Education à l'alimentation et au goût

L'éducation au goût

Parce que l'éducation à l'alimentation ne consiste pas seulement à apporter des connaissances en matière de nutrition, le ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse impulse une politique éducative d'éducation à l'alimentation sous ses différentes dimensions, visant à ouvrir à la diversité en intégrant une éducation sensorielle et au goût.

L'éducation au goût, pour quoi faire ?

L'éducation au goût permet de proposer à des élèves des aliments et des mets en racontant leur histoire, leur production et en permettant l'expression de l'élève sur ses émotions.

L'éducation au goût est un processus d'apprentissage, collectif et individuel et de réflexivité sur la découverte sensorielle et les sensations guidant le plaisir alimentaire. C'est une éducation par l'expérience et qui permet de mettre en évidence les différences et de développer les compétences psychosociales de la personne en favorisant l'estime de soi, la confiance en soi, l'identité et l'autonomie.

Il s'agit d'une démarche pluridisciplinaire et transversale qui réunit l'ensemble de la communauté éducative (professeur des écoles, professeur de SVT, d'histoire-géographie, adjoint économique, infirmier, conseiller principal d'éducation, parents...) et de ses partenaires (collectivités territoriales, prestataires de restauration collective, associations agréées...) mais également les élèves en les rendant acteurs et responsables de leur consommation. Ainsi l'éducation à l'alimentation et au goût participe d'une éducation à la citoyenneté.

L'Ecole, lieu de découverte et d'éveil permet de sensibiliser, en complément des familles, à la découverte des goûts et du lien avec les cultures et les territoires et s''inscrit dans une démarche de transmission générationnelle d'un patrimoine immatériel.

Une éducation par les sens

L'expérience alimentaire est étroitement liée aux sens : la vision, le toucher, l'ouïe, l'odorat et le goût. Manger conjugue le poids des représentations et des souvenirs individuels et collectifs. Les notions du partage et de la transmission sont au coeur des pratiques alimentaires. L'expérience alimentaire invite enfin à réfléchir sur les pratiques culturelles qui leurs sont associées à travers le monde.

L'éducation au goût participe donc pleinement au développement des compétences psychosociales.

Ressource : Colloque annuel de la Chaire Alimentations du monde de l'Unesco, Se nourrir de plaisirs, 2017

Goût de France - Good France

L'opération Goût de / Good France rassemble, sur les cinq continents, des chefs issus de tous les horizons pour célébrer la vitalité et la créativité de la gastronomie française. Du 21 au 24 mars 2019, plusieurs rendez-vous festifs et populaires verront le jour partout en France. Banquets, dégustations, pique-niques et ateliers, permettront aux professionnels de partager leurs talents, leurs savoir-faire et leurs terroirs avec un large public.
L'événement offre un écrin permettant la valorisation de projets pédagogiques ou éducatifs en lien avec la gastronomie à la française et à une alimentation responsable, menés en milieu scolaire.

Pour en savoir plus : le site Goût de France  / Good France

Les classes du goût

Dans le cadre programme national pour l'alimentation (PNA), le ministère de l'agriculture et de l'alimentation et le ministère de l'éducation nationale poursuivent, depuis 2010, l'opération « Les classes du goût » dans les écoles élémentaires, sur le modèle des classes créées dans les années 1970 par Jacques Puisais.
Dans une logique d'éveil, les classes du goût permettent de développer la connaissance de soi et du monde qui l'entoure et participent ainsi au développement de compétences liées à la prise de responsabilité et de décision, au comportement en groupe selon les règles de la collectivité, à l'engagement individuel et collectif, au respect d'autrui et à l'écoute de l'autre.
Abordant les différentes dimensions de l'alimentation (nutritionnelle, culturelle, patrimoniale, environnementale, géopolitique), ce programme clé en main, doit, pour être efficace, s'insérer dans une démarche globale de promotion de la santé à l'école.

Objectif

Faire naître le plaisir gustatif, favoriser la curiosité et l'ouverture au monde, tels sont les enjeux des classes du goût. Cette action a pour objectif de développer la sensibilité des élèves, et de donner à chacun la possibilité de découvrir, puis de verbaliser des sensations éprouvées lors d'une dégustation, de développer l'esprit d'analyse et l'esprit critique, de découvrir et apprécier le patrimoine gastronomique français.

Chaque session permet de (re)découvrir les alimentations par le goût mais aussi par le nez et la vue. De nombreux intervenants rythment ces classes du goût : des agriculteurs, des artisans de métiers de bouche et des chefs de la restauration. Conçu à l'attention des enseignants, ce programme vise à engager une réflexion sur ce que manger signifie. L'occasion également de prendre le temps d'apprécier les aliments et de dompter son appréhension envers certains aliments.

