Journée nationale des porteurs de projets ENT et services numériques éducatifs

24 novembre 2021

La journée nationale des porteurs de projets ENT et services numériques éducatifs, organisée par la Direction du numérique pour l'Éducation (DNE) du Ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (MENJS), s'est tenue le 24 novembre 2021, en marge du salon Éducatec-Éducatice.

Mis à jour : janvier 2022

Le temps d’échange de la journée du 24 novembre 2021 a réuni près de 200 porteurs de projets, tous acteurs de projets de services numériques pour l’éducation (collectivités territoriales et académies, éditeurs / intégrateurs de solutions ENT, fournisseurs de ressources numériques pour l'École, ministères en charge de l'éducation nationale et de l'enseignement agricole, etc.).

Introduction de la journée

Intervention d'Agnès Duwer, Sous-directrice des Services numériques - Direction du Numérique pour l’Éducation - MENJS

Agnès Duwer a remercié les porteurs de projet pour leur présence et leur mobilisation tout au long de cette année durant laquelle les ENT ont été au cœur du système numérique éducatif. Les trois bureaux de la sous-direction des services numériques se sont mobilisés pour accompagner les projets ENT et travailler sur les chantiers d’articulation avec le SI. L’agenda de la journée a été conçu de la façon suivante :

  • Pour la matinée :
    • L’état des lieux et les perspectives des ENT, dont un retour sur la Consultation ENT
    • La stratégie sur le numérique éducatif et des échanges avec les porteurs de projets
  • Pour l’après-midi :
    • Le partage de premières orientations sur le cadre de confiance des ENT ;
    • Un retour sur la prise en compte des ENT au sein du SI du Ministère, au travers notamment du projet de refonte de l’application ONDE ;
    • Le partage des enjeux autour de la sécurité des SI ;
    • L’actualité des projets ÉduConnect et GAR ;
    • Le retour d'expérience du projet ENT 1D pour les écoles de la région Occitanie.

État des lieux du déploiement et Consultation ENT2021

Intervention de Philippe Probst, Chef de projet ENT et projets territoriaux de services numériques pour l’éducation – Bureau SN1 – Direction du Numérique pour l’Éducation - MENJS

Les mesures d’audiences opérées dans le cadre du dispositif national de mesure d’audience – DNMA montrent une hausse notable et durable de la fréquentation des ENT depuis 2019, consécutive aux périodes de généralisation de l’enseignement à distance et à l’ancrage des usages des services de l’ENT observés depuis 2020 suite à la 1re période de confinement.
Les résultats de l’étude nationale annuelle, portant sur les volets qualitatif et quantitatif du déploiement des ENT dans le 1er et le 2nd degré, auprès des DANE et des DRANE ont été présentés en séance. L’étude 2021 montre notamment la poursuite de la progression du déploiement des ENT dans les 1er et 2nd degrés et un niveau de satisfaction général des ENT.

Dans un objectif d’interroger le cadre de référence existant des ENT, une consultation nationale a été menée de juillet à novembre 2021, à travers la mise en ligne d’une plateforme de contribution. Celle-ci a permis la réalisation de 8 ateliers consultatifs réunissant représentants d’académies, de collectivités territoriales et éditeurs ENT. Regroupées en 3 grands ensembles, les 33 pistes d’action identifiées par les participants à la consultation ont été présentées en séance.

Stratégie DNE et échanges avec les porteurs de projets

Intervention d'Audran Le Baron, Directeur du Numérique pour l’Éducation - MENJS

Audran Le Baron, après quelques mois à la tête de la Direction du Numérique pour l’Éducation, a fait le constat d’un écosystème numérique éducatif riche et dynamique, intégrant une grande diversité d’acteurs, ce qui peut générer pour l’utilisateur final une certaine confusion par manque de lisibilité. Il est donc nécessaire de proposer un cap et un cadre communs permettant de partager les mêmes objectifs.

Mais avant toute chose, et pour assurer le développement des usages numériques dans le monde de l’éducation, il importe de répondre à la question du « pourquoi » du numérique éducatif. La réponse tient en trois points :

  • Citoyenneté numérique : la société s’informatise de plus en plus, le numérique se retrouve dans toutes les branches de la société. L’éducation a le devoir d’enseigner le numérique pour permettre aux élèves de devenir des citoyens éclairés ;
  • Performance éducative et administrative : les outils numériques permettent de développer des solutions pour améliorer les techniques d’apprentissage, de mieux outiller les acteurs et de faciliter les démarches administratives ;
  • Continuité pédagogique : le numérique est aujourd’hui incontournable quand il s’agit de résilience du service public d’éducation.

