Éduscol
Accueil    Se former    Examens, concours    La certification complémentaire en histoire de l'art

La certification complémentaire en histoire de l'art

Textes officiels

La certification complémentaire en histoire de l'art n'est pas une certification pluridisciplinaire en « histoire des arts » mais en histoire de l'art en tant que discipline universitaire, comme spécifié par l'arrêté du 9 mars 2004, publié au Journal officiel du 19 mars 2004.

Selon la note de service n°2004-175, publiée dans le B.O. n°39 du 28 octobre 2004, cette certification a trois objectifs :

- valider des compétences particulières qui ne relèvent pas du champ des concours de recrutement ;

- constituer un vivier de compétences pour certains enseignements pour lesquels il n'existe pas de concours de recrutement ni de mention complémentaire dans ces concours ;

- mieux préparer le renouvellement des professeurs qui en ont eu la charge.

Dès lors que l'enseignement de l'histoire des arts bénéficie d'un horaire dédié (donc au lycée), il justifie la publication de postes spécifiques et les enseignements de seconde « Patrimoines » sont confiés à des professeurs titulaires de la certification complémentaire en histoire de l'art.

Selon le B.O. n°39 du 28 octobre 2004, la certification complémentaire en histoire de l'art permet d'évaluer, chez le candidat, cinq types de compétences :

- des compétences disciplinaires en histoire de l'art (historiographie, différentes approches possibles de l'œuvre d'art visuel et leurs conséquences en matière de muséographie et de politique patrimoniale, des références liées aux problématiques et aux méthodes de l'histoire de l'art) ;

- des compétences méthodologiques et analytiques (capacité à présenter et analyser une œuvre et à la mettre en relation avec l'ensemble des domaines artistiques, sachant que cette œuvre générique relèvera de l'histoire de l'art mais pourra être mise en relation avec des œuvres tirées du cinéma, du théâtre, de la littérature, de la danse, de la musique, etc.) ;

- des compétences professionnelles (capacité à mettre en œuvre, au sein d'une équipe pluridisciplinaire, un parcours de formation des élèves, s'appuyant sur des cas précis et capacité à travailler en partenariat avec des structures extérieures à l'école) ;

- une connaissance des programmes (capacité à connaître les programmes de 2010 tant en histoire des arts qu'en enseignement d'exploration Patrimoines et à les mettre en œuvre en les reliant aux compétences précédentes et en les reliant aussi aux programmes d'histoire des arts de cycle 3 et cycle 4) ;

- une fréquentation des lieux d'art (musées, centres d'archives, bibliothèques, galeries, centres d'art...) pour garantir que l'enseignement soit fondé sur la familiarité avec les œuvres.

Le jury académique chargé de l'évaluation des candidats est présidé par un IA-IPR d'histoire des arts. Les membres du jury sont choisis parmi les membres des corps d'inspection déconcentrés à vocation pédagogique, les enseignants du second degré assurant un enseignement effectif dans le domaine choisi et les enseignants chercheurs de la discipline universitaire de référence. Des personnes n'appartenant pas à ces corps pourront être choisis pour leurs compétences particulières. Une commission type se compose ainsi de trois personnes :

- un IA-IPR chargé de l'histoire des arts, qui préside la commission ;

- un enseignant-chercheur en histoire de l'art ou un conservateur du patrimoine ;

- un professeur enseignant l'histoire des arts dans le second degré ou en CPGE.

Le rapport du candidat (dossier) de cinq pages fourni par le candidat avec son inscription n'est pas évalué et fournit au jury un éclairage sur l'expérience du candidat, en ce sens qu'il s'articule autour de deux points :

- les titres et diplômes obtenus en lien avec l'histoire de l'art ou encore les formations choisies lors de l'année de formation initiale ;

- les expériences d'enseignement ou expériences menées à titre personnel ou professionnel. 

L'examen est constitué d'une épreuve orale de trente minutes maximum débutant par un exposé du candidat de dix minutes maximum suivi d'un entretien avec le jury, d'une durée de vingt minutes maximum. Le candidat se présente en valorisant les éléments qui, dans son parcours personnel, motivent et appuient sa candidature. L'entretien est ensuite tourné vers l'évaluation des compétences et ne peut s'appuyer exclusivement sur le rapport remis par le candidat qui ne porte qu'indirectement sur le fond.

À l'issue de chaque session, le jury établit un rapport pour rendre compte des données statistiques et docimologiques, des conditions de l'épreuve et des questions posées, et publie les remarques du jury qui aideront les futurs candidats à se préparer aux sessions suivantes. Ce rapport est accessible sur le portail académique d'histoire des arts.

Rapports de jury

Vous pouvez télécharger différents rapports de jurys ci-après selon les académies:

- académie d'Orléans-Tours (rapport de la session 2014;

- académies de Paris-Créteil-Versailles (rapport de la session 2015).