Le fils de Jean

Données du film

le fils de Jean

Réalisé par : Philippe Lioret

Avec : Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan

Long-métrage : France/Canada

Genre : Drame

Durée : 1H38

Année de production : 2016

Distributeur : Le Pacte

 

Synopsis

À trente-cinq ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu'il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d'aller à l'enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n'a connaissance de son existence ni ne veut la connaître. Il se retrouve en territoire hostile.

Sites

Presse

Vidéos

La carte postale de P. Lioret

Dossiers à télécharger

Réalisations d'élèves

Le fils de Jean personnages 2

 

 

 

le fils de jean dessin Rimbaud

 

  • Un dessin de Fériel Ferchil, Lycée Arthur Rimbaud, Istres (académie d'Aix-Marseille)

"J'ai fait cette illustration car j'ai trouvé ce moment beaucoup trop stressant et je déteste ce sentiment. Nous aurions préféré que la scène se passe comme ça, bien que cela nous aurait rendu quand même très mal à l'aise."

 

 

le fils de jean affiche belin

 

 

 

 

 

Critiques d'élèves (catégorie critique libre)

  • La critique audio par les élèves du Lycée E. Belin de Vesoul (académie de Besançon).

Le fils de Jean critique Eva

 

 

  • La critique d'Eva, Lycée des métiers Eugène Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

 

 

 

 

 

Le fils de Jean critique Mathis Tony

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean critique Richard Dylan

 

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean critique Tony

 

  • la critique de Tony, Lycée des métiers Eugène Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

 

 

 

 

 

le fils de jean critique saint esprit

 

 

 

 

 

 

 

Le fils de jean critique larousse

 

 

 

 

 

 

Commentaires

2016/11/22 15:02 #6cda-47ba-8049-134beba621b3
Lycée J. B. Poquelin
Le fils de Jean, polar familial.

Le fils de Jean de Philipe Lioret, nous conduit dans les pas de Mathieu, 33 ans, orphelin de père. Un appel lui apprendra bientôt, que son père , Jean, était Canadien et qu’il est décédé.
Nous nous envolons alors de Paris à Montréal, avec Mathieu, bien décidé à faire la connaissance de ses deux frères.
Ce film à la fois énigmatique et mélancolique nous montre des liens familiaux forts bien qu’ils ne soient pas ceux auxquels on s’attendait.
Pierre, le meilleur ami de Jean, refuse que Mathieu raconte quoique ce soit à ses frères. Il est froid et distant avec Mathieu, semble lui cacher beaucoup de choses et préférerait que ce dernier rentre chez lui à Paris. C’est sans compter sur l’obstination du jeune homme qui souhaite rencontrer sa famille.
Rencontre qui ne se fera pas sans heurts. Au bord du lac où Jean s’est noyé, les quatre hommes, à la recherche du corps, vont se heurter les uns aux autres. Mathieu ne s’identifie pas à ses « frères », qui eux-mêmes ne s’entendent pas. Pierre veille et devient de plus en plus bienveillant envers Mathieu. L’accueillant chez lui à leur retour du lac, Mathieu rencontre la famille de Pierre, sa femme et sa fille, Bettina. Une relation très complice se noue entre eux.
Au sortir du cinéma, pour une grande majorité, nous avons apprécié le film qui mêle diverses émotions. En plus de nous montrer un aspect de la culture québecoise, Le fils de Jean apporte un certain espoir puisque Jean finit par rencontrer son vrai père. Les choses ne sont jamais dites directement, tout est suggéré et c’est là que les objets vont tenir une grande place. Stéthoscope, casquette, tableau... comme autant d’indices ils sont glissés dans les scènes pour mener le spectateur sur la piste du dénouement.
Film sur les relations familiales, il axe sur les personnages, chacun bien développé. La caméra sembe suivre les ressentis de Mathieu, instable au début, elle semble toujours en mouvement au moment de l’appel décisif. Elle s’apaise comme Mathieu au cours du film. La beauté des paysages participe à cet apaisement.
Un bon film.
2016/11/22 22:04 #a883-4f84-8cd6-ebfadfa008ca
Lycée E Belin
Le Fils de Jean

« Joué par des comédiens exceptionnels, le film tourne en énigme familiale qui prend tout son sens dans un final épique »
Après « Je vais bien ne t’en fais pas », Philippe Lioret nous propose à nouveau une histoire à la fois sentimentale et dramatique avec «Le Fils de Jean ». Les acteurs principaux, Pierre Delalonchamps et Gabriel Arcand, s’échangent tout au long du film des regards profonds et communicatifs qui en disent longs… Suite à son rôle étonnant dans « L’inconnu du Lac », P. Delalonchamps incarne cette fois-ci Mathieu dans « le Fils de Jean », c’est l’histoire d’un homme de trente-quatre ans dont la vie est a priori tout à fait banale ; divorcé, il a un fils et et gagne sa vie en étant commercial dans une entreprise qui vend… des croquettes pour chien ! Un matin, il reçoit un appel sur son lieu de travail : on lui annonce la mort de son père qu’il n’a jamais connu. Mathieu ne sait rien de son père… ou des mensonges qu’on lui a partiellement dits. Il en sait encore moins sur ses deux demi-frères, dont il apprend également l’existence par téléphone. Après un temps de réflexion, Mathieu décide de partir au Canada, le plus tôt possible, là où se trouve la famille qui lui manquait tant. Emotions, mystère et admirations seront au rendez-vous.
Ce film, inspiré du livre « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi » de Jean-Paul Dubois, va vous en faire voir de toutes les couleurs, à travers des paysages à couper le souffle. Avec Philippe Lioret, nous redécouvrons également un style intimiste : au début du film, des scènes donnent la sensation d’être enfermés puis, progressivement, cette sensation s’évapore et nous ouvre les portes d’un monde totalement ouvert et large, qu’est le Canada.
Ce film est une énigme familiale en elle-même, elle vous porte à espérer des choses qui se détournent et ne prennent tout leur sens qu’à la fin. Soyez attentifs et observez bien ! Ne vous faites pas piéger, vous aussi, par les regards et les gestes intenses et trompeurs, laissez-vous emporter…
CHIPRET Marie-Camélia 2nd5
2016/11/22 22:05 #5736-4cf5-ad61-d4a5eec4fa3a
Lycée E Belin
Le Fils de Jean
Philippe Lioret
Un jeune homme, Mathieu, 34 ans, n'a jamais vu son père, qui vient de mourir. Il part au Canada pour rencontrer ses frères.

Mathieu est un personnage prenant, joué par un acteur bluffant, au jeu tout en finesse : Pierre Deladonchamps... Un jeune homme apprend une mort tragique, celle de Jean, son père. Il part au Canada pour rencontrer Pierre, l'ami de son père, ainsi que ses deux frères qu’il n’a jamais vus.
Pierre va parler à Mathieu de son père. Il va lui apprendre qu'on n’enterre aucun corps car Jean s’est noyé et son corps n’a pas été retrouvé. Nous assistons alors à une scène où Pierre, Mathieu et les deux frères de celui-ci partent chercher le corps : c’est une scène à la fois tendre et violente au cours de laquelle les quatre hommes vont apprendre à se connaître et vont dévoiler leurs véritables personnalités.

Philippe Lioret nous captive avec ce film touchant et bouleversant. On se prend rapidement au charme de cette intrigue et à l'émotion qu'elle dégage.

Finalement, Le fils de Jean est l’histoire d’un secret de famille... Sera-t-il découvert ?
8/10
2016/11/22 22:05 #db63-40f6-b290-82b3e2ee4ac6
Lycée E Belin
Le fils de Jean
Philippe Lioret

A 33 ans, Mathieu reçoit un coup de téléphone du Canada : il apprend que son père, qu’il n’a jamais connu, est décédé.

A la recherche d’un passé peut-être douloureux mais surtout inconnu, Mathieu part, déterminé, en quête de réponses. Lors de son arrivée à Montréal, il est accueilli par un ami très proche de son père : Pierre. Il trouvera dans cet homme une personne touchante, qui lui confiera une partie de sa vie qu’il ne connaît que trop peu.
Mais pourquoi n’a-t-il pas connu son père ? Pourquoi le coup de téléphone vient-il du Canada ?
Toutes ces questions que se posent les spectateurs n’auront de réponses qu’à la fin du film… Néanmoins, dans Le Fils de Jean, Philippe Lioret utilise régulièrement des pierres d’attente : une casquette jaune, un tableau de tête d’enfant, un stéthoscope …
Il faut rester attentif, car il peut s’y cacher des détails implicites !
C’est par l’intrigue, le suspens et la dramaturgie que les acteurs nous tiennent en haleine durant toute la durée de ce film.
Si vous souhaitez regarder un film touchant, avec un fond de suspens, Le Fils de Jean vous procurera des émotions. Avec aussi quelques touches comiques, d’autres poétiques, Lioret a réussi à nous emmener dans son univers.

