Éduscol
Accueil    S'informer    Textes officiels    Programmes    De l'école au collège    Éducation musicale, culture artistique et histoire des arts

Programmes

Éducation musicale, culture artistique et histoire des arts

La mise en œuvre du programme d’éducation musicale apporte aux élèves nombre de repères sur la musique, les arts et plus généralement la culture. Elle alimente alors l’enseignement d’histoire des arts dont les objectifs propres convergent avec ceux de l’éducation musicale. Il en va de même pour les arts plastiques mais également pour toutes les disciplines qui, plus ponctuellement, sont amenées à aborder des questions artistiques (œuvres, contextes, esthétiques). Si toutes les disciplines sont amenées à apporter leur contribution à l’enseignement de l’histoire des arts, les enseignements artistiques peuvent incontestablement poser les fondements de cette ambition éducative. Ces apports divers, en quantité comme en qualité, devront alors être organisés les uns par rapport aux autres afin de donner corps à l’histoire des arts dans le parcours de formation des élèves. Et c’est bien dans ce sens qu’il faut comprendre l’arrêté d’organisation de l’enseignement de l’histoire des arts : il n’est programme d’enseignement que lorsqu’il articule les apports des différentes disciplines. 

Le présent texte vise à éclairer les relations qu’entretiennent programme d’éducation musicale et arrêté d’organisation de l’enseignement de l’histoire des arts. Il apporte aux professeurs d’éducation musicale des références et repères pour qu’ils puissent prendre toute leur place et jouer un rôle central dans la mise en œuvre de ce nouvel enseignement.

Des liens explicites

Le nouveau programme d’éducation musicale au collège se tourne de manière naturelle vers d’autres domaines artistiques : arts visuels, arts du langage ou encore arts du spectacle vivant. L’histoire des arts, qui recouvre l’ensemble de ces différents domaines, en est alors le point de convergence. Son enseignement repose sur la réunion des différentes compétences et connaissances culturelles acquises dans des domaines disciplinaires différents et sur la transversalité des savoirs enseignés.

Éducation musicale

Histoire des arts

Préambule 

Préambule

« Entre techniques plus ou moins complexes et richesse des contextes, l’œuvre musicale dévoile ce qui fait l’histoire, celle des hommes, des sociétés et des cultures sans lesquelles elle n’existerait pas. L’éducation musicale au collège contribue pour une large part à la construction d’une culture artistique organisée dans le temps et l’espace, ouverte à la diversité des champs de la création comme à celle de leurs contextes ». 

Inviter « à découvrir et apprécier la diversité des domaines artistiques, des cultures, des civilisations et des religions, à constater la pluralité des goûts et des esthétiques et à s’ouvrir à l’altérité et la tolérance ».

Des objectifs et contenus qui se renforcent mutuellement

Les objectifs de formation posés par le programme d’éducation musicale débordent volontiers le simple cadre disciplinaire. Ils alimentent alors très naturellement ceux de l’enseignement de l’histoire des arts tels qu’ils sont proposés dans le texte qui en précise l’organisation[6] .

Éducation musicale

Histoire des arts

Introduction : Objectifs et contenus de formation

Objectifs pour le collège

L’éducation musicale « apporte un ensemble de connaissances culturelles, techniques et méthodologiques, spécifiques », favorise la curiosité, développe la sensibilité, la créativité et s’attache à l’analyse pour proposer une pratique artistique « sensible et réfléchie »

  • développer la curiosité et favoriser la créativité de l’élève notamment en lien avec une pratique artistique, sensible et réfléchie
  • aiguiser ses capacités d’analyse de l’œuvre d’art
  • l’aider à se construire une culture personnelle fondée sur la découverte et l’analyse d’œuvres significatives