La stratégie de la Direction du Numérique pour l’Éducation en cours de construction s’articulera autour de trois axes :

  • Former au numérique l’ensemble de la communauté éducative (les professeurs, les élèves, les parents, l’ensemble des personnels de direction…) ;
  • Équiper les établissements au travers de l’action des collectivités locales et de l’accompagnement du ministère ;
  • Outiller, en mettant à disposition de chaque acteur les services et ressources nécessaires pour assurer les missions éducatives et pratiques pédagogiques (notamment les ressources numériques pour les élèves et leurs professeurs).

Audran Le Baron a réaffirmé l’importance de replacer l’utilisateur au cœur du dispositif. Par ailleurs, il a évoqué la nécessité de faire évoluer le cadre global qui ne doit plus se limiter au seul périmètre des ENT. Le SDET, cadre national actuel des ENT, est aujourd’hui fort utile pour les différentes parties prenantes mais il est à la fois trop prescriptif dans la description de certaines fonctionnalités attendues et par ailleurs limité au seul périmètre des solutions ENT. Il ne couvre donc pas l’ensemble du périmètre du numérique éducatif.

À court terme, il s’agit de poursuivre l’évolution du SDET, afin d’assurer l’évolutivité nécessaire pour accompagner le service rendu. Parallèlement, des travaux doivent être menés pour concevoir un cadre global mettant en avant l’interopérabilité de l’ensemble du numérique éducatif.

La définition de ce cadre amènera à réaliser une cartographie fonctionnelle du numérique éducatif, comprenant les différents blocs fonctionnels, par exemple : la communication, la production collaborative, les ressources numériques pédagogiques, l’administratif (démarches gérées par le Ministère mais également par les collectivités pour le parascolaire par exemple), la gestion de la vie scolaire, les fonctions « socle » (authentification, annuaires…). L’urbanisation de ces fonctionnalités sera un exercice indispensable qui nécessitera d’échanger autour des termes utilisés tout en identifiant et clarifiant les responsabilités de chacun.

Le cadre d’interopérabilité devra être également contraignant et opposable, au profit de l’expérience utilisateur de bout en bout.

Pour atteindre les objectifs, ces travaux doivent se faire dans le cadre d’une gouvernance renforcée État/Collectivités locales. Du côté de l’État, un certain nombre de briques mutualisées sont aujourd’hui disponibles : l’authentification avec ÉduConnect, l’accès aux ressources pédagogiques avec le GAR…). D’autres pourront l’être à l’avenir, avec par exemple un outil de classe virtuelle ou visioconférence (basé sur la solution libre BigBlueButton), voire la mise à disposition d’autres « communs » numériques pour limiter les investissements « isolés » et à proposer des solutions à l’ensemble des territoires.

Support de la matinée

Télécharger le support des interventions de la matinée de la journée nationale des porteurs de projets ENT et services numériques éducatifs du 24 novembre 2021.

Le cadre de confiance des ENT

Intervention de Marie Deroide, Cheffe du bureau SN1 – Services et outils numériques pour l’éducation - Direction du Numérique pour l’Éducation – MENJS

Les ENT sont historiquement au cœur du cadre de confiance pour la mise à disposition de services numériques aux usagers en établissement/école. Ils s’appuient sur un cadre juridique pour l’accès aux services numériques avec des données importées de l’annuaire fédérateur et des briques nationales (authentification et gestion des accès aux ressources). Trois objectifs opérationnels sont d’ores et déjà poursuivis pour contribuer au renforcement du cadre de confiance :

  • Généraliser ÉduConnect pour offrir une authentification unique maîtrisée au niveau national ;
  • Déployer les ENT dans le 1er degré et mettre en place une gouvernance partagée entre les acteurs ;
  • Poursuivre la montée en puissance des interfaçages de projets ENT avec le GAR et sécuriser les prochaines rentrées scolaires avec le GAR.

Deux grandes orientations guident les travaux sur les chantiers de services numériques pour l’éducation : améliorer l’interopérabilité et assurer la continuité pédagogique.