Actuellement, les classes du goût sont dispensées aux élèves du cycle 3 par l'enseignant ou l'animateur après une formation gratuite d'une ou deux journées, selon les régions. Un calendrier de formations est mis en place par la DRAAF (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt) de chaque région.

Pour en savoir plus, consultez le site du ministère de l'agriculture et alimentation

Après la formation, chaque enseignant reçoit une mallette pédagogique.

Les rencontres François Rabelais

Le ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, l'Université de Tours et l'Institut Européen d'Histoire et des Cultures de l'Alimentation organisent les 15èmes Rencontres François Rabelais qui se tiendront à Tours les 22 et 23 novembre 2019, sur le thème « Quelle éducation au goût pour la jeunesse ? ».
Les Rencontres François Rabelais permettent aux universitaires, aux professionnels de la gastronomie et de l'éducation de réfléchir sur l'éducation à l'alimentation et ses champs culturel et patrimonial.

Exemples d'actions proposées par les académies en 2019 

Dans le premier degré

« Le beau et le bon » à l'école maternelle Romainville de Paris 19ème (Académie de Paris)

Ce projet s'inscrit dans le cadre du projet d'école axé autour du développement durable comprenant un volet « alimentation » et en lien avec l'association « France Bénévolat ». Un partenariat avec le jardin partagé Hérold et un maraîcher est également proposé.
L'école dispose désormais de deux composteurs alimentés par les déchets/épluchures que les familles apportent et de ceux de la cantine.
Un jardin potager pédagogique a été élaboré permettant aux élèves de découvrir la culture des aliments et d'être sensibilisés à l'alimentation durable et responsable (plantations diverses, herbes, fruits et légumes).

Découvrir le plaisir de manger et de cuisiner à l'école primaire Abel à Valence (Académie de Grenoble), les 21, 22 et 23 mars 2019

Les enseignants, en lien avec l'infirmière scolaire et en partenariat avec la cuisine centrale de la mairie, le musée de Valence, le lycée agricole du Valentin et une diététicienne, proposent aux élèves des classes de CP et de CE1 une éducation au plaisir de manger et de cuisiner. Ce projet s'inscrit dans le cadre du projet d'école.
Les produits locaux et la saisonnalité sont valorisés auprès des élèves à travers des sorties au marché local. Des ateliers seront organisés par le lycée agricole à destination des élèves de l'école primaire pour découvrir le processus de production du lait et des fruits. Une diététicienne interviendra dans les classes pour sensibiliser les élèves aux principes de l'équilibre alimentaire. Les élèves construiront avec les enseignants des menus de saison qui seront ensuite proposés au menu des cantines de la ville de Valence.
Plusieurs sorties culturelles sont également organisées, notamment à la cité du chocolat Valrhona de Tain l'Hermitage ainsi qu'au musée de Valence.
Les familles sont impliquées par l'intermédiaire d'ateliers proposés autour de la présentation des recettes familiales.

Dans le second degré

« L'art de faire culinaire » par le collège Aliénor d'Aquitaine à Bordeaux (Académie de Bordeaux)

Le collège Aliénor d'Aquitaine à Bordeaux propose, à l'ensemble de ses élèves, le projet « L'art de faire culinaire » réalisé sur trois années en partenariat avec une diététicienne, une nutritionniste, les enseignants, l'infirmière, le cuisinier et le personnel de direction.
En éducation physique et sportive, les élèves sont sensibilisés à l'articulation entre l'alimentation et le sport. La section sportive du collège recevra un intervenant du CHU de Bordeaux pour travailler sur l'image du corps. En outre, les étudiants en service sanitaire interviendront auprès des élèves de 6ème sur le petit-déjeuner. Enfin, le projet proposera aux élèves du dispositif ULIS (unités localisées pour l'inclusion scolaire) l'étude des circuits alimentaires.

« De la graine à l'assiette » par le collège Henri de Navarre de Coutras (Académie de Bordeaux)

Les enseignants de mathématiques, de français, d'histoire-géographie-EMC et de physique-chimie du collège Henri de Navarre de Coutras, en partenariat avec le Conseil départemental, mettent en place un projet à l'année pour la constitution d'une commission des menus. Les élèves, tous niveaux confondus, concevront des menus dans le respect des règles de l'équilibre alimentaire et des circuits-courts, tout en tenant compte de leur plaisir gustatif.