Culture musicale et artistique

  • « L’élève apprend que toute culture se construit dans un faisceau de traditions et de contraintes
  • L’élève apprend que la musique témoigne toujours de contextes qui la dépassent, qu’il s’agisse de faits historiques ou d’espaces géographiques
  • L’élève apprend que l’histoire européenne de la musique, si elle se développe sur une très longue durée, s’organise en grandes périodes esthétiques
  • L’élève apprend à être auditeur, interprète et créateur
  • L’élève apprend ce qui fait un style et découvre qu’il peut toujours s’en emparer
  • L’élève apprend que tout projet musical s’enrichit des références culturelles dont on dispose. »

Ainsi, l’atteinte des objectifs visés par l’éducation musicale garantit-elle une contribution essentielle à l’enseignement de l’histoire des arts.

Des compétences et des connaissances qui se complètent

Les référentiels de compétences[7]  du programme d’éducation musicale répertorient les connaissances, capacités et attitudes à acquérir et construire tout au long de la scolarité au collège. Fondement du travail des élèves, ils sont aussi l’horizon de la pédagogie mise en oeuvre. Si certaines compétences sont spécifiquement musicales, d’autres touchent plus largement aux capacités à observer, décrire, identifier, comparer, situer, commenter la démarche artistique et les œuvres qui en témoignent. Elles alimentent ainsi l’enseignement de l’histoire des arts, lui apportant en outre une profondeur particulière liée à l’expérience d’une pratique artistique exigeante.

Éducation musicale

                         Histoire des arts

  • Être capable de poser des repères esthétiques caractéristiques
  • D’une époque de l’histoire des arts
  • D’une fonction de la musique (musique de danse, de cinéma, etc.)
  • D’une association de la musique à une autre forme d’art
  • Être capable d’utiliser des gestes récurrents : identifier, comparer, situer 
  • Être capable de construire un réseau de références de plus en plus dense constitué d’œuvres diversifiées dans le temps et l’espace.
  • Être capable d’identifier différents styles et différentes époques, des styles de musique de périodes chronologiques différentes…
  • avoir une connaissance précise et documentée d’œuvres appartenant aux grands domaines artistiques 
  • avoir des notions sur les langages et les techniques de production des grands domaines artistiques et un vocabulaire spécifique.
  • Être capable de situer des œuvres dans le temps et dans l’espace ;
  • Être capable d’identifier les éléments constitutifs de l’œuvre d’art (formes, techniques, significations, usages) ;
  • Être capable d’effectuer des rapprochements entre des œuvres à partir de critères précis (lieu, genre, forme, thème) 
  • Être capable de mettre en œuvre des projets artistiques individuels ou collectifs

Des rencontres disciplinaires qui ouvrent de nouvelles perspectives

Pour chaque niveau d’enseignement, le parcours annuel de formation proposé en éducation musicale intègre au moins une séquence articulée à d’autres disciplines enseignées. 

Éducation musicale

                         Histoire des arts

« Les œuvres étudiées mettent (…) en lumière l’histoire des hommes, de leurs idées et des sociétés qui les ont vues naître. Chaque année, en relation avec une ou plusieurs autres disciplines scolaires, elles permettent d’apporter des compléments de connaissances. Cette approche pluridisciplinaire s’enrichit des exigences propres au programme d’histoire des arts et en particulier des thématiques qui y sont présentées. » 

En associant plusieurs disciplines à l’étude d’une thématique librement choisie par l’équipe pédagogique, il s’agit « d’aborder les œuvres sous des perspectives variées et de les situer dans leur contexte intellectuel, historique, social, esthétique, etc. ; [elle fédère] les savoirs acquis dans chaque discipline autour d’une question commune et favorise ainsi les échanges et les débats[8] ».

 

Œuvre, temporalité, histoire et chronologie

L’éducation musicale doit en permanence se soucier d’éducation à la chronologie ; elle ne peut en aucun cas s’y soumettre.

