Éduscol
Accueil    S'informer    Textes officiels    Programmes    De l'école au collège    Éducation musicale, éducation artistique, projet d’établissement, projet de territoire

Programmes

Éducation musicale, éducation artistique, projet d’établissement, projet de territoire

L’éducation musicale au collège s’enrichit de divers enseignements et dispositifs complémentaires à l’enseignement obligatoire.

Les pratiques collectives : chorales et ensembles instrumentaux

Véritable complément à l’enseignement obligatoire, les pratiques collectives s’appuient sur des objectifs de formation, des compétences à développer et des modalités spécifiques de mise en œuvre. Structurées dans le cadre de l’établissement à raison d’une heure hebdomadaire, elles s’adressent à tous les élèves volontaires ayant le souci d’une pratique musicale régulière et approfondie. Elles ont pour aboutissement une présentation publique du travail réalisé au cours de l’année. Les pratiques collectives peuvent être l’occasion d’un travail commun avec d’autres établissements autour d’un projet artistique fédérateur qui engage la responsabilité de chacun. Dans certaines académies et au niveau national, des associations spécifiques aident au développement et à la reconnaissance de ces pratiques musicales collectives complémentaires de l’enseignement obligatoire.

En partenariat avec les structures de l’enseignement spécialisé, certains projets (communément appelés « orchestres à l’école ») permettent d’apprendre à jouer d’un instrument au départ de situations de pratique collective. Élaboré conjointement par le professeur d’éducation musicale de l’éducation nationale et les professeurs de l’enseignement spécialisé, ils visent l’acquisition de compétences particulières et complémentaires : technique instrumentale, pratique musicale collective, attitude et responsabilité, etc. Ils s’installent dans le temps complémentaire des enseignements obligatoires et profitent des possibilités ouvertes par l’accompagnement éducatif après la classe. 

Accroître la place et l’ambition de chorales ou ensembles instrumentaux au sein d’un collège peut s’appuyer sur les principes qui fondent les classes à horaires aménagés musicales. Il s’agit alors de proposer aux élèves un projet de formation générale incluant une dimension musicale importante et dont tous les éléments sont étroitement reliés entre eux, notamment l’éducation musicale obligatoire définie par le programme et les pratiques musicales collectives proposées. Un tel dispositif ne pouvant concerner qu’un nombre plus réduit d’élèves, ne peut que s’ajouter à ceux qui lui préexistent, inscrits dans le temps complémentaire et ouverts à tous les élèves qui le souhaitent.

Les classes à horaires aménagés – CHAM / CHAD (instruments, chant, danse) – permettent un parcours de formation général cohérent incluant une pratique artistique soutenue. Un tel projet s’appuie sur une convention d’organisation et pédagogique avec un établissement d’enseignement spécialisé de la musique (CRR, CRD, CRC, EMD). Les CHA se construisent en application de textes réglementaires spécifiques, tant pour ce qui concerne leur organisation que pour ce qui touche les objectifs de formation et les contenus d’enseignement[1].

Éducation artistique

L’on peut considérer l’éducation artistique comme une extension du périmètre de l’éducation musicale. Pour le professeur qui souhaite s’y investir, il s’agit de mobiliser un choix de dispositifs complémentaires aux enseignements, certains promus et réglementés au plan national, d’autres relevant des initiatives académiques et des ressources spécifiques de l’environnement culturel local. 

Les classes à projet artistique et culturel

Une classe à PAC, dans le temps de l’éducation, est « un parcours pédagogique » permettant de proposer, dans le cadre à la fois des horaires et des programmes, une expérience artistique et culturelle pour tous les élèves d’une même classe. Les classes à PAC se déroulent dans l’établissement avec le concours d’intervenants (artistes et professionnels des arts et de la culture), selon des horaires d’intervention situés entre huit et quinze heures par an. Elles permettent une diversité d‘approches du fait artistique au-delà des enseignements obligatoires - éducation musicale et arts plastiques -, s’ouvrent à d’autres formes d’expression artistique et peuvent alimenter l’enseignement de l’histoire des arts. Elles reposent sur des initiatives locales dont les enseignants sont les premiers porteurs avant d’en devenir les maîtres d’œuvre au sein de la classe.
 

