Éduscol
Accueil    Se former    Éclairages sur la pédagogie    Pratiques d'écoute    Pédagogie de l’écoute : Les mécanismes de la perception

Pratiques d'écoute

Pédagogie de l’écoute : Les mécanismes de la perception

Pour commencer…

Le terme de perception tend à disparaître au profit du concept plus général de « traitement de l'information » visuelle ou auditive. On peut considérer l'écoute musicale comme une activité de traitement de l'information sonore.

1. Les conduites perceptives

- la détection d'un stimulus sonore

- l'identification: comparaison entre un stimulus sonore et un modèle stocké en mémoire (la mémoire constituant une sorte de lexique intérieur qui s'enrichit des expériences acquises au cours de la vie). Cette identification se fait en quelques millisecondes

- la discrimination: comparaison entre deux évènements sonores, recherche des particularités qui les rapprochent ou les distinguent (fait davantage intervenir la mémoire et le vocabulaire, et suppose une capacité à abstraire et analyser ces particularités)

- l'estimation: peut être de nature diverse

· appréciations relatives à l'effet psychologique ou émotionnel ressenti

· jugements objectifs concernant le matériau sonore, la forme, etc

· jugements normatifs, appréciations personnelles ou se référant à des normes culturelles

· jugements de signification, associant la musique à un contenu extra-musical (association d'images mentales sonores à des images visuelles, littéraires ou sentimentales - ex: figuralisme, musique descriptive)

Ces procédures d'estimation sont liées aux capacités d'association sémantique et à la richesse du vocabulaire acquis.

Ces diverses conduites perceptives s'imbriquent dans l'écoute active. Il est toutefois indispensable d'être conscient de leur complexité croissante afin de construire une progression pédagogique de l'activité auditive.

Le développement des conduites perceptives chez l'enfant 

· de 3 à 6 ans, développement progressif des capacités d'identification, mais la perception reste globale (juxtaposition de sensations, difficulté à saisir une organisation, tâches de discrimination difficiles, sinon impossibles)

· à 6 ans, écoute progressivement plus analytique, sélection et mises en relation des informations, développement des capacités de discrimination (« pareil, pas pareil »)

· de 7 à 15 ans, développement des associations sémantiques, des capacités d'estimation, d'écoute polyphonique et de structuration dans le temps

Dans cette maturation progressive, le développement génétique et la formation culturelle de l'enfant jouent des rôles essentiels, l'aspect affectif est indissociable de l'aspect cognitif (le plaisir musical, l'émotion esthétique sont intimement liés à la compréhension du langage musical).

L'écoute active en classe a pour buts essentiels… 

· de développer les capacités d'appréhension immédiate (augmenter le nombre de stimuli consécutifs ou simultanés perçus dans une unité temporelle, un présent psychologique d'une durée de 5 secondes)

· d'enrichir le « lexique intérieur » pour faciliter l'identification

· de développer la mémoire musicale, et les capacités de discrimination

. d'enrichir le vocabulaire, de multiplier les références auditives et les repères culturels pour développer les facultés d'estimation

2. Les attitudes perceptives

Dans la perception, comme dans toute fonction psychologique, l'état de préparation est important et conditionne en partie les modalités d'écoute (passive/active, globale/analytique) et les réactions à ce qui est perçu.

Sur les plans didactique et pédagogique, il est essentiel de veiller à cet état de préparation, et en particulier à certaines de ses composantes :

· l'attention : elle doit être sollicitée, stimulée, afin d'éviter l'écoute passive et subie. Un climat de concentration est indispensable, l'écoute ne doit pas être parasitée par des évènements extérieurs (déplacement ou discours de l'enseignant sur un autre objet que celui qui est écouté, bavardage des élèves)

· la motivation : elle est essentielle. Elle sera plus aisément obtenue en informant les élèves du projet pédagogique, en voyageant dans l'espace et dans le temps, et en variant les modalités d'écoute (articulation à une pratique, à un graphisme, à des images, à une thématique abordée dans une autre discipline, etc.)

. l'attente : peut être créée en donnant avant l'écoute des consignes qui limitent le champ des paramètres à identifier, ou qui centrent l'écoute sur un élément précis à analyser

3. Les modalités d'écoute

· Écoute globale, pour le plaisir, pour le bien-être ou une stimulation intérieure, ressenti d'ordre physique et affectif

· Écoute analytique

Groupements auditifs… 

Les travaux des psychologues gestaltistes (du mot allemand Gestalt, forme) ont montré qu'il existe des tendances universelles à procéder par groupement d'éléments, tant sur le plan de la perception visuelle que de la perception auditive. Quelques exemples de ces groupements auditifs assez aisés et immédiats :

· proximité: motifs mélodiques, groupes rythmiques

· continuité: direction d'un mouvement sonore, d'une ligne mélodique, phénomène d'attraction

· rapport figure-fond: mélodie superposée à un contexte harmonique, timbre soliste émergeant d'un orchestre, sons ponctuels émergeant d 'une trame statique

· contraste: aigu/grave, piano/forte, consonant/dissonant, etc.

· construction progressive: construction d'une texture polyphonique par entrées successives d'un dessin mélodique connu (ex: fugue)

· dissociation (dimension verticale)

L'écoute active en classe doit permettre à l'élève d'appréhender progressivement des sources sonores plus complexes (par exemple, deux mélodies simultanées) ou de se détacher du plan sonore le plus aisément perceptible (par exemple la mélodie supérieure) pour fixer son attention sur un autre plan (une ligne intermédiaire, ou la basse, par exemple).

L'articulation écoute/pratique favorise d'ailleurs ce processus de dissociation.

Structuration temporelle (dimension horizontale)… 

Une autre dimension importante dans l'appréhension auditive consiste à saisir la structure temporelle d'une oeuvre dans son ensemble: suivre et garder en mémoire des éléments thématiques et leur traitement, différencier les épisodes transitoires des retours thématiques, dégager une construction, des articulations. La mémoire à court terme joue un rôle primordial dans cette activité.
 

Didactique de l'écoute

1. Définir un programme d'écoute sur plusieurs semaines, sur l'année

· en fonction du programme officiel (6 écoutes de genres, de styles, d'époques différents, et des écoutes « satellites » pour chaque niveau, exigences spécifiques pour la classe de 6e)

· en fonction des capacités perceptives des élèves, de leurs acquis

· en fonction des textes choisis pour la pratique musicale

· en fonction des possibilités de travail interdisciplinaire, ou des opportunités (émission télévisée, animation musicale dans l'établissement, sortie au concert, etc.)

2. Définir des objectifs spécifiques à chaque séquence

Il peut s'agir de:

· Écouter un texte musical réalisé ou devant être réalisé en classe (chanson, mélodie instrumentale, etc.) et comparer des interprétations

· Découvrir ou reconnaître une (ou des) notion(s) du langage musical, éventuellement en articulation avec une pratique

· Comparer deux ou plusieurs extraits pour percevoir des constantes ou une évolution

· Illustrer une période historique, un style musical, un aspect émotionnel ou fonctionnel de la musique, etc. ;

· Articuler une écoute avec d'autres modes d'expression ( poésie, cinéma, arts plastiques, etc.)

· Articuler une écoute à une thématique interdisciplinaire

· autre ...

Ces objectifs peuvent être cumulés autour d'un même extrait musical.

3. Définir des notions à aborder, et un vocabulaire d'analyse

Établir une progression, prévoir pour chaque niveau une liste de notions et termes (acquisition et révision) à aborder à travers l'écoute au cours de l'année.

Aborder les quatre domaines prévus par les programmes: espace, temps, couleur, forme.

Prévoir également un vocabulaire lié au pouvoir émotionnel de la musique (climat, atmosphère) afin de permettre aux élèves d'exprimer leur subjectivité.

4. Choisir un extrait musical conforme aux objectifs et à la logique du cours

Écouter des musiques très diverses, en se replaçant dans une écoute naïve, en s'efforçant d'oublier ses connaissances et références culturelles.

Choisir un extrait significatif de la (ou des) notion musicale choisie, du style retenu, de l'esthétique ou de la thématique abordée.

Adapter la durée et la complexité de l'extrait aux capacités perceptives des élèves et selon une progression dans les modalités d'écoute (dimensions verticale et horizontale).

Rechercher si nécessaire la cohérence avec les autres activités du cours (ex: sur le plan de la forme, ou du style).

Analyser largement en amont du cours l'extrait choisi (si possible à l'aide de la partition lorsque la pièce choisie s’y prête), relever et travailler des exemples musicaux, prévoir les repères culturels pertinents, rechercher toute la documentation nécessaire.

5. Définir un angle d'approche

Choisir la manière la plus pertinente d'aborder l'extrait :

· écoute non guidée, sans préparation

· écoute guidée oralement avec consignes précises

· réponses à un questionnaire écrit, remplissage d'une grille

· imprégnation musicale autour d'un élément caractéristique du fragment, puis écoute

· repérage initial sur une partition, un schéma

· analyse préalable d'un texte littéraire ou d'images

· autre...

Diversifier les modes d'approche pour stimuler la curiosité des élèves

6. Définir un questionnement, la durée, la fréquence des différentes écoutes

Prévoir de manière précise les questions posées, la manière dont l'activité sera conduite.

Prévoir les exemples musicaux en recherchant un équilibre entre approche globale et analyse détaillée, en veillant à conserver le climat musical (attention au découpage aride), et à ne pas lasser les élèves.

7. Prévoir la gestion du temps

L'analyse d'un fragment musical peut être répartie sur plusieurs séances, de manière à favoriser le jeu de la mémoire.

Prévoir la place des écoutes satellites, plus rapides, moins approfondies mais toujours démonstratives des caractéristiques travaillées.

8. Choisir les supports pédagogiques adaptés

Des documents visuels peuvent favoriser la perception d'éléments musicaux, ou l'approche de caractéristiques esthétiques: extrait de partition (penser à l'utilisation du rétroprojecteur ou de l'écran informatique), reproduction de tableaux, de monuments, etc.

9. Prévoir les traces écrites au tableau et dans le cahier des élèves

Prévoir une utilisation concise et claire du tableau: déroulement de la séquence, propositions des élèves dont il faudra tirer parti, notions nouvelles, graphismes.

Les élèves doivent conserver dans leur cahier quelques traces écrites des écoutes : vocabulaire d'analyse, caractéristiques musicales, exemples musicaux, repères culturels (titre de l'extrait, auteur éventuel, situation).

Prévoir de situer chaque écoute dans le temps (frise), dans l'espace (carte géographique), Éventuellement, compléter un tableau permettant de visualiser la musique dans ses rapports avec toutes les activités humaines (Cf. programmes du cycle central).

10. Concevoir une articulation possible avec les autres activités du cours

Rechercher systématiquement pour chaque texte proposé (pratique vocale ou instrumentale, écoute) d'autres supports musicaux pouvant être mis en relation.

Travailler par thématique sur plusieurs semaines, choisir par exemple une thématique par demi-trimestre.

Informer les élèves de ces thématiques.

11. Prévoir une articulation possible avec d'autres disciplines

Se renseigner sur les programmes d'histoire ou de géographie, sur les textes étudiés en français. Proposer aux collègues de lettres, de langues, ou d'autres disciplines, des thématiques ou des textes communs.

S'intégrer à travers l'activité d'écoute à des projets interdisciplinaires (IDD, Parcours, Travaux, autres…).

12. Prévoir le travail personnel des élèves

Solliciter un peu de travail personnel : petites recherches sur un auteur, un instrument, un style musical, révision d'un vocabulaire acquis.

Se renseigner sur les ressources documentaires du C.D.I..

13. Prévoir les modalités d'évaluation

Toute évaluation des acquis liés à l'activité d'écoute doit s'appuyer sur l'analyse auditive de documents sonores écoutés au moment de l’évaluation.

Il faut évaluer des aptitudes (finesse perceptive, mémoire musicale) des savoir-faire (identification, discrimination, dissociation, structuration dans le temps, estimation), des connaissances (vocabulaire, repères culturels).

Retrouvez ce document et des réflexions complémentaires sur le site de l’académie de Toulouse.