Éducation musicale

                         Histoire des arts

« Si une approche linéaire de la chronologie ne peut déterminer le parcours de formation, la mise en perspective permanente des œuvres étudiées structure progressivement la conscience historique des élèves. Dans cet esprit, elles sont choisies de façon équilibrée afin de couvrir progressivement la diversité des périodes historiques et aires géographiques représentatives. Quelle que soit l’œuvre étudiée, sa mise en relation avec des témoignages d’autres époques développe la conscience de la chronologie. La connaissance de l’histoire de la musique et des arts se construit alors en conséquence de ces allers et retours permanents. »

« L’enseignement de l’histoire des arts couvre la période qui va de la Préhistoire aux temps actuels sur des aires géographiques et culturelles variées. (…) Ce cadre chronologique n’implique pas l’enfermement dans une période étroite. Un style peut réapparaître, bien longtemps après son émergence, y compris aujourd’hui, le néo-classicisme ou le néogothique, par exemple. Ceci implique une souplesse que chaque professeur peut utiliser pour faire comprendre aux élèves les liens qui éclairent l’histoire des arts, en dehors d’un strict découpage chronologique. »

 

Une pédagogie adaptée

Les séquences « partagées » sont construites à partir des objectifs fixés par l’équipe pédagogique concernée et associent les compétences à travailler dans chaque domaine disciplinaire. Les œuvres supports sont ensuite choisies en fonction des liens qu’elles entretiennent avec les disciplines associées, mais aussi de leur temporalité, de leur esthétique et des liens qu’elles entretiennent entre elles et avec différents domaines artistiques.

Éducation musicale

                         Histoire des arts

« Les œuvres sont analysées à partir de quatre critères au moins : formes, techniques, significations, usages. Ces critères peuvent être abordés selon plusieurs plans d’analyse notamment:
  - formes : catégories, types, genres, styles artistiques ; constituants, structure, composition, etc.
  - techniques : matériaux, matériels, outils, supports, instruments ; méthodes et techniques corporelles, gestuelles, instrumentales, etc.
  - significations : message (émis, reçu, interprété) ; sens (usuel, général, particulier ; variations dans le temps et l’espace) ; code, signe (signifiant/ signifié) ; réception, interprétation, décodage, décryptage, etc.
  - usages : fonction, emploi ; catégories de destinataires et d’utilisateurs ; destination, utilisation, transformation, rejets, détournements, etc.

Toute autre approche prendrait le risque de l’enfermement sur des considérations théoriques « magistrales » sur telle ou telle thématique ou période historique. Elle risquerait alors de n’appréhender l’œuvre - ou les œuvres - d’art que comme des illustrations ponctuelles d’une question complexe. Elle ne pourrait garantir les compétences visées par les enseignements artistiques et l’enseignement de l’histoire des arts.

La pratique artistique : un apport original de l’éducation musicale à l’histoire des arts

L’éducation musicale propose des pratiques régulières et diversifiées. Ces allers et retours perpétuels entre écoute et expression, entre perception et production, ou encore entre interprétation et création garantissent une connaissance expérimentée des œuvres, une sensibilité documentée aux esthétiques, en d’autres termes, une capacité à faire de l’histoire des arts avec les œuvres ou les situations d’expression.

Éducation musicale

                         Histoire des arts

« Une culture musicale se construit lorsque toute situation pratique (écoute, interprétation, création) convoque des connaissances relevant aussi bien des œuvres, de leurs contextes et références, que des techniques, des langages et situations d’expression préalablement rencontrés et étudiés. Dès que cette attitude est mise en œuvre, elle contribue à l’intelligibilité du monde et enrichit les relations humaines et sociales nouées par chaque individu. » 
  « Une séquence articule plusieurs situations musicales. Ainsi, lorsque l’œuvre écoutée ou interprétée est à la base de l’éducation de la perception auditive, elle est aussi le témoin culturel d’un contexte, d’une esthétique ou encore d’un questionnement »

La formation artistique et culturelle des jeunes se fonde sur l’exercice d’une pratique effective, éclairée par la rencontre avec des œuvres, et associée à des apprentissages techniques.

Le projet musical qui organise les pratiques artistiques en éducation musicale propose aux élèves une approche complémentaire des œuvres. La réalisation de productions diversifiées renforce particulièrement l’appropriation des styles et concourt à l’ancrage des repères historiques et culturels.

Des outils spécifiques à l’éducation musicale pour aider à l’enseignement de l’histoire des arts

  • Éducation musicale

Le tableau présentant la diversité des œuvres étudiées sur les quatre années du collège et le référentiel sur le domaine des styles, qui le précède, permettent de poser progressivement des repères complémentaires et cohérents dans le temps et l’espace (grandes périodes esthétiquement cohérentes de l’histoire des arts, traditions occidentales ou non occidentales, dimensions populaire et/ou savante de la création). Ils engagent également à interroger le sens de l’art, sa portée symbolique, expressive, sociale voire politique au travers de grandes problématiques de référence (liens à d’autres formes d’expression artistique ou d’autres domaines de la connaissance, relation entre profane et sacré ou entre cultures d’origines différentes,  fonctions, circonstances de la création, modes de consommation ou d’écoute de la musique). 

Les règles de mise en œuvre pédagogique qui accompagnent ce tableau garantissent d’abord que chaque élève rencontrera et étudiera une diversité d’œuvres et de problématiques de référence. Elles permettent parallèlement d’organiser dans une temporalité rigoureuse, équilibrée et sans impasse, la conscience que doivent avoir les élèves des situations temporelles et spatiales des œuvres étudiées.

      
  • Histoire des arts
  •  

Ces outils spécifiques à l’éducation musicale éclairent les « piliers » qui organisent l’enseignement de l’histoire des arts et contribuent à leur mise en œuvre.

Les périodes historiques

  • De l’Antiquité au IXe s. 
  • Du IXe s. à la fin du XVIIe s.
  • XVIIIe s. et XIXe s.
  • Le XX e s. et notre époque.

Les grands domaines artistiques
 - Les « arts de l'espace » 
 - Les « arts du langage » 
 - Les « arts du quotidien » 
 - Les « arts du son » 
 - Les « arts du spectacle vivant » 
 - Les « arts du visuel » 

Les thématiques
 - « Arts, créations, cultures »
 - « Arts, espace, temps »
 - « Arts, Etats et pouvoir »
 - « Arts, mythes et religions »
 - « Arts, techniques, expressions»
 - « Arts, ruptures, continuités »

  

Les deux exemples proposés en annexe (ci-dessous) mettent en évidence l’apport de l’éducation musicale à l’enseignement de l’histoire des arts dans le respect des exigences portées par le programme disciplinaire et l’arrêté d’organisation. Pour chacun d’entre eux, une œuvre de référence est présentée au travers des enjeux qui lui sont propres et susceptibles d’être parallèlement étudiés par d’autres disciplines scolaires. Cette rencontre autour d’une œuvre ou d’une « question artistique » renforce les repères construits dans chaque discipline en leur donnant une profondeur culturelle.

Annexes

 

Exemple 1  

illusions et réalités – 5e – Réalisé à l’initiative du professeur d’éducation musicale

Éducation musicale 

Objectif  principal : « Il apprend à tirer parti de la subjectivité de sa perception plutôt que d’en rester dépendant ».

Compétences : être capable de respecter  « les hauteurs du modèle donné ou imposé par le contexte » (domaine voix et geste) ; maîtriser « La richesse harmonique (le spectre) » (domaine du timbre et de l’espace) ; découverte des « Musiques savantes et usant de nouveaux matériaux langages et technologies » (domaine des styles). 

Œuvre principale : Sud de JC Risset (avec l’illusion auditive du son qui descend perpétuellement).

