Éducation aux médias et à l'information

L'esprit critique - Jérôme Grondeux, inspecteur général Histoire et Géographie

Retranscritption de la vidéo réalisée à l'occasion du lancement de l'appel à contributions national sur l'esprit critique auprès de tous les acteurs de la communauté éducative.

Appel à contributions sur l'esprit critique

L'esprit critique : un ensemble d'attitudes et de procédés

"L'esprit critique est une des grandes ambitions de notre système éducatif. On cherche à le promouvoir, on cherche à le développer, toujours. L'esprit critique n'est pas quelque chose que l'on posséderait définitivement pour tous les domaines. C'est plutôt une attitude, une manière de procéder, une manière de voir et une dynamique. Chacun d'entre nous essaie d'avoir le plus d'esprit critique possible sur un domaine qui soit le plus étendu possible.

Si l'on devait définir l'esprit critique, et effectivement on doit s'en faire une idée pour arriver à le promouvoir parmi nos élèves, on pourrait le définir par un ensemble d'attitudes et par un ensemble de procédés, d'habitudes que l'on prend dans notre manière d'aborder les choses.

Curiosité, lucidité et modestie

La première de ces attitudes, peut-être une des plus importantes en tout cas, c'est la curiosité. L'esprit critique est quelque chose qui cherche à connaitre. Le mot "critique" peut parfois donner l'impression que l'esprit critique est quelque chose de négatif. Mais par exemple en Histoire, critiquer un document ce n'est pas le disqualifier, c'est rechercher l'intérêt qu'il a et ce qu'il peut nous apprendre d'intéressant, ce qu'il peut nous apprendre avec un certain degré de certitude. Donc la curiosité, le fait de chercher à comprendre le monde qui nous entoure, à connaitre, est quelque chose de déterminant.

Cette curiosité doit aller de pair avec une certaine lucidité, c'est-à-dire qu'il faut avoir tout à fait conscience de ce que l'on sait et de ce que l'on ne sait pas. Pour avoir de l'esprit critique dans un domaine, et bien il faut avoir un certain nombre de connaissances sur ce domaine. Quelqu'un qui ne sait pas comment fonctionne un moteur à explosion n'aura jamais, par exemple, d'esprit critique en mécanique automobile. Il sera obligé de croire tout ce qu'un spécialiste lui dit sans se poser aucune question. S'il veut avoir cet esprit critique, il devra se former. Savoir ce que l'on sait, savoir ce que l'on ne sait pas, c'est quelque chose de très important.

Ensuite il y a, ce qui va avec cette lucidité d'ailleurs, une certaine attitude que l'on pourrait dire de modestie générale : avoir une pleine conscience du fait que le monde est vaste et très complexe, et que nos connaissances sont limitées. Qu'on essaie toujours de les faire progresser, qu'on essaie toujours d'avoir des connaissances qui soient les meilleures possibles mais que l'étendue des choses à connaitre et la complexité du monde, sont un défi permanent. Et je pense que croire toujours avoir le dernier mot sur une question est sans doute quelque chose qui anesthésie totalement l'esprit critique.

Une attitude d'autonomie et d'écoute

L'esprit critique suppose deux choses qui doivent se compléter : l'autonomie et l'écoute.

L'autonomie c'est la capacité, comme on le dit souvent, à penser par soi-même. C'est-à-dire à pouvoir éventuellement penser différemment des gens qui vivent avec vous, différemment de notre milieu. On cherche à avoir un point de vue personnel, à se fonder un point de vue personnel. Mais en même temps l'esprit critique n'est pas quelque chose de totalement solitaire. On pense aussi avec les autres. Et donc il y a une dimension de dialogue et d'écoute qui est fondamentale. Dialoguer, mais aussi savoir ce que peuvent nous apporter les autres en terme de connaissances. Quand je parlais tout à l'heure de « se former dans un domaine pour avoir de l'esprit critique », ça suppose aussi qu'on soit attentif aux connaissances des autres, qu'on échange, qu'on soit capable de se former, de se les approprier.