7.5/10

2016/11/22 22:06 #4ade-4c6d-88a4-84b714036db1
Lycée E Belin
Le fils de Jean

Le fils de Jean : sous ce titre assez simple se cachent des secrets dont on ne soupçonnerait pas l’existence…

Mathieu, jeune homme de 34 ans, qui habite à Paris, reçoit un appel : il apprend que son père biologique, un parfait inconnu, est décédé, son corps reposant au fond d’un lac au Canada. Mathieu décide donc de laisser son ex-femme, son fils et son travail de parisien pour aller rejoindre sa nouvelle famille à Montréal. Il y est accueilli par Pierre, vieil ami de son père ; cette rencontre entre les deux hommes est assez gênante. Mathieu, au fur et à mesure de son séjour, va découvrir un lourd secret de famille, qui bouleversera sa vie. Certains regards entre les deux hommes ne peuvent pas nous tromper. ..

Le fils de Jean, avec des paysages envoûtants, nous plonge dans le Canada profond. Beaucoup de gros plans créent une certaine émotion en nous, spectateurs, nous donnant une impression d’immensité et de mystère. Malgré une fin ouverte qui peut en perturber plus d’un, ce film s’avère, avec ses petits détails, une œuvre exceptionnelle, très librement inspirée d’un roman de Jean-Paul Dubois : Si ce livre pouvait me rapproche de toi.

Finalement, ce film est assez captivant, bien que certains spectateurs aient pu déceler le fin mot de l’intrigue un peu trop tôt. De Phllipe Lioret, les films précédents comme Welcome, ou Je vais bien ne t’en fais pas ont connu un certain succès auprès du public. Avec Le Fils de Jean, le réalisateur nous livre un nouveau film, dense et sentimental dont les vastes paysages ainsi que les touches d’accent canadien ont su nous impressionner et nous séduire.
Alors ne ratez pas Le Fils de Jean !

Clémence Garret, 2nde 5

2016/11/22 22:07 #20cb-4b63-8bda-82b7326e8d29
Lycée E Belin
…Le fils de Jean de Philippe LIORET

Matthieu apprend par un coup de fil que son père, Jean, vient de mourir au Canada : il décide alors de partir à sa recherche et aussi de rencontrer ses frères.

A travers le personnage de Pierre DELADONCHAMPS, alias Matthieu, Philippe LIORET a su nous transmettre les émotions du personnage.
Matthieu sait faire ressentir sa tristesse, son désarroi aux spectateurs ; c’est une personne assez calme, alors que ses deux frères sont plutôt agressifs. Lorsqu’ils sont dans la cabane de pêche où leur père aimait se rendre, l’ambiance est très tendue. En revanche chez Pierre, le meilleur ami de Jean, l’ambiance est plus familiale : la cuisine, où les personnages prennent leur petit-déjeuner, est claire et ensoleillée ; Pierre et ses petites filles jouent du piano, donnant de la gaité à ces scènes familiales.
Si le but du réalisateur était de transmettre des émotions aux spectateurs, c’est réussi. Néanmoins le manque d’actions peut décourager certains spectateurs
Lorsque les scènes se passent à Paris, les espaces sont très fermés, étroits, symétriques… Alors que, quand les personnages sont au Canada, les scènes sont tournées dans des grands espaces, aérés, on éprouve alors une authentique sensation de liberté…
Si ce film vous intéresse, n’hésitez pas ! Vous verrez que la fin en est ouverte : la famille sera-t-elle de nouveau réunie ? Pierre va-t-il pouvoir se reconstruire ? Suspense….


Note donnée au film par Marjorie, Camille et Deniz : 5/10
2016/11/24 15:09 #9497-4745-adcd-79dd3350a605
Lycée Stanislas
J’ai beaucoup apprécié ce film pour de multiples raisons.

Déjà, ce n’est pas un film d’action, rempli d’explosions où tout semble irréaliste. Non, car ce film pourrait être une histoire vraie. Une histoire qui pourrait venir bouleverser le quotidien de n’importe qui.

Ensuite, je trouve que les acteurs choisis jouent leur rôle à merveille ! Ils sont attachants pour la plupart, et l’on ressent parfaitement les émotions.

Par ailleurs, le fait que le film se déroule au Canada colle parfaitement avec l’histoire. Celle d’un homme dont la vie est plongée dans une sorte de routine qui est soudainement bousculée par le décès de son père et la découverte d’une famille inconnue.

Un scénario simple mais efficace, parfois sérieux, parfois émouvant. Ce film m’a beaucoup plu et m’a fait réfléchir : les choses de la vie ne sont pas forcément ce que l’on croit.


Thomas G. (2GA1)





2016/11/24 15:10 #295a-437e-9fd7-721cd0de224c
Lycée Stanislas
J’ai bien aimé ce film car il fonctionne comme une énigme qui prend tout son sens au final. Ce n’est que vers la fin que l’on comprend vraiment le film.
J’ai aimé la mise en scène, les acteurs.

Priscilla B. (2GA1)
2016/11/25 13:02 #bc36-4387-bc28-1dff6011d86a
Lycée Rostand
Le fils de Jean
Le fils de Jean, est un film français de Philippe Lioret, sorti en 2016, qui dure 1h39, et dont les acteurs principaux sont Pierre Deladonchamps, qui interprète Mathieu (le fils de Jean) et Gabriel Arcand qui interprète Pierre (le meilleur ami de Jean). Il y a aussi Pierre-Yves Cardinal qui joue le rôle de Sam (un des fils de Jean), Patrick Hivon qui joue Ben (l'autre fils de Jean), Catherine de Léan qui joue Bettina (la fille de Pierre) et Marie-Thérèse Fortin qui interprète Angie (la femme de Pierre). Le film est inspiré du roman de Jean-Paul Dubois, Si ce livre pouvait me rapprocher de toi.
Ce film raconte l'histoire de Mathieu, 33 ans, père d'un petit garçon, qui reçoit un appel du Canada l’informant que son père, Jean, dont il ne connaît rien, est mort à la pêche et que son corps n'a pas été retrouvé. Il se rend donc au Canada, à Montréal, pour assister aux obsèques de son père et rencontrer ses deux frères. A l'aéroport, Pierre, le meilleur ami de Jean, vient le chercher et lui demande de ne pas dévoiler qui il est à ses frères, car ils ne doivent pas connaître son existence. Pierre dévoilera à sa femme, Angie, et à sa fille, Bettina, qui vit chez ses parents et élève seule ses jumelles, que Mathieu est le fils de Jean. Comme Mathieu veut à tout prix rencontrer ses frères, Pierre lui fait promettre de ne rien leur dire et de se présenter comme un ami français venu lui rendre visite. Avec ses frères, Mathieu part donc chercher le corps de son père dans le lac où il s’est noyé. Pierre les accompagne pour surveiller Mathieu afin qu'il ne dévoile pas qu'il est le fils de Jean. Ils ne retrouveront que la casquette jaune de Jean. Là-bas, il découvre que ses frères sont violents et qu'il n'a aucun point commun avec eux et que celui qui regrette le plus Jean, c'est son chien. Il s'en suivra des révélations très surprenantes.
C'est un film plein de secrets et d'émotions, où nous pouvons facilement nous identifier aux personnages car l'histoire est réaliste. Dans ce film, le réalisateur, Philippe Lioret, arrive à nous tenir en haleine avec des intrigues familiales dont les secrets se révèlent peu à peu. La fin du film est stupéfiante et nous voulons savoir ce qui se passe ensuite, mais nous n'avons aucun indice. Finalement, cela nous permet d'imaginer la fin que nous voulons.
Maëva Lemesle – 2nde 6 – Lycée Jean Rostand – Caen
2016/11/25 13:03 #126c-4b38-b06f-79bfee2261c2
Lycée Rostand
« Le Fils de Jean » : un mélange entre polar et mélodrame qui fait plaisir !
Dans ce film, Pierre Deladonchamps incarne le rôle de Mathieu, un trentenaire n’ayant jamais connu son père. Lors une journée de travail ordinaire, Mathieu reçoit un appel téléphonique d’un inconnu qui lui apprend que son père vient de mourir, que celui-ci était québécois, et cerise sur le gâteau… il découvre qu’il a deux frères, dont il ignorait totalement l’existence ! Le lendemain, le jeune divorcé se rend à l’aéroport et prend l’avion direction Montréal. Après quelques heures de vol, il rencontre le meilleur ami de son père, Pierre (rôle joué par Gabriel Arcand) qui lui remet un tableau nommé Jeune garçon les yeux au ciel qui lui est transmis par son défunt père. Pierre demande aussi à Matthieu de ne pas révéler son identité à ses deux frères. Coup de pression pour Mathieu puisque, pour la première fois, il va rencontrer ses deux frères.
Un rêve qui tourne au cauchemar…
Philippe Lioret, réalisateur passionné, nous fait vivre ici autant d’émotions que dans son ancien film Welcome, sorti en 2009 qui raconte l’histoire d’un Irakien voulant aller en Angleterre à la nage. Dans le fils de Jean, l’hstoire de Mathieu connait aussi bien des péripéties. Ce film est une petite mine d’or ! Ben oui… ce film nous emmène à nous identifier à ce Fils de Jean et nous montre à quel point sa vie est difficile, suggère que chaque moment dans la vie peut faire mal, car certes, la rencontre de ses deux frères est surprenante, mais quand on creuse un peu dans l’intérieur de ces deux personnages, on s’aperçoit vite que Mathieu aurait peut-être dû rester à Paris… Quand il a vu que l’un des frères était violent et que l’autre ne pensait qu’à l’héritage, il a de quoi se poser des questions : pourquoi voyager aussi loin pour une personne qu’il n’a jamais vue ? Pourquoi voir ses deux frères alors qu’eux-mêmes ne connaissent pas Mathieu ? C’est ce que dénonce le réalisateur Philippe Lioret dans ce film d’1h38 en nous incitant à nous mettre à la place de Mathieu avec des plans assez longs, des couleurs froides et des musiques tristes pour souligner cette douleur qu’endure le jeune homme… De plus, Philippe Lioret a réalisé son film au Canada pour montrer à quel point Mathieu a besoin de rencontrer ses deux frères, car on ne prend pas un avion comme ça : il a une forte nécessité de les voir. Et oui, c’est bien réfléchi !
S’identifier au personnage…
Bizarrement, on se met très facilement dans la peau du personnage ! C’est sûrement à cause de la recette magique de Philippe Lioret, constituée de 150 grammes d’émotions, 100 grammes de péripéties avec un zeste de réalité, car, oui, c’est juste un homme qui cherche un inconnu, rien de plus banal… Mathieu a des petits passe-temps comme écrire – il a vendu des exemplaires d’un polar – ou être avec son fils et le soutenir pour ses compétitions de judo… On le sent normal, comme-ci ça nous était arrivé à nous… Sauf que là, le réalisateur, adepte d’émotions, nous transmet toutes les difficultés et espoirs que ressent Mathieu, et ça c’est beau ! Pour couronner le tout, cette souffrance est témoignée par le silence de Mathieu : il ne doit pas dire qu’il est le fils de Jean pour éviter de tout chambouler et doit faire croire à ses deux frères qu’il est le fils d’un ami de Pierre… il ne doit pas révéler son identité pour éviter les problèmes… De plus, on peut aussi remarquer que Mathieu pense plus à sa famille qu’à l’argent : il a l’air agacé quand il remarque que l’un de ses frères ne pense qu’à l’héritage ou quand Pierre lui dit de vendre le tableau offert pour 80 000 euros, mais qu’il refuse et veut le rendre. Il accepte finalement de le conserver comme le lui conseille Pierre, pour avoir le temps d’écrire son second livre.
Pour tous ceux qui sont amateurs d’émotions, ce film est parfait, vraiment ! Il faut juste bien se mettre à la place du personnage principal. Personnellement, si je devais noter ce film, je lui donnerais 17 sur 20 à cause d’un petit zeste d’action qui manque… Mais sinon, rien à dire, ce mélange de polar et mélodrame est juste magnifique !
Thomas Deschamps - 2nd 06 – Lycée Jean Rostand - Caen
2016/11/25 13:04 #7ae3-4b2d-9eab-48074600dfab
Lycée Rostand
Le Fils de Jean : une histoire de non-dit

