Journées d'échanges et de réflexion

Journée d'échanges autour des espaces numériques de travail du 20 novembre 2019

La journée nationale consacrée aux ENT, organisée par la Direction du numérique pour l'Éducation (DNE) du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, s'est tenue le 20 novembre 2019, en marge du salon Éducatec-Éducatice.

Les représentants des différents acteurs de l'écosystème ENT (porteurs de projets ENT : collectivités territoriales et académies, éditeurs / intégrateurs de solutions ENT, fournisseurs de ressources numériques pour l'École, ministères en charge de l'éducation nationale et de l'enseignement agricole, etc.) étaient une nouvelle fois au rendez-vous annuel avec plus de 150 participants.

Cette journée s'est organisée autour :

  • de présentations et échanges en plénière consacrés à :
    • la stratégie ministérielle pour le numérique éducatif et la réorganisation de la DNE ;
    • des retours d'expérience sur la place de l'ENT dans l'écosystème académique et sur la mise en œuvre de la chaîne de services numériques EduConnect-ENT-GAR-Ressources numériques ;
    • l'actualité des chantiers ENT et les résultats de l'enquête EVALuENT 1D ;
  • des ateliers-débat ayant pour objet de partager les expériences et points de vue des participants sur différentes problématiques :
    • « Une ou plusieurs solution(s) ENT dans le premier degré sur un territoire (départemental, académique...) ? » ;
    • « Quelle valorisation des données présentes au sein des ENT ? » ;
    • « Usages collaboratifs : quelle place pour l'ENT ? ».

Le numérique au service de l'École de la confiance

La journée a été ouverte par Jean-Marc Merriaux, Directeur du numérique pour l'éducation, qui a tout d'abord remercié les porteurs de projet de leur présence et de leur engagement dans le développement des ENT. Son intervention s'est ensuite structurée autour de la stratégie ministérielle pour le numérique éducatif puis de la réorganisation de la DNE.

Une stratégie au service de l'École de la confiance et de la modernisation du système éducatif

Jean-Marc Merriaux a partagé la stratégie ministérielle sur le volet numérique, en mettant notamment en avant les enjeux liés à la donnée.

Le numérique éducatif au service de l'école de la confiance se structure en cinq axes :

  • axe 1 - Placer la donnée scolaire au cœur de la stratégie numérique du ministère ;
  • axe 2 - Enseigner au XXIe avec le numérique ;
  • axe 3 - Développer les compétences numériques des élèves ;
  • axe 4 - Accompagner et renforcer le développement professionnel des professeurs ;
  • axe 5 - Créer de nouveaux liens avec les acteurs et les partenaires de l'école.

Missions de la DNE, organigramme, écosystème

Jean-Marc Merriaux a partagé avec les participants la récente réorganisation de la DNE et en a présenté sa nouvelle organisation structurée autour de dix points.

Les 10 points de la nouvelle organisation de la DNE

Les actions de la DNE sont principalement guidées par les objectifs de transformation de l'ensemble des ministères fixés par la DINUM ainsi que par les priorités stratégiques du MENJ en matière de numérique au service de l'Éducation en appui des réformes structurelles.
La nouvelle organisation de la DNE a été construite dans l'objectif de renforcer le rôle du numérique en tant que levier de transformation pour le système éducatif.

L'ENT dans l'écosystème académique

Marc Neiss, Délégué académique au numérique (DAN) de l'académie de Strasbourg, et Eric Marck, enseignant SVT en collège et Chargé de mission ENT, ont présenté un retour d'expérience sur la place de l'ENT au sein de l'écosystème du numérique éducatif.

Dans l'académie de Strasbourg, la généralisation de l'ENT a été menée à partir de 2010. Aujourd'hui, l'ENT est au cœur de l'écosystème numérique éducatif de l'académie de Strasbourg :

Visualiser la carte mentale (nouvelle fenêtre)

La mise en place de l'ENT a notamment permis de :

  • clarifier les acteurs intervenant sur le champ du numérique éducatif tout en fédérant au sein du territoire autour de la progression des apprentissages des élèves ;
  • créer un cadre de confiance concernant l'identité des élèves ;
  • développer les usages pédagogiques.

Le projet ENT a joué un rôle de catalyseur des projets numériques sur le territoire, et occupe une place centrale (point d'accès quotidien, cadre de confiance étendu vers les ressources...). L'écosystème est caractérisé par de multiples interdépendances entre les briques, et l'ENT brique centrale concerne de très nombreux utilisateurs. Cela nécessite un même niveau d'engagement de services sur l'ensemble des briques pour garantir la maîtrise des risques liés à ces interdépendances.