Espaces numériques de travail et systèmes d'information du Ministère

Intervention de Stéphane Lépingle – Chef du bureau des SI de la scolarité SN2 – Direction du Numérique pour l’Éducation – MENJS  et Lucien Leclerc – Chef de projet national Scolarité 2nd degré SN2- Direction du Numérique pour l’Éducation – MENJS

L’actualité de la solution ONDE 1D se porte sur la refonte, d’ici à l’année 2023, du système actuel afin de s’adapter aux évolutions et aux besoins des utilisateurs (notamment les directeurs d’école, les personnels de mairie…).

Le nouveau portail « Scolarité services » centralise les services d’une trentaine de guichets académiques jusqu’alors indépendants. Il s’agit de simplifier les démarches et d’améliorer l’expérience des utilisateurs, en intégrant notamment de nouveaux services directement accessibles (accès au livret parcours inclusif par exemple). Le portail permet en effet aux parents d’effectuer les démarches en lien avec l’Éducation nationale, comme la mise à jour des informations personnelles, la gestion des procédures d’affectation, de bourses ou encore les inscriptions.

Au-delà de ces services, il est possible d’avoir un accès direct depuis ce portail vers les ENT, permettant notamment aux parents un suivi complet et facilité de la vie scolaire de leurs enfants, à travers une authentification ÉduConnect.

La Sécurité des Systèmes d’Information

Interventions de Matthieu Rudant – Fonctionnaire de sécurité des systèmes d’information Adjoint, Service de défense et de sécurité du HFDS – MENJS  et Vincent Ribaillier – Responsable du centre opérationnel de sécurité des systèmes d’information ministériels (COSSIM) – MENJS

La sécurité d’un SI se caractérisée par 4 piliers : la disponibilité, l’intégrité, la confidentialité et la traçabilité. Lors d’une attaque, les pirates exploitent des vulnérabilités humaines ou techniques qui vont affecter les SI visés et menacer tout ou partie de l’intégrité de ces 4 piliers. Les menaces ou les intentions malveillantes peuvent être variées : déstabiliser une institution, attaquer un SI pour manipuler l’opinion publique, se venger, espionner pour de l’intelligence économique… Pour couvrir ces vulnérabilités, il est primordial de mettre en place des mesures de protection avec l’ambition de toujours conserver une avance face à la menace.

Pour maîtriser pleinement la sécurité de ses systèmes d’information, l’ANSSI travaille avec le pôle SSI du ministère, qui lui-même est en lien avec les RSSI des académies.

Le centre opérationnel de sécurité des systèmes d'information ministériels – COSSIM –, créé en janvier 2019, est le « CERT » des ministères MENJS et MESRI. Il assiste les RSSI de l’éducation et de la recherche, apporte de l’assistance et aide à définir le plan de remédiation en cas d’incident. Il a la charge de superviser les SI ministériels, de détecter et de gérer les incidents. La stratégie du COSSIM se résume en 4 axes : surveiller, détecter, gérer l’incident et sensibiliser.

Afin de garantir l’intégrité des SI et d’obtenir une vue d’ensemble des incidents, il est rappelé que le COSSIM a mis à disposition des RSSI un portail permettant la déclaration des incidents, leur typologie et leur gravité.

ÉduConnect et Wi-Fi

Interventions de Cécile Rocheron – Cheffe de projet Guichets d'authentification, portails d'accès et interfaçages; Nicolas Schont – Chef de projet national technique Logiciels libres, Identité et Infrastructures; Denis Beuzelin – DSI adjoint, académie de Normandie; Sylvie Camprasse – Chef de projet Usages numériques, Région Normandie.

Actuellement, cinq académies interviennent dans cette phase pilote ÉduConnect accès au Wifi : Nancy-Metz / Montpellier / Normandie / Nantes / Rennes.

L’académie et la région Normandie ont présenté conjointement leur retour d’expériences du déploiement d’ÉduConnect. Celui-ci a été mené parallèlement à l’équipement des lycéens en ordinateurs portables, avec une cible de 40 000 équipements distribués aux élèves fin 2022. L’objectif était donc de pouvoir conserver l’authentification et la configuration Wi-Fi des élèves à la fois à travers leurs ordinateurs portables et leurs téléphones. L’opération est un succès, puisque la fin du déploiement des 140 lycées normands sur ÉduConnect Wi-Fi est prévue pour la rentrée 2022. Les comptes Windows et Android dans la Région Normandie sont par ailleurs tous fonctionnels et les derniers ajustements sur Apple interviendront dans le courant de l’année.