Philippe Lioret revient cette année avec son nouveau long métrage Le Fils de Jean. On nous promet un film dramatique à rebondissements.
Un jour, Mathieu, un jeune trentenaire reçoit un appel qui pourrait bien changer sa vie. On lui annonce à la fois l'identité et la mort de son père, Jean. Jean était Canadien, il avait deux fils. Suite à cet appel, Mathieu, bouleversé, décide de partir au Canada pour rencontrer ses frères et se rendre à l'enterrement. Sur place, il est accueilli par Pierre, le meilleur ami de son père, qui lui annonce qu'aucun de ses frères ne connaît son existence... Et Mathieu, sur les ordres de Pierre, n'a pas le droit de leur révéler son identité.
Tout d'abord, c'est un film émouvant où les acteurs (Pierre Deladonchamps dans le rôle de Jean, Gabriel Arcand dans le rôle de Pierre, Catherine De Léan dans le rôle de Bettina) jouent remarquablement bien : ils sont crédibles dans leurs rôles et ne tombent pas dans le surjeu. On ne nous dévoile que six personnages (les deux frères, Bettina, Jean, Pierre et sa femme), par conséquent on est plongé plus facilement dans l'histoire avec eux. On arrive à comprendre certaines choses rien que par le regard : comme le jeu de séduction entre Bettina (la fille de Pierre) et Mathieu, qui aurait pu se révéler dangereux.
Cependant le principal rebondissement du film est prévisible. On peut deviner rapidement le dénouement de l'histoire, et notre idée se confirme au fur et à mesure du film : par exemple le tableau que Pierre donne à Mathieu au tout début et les dernières secondes de la bande annonce sont de gros indices.
Le rythme du film ralentit un peu à partir du moment où Pierre, Mathieu et ses deux frères cherchent le corps de Jean : il y a quelques longueurs (même si le film ne dure qu'1h38).
Dans ce film, Philippe Lioret nous fait découvrir de magnifiques paysages canadiens : quand Mathieu, ses frères et Pierre retournent près du lac où s’est noyé Jean, on est juste émerveillé par la beauté de l'arrière-plan. Il avait fait de même dans Welcome en montrant à l'écran les magnifiques plages de Normandie.
On nous propose une musique mélodieuse composée par Flemming Nordkrog, qui avait aussi composé la bande sonore de Toutes nos envies.
Malgré le manque de rebondissements, ce film reste prenant par son aspect sentimental : le public peut facilement s'identifier et s'attacher aux personnages. Il est idéal pour les personnes en manque d'émotions !

Fanny Hébert – 2nde 6 – Lycée Jean Rostand – Caen
2016/11/25 13:05 #f875-433d-bda3-25acdd91ee8e
Lycée Rostand
Le fils de Jean : un film accrocheur

Le fils de Jean de Philipe Lioret (2016) - Acteurs principaux : Pierre DELADOMCHAMPS, Gabriel ARCAND, Catherine DE LEAN
Le fils de Jean est un film qui nous tient en haleine du début à la fin. Le suspense ne nous lâche pas une minute : on a toujours envie de voir ce qui va suivre. Ce film nous raconte l’histoire d’un jeune homme qui s’appelle Mathieu Capelier ; c’est un homme divorcé à qui l’on annonce le décès de son père qu’il n’a jamais vu. Mathieu veut savoir si ce père, dont il ne connait rien, avait des enfants. L’homme qui l’a appelé pour le prévenir du décès lui annonce que oui : son père avait deux enfants qui habitent au Canada et plus précisément au Québec. Mathieu souhaiterait les connaitre. Il décide donc de se rendre au Québec pour les rencontrer. Il est accueilli là-bas par l’homme qui l’a appelé. Cet homme s’appelle Pierre. Mathieu lui demande s’il peut rencontrer ses frères, mais Pierre s’oppose à cette idée car il pense que ces derniers ont subi assez d’émotions ces derniers jours avec la disparition de leur père. Ce film raconte l’histoire d’un homme qui rencontre sa famille pour la première fois alors qui est lui-même déjà père.
C’est un film assez triste, sur fond de deuil, qui rapporte des relations conflictuelles entre des frères, certaines scènes sont mêmes assez violentes. De plus, la fin du film nous laisse sur notre faim.
Tout au long du film, on assiste à la naissance de liens forts entre Pierre et Mathieu, même s’il y a de nombreuses tensions entre ces deux personnages principaux. Malgré la tristesse du sujet traité, il y a quand même quelques traits d’humour. Dans ce film, l’auteur joue avec nos émotions : il nous fait rire, pleurer, nous fait même nous interroger parfois… Les musiques sont plutôt mélancoliques et tristes. Elles illustrent bien les différentes émotions ressenties.
Le jeu des acteurs est vraiment très bien : on vit et on partage leurs émotions, que ce soit la colère, la tristesse, le rire ou les larmes.
Par contre, on est un peu dérouté au début par l’accent québécois des acteurs, puis on l’oublie un peu. Mais les paysages canadiens que l’on peut découvrir tout au long du film sont époustouflants, surtout les plans du lac.
J’ai vraiment aimé ce film, le suspense et l’intrigue vous tiennent tout du long. Malgré quelques longueurs et un rythme un peu mou, je conseillerai d’aller voir ce film.
Clément Fleury – 2nde 6 – lycée Jean Rostand – Caen
2016/11/25 13:06 #f528-4794-8bf9-02692fe6ac18
Lycée Rostand
Matthieu, un trentenaire solitaire, père d'un fils qu'il voit régulièrement, va apprendre par un appel téléphonique que Jean, son père, qu'il n'a jamais connu, vient de mourir. Découvrant aussi l’existence inespérée d'une famille, il part au Québec à la rencontre de ses deux frères. Seulement, Pierre, le meilleur ami de Jean, que la venue de Matthieu n'enthousiasme guère, ne semble pas emballé par ce rassemblement, et préférait que Matthieu retourne en France avec pour seul souvenir, un paquet qu'a laissé Jean à son intention. Il lui conseille alors de cacher sa véritable identité à ses frères, qui ne savent pas qu’il existe. Pourquoi l'accueil de Pierre est-il si froid ? A-t-il quelque chose à cacher ? Le drame pourrait virer au thriller, mais le réalisateur, Philippe Lioret, a préféré nous laisser deviner rapidement l'aboutissement de cette histoire. Le fil, sorti en 2016 et inspiré du roman de Jean-Paul Dubois Si ce livre pouvait me rapprocher de toi, divise les critiques de cinéma. Certain trouvent l'histoire trop lacrymale, d'autres très touchante. Personnellement, je suis partagée. Il y a des moments où les adieux n'en finissent pas, où les regards durent trop longtemps, et la scène tombe dans la sensiblerie. Mais ce ne sont que quelques scènes, et cela n’empêche pas le réalisateur de nous faire réfléchir sur des thèmes délicats, comme la filiation ou l'identité. Le film n'aurait pas été un tel succès sans son irréprochable casting. Pierre Deladonchamps, dans le rôle de Matthieu est très attachant. C'est un personnage simple, auquel on peut facilement s'identifier et qui nous touche avec son regard enfantin. L'acteur a interprété avec brio ce personnage perdu, qui se demande quelle est son identité, et qui va essayer de répondre à toutes ses interrogations en partant de l'autre côté de l'Atlantique. Gabriel Arcand, le deuxième personnage du duo principal, apporte du caractère à ce film avec sa personnalité bourrue mais sensible. Les deux actrices québécoises, Marie-Thérèse Fortin et Catherine de Léan, interprétant la mère et la fille, apportent douceur et féminité et créent un équilibre dans la famille. Merci au Canada, de nous avoir prêté, en plus de ses très bons acteurs, ses superbes paysages qui nous éblouissent tout au long du film. Dommage que ce film très touchant, au casting impeccable et aux décors magnifiques, perde de sa force avec une fin très prévisible.