La « démocratisation » de l'ENT au sein du territoire a nécessité un temps d'appropriation auprès des parties prenantes (parents, élèves, chefs d'établissement, enseignants ...) et la mise en œuvre de moyens dédiés pour en faciliter son déploiement.

Par ailleurs, un fonctionnement optimum de l'ENT nécessite un investissement en termes d'infrastructures (réseau et matériel) et d'équipements (ordinateur, tablettes, etc.). Il est à noter que dans le cadre de la généralisation des lycées 4.0, chaque élève bénéficie aujourd'hui d'un ordinateur portable pour le travail en classe et l'accès aux ressources. Sur ce dernier point, l'ENT permet également la centralisation de services, y compris de ressources numériques grâce à l'utilisation du GAR.

Concernant l'utilisation de l'ENT dans l'académie de Strasbourg , la page d'accueil est paramétrée en fonction du profil qui s'y connecte. Cette approche permet le suivi de l'élève au quotidien au travers de différents services (programme de la journée, données de vie scolaire, suivi des absences, diffusion des bulletins de notes, cahier de textes, etc.).
L'utilisation du cahier de texte au sein de l'ENT est obligatoire depuis 2011. Il s'agissait là d'une première entrée de la pédagogie dans l'ENT, ouvrant la porte à d'autres fonctionnalités, dont les plateformes Moodle qui sont en train de se généraliser.

Retours d'expérience sur la mise en œuvre de la chaîne de services numériques EduConnect-ENT-GAR-ressources numériques

Région Centre-Val de Loire : EduConnect-ENT-GAR-ressources numériques

Laurent Gougis, Directeur Éducation Jeunesse de la région Centre-Val de Loire, Pierre Cauty, Délégué académique au numérique (DAN) de l'académie d'Orléans-Tours, et Christian Daviau, Chef de projet e-education au sein du GIP Recia, ont présenté en commun ce retour d'expérience.

En marge du renouvellement des ressources pédagogiques, plusieurs constats ont été faits en région Centre Val de Loire :

  • des manuels scolaires papiers peu utilisés ;
  • des demandes de déploiement de ressources numériques et de wifi de plus en plus nombreuses ;
  • des élèves déjà équipés (smartphones, etc.), dont près de 80 % ayant un ordinateur portable ;
  • des usages croissants de l'ENT et des souhaits de nouveaux services.

L'ENT Net O' Centre est déployé dans la Région Centre-Val de Loire et partagé avec les collèges de la Touraine (CD37).

Fruit d'une réflexion menée conjointement par la région et le rectorat (DAN, inspecteurs, établissements), la démarche retenue a été de pouvoir proposer à la fois des ressources numériques, par le biais d'un marché public dédié et des ressources au format papier en fonction du projet de chaque établissement. Désormais dans la région Centre-Val de Loire, on constate une répartition 60 % et 40 % entre les ressources papier et les ressources numériques (contre 100 % papier auparavant).

En termes d'équipements, l'accompagnement de la Région auprès des familles se matérialise sous la forme d'une aide financière au moins 30 € par élève.
En termes d'évolution des infrastructures, les établissements doivent inscrire leurs demandes dans le cadre de leurs projets d'établissement.

Pour l'utilisateur, l'accès aux ressources numériques a été repensé pour être le plus fluide possible en suivant l'ordre suivant : page d'accueil ENT > guichet Educonnect > connexion à l'ENT > accès au Médiacentre et aux ressources qui sont dans le GAR. À noter que d'autres services (PIX notamment) sont accessibles directement via le GAR.

Dans le cadre du pilote national, la mise en œuvre d'EduConnect pour le second degré a démarré à la rentrée 2019, avec deux préconisations particulières :

  1. la création du compte en autonomie pour les familles ;
  2. la distribution des identifiants dans l'établissement pour les élèves.

L'unicité de l'identifiant pour l'accès aux services numériques ENT et académiques constitue un avantage important de la démarche, qui a nécessité un fort investissement pour sa mise en œuvre afin de faire face aux difficultés techniques et fonctionnelles.

Pour conclure ce retour d'expérience, trois points ont été mis en avant :

  • les cohérences apportées aujourd'hui à travers ces dispositifs, par exemple la cohérence avec le projet de la région, la cohérence de la vision structurante des usages et des ressources dans l'établissement ainsi que les cohérences de la personnalisation d'un service ;
  • la nécessité de l'accompagnement pour les établissements dans le développement et la mise en place de leur stratégie numérique ;
  • la définition et la mise en œuvre d'une offre de services pour les familles, notamment autour des démarches administratives.