Toutes ces attitudes ne sont pas des prérequis, elles se forment continuellement par l'exercice de la pensée, exercice quotidien.

Savoir prendre son temps

Ces attitudes se traduisent et sont en même temps renforcées par des manières d'aborder les choses et des manières de connaitre, en prenant son temps. Ne pas se presser d'avoir une interprétation, une idée. Savoir comprendre avant de juger. Savoir même, parfois, suspendre son jugement pour un temps. Se méfier de ce que l'on pensera a priori d'un certain domaine. Parfois, sur certaines questions particulièrement compliquées, on n'est pas obligé de finir par trancher. On laisser des questions ouvertes. L'esprit critique suppose de prendre son temps, de prendre le temps de la réflexion, de prendre le temps de se former. Et donc c'est une exigence particulièrement forte dans une société qui est très marquée par l'immédiat de la communication.

L'enjeu de la prudence

Dans la mise en œuvre de l'esprit critique, il y a aussi la notion de prudence. Je dois savoir quelle est la source d'une information. Et donc prendre l'habitude de la chercher. Aussi, le fait de comprendre comment se construisent les connaissances, comment se construit une science, comment se construit une hypothèse scientifique, c'est très important puisque comme j'ai besoin des connaissances des autres pour pouvoir exercer mon esprit critique, je dois savoir quand et où je peux accorder raisonnablement ma confiance.

Distinguer faits et interprétations

Il y a aussi, dans la mise en œuvre de l'esprit critique, quelque chose qui me semble fondamental : savoir distinguer entre le fait et l'interprétation, entre ce qui relève des faits établis, des faits prouvés et ce qui relève de la manière dont on explique les faits. En Histoire, on peut discuter très longtemps pour savoir si ce qui a dominé chez les combattants de la première guerre mondiale était l'imprégnation d'une culture de guerre, ou s'ils ont plutôt combattu parce qu'ils étaient face à une contrainte physique très forte. Ces interprétations sont importantes mais on sait bien ce qui s'est passé pendant la première guerre mondiale. On sait où les gens se sont battus, combien il y a eu de morts, combien il y a eu de batailles de façon satisfaisante.

Accepter le débat des interprétations

Toutes ces interprétations, il faut également en accepter la confrontation. Or, cela ne veut pas dire que toute opinion doit être immédiatement discutée. Mais quand une interprétation est construite avec un minimum de sérieux, on sait qu'on arrive toujours à plusieurs interprétations sérieuses possibles. Et il faut savoir écouter les interprétations qui ne sont pas les siennes, débattre, il faut savoir comparer les interprétations. C'est donc une dimension de pluralisme qui est extrêmement importante dans l'esprit critique. Et on retrouve ce que l'on disait tout à l'heure, c'est-à-dire que l'esprit critique n'est pas une pratique solitaire. C'est aussi quelque chose qui se joue dans la société.

Pourquoi travailler avec les élèves sur l'esprit critique?

Débattre sur les différentes interprétations, cela ne veut pas dire que toutes les interprétations se valent ; cela veut dire que l'on va savoir les trier entre elles. On va être apte, on essaie d'être apte, à aller vers les interprétations qui nous semblent correspondre à l'expérience. C'est particulièrement vrai en science mais cela peut se retrouver dans d'autres domaines. On cherche des interprétations qui éclairent, qui permettent de comprendre, qui prennent en compte la totalité de ce que nous arrivons à connaitre.

Et puis, il faut aussi savoir distinguer parmi toutes les idées que nous développons ce qui relève d'une interprétation qu'on va tester par l'expérience et ce qui relève de nos opinions. Nos opinions elles sont utiles, elles sont importantes, elles nous définissent souvent. Mais nos opinions expriment beaucoup nos valeurs et nos préférences. Et il faut donc savoir quand nous sommes face à une interprétation que l'on va confronter à l'expérience et quand nous sommes face à des opinions qui expriment nos préférences."


Esprit critique - Jérôme Grondeux par eduscol

Mis à jour le 08 décembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent