Éduscol
Accueil    Éditorial

Éditorial

Alors que le « plan chorale » poursuit son déploiement, l’année scolaire 2019-2020 est marquée par la mise en œuvre d’importantes réformes touchant particulièrement l’enseignement de la musique au lycée.

Au sein du lycée général, une nouvelle économie de la formation se met en place. Elle permet dorénavant d’associer diverses spécialités, notamment scientifiques, à la spécialité musique lorsque qu’antérieurement celle-ci restait prisonnière des spécialités proposées en série L. Ces nouvelles possibilités devraient permettre à des élèves aux profils plus hétérogènes de poursuivre un parcours de formation musicale au lycée associant une plus grande diversité d’enseignements. Elles devraient également contribuer à valoriser la dimension artistique de la formation et ses plus-values en cycle terminal au regard des attendus des diverses voies de formation proposées par l’enseignement supérieur.

L’enseignement optionnel proposé aux élèves des voies générale et technologique sur les trois années du lycée repose dorénavant sur la réalisation de projets musicaux de diverses natures. Toujours collectifs, menés en classe entière ou bien par petits groupes, ils reposent sur le plaisir de la pratique musicale, s’enrichissent de connaissances et références nouvelles apportées par le professeur et développent des compétences techniques et méthodologiques, ces dernières, plus transversales, profitant à d’autres disciplines enseignées et développant l’autonomie, l’initiative et la créativité de chaque élève.

La série technologique technique de la musique et de la danse est profondément rénovée et devient Sciences et techniques du théâtre, de la musique et de la danse (S2TMD). Mise en œuvre conjointement par des équipes pédagogiques associant lycées et conservatoires, elle accompagne les lycéens dans un parcours exigeant de formation artistique tout en leur permettant d’acquérir un solide niveau de formation générale et culturelle. Cette nouvelle approche doit permettre aux jeunes bacheliers d’engager des études supérieures dans une diversité de domaines – dont la poursuite d’une formation artistique de haut niveau – pour lesquels la pratique et la culture artistiques forment un socle indispensable.

Ces réformes importantes qui s’ajoutent à la dynamique induite par la mise en œuvre des nouveaux programmes de collège depuis la rentrée 2016 forment l’assise du développement des chorales et orchestres scolaires. Le « plan chorale » a ainsi permis de créer un enseignement facultatif de chant choral (EFCC) au collège donnant une légitimité nouvelle et indispensable aux très nombreux projets menés dans la plupart des établissements. Il permet également de multiplier les formations - aux niveaux académiques et au niveau national -, qu’elle relèvent du plan national de formation – en partenariat avec la Maîtrise populaire de l’Opéra-comique -, de la création de chœurs régionaux d’enseignants – dont le chœur de l’éducation nationale Ile de France (CEN) – ou bien encore de l’appel à projets de création et de formation visant le développement des pratiques chorales scolaires piloté par Réseau CANOPÉ.

C’est donc une année riche, dense et pleine de promesses qui s’est ouverte le 4 septembre dernier. C’est à chaque acteur de l’éducation musicale au collège et de la musique au lycée d’y investir son expérience, sa compétence et sa réflexion pour tire pleinement parti de ces évolutions au bénéfice de la réussite musicale, artistique et scolaire du plus grand nombre d’élèves.

Vincent Maestracci, inspecteur général de l'Éducation nationale