau des CCSTI de Nouvelle Aquitaine.

Arts visuels et patrimoine

Mix’art

L’association Mix’art vise à créer un projet d’éducation artistique et culturelle en plébiscitant les arts de la rue. L’objectif du projet est de promouvoir le vivre ensemble au travers des valeurs de la République. Voici une vidéo présentant un projet en lycée professionnel, section Maintenance à Coulommiers. Des lycéens et des apprentis peuvent participer.

Le Kit Images du Louvre

Le Kit Images du Louvre est un dispositif pédagogique itinérant permet d’exposer des reproductions en deux dimensions sur un kit de bâches amovibles de quinze chefs-d’œuvre – dont La Joconde – issus des collections du musée du Louvre. Les lieux accueillant le kit peuvent être des écoles, établissements scolaires, universités, INSPE, centres de documentation et de formation.

Photographie

Pour la photographie, deux partenaires de l’éducation nationale travaillent sur l’éducation aux médias et au développement de l’esprit critique des élèves et des apprentis :