Apprendre les bienfaits physiques et psychiques d'une alimentation équilibrée au collège François Mauriac de Saint-Médard-en-Jalles (Académie de Bordeaux)

En partenariat avec l'Agence régionale de santé (ARS) le collège François Mauriac propose, tout au long de l'année scolaire, à l'attention des élèves de 6e un apprentissage des bienfaits nutritionnels et psychiques d'une alimentation équilibrée tout en attirant leur attention sur l'emprise des sucreries industrielles ainsi que l'impact environnemental de leur élaboration.
Les étudiants de l'Agence régionale de santé (ARS) élaboreront un projet de sensibilisation à destination des classes de 6e sous forme de flyers et de questionnaires mis en œuvre en lien avec l'infirmière scolaire.

Rucher et miellerie au collège Henri Boudon de Bollène (Académie d'Aix-Marseille), le 22 mars 2019

Les élèves de la classe de 3e Section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) sont impliqués par les enseignants, l'infirmière scolaire et en partenariat avec une entreprise apicole locale dans la valorisation de la production locale du miel.
Les élèves de la section « Espace rural et environnement » (ERE) ont élaboré une mini-entreprise de production de miel au sein de l'établissement. Le 22 mars 2019, les élèves de la section « Hygiène-Alimentation-Services » (HAS) concevront un repas Bio à partir du miel produit au sein de l'établissement et servi par le restaurant pédagogique.
Ce même jour, l'infirmière scolaire interviendra également sur la thématique de l'équilibre alimentaire pour accompagner l'élaboration du repas proposé.

Découvrir, partager et transmettre le patrimoine culinaire régional au lycée professionnel Alexandre Dumas de Cavaillon (Académie d'Aix-Marseille), le 22 mars 2019

Les professeurs de la section Bac Pro Cuisine feront travailler leurs élèves sur la confection de spécialités provençales valorisant les produits régionaux et le patrimoine gastronomique local. Ils échangeront avec les élèves de la section Commercialisation et Service en Restauration qui proposeront une dégustation lors de la pause méridienne aux élèves demi-pensionnaires et aux commensaux.
Ce projet vise à mettre en valeur la saisonnalité des produits diffusés en circuit court auprès des élèves qui sont incités à échanger et transmettre l'apprentissage de la cuisine responsable à l'ensemble de leur établissement.

Les établissements du réseau « Ecole de l'Hôtellerie et du Tourisme de Paris » (EHTP, Académie de Paris) : le lycée Guillaume Tirel de Paris 14e, l'Ecole Hôtelier de Paris - lycée Jean Drouant de Paris 17e, l'école régionale d'enseignement adapté (EREA) Alexandre Dumas de Paris 15e, du lycée Belliard de paris 18e, en partenariat avec l'Ecole national de commerce Bessières de Paris 17e

Plusieurs établissements du réseau « Ecole de l'Hôtellerie et du Tourisme de Paris » proposent une action commune en accueillant au sein des lycées différents producteurs et acteurs locaux de l'agriculture, en particulier des productions biologiques et responsables. Chaque établissement organise au cours de l'année scolaire un évènement sur la thématique de la valorisation des circuits courts, de la permaculture, de l'alimentation biologique et/ou raisonnée. Afin de sensibiliser les élèves à l'univers gastronomique local, des rencontres sont organisées avec les producteurs locaux.

Exemples d'actions menées par ces établissements

  • « Des champs aux assiettes : les lycéens franciliens font leurs Etats généraux de l'alimentation ! »

Les lycées Tirel (Paris 14e), Rostand (Paris 18e) et Dubois (Paris 14e), dans le cadre de la préparation au Bac pro Accompagnement soins et services à la personne (ASSP), participent au projet interacadémique d'Ile de France intitulé « Des champs aux assiettes : les lycéens franciliens font leurs Etats généraux de l'alimentation ! ». Cet évènement vise à permettre aux élèves de comprendre les enjeux du développement durable liés aux productions, transformations agroalimentaire, approvisionnement et consommations alimentaire en région Ile de France, ainsi que la manière dont les acteurs se saisissent de cette question. Ces établissements ont reçu le label « Etablissement en démarche de développement durable » (E3D).

  • Le lycée d'Alembert Paris 19e

Dans le cadre du service sanitaire et en partenariat avec les étudiants du lycée Rabelais proposant des filières paramédicales et sociales, une rencontre sur la thématique de l'équilibre alimentaire est organisée pour les CAP Podo-orthésiste et les Bac pro Technicien en Appareillage Orthopédique.

 

Mis à jour le 23 septembre 2019
Partager cet article
fermer suivant précédent