Académie de Rennes : mise en œuvre de la chaîne de services numériques EduConnect-ENT-GAR-ressources numériques

Olivier Adam, DPO / RSSI / Directeur technique de l'académie de Rennes, et Thierry Joffredo, Responsable du pôle numérique pédagogique de l'académie de Rennes ont présenté ce retour d'expérience.

Le déploiement de l'ENT Toutatice dans l'académie de Rennes a démarré en 2005, avec dès le départ la volonté de créer une adhésion progressive et d'effectuer sa mise en œuvre en partenariat avec les collectivités. Aujourd'hui, l'ENT Toutatice concerne le territoire de la région académique et ses 183 lycées, 380 collèges, 570 000 élèves et 55 000 agents.

L'académie de Rennes a partagé ses travaux sur l'amélioration de l'expérience utilisateur, se caractérisant par :

  • une connexion avec une identité unique ;
  • un point d'entrée donnant accès à l'ensemble des services proposés : applications, démarches, ressources numériques et informations concernant l'usager ;
  • une déclaration unique de l'identité des enfants.

L'expérience partenaire représente également un point d'attention fort pour l'académie, dont les travaux ont principalement visé à :

  • donner de l'autonomie à tous les partenaires qui participent aux services éducatifs (académies, collectivités territoriales, etc.) ;
  • définir comment créer des applications connectées aux identités et aux données de l'éducation.

L'ENT Toutatice est aujourd'hui une plateforme ouverte qui permet de concevoir en autonomie des applications connectées avec les identités des personnes et les données scolaires : portail utilisateur 360°, hub de fédération d'identité territorial, référentiel identité ENT, API données scolaires, GAR, etc. En s'inscrivant au sein de la chaine « EduConnect-GAR », il constitue un cadre de confiance numérique pour les usages. Il s'agit d'un moyen d'accès, dans lequel on retrouve des outils et services permettant de créer un lieu de partage et de travail collaboratif.

En novembre 2019, l'académie de Rennes comptabilise 93 174 comptes élèves et 76 071 comptes représentants légaux activés via EduConnect. Les services les plus utilisés sont les suivants : la vie scolaire (plus de la moitié des accès), le portail ENT, le Moodle et Pearltrees.

Il est par ailleurs intéressant de constater que le GAR a eu un réel effet sur l'augmentation des accès aux ressources numériques (+30%) en « revitalisant » l'offre de services pour apprendre et enseigner.

Actualité sur les ENT

Depuis 2003, des ENT ont été déployés afin d'accompagner le développement des usages du numérique et de donner aux utilisateurs un accès unifié à un bouquet de services partagés. Les ENT sont au cœur de l'écosystème des services numériques éducatifs, ils occupent une place centrale dans la stratégie numérique du ministère. Ils ont un rôle éminemment structurant dans le paysage du numérique éducatif.

Le schéma directeur des espaces numériques de travail (SDET) a continué d'évoluer depuis la version v5.0 publiée en 2015. La version en vigueur du SDET (v6.3) publiée en juillet 2019 se caractérise par les nouveautés suivantes :

  • compléments juridiques relatifs au règlement général sur la protection des données (RGPD) ;
  • hausse du niveau d'exigence de certaines préconisations relatives à l'interopérabilité ENT ;
  • évolutions de l'annuaire ENT ;
  • précisions sur l'articulation avec le guichet national EduConnect et le guichet de l'enseignement agricole.

Un ENT donne lieu à un traitement de données à caractère personnel. De fait, l'ENT s'inscrit nécessairement dans le cadre du respect du RGPD. Les sujets RGPD suivants ont été donc abordés dans l'annexe opérationnelle du SDET v6.3 :

  • traitements de données à caractère personnel ;
  • responsable des traitements de données à caractère personnel ;
  • conformité aux principes du RGPD ;
  • sécurité et violation des données ;
  • sous-traitance ;
  • suivi des accès, cookies et statistiques ;
  • conservation des données à caractère personnel ;
  • impacts du RGPD sur les ENT.

Concernant l'interopérabilité ENT, le SDET v6.3 se caractérise par une augmentation modérée des niveaux d'exigence en matière d'interopérabilité. La hausse progressive des préconisations du SDET laisse aux acteurs ENT le temps d'adapter leurs projets et solutions aux niveaux d'exigence afin de minimiser l'impact sur leur modèle économique.

De plus, le ministère a démarré un chantier relatif aux normes et standards internationaux les plus adoptés dans le secteur du numérique éducatif. L'objectif est d'identifier dans quelle mesure ils pourraient être ultérieurement adoptés par les ENT, en vue d'une standardisation accrue de leurs interfaces avec leur écosystème.