Eloïse Loquet – 2nde 6 – Lycée Jean Rostand – Caen

2016/11/25 13:07 #63a0-49b2-ade9-837c0af0bef8
Lycée Rostand
Le Fils de Jean de Philippe Lioret

Matthieu Capelier, la trentaine, vit une vie tout à fait normale à Paris, où il a une fils.
Une de ses seules particularités est peut-être qu’il n’a jamais connu son père, qui s’est enfui bien avant sa naissance. Matthieu ne connaît rien de cette personne qui n’a jamais été présente et n’a jamais donné de nouvelles tout au long de sa vie. Même sa mère refusait de lui en parler.
Seulement, un jour, il reçoit un appel téléphonique au travail, lui annonçant le décès de ce dernier. Dès le lendemain, il embarque dans un avion direction Montréal, afin de se rendre aux obsèques de son père, Jean. Il y fait la connaissance de Pierre, un ancien collègue et ami de longue date de Jean, qui lui apprend qu’il a deux frères, vivant eux aussi à Montréal. Seul souci, ces derniers ne sont pas non plus au courant de l’existence de Matthieu et ne doivent surtout pas le découvrir, surtout pas maintenant que la famille tout entière est en deuil.
Au fil du film, Matthieu retrace l’histoire de son père et tente d’apprendre à le connaître ainsi que ses frères, tout en restant dans l’anonymat. Le lourd secret qu’il partage seulement avec Pierre ne doit pas être divulgué.

Le fils de Jean est un film du réalisateur Philippe Lioret, sorti en juillet 2016.
On y retrouve l'acteur Pierre Deladonchamps, incarnant Matthieu Capelier, ou encore l'acteur canadien Gabriel Arcand, dans le rôle de Pierre. Philippe Lioret n'est pas à son coup d'essai quand il s'agit de films, puisqu'il a déjà réalisé des films comme Welcome ou encore Je vais bien, ne t'en fais pas.
Ce film aborde un sujet douloureux et nous montre le côté sombre d’une famille, à première vue parfaitement banale. On suit le parcours de Matthieu, personnage plutôt renfermé sur lui-même, qui part au Québec à la recherche de ses origines. Il est assez compliqué de comprendre les raisons qui poussent Matthieu à quitter Paris. Il y va pour assister aux obsèques de son père, certes, mais est-il vraiment possible de pleurer quelqu’un que l’on n’a pas connu ? Entre les longs silences et les conversations laissées en suspens, les quelques révélations du film sont sous-entendues et n’apparaissent que lors du dernier quart d’heure. C’est probablement pour cela que j’ai trouvé le rythme assez lent et long et que le film m’a semblé manquer de rebondissements.
Toutefois, chaque détail a son importance, que ce soit un simple regard, un silence un peu trop long, une photo… Chaque pièce d’un puzzle assez improbable trouve sa place à la fin.
La subtilité est probablement l’une des choses que personne (qu’il ait apprécié ce long métrage ou non), ne peut retirer au film.
Bien que la présence de Matthieu à Montréal, même pour seulement quelques jours, ne soit pas vraiment désirée ; ce voyage lui permettra de se découvrir et également de connaître son passé.
Joanne Bourdin – 2nde 6- Lycée Jean Rostand- Caen
2016/11/25 13:09 #1707-4a81-b7bf-49d90d329a98
Lycée Rostand
Le fils de Jean ou l’aventure touchante d’une famille pas comme les autres
Le fils de Jean, c’est l’histoire de Mathieu, 33 ans, qui un jour reçoit un appel téléphonique de Pierre lui expliquant que son père, qu’il n’a jamais connu, est décédé. Pierre est un ami très proche de Jean et doit remettre un paquet à Mathieu de la part de son père. Mathieu décide donc d’aller chercher ce fameux paquet directement au Québec et en profite donc pour voir qui sont ses frères et apprendre qui était son père. Une fois sur place, Pierre ordonne à Mathieu de ne pas révéler sa vraie identité à ses frères pour des raisons que Mathieu ne comprendra que plus tard.
Ses frères, eux sont très liés. Ils recherchent, avec Pierre, le corps de Jean disparu dans un lac. Mathieu les accompagne mais il se rend très vite compte que la situation est compliquée, lorsqu’un soir au lac il entend ses frères discuter violemment. Ils cherchent en fait le corps de leur père juste pour pouvoir l’enterrer et recevoir l’argent de l’héritage. Cette situation ne plait pas à Mathieu, qui en parle à Pierre, puis à ses frères qui se mettent à se battre. C’est à ce moment que les deux frères se demandent qui est vraiment Mathieu : la question de son identité, que même lui se pose, resurgit. Tout au long du film et jusqu’au dénouement, l’auteur joue sur l’ambiguïté des relations entre les personnages.
Ce dernier film de Philippe Lioret est une véritable réussite, il est très émouvant. Il traite d’une situation de la vie qui pourrait arriver dans n’importe quelle famille.
La mise en scène est soignée et nous permet de ressentir les mêmes émotions que le personnage en même temps que lui. Dès le début, l’auteur nous embarque dans la vie familiale de Mathieu, et comme lui on a hâte de connaitre la suite des évènements même si ce qui l’attend n’est pas vraiment ce qu’il espérait. Malgré cela, il règne une douceur tout au long du film, notamment avec la musique ainsi qu’avec les décors naturels, ce qui fait que l’on s’attache aux personnages. Une des scènes les plus émouvantes est celle où, dans la voiture qui les conduit à l’aéroport, la femme de Pierre regarde d’un côté Jean, et de l’autre Mathieu, et semble comprendre pourquoi il y a tant de complicité entre eux.
Dans le fils de Jean on retrouve la sensibilité et l’histoire de famille comme dans Welcome, Philippe Lioret traite aisément les péripéties familiales. Pierre Deladonchamps, lui, revient après l’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, qui lui a d’ailleurs fait gagner le césar du meilleur espoir masculin en 2014. Il continue dans les films dramatiques avec une histoire bouleversante, mais ces rôles lui vont si bien qu’il sera à l’affiche dans Nos années folles en 2017.
Lisa Desloges - 2nd 06 – Lycée Jean Rostand - Caen
2016/11/25 13:10 #251d-4d6f-8fcd-1877ed90d819
Lycée Rostand
Le fils de Jean : un drame captivant mais parfois assommant
Le fils de Jean est un film dramatique, réalisé en 2016 par Philippe Lioret. Philippe Lioret, réalisateur, scénariste et producteur français est né le 10 octobre 1955 à Paris. Ce film a été tourné en France et au Canada. Il dure 98 minutes, soit 1 heure 38 minutes. Les premiers rôles sont tenus par Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, mais aussi Catherine de Lean, Marie Thérèse Fortin, Pierre-Yves Cardinal et Patrick Hivon. Ce film a été adapté du roman Si ce livre pouvait me rapprocher de toi, de Jean-Paul Dubois. La musique du film a été réalisée par Flemming Nordkrog. Il s’adresse à tout public.
Mathieu, père divorcé d’une trentaine d’année, apprend par téléphone, du Canada, l’existence et le décès de son père. Il découvre aussi qu’il a deux frères. Ne connaissant rien d’eux, Mathieu décide cependant de partir à Montréal aux obsèques de son père. En arrivant sur le sol canadien, il s’aperçoit que personne n’a connaissance de son existence. Au fur et à mesure de son séjour, Mathieu va découvrir des choses qu’il ne soupçonnait pas…
Dès les premières minutes, on est pris dans l’ambiance du film, avec un appel téléphonique qui nous surprend. Mathieu apprend que son père vient de mourir, et la question qu’il pose à son interlocuteur : « Il avait des enfants ? », avec la musique de fond qui l’accompagne, nous bouleverse.
A son arrivée au Canada, il fait la connaissance de Pierre, le meilleur ami de son père, qui, de mon point de vue, est un homme assez froid et auquel on ne s’attache pas dès le départ. Cependant, Pierre a une très grande importance dans l’histoire, sans compter son accueil mitigé, il sera toujours aux côtés de Mathieu, tout en le surveillant.
Le moment où Mathieu reçoit son seul héritage, un tableau avec un portrait d’un jeune garçon regardant vers le ciel, est très perturbant, car on ne comprend pas réellement son intérêt.
Un moment que j’ai apprécié dans le film, c’est lorsque Mathieu fait la connaissance de la famille de Pierre. Un passage assez touchant, car on comprend que Mathieu va, au fur et à mesure de l’histoire, créer des liens forts avec cette famille. Aussitôt, une forte complicité se noue entre Mathieu et la fille de Pierre, Bettina. On se demande même parfois, si un jeu de séduction ne s’installe pas entre eux.
Le passage sur le lac, à la recherche du corps de Jean, est angoissant. Un silence pesant dans un paysage boisé englouti dans une espèce de brouillard accentue la mise en scène. Ce passage est plein d’espoir pour les spectateurs, qui s’attendent jusqu’au dernier moment à la retrouvaille du corps. Tout est bien pensé pour que le spectateur s’interroge sur la suite du film…
Le moment le plus violent du film est la scène dans le refuge : il y est question de l’accès à l’héritage, mais on en vient tout de suite à une scène d’opposition, de conflit, qui débouche sur une bagarre entre les deux frères. L’un des deux frères veut retrouver le corps du père uniquement pour pouvoir toucher l’héritage.
Ma scène préférée reste tout de même celle des « au revoir » : c’est une scène très émouvante, car ils se sont tous attachés les uns aux autres et ont du mal à laisser partir Mathieu ; on le voit dans leurs yeux. Ce sont des personnes ordinaires, ce qui permet à tout le monde de s’identifier à eux.