Les ateliers artistiques 

Ils sont l’occasion d’un travail spécifique avec des professionnels et doivent permettre d’aborder de réelles situations de pratiques artistiques. Organisés sous la responsabilité de l’enseignant, ils s’adressent à des élèves volontaires, à raison de 2 à 3 heures par semaine. Chaque atelier est ouvert pour la durée d’une année scolaire renouvelable après avis de la Délégation académique à l’action culture (DAAC). Ils nécessitent un partenariat avec des structures culturelles agréées par la DRAC.

Les classes culturelles

Les classes culturelles permettent aux élèves de rencontrer des professionnels du secteur culturel sur les lieux de leur travail. Les classes culturelles sont des classes transplantées d'une durée d'une semaine. Elles constituent une variante des classes de découverte et sont l’occasion d’un contact direct avec les différents métiers liés aux arts et à la culture.

Accompagnement éducatif

« Au même titre que l’aide aux devoirs et aux leçons et que la pratique sportive, la pratique artistique et culturelle sera proposée dans tous les établissements (…). Les activités menées dans le cadre de l’accompagnement éducatif prolongent les initiatives prises pendant le temps scolaire et favorisent l’intérêt des élèves pour choisir les enseignements artistiques au lycée ». (Circulaire du 29-4-2008 BO n°19 du 8 mai 2008)

Les projets réalisés dans le cadre de l’accompagnement éducatif s’articulent avec le volet artistique et culturel[2] du projet d’établissement. Ils permettent des pratiques complémentaires aux enseignements obligatoires (éducation musicale et arts plastiques) et développent les aspects culturels des autres enseignements disciplinaires. Ces projets favorisent également l’accès à la culture scientifique ainsi qu’à d’autres domaines dont l’enseignement est proposé en lycée : théâtre, cinéma, danse, arts appliqués, design, histoire des arts, arts du cirque. Ils ont pour objectif d’ouvrir l’élève au monde de l’art et de la culture.

Fondés sur des démarches pédagogiques innovantes, les projets réalisés dans le cadre de l’accompagnement éducatif sont ancrés dans l’environnement proche et privilégient les partenariats avec les structures culturelles locales. Pour cela, la Délégation académique à l’action culturelle (DAAC) apporte son expertise et les forces des partenariats noués aux différents niveaux territoriaux. 

Le conseil pédagogique est l’instance de référence permettant de mener une réflexion transdisciplinaire sur les apports de la pratique artistique et culturelle au sein de l’accompagnement éducatif et au bénéfice des apprentissages fondamentaux. 

Les projets s’appuient sur :

  • l’initiative des équipes pédagogiques qui en définissent la nature, les moyens et les objectifs au regard des besoins des élèves ; 
  • une pratique artistique favorisant des temps d’apprentissage différents et diversifiés, mobilisant pour cela l’autonomie et l’initiative des élèves ;
  • un contact direct avec les œuvres privilégiant notamment les visites de musées ou de centres d’art, la rencontre du spectacle vivant et la participation aux événements culturels locaux ;
  • le partenariat avec les structures locales et, éventuellement, la coopération avec des artistes ou des professionnels de la culture.

Éducation culturelle et projet de territoire

« La généralisation de l’éducation artistique et culturelle suppose que chaque école, chaque collège et chaque lycée soient engagés dans un partenariat avec les institutions culturelles qui l’environnent, dans le cadre, si possible, d’un projet de territoire. Des partenariats avec des institutions de rayonnement national peuvent également être développés », Bulletin officiel n°19 du 8 mai 2008.

L’éducation culturelle amène les élèves à découvrir, connaître, utiliser, tirer parti des ressources institutionnelles qui font leur environnement immédiat (lieux de diffusion du spectacle, lieux patrimoniaux, musées, centres de formation, ateliers de création, etc.). 