Il est rappelé que le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse a organisé le 5 juin 2019 une journée de brainstorming réunissant un panel représentatif d'acteurs dans le but de réinterroger le modèle ENT. Un questionnaire avait été envoyé en amont pour identifier les thématiques de la journée.

Les thématiques retenues étaient les suivantes :

  • l'interopérabilité ENT dans ses différentes dimensions ;
  • la collecte et l'analyse de traces d'usages et d'apprentissage ;
  • le portage, le déploiement et l'accompagnement des projets ENT ;
  • le développement des usages pédagogiques via l'ENT.

À l'issue de cette rencontre, l'objectif consiste à structurer un plan d'action à conduire. Dans un écosystème numérique en constante évolution, il s'avère nécessaire de continuer à faire évoluer le modèle ENT en poursuivant la hausse progressive du niveau d'exigence des préconisations en matière d'interopérabilité, en renforçant la gouvernance des ENT et en inscrivant au mieux les actions identifiées lors des ateliers de cette journée dans la stratégie numérique du ministère.

Enfin, des axes ENT stratégiques restent à explorer :

  • impacts de la dimension marchés publics ;
  • périmètre fonctionnel des ENT ;
  • génération, collecte et analyse des traces d'usage.

Focus sur les résultats EVALuENT 1D 2019

L'enquête EVALuENT 2019 pour le premier degré ne montre pas de changement majeur par rapport aux précédentes enquêtes, signe d'un ancrage dans le paysage éducatif.

Près de la moitié des répondants utilisent l'ENT au moins une fois par semaine et près de 80 % se déclarent satisfaits de son fonctionnement et des outils qui y sont proposés. Pour chaque profil, au moins 80 % des utilisateurs estiment que l'ENT est facile à utiliser.

Il est à noter que la part d'élèves jugeant facile l'accès à l'ENT dans l'école est en hausse de 14 points par rapport à l'enquête 2017.
L'accès à l'ENT avec les smartphones progresse pour tous les utilisateurs et si la tablette demeure le mode d'accès nomade privilégié par les élèves, elle est suivie de près par le smartphone.

Par ailleurs, l'accès à des ressources numériques pédagogiques dans l'ENT est en progression de 7 points chez les enseignants et directeurs d'école.

Comme en 2015 et 2017, les quatre principaux intérêts pédagogiques de l'ENT sont l'amélioration de la maîtrise des outils numériques, l'accès aux documents réalisés par l'enseignants et / ou des élèves, le développement de l'autonomie de la confiance et le fait de donner du sens aux apprentissages.

Enfin, on constate que la perception de l'impact de l'ENT et de ses services sur les pratiques de travail (formation, lien École-famille, motivation et implication des élèves, etc.) diffère selon les profils interrogés, parfois de manière assez prononcée.

Ateliers-débats

Atlier n°1 : une ou plusieurs solution(s) ENT dans le premier degré sur un territoire (départemental, académique...) ?

Synthèse des échanges

En introduction de l'atelier, Nathalie Deveaux (DAN Adjoint 2nd degré de l'académie d'Amiens) et Luc Vanderbecken (DAN Adjoint 1er degré de l'académie d'Amiens) animateurs des réflexions, ont partagé le cadre existant, rappelé dans le SDET, à savoir une répartition claire des compétences entre l'État et les collectivités territoriales concernant le financement des solutions d'ENT pour les écoles qui est à la charge de la commune.

Les temps de partage entre participants ont permis d'échanger sur plusieurs expériences.