Projet musical : illusion de la polyphonie par production d’une monodie sur plusieurs plans sonores différenciés (principe du human beat box) : illustration sonore selon ce principe, par exemple à partir d’une œuvre de Rahzel. 

Arts plastiques

Aborder une œuvre de MC Escher : par exemple Ascending and descending ou Waterfall

Dans le cadre du travail sur l’image mené en 5e , et plus particulièrement : « le travail sur l’image s’attachera en premier lieu à étudier ce qui différencie les images qui ont pour référent le monde sensible, réel, de celles qui se rapportent à un univers imaginaire, fictionnel. » (Programme d’Arts Plastiques)

Mathématiques

En écho à une œuvre d’Escher, en géométrie (Programme de Cinquième) : « Reconnaître dans une représentation en perspective cavalière d’un prisme droit les arêtes de même longueur, les angles droits, les arêtes, les faces parallèles ou perpendiculaires ». Un travail sur les deux œuvres évoquées plus haut permettra de suivre cette indication des programmes : « Les diverses activités de géométrie habituent les élèves à expérimenter et à conjecturer, et permettent progressivement de s’entraîner à des justifications mettant en œuvre les outils du programme et ceux déjà acquis en classe de sixième ». 

Histoire des Arts

Période historique -  « Classe de 5e : Du IXe s. à la fin du XVII » : ce sujet ne s’inscrit pas dans une période historique précise, mais les études ou les réalisations faites aussi bien en éducation musicale (œuvre de Garbarek dans un style moyenâgeux – avec saxophone donnant l’illusion d’un cornet à bouquin) qu’en Arts plastiques (Travail dans le style d’Arcimboldo, étude d’anamorphoses…) peuvent suivre partiellement cette contrainte.

Domaines artistiques : Arts de l’Espace ; Arts du son.

Thématiques : « Arts, espace, temps ». Plus précisément : « L’œuvre d’art et l’évocation du temps et de l’espace : construction (vitesse, durée, répétition ; perspectives, profondeur de champ ; illusions d’optique, etc.) »

  

 Exemple 2 

Orphée, de l’antiquité à nos jours – 6e – Réalisé à l’initiative d’un professeur de français

Français

Programme : « le professeur fait lire des extraits choisis parmi les œuvres suivantes (…) Les métamorphoses d’Ovide. » 

Choix proposé : Livre Dixième : La quête d’Eurydice. Etudier le mythe et son interprétation par Cocteau dans son œuvre cinématographique Orphée (1950, musique de G. Auric).

Partie étude de l’image : programme : « le professeur puise principalement dans l’iconographie très riche liée aux textes de l’Antiquité et à leur représentation au fil des siècles ». 

Histoire-géographie

D’une façon générale il est possible de « travailler sur des œuvres d’art en visant l’acquisition de compétences méthodologiques utiles à leur analyse, en particulier pour ce qui relève du travail sur l’image ». 

En Sixième : « Partie II, Thème 1 - AU FONDEMENT DE LA GRECE : CITES, MYTHES, PANHELLENISME »

Travail sur la représentation de la mort d’Orphée à partir de divers supports (vases, mosaïques) de l’époque hellénistique. 

Éducation musicale

Objectif  principal : l’élève « apprend que la sensibilité musicale peut varier selon l’époque ou la situation géographique du créateur comme de l’auditeur ».

Compétences : Distinguer « deux styles de musique de périodes chronologiques éloignées l’une de l’autre » (domaine du style)

Œuvre principale : comparaison entre le style musical d’Orphée et Eurydice opéra de Gluck (1774) et celui du Voile d’Orphée de Pierre Henry (1953).

Histoire des Arts

Période historique «Classe de 6e :De l’Antiquité au IXe s »  : Antiquité et ses résonances au XX° siècle.

Domaines artistiques : Arts du langage ; Arts du son ; Arts du quotidien.

Thématiques :  « Arts, mythes et religions ».