Journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme - 11 mars

Journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme :

le 11/03/2021

Le 11 mars est désormais la journée nationale d'hommage aux victimes de l'ensemble des attentats ayant touché la France depuis les années 1970. La communauté éducative est bien évidemment associée à cet hommage national.

Mis à jour : novembre 2020

Une journée mémorielle nationale et européenne

Le décret n°2019-1148 du 7 novembre 2019 instaure le 11 mars comme « journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme ». Cette date qui correspond aux attentats djihadistes de la gare de Madrid-Atocha en 2004 – les plus meurtriers commis en Europe depuis le 11 septembre 2001 – est aussi, depuis 2005, la « journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme ». Cette première présentation devant les élèves fait émerger la triple dimension nationale, européenne et internationale de cette commémoration. C'est aussi être l'occasion de montrer comment les pouvoirs publics ont souhaité montrer la solidarité de la Nation. En particulier, à la suite des attentats de 2015 visant la République et les valeurs qu'elle représente, a été créée la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme rendant hommage à ceux qui ont été tués, blessés ou séquestrés lors d'événements terroristes.

Manifestations et actions pédagogiques

Lors de cette journée, diverses activités peuvent être mises en œuvre dans les écoles et les établissements scolaires : moments de réflexions et d'échange, ateliers pédagogiques, rencontres avec des témoins, débats autour d'un film, d'une exposition ou d'une représentation artistique, visites d'un musée ou d'un lieu de mémoire, participation à une cérémonie officielle...

Articulation avec les programmes d'enseignement

La mise en œuvre du parcours citoyen peut permettre de présenter le sens de cette journée à partir des programmes scolaires du cycle 2 au cycle terminal, adossés sur le Socle commun de connaissance, de compétences et de culture. Les enseignants peuvent avoir une approche interdisciplinaire et s'appuyer notamment sur les programmes d'enseignement moral et civique, d'histoire-géographie et de l'option de spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques.

Enseignement moral et civique

À l'école et au collège

Pour les cycles 2-3-4, il est prévu que des temps particuliers puissent être mobilisés, notamment à l'occasion des journées mémorielles (BOEN n°30 du 26/07/2018). Une approche pluridisciplinaire (histoire-géographie, lettres, éducation musicale, éducation artistique, éducation physique et sportive, etc.) peut être l'occasion de mobiliser l'ensemble de la communauté éducative lors de cette journée.

En lien avec l'enseignement de la défense et la sécurité, plusieurs thèmes peuvent être abordés : « problèmes de la paix et de la guerre dans le monde et cause des conflits », « les engagements européens et internationaux de la France », etc. Une étude de cas concrète peut s'avérer utile pour une mise en perspective de cette journée. Les enseignants peuvent notamment s'appuyer sur les ressources proposées sur les sites des trinômes académiques.

Au lycée

Le professeur peut développer un « projet de l'année » qui permet l'apprentissage des notions et favorise l'acquisition des capacités attendues. La démarche de l'enquête, la recherche et le commentaire de documents pour l'étude ou comme préalable à la rencontre d'acteurs associatifs, d'élus, ou de toutes personnalités extérieures sont à favoriser. Différentes associations de victimes peuvent être mobilisées à cette occasion. Le témoignage des victimes ou de leur famille peut permettre de présenter par exemple la notion de « résilience ».

Plus spécifiquement :

  • En première générale, cette journée peut être l'occasion d'aborder la question du terrorisme au regard de la thématique de l'information, en lien avec l'éducation aux médias et à l'information et en particulier à la formation des élèves à l'esprit critique, autour de l'objet d'enseignement « mécanismes de contre-vérités : le complotisme et le révisionnisme, les fake news ».
  • En terminale générale, l'un des questionnements porte sur « la protection des démocraties : sécurité et défense nationales ; lutte contre le terrorisme ; état d'urgence et législation d'exception ; cybersécurité ».

Histoire-géographie

Au collège

La question du terrorisme peut être traitée dans le cadre du thème 2 « Enjeux et conflits dans le monde après 1989 », mais aussi en géographie dans le cadre du thème 3 « La France et l'Europe dans le monde ».

Au lycée

Les programmes scolaires de la classe de terminale générale entrant en application à la rentrée en 2020 (BOEN n°8 du 25 juillet 2019) intègrent la question du terrorisme.

Dans le cadre du tronc commun, le thème 4 « Le monde, l'Europe et la France depuis les années 1990, entre coopérations et conflits » traite dans son chapitre 1 des « Nouveaux rapports de puissance et enjeux mondiaux ». Il s'agit de mettre en perspective « les nouvelles formes de conflits : terrorisme, conflits asymétriques et renouvellement de l'affrontement des puissances ».

Dans la voie technologique, l'enseignant peut choisir comme objet d'étude le « 11 septembre 2001 » : « Cet objet d'étude vise à saisir l'événement et ses multiples conséquences. Il permet d'appréhender la question du terrorisme et de son rôle dans l'évolution de la situation internationale. »

Enseignement de spécialité « histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques »

En classe de terminale, le thème 2 porte sur « Faire la guerre, faire la paix : formes de conflits et modes de résolution ». L'un des jalons à étudier est « Le modèle de Clausewitz à l'épreuve des guerres irrégulières : d'Al Qaïda à Daech ».

Ressources utiles (listes non exhaustives)

Ouvrages et documents

Gilles Ferragu, Histoire du terrorisme, Paris, Perrin, 2014

Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, A quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2017

Philippe Lançon, Le lambeau, Paris, Gallimard, 2018

Denis Pechanski (dir), Mémoire et mémorialisation, vol.II : La vérité du témoin, préface de Laurent Vallet, Paris, INA Hermann, 2018

Jenny Raflik, Terrorisme et mondialisation : approches historiques, Paris, Gallimard, 2016

Henry Rousso, Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin, 2016

Michel Wieviorka, Sociétés et terrorisme, Fayard, 1988

Délégation interministérielle à l'aide aux victimes, rapport du Comité mémoriel, Terrorisme faire face : enjeux historiques et mémoriaux, septembre 2018

Ressources audiovisuelles

Des reportages, interviews ou discours emblématiques qui peuvent faire l'objet d'une étude en cours :

Discours de Robert Badinter en 1978 (site de l'INA)

Reportage sur l'attentat de la rue Copernic en 1980 (site de l'INA)

Discours de Jacques Chirac en 1995 (site de l'INA)

Discours de Barack Obama en 2009 (document INA, disponible sur Lumni Enseignement)

Discours de António Guterres (Secrétaire général de l'ONU) en 2018 (site de l'ONU)

Interview de François Molins (procureur de la République) en 2018 (site de France Inter)