Académie d'Amiens
Historiquement, l'académie disposait de plusieurs ENT correspondant aux différents niveaux scolaires (1 ENT pour les lycées, 3 ENT pour le 2nd degré ainsi que plusieurs solutions au sein des écoles).
Lors de la création de la région académique Hauts-de-France, il a été décidé de pouvoir uniformiser les solutions déployées sur les 5 départements au travers la mise en place d'une solution ENT unique.
Pour y parvenir, un effort important a été mené dans la rédaction du cahier des charges (plus de 2 ans de travail) et la coordination des différentes parties prenantes (région, départements, académie ...).
La conduite du changement a été un axe important de l'action menée, au travers par exemple des témoignages lors de réunions départementales des mairies (par l'équipe académique, mais également par des enseignants, parents et élèves).
À date, l'accrochage à l'ENT se réalise progressivement, avec déjà la totalité des lycées et un déploiement bien avancé pour les collèges et les écoles.
Académie de Montpellier
Un projet ENT 1er degré été déployé à l'échelle académique. Le marché a contractuellement été porté par l'académie puis les communes ont pu en bénéficier au travers une convention.
Le périmètre de ce projet ENT comprend 70 % des élèves, 65 % des écoles (soit environ 2000 établissements) pour 70 % des communes du territoires (soit environ 1000 communes).
Au sein de l'académie, une solution ENT a ainsi été retenue pour le 1er degré et une autre pour le 2nd degré. Ces deux solutions peuvent communiquer entre elles afin de favoriser une certaine continuité dans le travail de l'élève.
Par ailleurs, l'ouverture de l'école aux parents, avec par exemple la possibilité de visualiser les activités réalisées en journée, est un élément mis en avant par l'académie dans le déploiement de la solution ENT 1er degré.
Ce travail de rationalisation des solutions sur le territoire a notamment été motivé par l'intérêt économique au regard des volumes considérés.
Académie de Clermont Ferrand
L'académie a souhaité mettre en place une solution ENT pour l'ensemble des établissements du 2nd degré, accessible également pour les écoles du 1er degré. Au travers d'un ENT de circonscription, cette approche permet notamment de faciliter les collaborations sur le cycle 3 entre enseignants du 1er degré et ceux du collège.
Dans le cadre du dernier appel d'offres, la solution ENT ne permettait pas de porter ce même périmètre. Un « travail de déconstruction puis de réassemblage » a dû être piloté par les équipes académiques. L'interopérabilité des solutions a été un point majeur afin de permettre le partage et la communication entre les établissements de la région.
Département de la Moselle
Le prochain marché ENT 1er degré sera porté par le rectorat de l'académie de Nancy-Metz, au travers d'un groupement de commande dont le périmètre est de 1000 écoles réparties dans 460 communes.
Dans ce cadre, le département finance l'intégralité des investissements pour les communes. Cette approche vise à favoriser l'adhésion de la solution retenue, de faciliter la dynamique sur le territoire et démontrer l'apport de valeur de l'ENT dans le lien École-famille.
Le département a fait le choix, au regard des usages différenciés dans les solutions du marché, d'avoir un ENT dédié 1er degré interopérable avec un ENT dédié 2nd degré.
Académie de Versailles
L'académie ne coordonne pas aujourd'hui d'action autour de l'achat d'une solution unique pour les communes du territoire.
Néanmoins, des syndicats mixtes (sur le modèle d'une centrale d'achat), proposent aux mairies l'adhésion à une solution ENT. L'intérêt économique (solution négociée) est mis en avant ainsi que le fait de pouvoir disposer d'une solution dont le choix a pu être expertisé par des personnes compétentes (notamment sur le volet juridique).
Concernant la mutualisation de l'achat d'une solution ENT 1er degré, les participants ont mis en avant que la maille de l'établissement public de coopération intercommunale (EPCI) peut être adapté dans la cadre d'un acte d'achat mutualisé.
Par ailleurs, les participants mettent en avant la complexité d'une autre modalité de commande : le groupement de commande qui nécessite une adhésion des communes lors de l'élaboration de la procédure.

En complément de ces retours d'expérience, les participants ont identifié l'opportunité d'organiser la mutualisation entre académies (via le réseau des DAN par exemple) :

  • de documents de consultation portant sur l'achat d'une solution ENT 1er degré académique. Ces éléments pourraient servir de base de réflexion et seraient naturellement à adapter aux spécifiés territoriales ;
  • d'éléments sur l'évaluation du déploiement d'une solution ENT permettant de se situer sur la base de métriques types (exemple : nombre de connexions, % d'élèves connectés, % d'enseignants ayant ouvert un compte sur l'ENT académique ...).

En conclusion des échanges, les participants ont rappelé l'importance du travail de conduite de changement à destination des enseignants lors du déploiement d'une solution ENT, pour in fine en faciliter l'utilisation en classe.

Atelier n°2 : Quelle valorisation des données présentes au sein des ENT ?

Synthèse des échanges

L'atelier n° 2 qui s'est déroulé lors de la journée d'échanges autour des ENT 2019 a traité la problématique suivante : Quelle est la valeur des données détenues par les ENT ou par leurs services Tiers connectés et comment mettre l'exploitation de ces données au service de la communauté éducative ?

La présentation du sujet par Yann Bruyère (DAN Adjoint 1er degré) a permis de situer la problématique et de rappeler que des réflexions sur la valorisation des traces d'usage et d'apprentissage des apprenants ont déjà eu lieu lors de la journée de brainstorming du 5 juin dernier.