Je ne sais pas vraiment si j’ai aimé ce film ; à vrai dire mon avis est mitigé. Quelques scènes m’ont beaucoup plu, m’ont fait rire ou ressentir quelques émotions, mais le film m’a paru un petit peu long. J’ai beaucoup aimé le rôle de Bettina, c’est la personne que j’ai le plus aimée dans le film. C’est une histoire simple mais attachante. Le réalisateur fait douter et espérer son public, c’est ce qui rend le film captivant.

Morgane FROSTIN- 2nde 6 – Lycée Jean Rostand - Caen
2016/11/26 18:06 #a0e0-4a76-a607-3702dc9ee915
Lycée Mézeray
Le fils de Jean ou le père de Mathieu

Ce huitième long-métrage dramatique de Philippe Lioret, n'est pas le premier inspiré d'un livre. Le roman Si ce livre pouvait me rapprocher de toi signé Jean-Paul Dubois a cette fois servi de base pour l'histoire, à savoir celle d'un homme ayant deux frères qui lui sont méconnus et dont il veut faire la rencontre. On observe une trame similaire dans l'oeuvre cinématographique de Philippe Lioret : Mathieu, 33 ans, cadre français qui fait carrière dans les croquettes pour chien apprend la mort d'un père dont il ne sait rien et l'existence de deux frères qui lui étaient jusqu'alors inconnus. S'en suit une quête de lui-même et de ses origines.
Les premières minutes du long-métrage nous plongent dans un décor dramatique, l'histoire met un peu de temps à prendre véritablement forme. Il s'agit de s'accrocher pour ensuite savourer pleinement le récit qui nous est fait.
Si les paysages canadiens sont envoûtants, le réalisme social du film dénote bien des enjeux présents très souvent dans le cinéma français. Si la beauté du jeu des acteurs et l'importance des silences ont une place proéminente dans cette œuvre, ce sont surtout les regards intenses, la gravité des expressions présentes sur chacun des visages, et les yeux, surtout ceux de «Pierre», qui sauront faire toute la différence.
Enfin, dans les derniers instants, comme la chrysalide laisse place à un insecte gracieux, avec finesse et subtilité ce film se révèle, ainsi que sa beauté et son charme.
Sans surprise, Philippe Lioret, fidèle à lui-même, dose avec justesse chacun des ingrédients pour nous concocter un film d'une rare simplicité, mais aussi d'une rare sensibilité.
Tabernacle, comme disent nos amis québécois, allez voir ce film !

Clémentine Miconi et Laury Fortin, 1ère L, Lycée polyvalent Mézeray - Argentan
2016/11/26 18:09 #17c3-4177-9cc5-406bd2a1e15e
Lycée Mézeray
Le Fils de Jean, de l'émotion et une intrigue bien ficelée


La nouvelle oeuvre de Philippe Lioret oscille entre un rythme plein de sensibilité et une lenteur touchante. Durant tout le film, alors que notre héros, Mathieu, vendeur de croquettes pour chien, se retrouve avec, sur le dos, un père canadien inconnu, à la culture qui lui est totalement étrangère, nous savons que quelque chose cloche et que Mathieu, notre jeune Français, n'a définitivement aucun point commun avec sa prétendue famille. Le pauvre débarque en territoire étrange, de l'autre côté du monde, pour découvrir des personnages rustres au premier abord mais au coeur tendre à l'usage.

Et c'est justement ce que le réalisateur veut montrer à travers ses personnages : un drame social dans lequel un touchant et attachant Monsieur Tout le Monde est plongé bien loin de son confortable quotidien.  Dans ce cadre, Lioret réalise une prouesse car même si son film est plein de l'innocence de Mathieu, il n'est pas tombé dans un registre mièvre et, ainsi, les spectateurs de tous âges peuvent se retrouver dans ses personnages.

Nous pouvons aussi apprécier l'usage des gros plans, fixes et successifs dans une grande partie du film, même lorsqu'en arrière-plan, sont visibles de majestueux paysages canadiens. Ce type de cadrage a un énorme avantage : Lioret attache en effet une importance particulière au jeu de regards de ses acteurs, ce qui nous plonge encore plus dans l'univers des personnages, et, avouons-le, un regard bien chargé en émotion émouvra n'importe quel coeur, de Pierre (le meilleur ami de son défunt père) ou de spectateur.

Nous pouvons être sensibles aux décors fermés choisis par Philippe Lioret, comme la maison de Pierre ou, dans les premières images, trompeuses, la salle de bains du beau-père de Mathieu. Ces lieux clos sont le théâtre de moments de confidence des personnages, en guise d'exemple, retenons la scène où, pour la première fois, Mathieu est confronté à Pierre, sa femme et sa fille Bettina qui se révèlent tous trois bien plus accueillants que sa potentielle famille. 

Mais, au-delà de ces scènes intimistes, parlons aussi des splendides montagnes qui composent et qui cloisonnent finalement la presque totalité des décors ouverts du film. Le passage où Mathieu et ses frères cherchent le cadavre de Jean, dans le lac, est un moment à part, hors du temps. Le fait que les montagnes ferment le paysage confère un sentiment d'intimité : là, les personnages sont libres et laissent - surtout ses frères -  leur vraie nature resurgir. Le fils avocat, qui semble si parfait et qui, confronté au deuil, trouve un regain d'intérêt pour la religion, laisse ses démons s'éveiller à la tombée de la nuit et nous montre un visage magnifiquement déformé par la vénalité ; le second frère, biker, qui, au premier abord semble amical mais un peu rustre, se noie dans l'alcool alors que le canot n'a pas encore touché terre et Pierre, dont le coeur semble aussi inaccessible que le sommet d'une des montagnes qui les entourent, laisse finalement son amitié tomber sur Mathieu et lui offre son stéthoscope, objet symbolique de tout médecin qui se respecte. Dans ces lieux sauvages, un sentiment de sécurité, voire d'impunité s'installe, ce qui en fait un endroit à part, presque paradisiaque, si l'on n'y trouvait pas un cerf déchiqueté sur la berge ou un possible cadavre tenant compagnie aux poissons. Dans ces lieux, nous faisons vraiment connaissance avec les personnages : le diable s'agite, l'alcool échauffe les esprits et le roc s'effrite...

C'est un autre bon point pour Lioret ! Ces moments de véritable intimité arrivent longtemps après le début du film et sont moteurs dans le déroulement de l'intrigue, c'est donc un travail d'orfèvre que de réussir à garder le public en haleine jusqu'à ces petits échelons qui font monter en grade l'intensité de l'histoire. 

Le dénouement, quant à lui, fait un effet d'ascenseur émotionnel. Elle vient, elle arrive au triple galop et même si on la devine, LA révélation du film, même si elle est faite à demi-mots par Bettina, insinuée par Mathieu et quasiment admise par Pierre, fait quand même un choc. L'ascenseur émotionnel se trouve alors si haut que l'on s'attend à une chute vertigineuse digne de l'ascension. 

Hélas, pour beaucoup, le final n'est pas à la hauteur  ! au lieu d'un dénouement encore plus inattendu, c'est sur une fin banale et bateau que s'achève le film même si, très ouverte, la dernière séquence peut laisser libre cours à l'imagination du spectateur quant au devenir de Pierre, merveilleusement incarné par Gabriel Arcand.