Que l’élève soit inscrit dans un établissement d’une grande agglomération urbaine ou dans un établissent rural, il est amené à identifier les ressources qui l’entourent, les propositions qui en émanent, les intérêts et les plaisirs qu’il peut y trouver. Chaque établissement peut s’appuyer sur les conventions passées aux différents niveaux institutionnels (ministère, académie, département) qui toutes visent à faciliter l’accès aux lieux et aux ressources qu’ils portent. Les sites Internet académiques portent cette information et chaque professeur peut y trouver les éléments nécessaires à la première définition d’un projet partenarial en collaboration avec une institution extérieure.

 «…les projets d’écoles ou d’établissements, élaborés en concertation avec les institutions culturelles et les collectivités territoriales, devront tous intégrer un volet culturel concernant tous les élèves », Bulletin officiel n° 19 du 8 mai 2008.

Les dimensions artistique et culturelle du projet d’établissement mettent en perspective les différentes actions menées au bénéfice de la formation des élèves. Élaborées dans le cadre du conseil pédagogique de l’établissement, elles tiennent compte des ressources partenariales et débordent les périmètres des disciplines enseignées pour y développer une vision transversale des actions menées. Ces deux dimensions du projet d’établissement se construisent impérativement sur les enseignements artistiques obligatoires auxquels s’ajoutent, d’une part une offre de pratique artistique approfondie et diversifiée, d’autre part une dimension culturelle construite par les apports spécifiques des différents domaines de connaissance.

« À l’école, au collège puis au lycée, l’éducation artistique apporte des connaissances indispensables à la formation culturelle des élèves. Elle permet de développer une approche sensible et critique du monde conjuguant plusieurs qualités : la sensibilité aux œuvres et à leurs contextes, l’approche cognitive des langages et le développement de pratiques expressives. Elle contribue à la construction progressive de l’identité sociale, civique et culturelle tout en mobilisant et développant l’initiative et l’autonomie des élèves. Elle construit enfin nombre de repères qui fondent la culture humaniste.

Au bénéfice de l’éducation culturelle de l’élève, chaque discipline de formation doit considérer la dimension spécifique de ses connaissances et compétences. Toutes les occasions doivent être également saisies pour que chaque champ disciplinaire identifie les œuvres d’art qui peuvent en témoigner. L’éducation artistique apporte alors une dimension originale et indispensable qui projette cet ensemble, d’une part dans la richesse et la complexité de l’histoire des arts, d’autre part vers une pratique personnelle qui suppose la maîtrise de techniques d’expression spécifiques à chaque champ considéré.

Ainsi envisagée, cette dimension de la formation générale des élèves doit dorénavant apparaître dans toute son ambition au sein du cadre global qui définit le projet général de formation porté par l’école ou l’établissement. Cette inscription solide et cohérente au cœur du projet d’école ou d’établissement doit s’appuyer sur un diagnostic et une évaluation des besoins des élèves dans leur parcours de formation avant de fixer des objectifs et des indicateurs permettant d’en évaluer la mise en œuvre puis de préciser les moyens mobilisés pour les atteindre. Fruit d’un travail concerté de la communauté éducative, le projet ainsi construit doit alors l’engager solidairement sur plusieurs années mais également devenir une référence indispensable permettant de développer les collaborations éducatives avec les partenaires qui l’entourent » (Circulaire n°2007-022 du 22-1-2007).

À tous ces titres, les professeurs d’éducation musicale jouent un rôle essentiel, tant dans la conception que dans la mise en œuvre de ces projets.



1 Bulletin officiel n°31 du 29 août 2002 / Bulletin officiel n°30 du 27 juillet2006 / Bulletin officiel n°04 du 25 janvier 2007 

Le volet artistique et culturel du projet d’établissement présente les objectifs de formations et les compétences à acquérir dans le cadre des diverses activités proposées.