Yann Bruyère a rappelé trois facettes de la collecte et l'analyse de données permettant leur valorisation :

  • technique / organisationnelle : Quel système détient les données ? Quelle solution de collecte, Quelle solution d'analyse ? ;
  • usages et pédagogie / fonctionnelle : Quelle est la valeur de chaque donnée ? Quelles applications pour les résultats des analyses réalisées ? Par quel domaine commencer ? ;
  • juridique : Comment garantir le respect du RGPD ? Quelles données a-t-on le droit de collecter et d'analyser ? Dans quelles conditions on peut exploiter chaque donnée ? Comment récupérer des données qui sont produites sur des systèmes tiers ?

Il a été rappelé que les ENT ont produit et produisent des données d'audience, de production des élèves et des enseignants et des données scolaires. De plus, pour faire fonctionner les ressources et services numériques pédagogiques, les ENT ont besoin de plusieurs types de données relatives aux membres de la communauté éducative : données d'identité, données d'accès aux services, aux ressources et aux applications, données dites « de vie scolaire », données liées aux usages (traces), données de fonctionnement des structures (établissements, écoles), etc.

Certaines données peuvent être valorisées par le simple fait d'être rendues disponibles (dans une logique d'Open Data) ; pour d'autres, il est nécessaire de pouvoir les analyser pour en tirer des leçons et améliorer l'ensemble des services mis à disposition des différents acteurs.

L'essor des technologies capables de réaliser des traitements sur des quantités massives de données (big data, data analytics) et l'avènement de l'intelligence artificielle rendent désormais possible l'analyse des traces d'usages et d'apprentissage dans le cadre du numérique éducatif. Cela permet ainsi d'imaginer des dispositifs plus adaptatifs pour qualifier, prévoir et remédier tout en exploitant des possibilités d'évaluation continue, à la fois pour aider l'élève et l'enseignant dans sa démarche pédagogique (Adaptive Learning, Adaptive Teaching, Adaptive Management).

En analysant les traces d'usages, il est possible de tirer, avec les technologies actuelles, des indications sur les apprentissages et de construire des modèles ou patrons de conduite des usagers pouvant être utiles à l'amélioration de leur expérience d'apprentissage.

Dans tous les cas évoqués, ces données doivent être protégées car la plupart d'entre elles présente un caractère personnel.

L'ensemble des participants se sont accordés sur l'intérêt de valoriser les données présentes aujourd'hui dans les ENT mais aussi sur le besoin de les rendre plus pertinentes et, surtout, de les compléter avec d'autres données nécessaires. Le débat s'est également focalisé sur les finalités possibles de cette valorisation et sur les potentiels bénéficiaires de leur exploitation qui, selon les participants, doivent être les élèves en priorité.

Les académies et les collectivités ont montré un intérêt particulier pour les informations sur l'usage des ENT et l'accès aux ressources numériques qu'ils proposent au travers du GAR ou d'autres services tiers connectés à l'ENT. Certains participants ont exprimé le souhait de disposer de retours croisés des usages entre l'académie et la collectivité avec, idéalement, un tableau de bord d'ensemble. Les personnels de direction devraient aussi profiter de ces données statistiques détaillées afin de piloter leurs établissements.

Parmi les pistes d'évolution concernant les traces d'accès aux ressources GAR via l'ENT, les participants ont évoqué trois axes différents :

  • permettre aux collectivités de disposer de statistiques détaillées sur les accès aux ressources depuis le GAR avec éventuellement un profil spécifique sur le portail du GAR ;
  • rendre les statistiques exploitables dans le GAR ;
  • permettre aux régions qui financent les ressources de suivre l'utilisation de ces dernières.

Les participants ont souligné la sensibilité des données qu'on souhaite traiter et ont rappelé qu'il faudra cadrer cet usage dans le respect du principe de minimisation des données préconisé dans le RGPD.

Désormais, les marchés de ressources des collectivités demandent systématiquement un passage obligatoire par le GAR. Un participant a rappelé qu'il est nécessaire que les lycées agricoles et des lycées maritimes puissent être pris en compte dans le GAR afin de ne pas exclure les populations concernées.

En résumé, la problématique de la valorisation des données présentes dans les ENT ou ses services tiers connectés se pose à plusieurs niveaux :

  • quelles données de l'ENT valoriser et pour quelle finalité (quel cadre) ?
  • comment enrichir ou compléter les données existantes au besoin ?
  • à qui doit profiter l'exploitation des données disponibles dans les ENT ?

Une réflexion sur ces trois sujets semble nécessaire selon les participants à l'atelier.

Des notions telles que l'apprentissage guidé, l'Adaptive Learning et le Self data (les données produites pour et par un usager doivent être en maîtrise de cet usager) ont été évoquées.

L'entrée en application du RGPD fournit un premier cadre à prendre en compte par les différents responsables de traitement. Il est donc important de pouvoir conjuguer protection et valorisation.

Le RGPD présente un cadre initial dans lequel doit s'inscrire la valorisation de données. Ce cadre est à enrichir afin de répondre aux besoins de la communauté éducative tout en respectant les droits et les libertés de chacun et conjuguer ainsi protection et valorisation.

Le principe de "mieux protéger pour mieux valoriser" est la pierre angulaire de toute la stratégie ministérielle en matière de données numériques. La conformité de tous les acteurs aux règles encadrant l'usage de ces données constitue l'une des conditions essentielles de la confiance.

Listes d'actions identifiées en séance

Les différentes propositions recueillies montrent l'engouement que suscite le sujet et donne un aperçu du travail qui reste à faire.

Pistes identifiées par les participants issus d'une « collectivité territoriale »
Déterminer et évaluer les usages faits des différents services (temps passé ...) afin de piloter, de promouvoir
Analyser les traces des élèves (exercices faits, temps passé, réussite ou non ...) pour mettre en place des stratégies de progression pour les élèves
S'inspirer des solutions GAFAM dans une démarche éthique
Permettre aux financeurs de mieux contrôler l'utilisation de l'argent public
Donner à l'équipe pédagogique (au sens large) les moyens d'élever les élèves vers des apprentissages de qualité pour aller vers l'excellence
Distinguer les données : statistiques, de suivi, traçage, ciblage, d'auto-évaluation, d'accès au savoir et de suivi et pilotage
Permettre le profilage anonyme des élèves pour que l'ENT puisse proposer des ressources
À partir des traces, rendre ludique l'ENT et proposer des Open Badge
Tracer (mesurer) et analyser le parcours des utilisateurs pour améliorer le service
Pistes identifiées par les participants « industriels »
Utiliser l'ENT pour l'enregistrement des consentements et utiliser ainsi leur cadre de confiance pour intermédier les droits d'usage des données
Formaliser les droits (de récupération, de réutilisation...)
Contextualiser l'application du RGPD dans le cas précis des ENT
Mettre l'apprenant au centre des démarches
Stabiliser le dispositif de marquage AT Internet afin de revenir au niveau de service qui existait au moment du groupement AT Internet - Effios - Klee
Pistes identifiées par les participants issus d'une « académie »
Récolter et valoriser des données qualitatives ;
Replacer les activités numériques dans l'ensemble des activités pédagogiques (être capable d'évaluer la « place » du numérique dans l'ensemble des activités)
Clarifier les rôles et les finalités (pilotage, statistiques, accompagnement, autoformation, remédiation, Identification en difficulté...) avec les cas d'usages associés pour une plus grande transparence et clarté
Maîtriser et contrôler l'accès aux données mises à disposition afin d'éviter une exploitation non souhaitée
Affiner, définir clairement les objectifs de valeur et en déduire les données à tracer
Définir qui porte l'initiative de valorisation de données et qui définit les valeurs de ces données (gouvernance)
Dans un cadre très sécurisé, aider au positionnement pédagogique des élèves, leur auto-positionnement et fournir des éléments d'information à l'enseignant pour le suivi de chaque élève
Créer des normes ou standards (« langage commun » porté par l'État sur le champ ENT) et mettre à disposition des dictionnaires de données associées pour faciliter l'interopérabilité entre ENT et les systèmes connexes (par exemple ENT / outil emploi du temps)
Caractériser les données de l'ENT et de ses services tiers connectés
Définir les finalités de la valorisation de données de l'ENT (pour qui ? pour quoi ?)
Définir les besoins de valorisation de données ENT pour tous les personnels y compris les personnels de direction
Identifier les bénéfices pour chaque acteur de la valorisation des données de l'ENT avec leur consentement : élèves et responsables légaux : apprentissage et conduite, enseignants : conduite et accompagnement et instituions : pilotage
Pistes identifiées par les participants de profil « enseignant et/ ou chercheur »
Fournir à chaque partie prenante des projets ENT (collectivité, académie, personnel de direction, enseignant, responsable d'élève...) les informations dont elles ont besoin pour fournir à chacun des moyens d'améliorer son action
Améliorer le fonctionnement pédagogique en produisant des données traitées pour permettre aux acteurs de l'ENT d'améliorer les performances du système en respectant chaque type d'acteur
Donner à l'enseignant la possibilité d'apprécier l'activité d'une classe entière face à une activité pédagogique pour faciliter la remédiation pédagogique et l'amélioration des cours
Mettre à disposition des acteurs de l'IA des données d'usage pour rendre possible le suivi individuel des élèves en proposant des parcours d'activités individualisés (Adaptive Learning)
Développer la collaboration entre les enseignants, le MENJ et les chercheurs universitaires

Atelier n°3 : Usages collaboratifs : quelle place pour l'ENT ?

Synthèse des échanges

Le troisième atelier a traité la problématique suivante : « Quelle est la place des ENT dans les usages collaboratifs et comment les développer ? A-t-on besoin de nouveaux services de travail collaboratif dans l'ENT et/ou de faire évoluer les services existants ? »

Les participants ont jugé que les outils de travail collaboratif, actuellement proposés dans les ENT, ne sont pas suffisamment ergonomiques et efficaces au regard des outils grand public qui existent sur le marché et ont exprimé un besoin d'avoir dans l'ENT des outils de travail collaboratif robustes, intuitifs, simples, efficaces et plus ergonomiques. Néanmoins, afin de préserver le cadre de confiance, l'ENT semble l'espace légitime pour sauvegarder les contenus et les traces de travail collaboratif créés dans ou en dehors de l'ENT. Ces traces doivent être conservées pour une éventuelle utilisation par l'autorité judiciaire dans le cas d'un comportement litigieux.

Comme pour tout autre outil numérique, les usages de l'ENT ne se décrètent pas, ils s'inventent au quotidien et sont le résultat d'un processus d'appropriation (au service de la mission éducative). Il semble donc nécessaire de miser sur les initiatives des usagers et en particulier des élèves en leur donnant plus d'autonomie et de liberté et en évitant la gestion stricte des droits qui nécessite la validation des administrateurs ou des enseignants à chaque étape. Des outils permettant aux élèves de créer des groupes, d'inviter d'autres élèves et de travailler d'une manière synchrone pourraient favoriser ces initiatives. L'introduction d'une plateforme type réseau social accrochée au GAR pourrait faciliter l'appropriation des outils de travail collaboratif par les élèves. En outre, il est possible de favoriser les initiatives des usagers en encourageant le partage des bonnes pratiques et des expériences positives liées aux outils de travail collaboratif via des blogs par exemple.

Comme les ENT ne proposent pas aujourd'hui les mêmes services et n'ont pas le même potentiel, il est souhaitable de faire évoluer la définition des ENT dans le SDET. De plus, l'évolution de la notion de classe introduite avec la réforme du lycée nécessite de revoir l'architecture des ENT. Le modèle de données de l'ENT et les fonctionnalités qu'il offre devraient prendre en compte les problématiques liées aux groupes et aux élèves multi-établissements.

Enfin, il semble important de réfléchir sur la responsabilité de traitement et la protection des données qui pourraient déstabiliser les enseignants et les chefs d'établissements et les décourager à développer les pratiques pédagogiques de collaboration à distance.

Listes d'actions identifiées en séance

Les participants au troisième atelier ont identifié les pistes d'actions suivantes :

Ajouter davantage de précisions sur le travail collaboratif dans le SDET et accompagner les collectivités dans la rédaction du cahier des charges des services numériques
Faire évoluer l'architecture des ENT pour gérer l'évolution de la notion de classe introduite avec la réforme du lycée et permettre la collaboration inter-classe et inter-établissement
Accompagner et former les usagers et en particulier les enseignants aux outils et aux pratiques de travail collaboratif
Faciliter et encourager le partage par les usagers des bonnes expériences de travail collaboratif
Proposer des exemples d'usages collaboratifs via l'ENT à travers des vidéos, des blogs, etc.
Attribuer la responsabilité des traitements et des données au ministère
Ajouter de nouveaux outils de travail collaboratif dans les ENT (PAD, outil type réseau social, outil de création et de gestion de groupes de travail...)
Simplifier les outils de travail collaboratif disponibles dans l'ENT pour faciliter la prise en main
Améliorer l'ergonomie et l'efficacité des outils de travail collaboratif disponibles dans l'ENT
Ouvrir les ENT à d'autres outils déjà utilisés par les enseignants et les élèves
Encourager et libérer les initiatives des élèves
Assouplir la gestion des droits et le paramétrage pour permettre aux élèves de créer des groupes de travail collaboratif de manière autonome

Supports présentés au cours de la journée

Synthèse du discours d'ouverture (Jean-Marc Merriaux) (mis à jour le 19/12/2019)

Support de présentation de la plénière (mis à jour le 19/12/2019)

Retours sur la journée d'échanges de novembre 2018

Mis à jour le 03 janvier 2020
Partager cet article
fermer suivant précédent