Thibaut Cohen, 1ère L, Lycée polyvalent Mézeray - Argentan
2016/11/28 13:07 #7df0-4ffc-b746-65d01aa14abe
Lycée René Gosse

Le fils de Jean de Philippe Lioret


Nous avons vu « Le fils de Jean » un film plutôt émouvant sur un homme en quête de famille.

Au tout début du film, le réalisateur maintient le spectateur dans l'attente. Avec un enchaînement rapide de plusieurs plans, il filme des bribes de conversations téléphoniques entre des personnages inconnus et c'est au spectateur, un peu perdu, de déduire ce qui arrive à Mathieu (interprété par Pierre Deladonchamps). Cela rend très émouvant le moment où on comprend que Mathieu découvre en même temps l'existence et la mort de son père. Cette première séquence laisse penser au spectateur qu'il est dans un film d'action avec du suspense.

La deuxième partie du film déçoit cette attente et provoque un peu l’ennui surtout à partir du moment où de longues scènes descriptives (avec des plans en horizon fermé) se succèdent après que Mathieu a atterri à Montréal. Pour ces scènes (arrivée à l'aéroport, rencontre de Pierre, installation à l'hôtel, visite chez le marchand de moto ...), le réalisateur Philippe Lioret utilise des plans plutôt larges et qui durent. Il met le spectateur en attente comme Pierre (joué par Gabriel Arcand) demande à Mathieu d'attendre avant de retrouver sa famille. Cette partie du film a désorienté ( et même endormi ! ) plusieurs d'entre nous qui ne savaient plus quoi penser.

Cependant, il faut reconnaître que cette mise en scène permet au spectateur, petit à petit, de se mettre à la place de Mathieu. Du coup, le spectateur ressent de la peine pour lui ; par exemple dans la scène de violente dispute entre Sam et Ben en qui Mathieu voit des frères à ce moment du film. Cette longueur nous aide à comprendre les sentiments qu'il éprouve. De même, au moment de cette dispute, on peut ressentir de la colère, de l'indignation et de la frustration à la place de Mathieu qui n'a pas eu de famille et qui assiste impuissant au déchirement fraternel pour des raisons d'héritage.

Par contre la séquence du lac a un impact positif, notamment la scène de quête du corps de Jean qui réunit Mathieu, Pierre, Ben et Sam. La luminosité et l'ouverture des images tranchent avec les plans urbains et intérieurs du début du film et l'action se resserre sur un but précis. Quand le chien rapporte la casquette, le spectateur s'attend à ce que les quatre hommes retrouvent la dépouille.
Cette attente est déçue,il faut imaginer autre chose.

Le réalisateur met en scène plusieurs fausses pistes pour relancer son intrigue. Par exemple, dans la deuxième moitié du film, la relation entre Mathieu et Bettina (interprétée par Catherine de Léan) : Philippe Lioret suggère une attirance mutuelle entre les deux personnages,ce qui crée une attente chez le spectateur (Bettina et Mathieu vont s'embrasser et former un couple). Particulièrement avec la scène où ils sortent en ville avec les amies de Bettina. Cette scène apporte aussi de la légèreté et du rythme un moment où Mathieu est en plein doute.

Le film avance crescendo avec de brusques changements de ton par exemple lorsque Mathieu et Bettina se retrouvent seuls sur le trottoir tard le soir, complices, et que Sam frappe Mathieu sur le nez. De même, certains d'entre nous ont trouvé la résolution finale trop brusque (lorsque Mathieu apprend enfin qui est son père) et sont restés sur leur faim. Surtout que Philippe Lioret ne filme pas la scène tant attendue où Pierre confesserait enfin devant tout le monde (sa femme, sa fille et ses petites- filles) qu'il est le père de Mathieu. Encore une attente déçue ! La scène où Mathieu comprend qui est son père est un petit choc. Car Philippe Lioret nous amène vers un plan de baiser amoureux pour mieux le suspendre et résoudre vraiment son principal sujet : Pierre est le père de Mathieu. Il réussit le tour de force de l'expliciter sans que cela soit dit formellement. Il le laisse déduire à Mathieu et au spectateur à travers une réplique de Bettina au sujet du tableau.


La scène finale de l'aéroport est tout de même réjouissante, sa résolution positive est émouvante car Pierre (le père) et le fils se réconcilient. Pierre a laissé sa fierté pour avoir le temps de mieux connaître Mathieu.

Cette manière de raconter, plaçant le spectateur dans la même incertitude que Mathieu, a engendré dans notre classe des hypothèses différentes.
Certains ont compris dès la scène, riche en lumière, de la voiture, quand Mathieu et Pierre rentrent du lac, que ce dernier pourrait être le vrai père de Jean. Notamment lorsque Pierre indique « J'aurais aimé avoir un fils. » Et que Mathieu complète : « Pour partir à la pêche. »
D'autre ont commencé à faire cette hypothèse plus tôt : lorsque Pierre demande à Mathieu de ne pas rencontrer ses frères dès son arrivée. D'autre part, la relation de séduction entre Mathieu et Bettina a perturbé un peu les spectateurs qui avaient deviné plus tôt dans le film la paternité de Pierre : soit ils en ont douté soit ils étaient un peu mal à l'aise du fait qu'un frère et une sœur se plaisent.

Le film raconte comment peu à peu un père et un fils, qui ne se connaissent pas, s'apprivoisent. Le réalisateur et son acteur (Gabriel Arcand qui interprète Pierre) nous font ressentir toute la complexité des sentiments qui habitent Pierre : la honte d'avoir eu une relation hors mariage, la nostalgie d'un amour perdu, les regrets de ne pas avoir rencontré son fils plus tôt ...
Ces sentiments sont palpables dans la très belle scène où Mathieu fait mine d'être souffrant uniquement dans le but d'être ausculté par Pierre. Les gros plans sur les mains expriment le rapprochement des deux personnes.

Ce film qui parle finement de sentiments et qui prend son temps ne correspond pas à ce que nous allons voir habituellement au cinéma. Pourtant c'est un film intéressant parce que le réalisateur arrive à nous faire croire des choses qui ne sont pas vérifiées, il nous balade vers des fausses pistes. C'est un cinéma sans informations claires où chaque spectateur doit comprendre beaucoup d'éléments par lui-même.
Finalement les avis sont partagés : certains ont apprécié d'être laissés dans le questionnement pendant tout le film, d'autres ont trouvé que cela était un peu trop déstabilisant.

Une critique rédigée à partir des propos d'Adam, Camille, Paul et Roxanne
1 ère ES2 Lycée René GOSSE de CLERMONT-l'HERAULT
2016/11/28 15:56 #a9ee-4a3f-92b1-688e62e6eefc
Lycée Les Carillons
Le fils de Jean (Philippe Lioret 2016)

Pierre Deladonchamps (Mathieu) vit à Paris, il est divorcé de sa femme, ils ont un fils (Valentin) dont ils se partagent la garde. Pierre Deladonchamps reçoit un appel du Québec, c’est un ami de son père qui lui annonce que celui-ci est décédé d’un AVC quand il pêchait et qu’il s’est noyé en tombant dans un lac. Pierre Deladonchamps vient de retrouver la trace de son père mais il apprend qu’il est mort, il veut aller au Québec rejoindre Gabriel Arcand (Pierre), l’ami de son père, pour assister à la cérémonie.

Il passe chez son ex-femme dire à son fils qu’il ne pourra pas le prendre jusqu’à mardi, son fils est déçu, car son propre papa ne pourra pas venir le voir à sa compétition de judo. Pierre Deladonchamps part donc au Québec rejoindre Gabriel Arcand à l’aéroport de Montréal. Pierre Deladonchamps apprend qu’il a deux frères cachés et il veut les voir : Pierre-Yves Cardinal (Sam) et Patrick Hivon (Ben).

Gabriel Arcand accompagne Pierre Deladonchamps jusqu’à son hôtel et lui donne un cadeau que son père voulait lui envoyer à Paris. Quand Pierre Deladonchamps redescend de sa chambre Gabriel Arcand lui demande qu’est-ce-que c’était ce cadeau et il lui dit que c’est un petit garçon qui lève les yeux en l’air.

Les deux hommes vont chez Gabriel Arcand pour dîner, Pierre Deladonchamps rencontre la femme de Gabriel Arcand Marie Thérèse Fortin (Angie) et sa fille Catherine De Léan (Bettina). Pendant le dîner Pierre Deladonchamps demande à voir des photos de son père et de ses frères. Marie Thérèse Fortin lui amène donc l’album photo et il voit que son père était médecin avec Gabriel Arcand.

Pierre Deladonchamps veut aller voir ses frères, l’un est avocat, l’autre a un magasin de motos à Montréal. Gabriel Arcand ne veut pas, car ses frères ne le connaissent pas et il ne veut pas que cela empire la situation. Pierre Deladonchamps va donc seul dès le lendemain au magasin de motos de Patrick Hivon (Ben) espérant le voir, il tombe sur un vendeur mais ce n’est pas lui.

Gabriel Arcand emmène Pierre Deladonchamps au lac où son père s’est noyé car il insiste vraiment et sur la route ils croisent les deux frères qui eux aussi sont à la recherche du corps de leur père. Pierre Deladonchamps doit se faire passer pour un ami de Gabriel Arcand pour ne pas révéler son identité.

On apprendra au fil du séjour au lac, après qu’ils n’aient pas trouvé le corps, car jean portait des bottes qui l’on fait couler, on apprendra que le frère Pierre-Yves Cardinal (Sam) veut retrouver son père avant la cérémonie, car s’il n’a pas l’avis de décès, il ne pourra hériter de l’argent de son père qui était médecin et gagnait bien sa vie.

Les deux frères se disputent et Pierre Deladonchamps veut rentrer chez Gabriel Arcand car il en a marre d’être avec ses frères dans une ambiance pas très joyeuse. Avant qu’ils aillent dormir Gabriel Arcand offre à Pierre Deladonchamps le stéthoscope de Jean pour qu’il ait un souvenir de lui en plus du tableau.

Le lendemain les deux hommes repartent chez Gabriel Arcand, avec comme seul objet de Jean sa casquette qui flottait sur le lac. Le soir de leur retour Catherine De Léan sort en soirée avec Pierre Deladonchamps et à leur retour (très tard le soir) les deux se font un câlin et elle aperçoit dans le salon le tableau, elle raconte à Pierre Deladonchamps que son père Gabriel Arcand voulait lui aussi l’acheter, car il valait au moins des millions d’euros, mais que Jean avait sûrement dû l’acheter avant lui.

Le lendemain c’est le jour du départ de Pierre Deladonchamps il déjeune en compagnie de Marie-Thérèse Fortin et elle lui dit que son mari est malade et qu’elle aimerait qu’il lui en parle pour que Gabriel Arcand se fasse soigner, car elle sait que Pierre Deladonchamps saura lui parler. Il est d’accord et lui demande à son tour de prendre une photo en souvenir de son père Jean.

La photo qu’il choisit va retourner toute l’histoire et va nous faire comprendre beaucoup de choses grâce à un indice en particulier. On pourra donc comprendre que le tableau et le stéthoscope ainsi que la photo sont les éléments clés du film et résolvent toute l’histoire.

Arrivés à l’aéroport Pierre Deladonchamps demande à Gabriel Arcand de se soigner s’il veut pouvoir venir un jour à Paris avec sa femme et sa fille et s’il veut pouvoir lire le livre qu’il a écrit. Avant de partir Pierre Deladonchamps achète dans une boutique de jouet un avion à son fils, ce qui peut nous rappeler le voyage que Pierre Deladonchamps a fait pour comprendre son passé.

Quand il s’en va, on peut voir que les deux personnages sont émus et que leur relation a beaucoup évolué depuis le début du film.

ALICIA
2016/11/28 15:58 #c6b6-4368-99fe-097ce219970b
Lycée Les Carillons
Le fils de Jean (Philippe Lioret 2016)

Beau film avec une histoire qui se produit de nos jours. C’est de facture classique mais bien écrit, très bien interprété par Pierre Deladonchamps (Mathieu) et Gabriel Arcand (Pierre). Il y a de nombreuses scènes touchantes et de sacrifices, notamment au moment où Pierre Deladonchamps quitte sa ville natale Paris et son fils pour aller découvrir ses racines au Québec.

C’est une histoire dramatique mais en même temps émotionnelle. En arrivant au Québec Pierre Deladonchamps est accueilli par Gabriel Arcand. Il n’avait qu’une seule chose en tête, c’était de connaître ses frères et retrouver le corps de son père dans un lac près de Montréal. J’ai aimé l’interprétation des rôles de comédiens de Pierre Deladonchamps et de Gabriel Arcand en faisant tout pour garder un lourd secret.

Après quelques jours au Québec, loin de son fils, il découvre petit à petit la vérité sur son père. C’est une histoire touchante, notamment au moment où Pierre Deladonchamps rencontre la famille de Gabriel Arcand. On trouve une belle harmonie au moment où il apprend vraiment la vérité. Je conseille au public d’aller voir ce film, car il est intéressant et touchant.

ALPHA


2016/11/28 15:59 #4da2-4b73-8c84-3e0b4a8f58ab
Lycée Les Carillons
Le fils de Jean (Philippe Lioret 2016)

Je ne m’attendais pas du tout à une histoire aussi touchante. Le début était long jusqu’à ce que Pierre Deladonchamps (Mathieu) parte de Paris pour aller au Québec à l’enterrement de son père.

Quand il arrive au Québec, un ami de son père l’accueille et lui donne un cadeau adressé par son père. Durant le film Pierre Deladonchamps et Gabriel Arcand (Pierre) vont chercher, avec ses deux frères Pierre-Yves Cardinal (Sam) et Patrick Hivon (Ben) le corps de son père dans un lac dans lequel il est mort.

Lors de ce séjour au lac, Pierre Deladonchamps découvre que Jean ne serait pas son vrai père. Un matin Gabriel Arcand lui donne un stéthoscope ayant appartenu à son père qui était médecin. Un jour Pierre Deladonchamps décide d’abandonner les recherches de son père.

Le lendemain soir Catherine De Léan (Bettina la fille de Pierre) propose à Pierre Deladonchamps de passer une soirée avec elle et ses amies dans un bar-bowling. Pendant cette soirée Pierre Deladonchamps découvre que Catherine De Léan n’est pas étrangère à sa famille. A la fin de la soirée Pierre Deladonchamps se bat avec un de ses deux frères Patrick Hivon (Ben).

En rentrant à la maison Pierre Deladonchamps et Catherine De Léan discutent et découvrent des choses…

Le lendemain Pierre Deladonchamps retourne à Paris retrouver sa femme et son fils.

LEO
2016/11/28 16:00 #efe1-4a43-bc56-e5964b59029e
Lycée Les Carillons
Le fils de Jean (Philippe Lioret 2016)

Le fils de jean est un film de Philippe Lioret de 2016, il parle d'un homme de 35 ans qui est appelé pour aller à Québec pour l’enterrement de son père, qu'il n'a jamais connu.

Ce film voyage donc entre paris et Québec, ainsi qu’autour d’un lac qui sera important pendant le film. On voit pendant la première partie un homme avec une vie simple, classique, on ne le voit pas beaucoup sourire, il a un fils lui aussi, ce qui permet une réflexion sur la paternité car il part à l'autre bout du monde apprendre à connaître son père et ses frères.

Il arrive donc à Québec, un endroit qu'il ne connaît pas, avec des gens inconnus, qui sont censés faire partie de sa famille. Il va donc au lac avec Gabriel Arcand (Pierre), Pierre-Yves Cardinal (Sam) et Patrick Hivon (Ben) afin de retrouver le corps de son père.

Il y a dans le film un parallèle entre le lac et le héros, le lac seul, sans nom, Pierre Deladonchamps dit même « il est comme moi alors ». Tous les personnages principaux de ce film sont profonds et ne s’arrêtent pas à leur archétype. Ils sont plus profonds, on sent qu’en arrivant, on doit apprendre à connaître des gens qui ont du vécu, que Jean était une personne avec ses qualités et ses défauts, ce qui rend le film plus humain.

Les scènes du lac ne sont pas nombreuses mais très importantes, on a le droit de profiter de super paysages, elles se terminent sur une violente dispute entre les frères. Le héros part donc et pendant le voyage se permet de faire un constat amer sur sa situation. Il arrive pour rencontrer ses frères qui viennent de se battre et la seule chose qu'il a de son père c'est un tableau qui a beaucoup de valeur, qui est important pour la lecture du film.

Le film se permet des pauses contemplatives sur la vie des personnages et les visages de ceux-ci, qui cassent le rythme, à certains moments. Le renversement à la fin peut être surprenant pour certaines personnes, mais les habitués du genre trouveront sûrement cette fin prévisible, ce qui ne l’empêche pas d’être poétique et très belle.

En conclusion c'est un beau film, poétique qui parle de la famille et de la place du père, il ne révolutionne pas le genre mais apporte une bonne expérience cinématographique, et une réflexion intéressante.

LUC
2016/11/28 16:37 #4937-471e-b57e-924c5eeb98a8
Lycée Bellevue
Fragments de nos carnets – à la sortie du film

- « Je me suis perdue. Ce film est dramatique, joue avec les sentiments et le scénario est plein de rebondissements. J’ai été surprise par la dispute entre frères. La scène qui m’a marquée : entre Matthieu et Bettina, dans la chambre ; séduction puis révélation – ils sont frère et sœur.
La caméra est proche des personnages et souvent l’arrière-plan est flou ; c’est une manière d’intégrer le spectateur à l’histoire.» «
- « J’ai été surprise par l’intrigue ; je ne m’attendais pas à ça. Deux mots pour résumer : suspense et tristesse. »
- « J’ai été touchée et emballée. Le film m’a chamboulée. J’ai été à la fois satisfaite du dénouement et déçue : la fin me perturbe … ce départ … car si on ne connaît pas la suite, on peut toutefois l’imaginer. » «
- « Je me suis ennuyée à certains moments car il n’y a pas d’action. Ce qui m’a choquée, c’est que ce soit Pierre le père. » «
- « Emue et heureuse à la fois, face à un film rempli d’émotions et de valeurs. C’est un film assez complexe : on croit savoir, on croit comprendre ; mais le film est en lui-même un secret. Une scène m’a choquée : le fils de Jean, l’avocat, qui se lave dans le lac où repose le corps de son père. »