L’ambition est maintenant d’intégrer les lycées agricoles à ÉduConnect et de proposer ÉduConnect comme une solution d’identifiant unique pour la totalité des élèves et des enseignants.

Gestionnaire d’accès aux Ressources – GAR

Interventions de Corinne Martignoni – Adjointe à la cheffe du bureau des services et outils numériques (SN1) Cheffe de projet GAR – Direction du Numérique pour l’Éducation – MENJS et Françoise Brethome – Cheffe de projet GAR partenaires – Direction du Numérique pour l’Éducation – MENJS

L’objectif de la généralisation du GAR est fixé en 2025 avec l’ambition d’atteindre 13 millions d’utilisateurs. L’évolution du déploiement du GAR depuis 2017 est conséquente : de 80 pilotes à 1 300 établissements déployés en 2021 sur le 2nd degré avec 6 millions d’utilisateurs – au total 7 000 établissements bénéficient aujourd’hui du GAR.

Par ailleurs, les liens entre les projets ENT et le GAR continuent de se renforcer avec 40 projets ENT raccordés en septembre 2021 au GAR. Celui-ci fait aujourd’hui partie de plusieurs projets territoriaux et est, pour certains, considéré comme un prérequis. Il y a aujourd’hui de plus en plus de partenaires du GAR avec 11 000 ressources intégrées provenant de différents fournisseurs.

Les accès aux ressources du GAR sont étroitement corrélés à l’usage des ENT pour lesquels on observe les mêmes niveaux d’évolution avec 1 million d’accès en moyenne par semaine entre 2020 et 2021.

La feuille de route du GAR comporte 3 axes :

  • La poursuite de l’industrialisation de la solution ;
  • Le travail sur l’évolution du périmètre du GAR ;
  • La prise en compte des besoins spécifiques des acteurs (académies, fournisseurs de ressources, partenaires, etc.).

Les prochaines évolutions prendront en compte l’intégration de nouveaux profils, l’évolution du site de communication et le pilote sur l’interfaçage informatisé du support Sumit avec le GAR. Ces éléments seront détaillés à l’occasion des ateliers ENT et fournisseurs de ressources du 16 décembre, et seront suivis d’une communication auprès des porteurs de projets.

La Construction du projet ENT 1D Occitanie

Interventions de Sabrina Caliaros –  Directrice de région académique du numérique pour l'éducation. DRANE Région académique Occitanie; Guillaume Bonzoms - Directeur de région académique délégué du numérique pour l'éducation DRANE Région académique Occitanie ; Sébastien Méjean – Directeur adjoint 1er degré de région académique du numérique pour l'éducation, DRANE Occitanie ; Régis Cazorla – Chef de bureau coordination DS2i-DANE – Chef de projet ENT, DRANE Occitanie.

Il existe un ENT 2D commun aux académies de Toulouse et Montpellier, pour l’ensemble des collèges et des lycées. Dans la continuité, le projet de l’ENT 1D en Occitanie s’est naturellement imposé, avec la volonté de disposer d’un outil numérique commun au regard des usages sur le territoire et afin d’améliorer la continuité pédagogique (besoin renforcé par la crise sanitaire).

Deux facteurs clés ont concouru à l’avancée du projet : la création d’une équipe projet (DRANE Montpellier et Toulouse), et le sourcing des solutions ENT qui a permis, à travers un cadre réglementaire précis, de réaffirmer les besoins pour le territoire.

En complément, l’identification et la mobilisation des expertises (sécurité, achats…) sont des éléments structurants du projet d’un ENT. L’appui des équipes de la DNE permet de faire le lien avec des projets similaires dans d’autres territoires comme celui d’Orléans-Tours, et de bénéficier de supports comme le kit de conventionnement Informatique et libertés.

Enfin, le travail essentiel avec les collectivités permet d’atteindre un niveau élevé de déploiement de l’ENT sur le territoire du rectorat.

Support de l'après-midi

Télécharger le support des interventions de l'après-midi de la journée nationale des porteurs de projets ENT et services numériques éducatifs du 24 novembre 2021.