Éduscol
Accueil    Actualités    Le monde est leur atelier - Bruno Durand/CANOPE

Actualités

Le monde est leur atelier - Bruno Durand/CANOPE

Rédigée par Bruno Durand (IA-IPR d'arts plastiques), CANOPE propose une version transmedia gratuite de la nouvelle thématique au programme des Arts plastiques, enseignement de spécialité, série L, en classe de terminale. Un document permettant à tous les professeurs de lycée de préparer leurs élèves aux épreuves du baccalauréat et une ressource intéressante pour aborder les arts extraoccidentaux avec les élèves de collège ou de lycée.

Vous y retrouverez :

  • Une synthèse multimédia : citations, repères biographiques, les œuvres par notions, bibliographie/sitographie, actualité artistique
  • Une planche iconographique présentant une sélection d’œuvres des trois artistes : à venir

A noter : la version papier sortira en décembre 2015

Accéder à la ressource

Extrait

Il y eut « l’atelier du maître », c’est-à-dire un maître et ses élèves, l’atelier d’artiste, souvent un espace bric-à-brac pour peindre ou pour sculpter, enfin le « monde pour atelier » ou l’atelier-monde.

Les artistes de notre temps voyagent certes beaucoup, traversent aisément les continents, ont, soit plusieurs ateliers, soit plus d’atelier du tout, il n’empêche, « le monde est leur atelier » suggère avant tout que ce monde, pour Ai Weiwei (AW), Gabriel Orozco (GO) et Pascale Marthine Tayou (PMT), est un matériau, un espace à travailler. C’est là leur dénominateur commun.

Depuis une trentaine d’années, l’art s’est ouvert aux artistes non occidentaux ; beaucoup bénéficient à ce jour de la reconnaissance du marché et des institutions. Mais ces trois-là incarnent bien l’art du début du XXIe siècle ; ils définissent véritablement une certaine époque de l’art et son horizon. Ils font de l’art avec le symptôme de notre temps, à savoir un moment critique où les choses se bousculent et basculent, ce en une vision « intégrale » de l’expérience esthétique. Ils questionnent le passé et le futur, les traditions et les nouvelles coordonnées symboliques qui ne (nous) sont pas encore réellement connues.

Si les enjeux de la pensée passent, comme nous l’imaginons, par l’art, alors, au travers de cet art contemporain là, qui est le leur, une vraie pensée se révèle dont nous sommes, à notre tour, les contemporains. Cela nous invite à l’attention.

Que des lycéens, professeurs ou tout un chacun puissent aller à la découverte de cette pensée en acte, est une belle chose. Mieux encore, en ces temps où beaucoup ne parlent que de « déclin », nous avons l’opportunité, avec AW, GO et PMT, d’aller à la rencontre de « talents vivants ».

Publié le 12.10.2015

Retour aux articles