Mise en commun de nos réceptions

Les séquences qui ont particulièrement retenu notre attention : (dans l’ordre du film)
- La scène de la dispute entre les deux frères au bord du lac
- Récit des souvenirs de Pierre : il est censé raconter ceux de Jean, mais on comprend après que c’était les siens.
- Celle du piano où Pierre montre à ses petites filles comment jouer la valse de Chopin ; le bonheur d’Angie et de Bettina
- Matthieu et Bettina sous la véranda / la nuit / n’arrivent pas dormir – intimité, amour ?
- Le moment où Matthieu comprend, quand Bettina voit le tableau
- Matthieu est ausculté par Pierre
- Angie dans la cuisine, au moment du petit déjeuner, avoue la maladie de Pierre à Matthieu
- Dans la voiture, vers l’aéroport, quand Angie comprend qui est Matthieu et regarde alternativement son mari et Matthieu dans le rétroviseur. Elle a certainement compris avant – peut-être quand elle demande à Matthieu de convaincre Pierre de se soigner)
- La dernière séquence à l’aéroport qu’on a trouvé déchirante parce que, même s’ils se sont retrouvés, ils ne se reverront certainement jamais

On a réfléchi au trajet du film entre le premier et le dernier plan : « d’un père à l’autre »

Les émotions à la réception
- Déception – rester sur sa fin / on aurait préféré une happy end, car même s’ils se retrouvent, il y a tout de même le cancer de Pierre -> le film a laissé à certains un goût amer.
- Les mots « Touchant » et « Triste » sont revenus souvent.
- Certains ont compris très vite que Pierre était le père ; certains d’entre nous n’étaient pas encore sûrs à la fin du film.


Les thèmes qui nous ont intéressés :
- l’héritage
o dimension matérielle de l’argent -> recherche du corps devient sordide
o dimension spirituelle (transmission de valeurs …)
- la relation fraternelle (entre Sam et Ben ; Matthieu qui veut rencontrer « ses frères » et qui trouve en définitive une sœur « Bettina »
- les relations père / fils : l’un d’entre nous a dit que au début c’était un fils qui partait chercher un père et en définitive c’est un père qui trouve un fils.
- la quête des origines (qui on est)
- les secrets de famille

La manière de filmer / de raconter cinématographiquement
- les détails significatifs : on a remarqué que le réalisateur mettait l’accent sur certains objets, qui nous pouvaient nous donner la clé, sans avoir besoin d’insister :
o le tableau : on a essayé de suivre ce fil
o le stéthoscope : on se souvient de sa couleur « rouge » qui ne passe pas inaperçu dans un film qu’on a trouvé plutôt bleu ; on se souvient du moment où Pierre le donne à Matthieu dans la cabane et le moment où ce dernier le lui tend pour l’ausculter
o les livres qui rapprochent Angie et Matthieu ; en plus, Matthieu écrit des romans policiers et donc il est question d’enquête
o les photographies (l’album photos qu’Angie montre et dans lequel Matthieu demande de prendre une photo – où l’on voit Pierre et Jean jeunes médecins)
- l’importance des regards (on est proche des personnages) : on a beaucoup évoqué la scène dans la voiture avec le jeu de regards dans le rétroviseur.
2016/11/28 22:59 #94a1-4163-a7cf-34bf9f225f48
Lycée Bellevue

Un voyage au-delà de l’Atlantique pour retrouver son père
Par Margot

Avec le film Le fils de Jean, Philippe Lioret explore toutes les relations familiales à travers le regard de Matthieu, parisien qui part au Canada pour retrouver son père qu’il n’a jamais connu. Il y rencontre Pierre, l’ami de son père avec lequel il noue une relation tout au long du film.

Le fils de Jean est un film qui fait passer de l’émotion et qui est centré sur les dialogues plus que sur l’action. Le réalisateur a d’ailleurs choisi de filmer les personnages de près de manière à ce que le spectateur ait l’impression de faire partie de la scène et que le personnage s’adresse aussi à lui. On voit également beaucoup de plans sur le regard des personnages qui en dit beaucoup sur les émotions qu’ils ressentent et sur celles que le réalisateur veut faire passer. Les dialogues filmés en gros plan nous laissent percevoir chaque expression de Mathieu alors qu’il en apprend toujours plus sur ses origines. Par exemple dans la scène où il se fait ausculter par Pierre et où l’essentiel du dénouement arrive. Dans cette scène les plans sont alternés : tantôt sur le visage de Matthieu, tantôt sur celui de Pierre.

La musique qui n’est presque pas présente tout au long du film arrive juste au bon moment dans une scène touchante où Pierre, le grand-père, joue du piano devant ses petites-filles, et toute la famille se tait et l’écoute. Ces deux valses de Chopin – l’un des plus grands compositeurs romantiques –, dont l’une est jouée par la fille de Pierre illustrent magnifiquement bien les émotions que l’on ressent comme spectateur.

Dans ce film, les relations de la famille sont complexes. Mathieu est tiraillé entre son fils à Paris et son père au Québec. Mais ces relations sont multiples car on trouve évidemment la relation père/fils qui est représentée sur deux générations, avec Mathieu et son père, et Mathieu et son fils Valentin. On retrouve par ailleurs des relations entre frères et sœurs et inévitablement des relations entre le grand-père et ses petits-enfants. Mathieu rencontre les deux fils de Jean et, au début du film, il veut apprendre à les connaître. Pourtant il est vite dégoûté quand il les voit se disputer, aller jusqu’à se battre et quand il apprend qu’ils sont seulement intéressés par l’argent. On retrouve ensuite l’un des deux frères, Samuel, dans la scène où Bettina, la fille de Pierre, a proposé à Mathieu de sortir avec elle et ses amies : Sam, son ancien petit ami, vient semer la panique et créer une violente dispute. Le film traite également de la maladie à travers le personnage de Pierre qui est médecin, et il tourne également autour de l’hérédité et de la mort qui est la cause du départ de Mathieu pour le Canada.

La relation entre père et fils se construit peu à peu au Canada à travers plusieurs scènes importantes mais également à travers plusieurs personnages. Mathieu apprend beaucoup de choses sur Pierre en parlant avec Angie, sa femme et Bettina sa fille. Les tête-à-tête entre Pierre et Mathieu sont aussi très importants dans cette relation. Ainsi le moment où Matthieu se fait ausculter par Pierre et le moment où Angie voit le visage de Mathieu dans le rétroviseur de la voiture sont deux scènes majeures du film. Arrêtés à une station essence, Mathieu est seul à l’avant de la voiture et Angie est sur la banquette arrière. Tous les deux voient leurs visages dans le rétroviseur central et c’est à ce moment précis qu’Angie comprend tout ce qui s’est passé depuis l’arrivée de Mathieu, avec qui elle n’avait a priori aucun lien.

Chaque personnage est très différent. Mathieu est très occupé par son travail et voit peu son fils ; il a aussi du mal à se consacrer à sa passion : l’écriture de romans policiers. De son côté, Pierre paraît froid et agressif au début du film, mais devient sensible à mesure que le film avance. Angie et Bettina sont quant à elles assez naïves en ce qui concerne la relation entre Pierre et Mathieu mais Bettina est tout de même très à l’écoute et va aider Matthieu (sans doute sans le savoir) à comprendre beaucoup de choses. Les deux fils de Jean sont eux assez agressifs et très intéressés par l’argent et Mathieu aura très vite envie de ne plus les revoir.

Malgré la diversité des caractères de chacun de ces personnages, ils sont tous très attachants et ont chacun leur rôle à jouer dans le scénario quelle que soit leur importance à l’écran. Avec une fin déchirante, le film nous montre un personnage transformé par un voyage de l’autre côté de l’Atlantique où l’attend toute une partie de sa famille. Ce voyage vers un père qu’il n’a jamais connu lui apprend à renouer des relations avec sa famille mais aussi avec son fils qui est resté à Paris.
2016/11/28 23:00 #2af5-4fe7-ba72-85f79b8e799f
Lycée Bellevue

Le fils de Jean
Par Lucie

Le fils de Jean est un film qui raconte comment Mathieu a découvert ses origines. Enfant, il a été élevé par sa mère et son beau-père, sans avoir connu son père. Il a grandi et fait sa vie mais un appel fait réapparaître ce père disparu. Il laisse alors femme et enfant pour partir au Canada.

Dans ce film, le réalisateur Philippe Lioret reste fidèle à son univers. C’est un film plein d’émotions et de sentiments : il y a de la joie, de la tristesse, de l’incompréhension. J’ai beaucoup pensé à l’une de ses autres réalisations, Je vais bien, ne t’en fais pas. Ici comme là, il nous faut réfléchir, nous poser des questions, déduire. Le film nous laisse des choix d’interprétation, tout en nous donnant des pistes. Il m’a émue par ses personnages, ses scènes et ses thèmes.

Mathieu en particulier est un personnage qui garde le plus souvent le sourire. Il est courageux et gentil. C’est un jeune papa qui apprendra de son voyage à mieux se comporter comme tel. Au contraire, Pierre – celui qui a informé Mathieu et qui l’accueille à son arrivée à Montréal – est un personnage qui ne montre pas ce qu’il ressent ni ce qu’il pense. Il est froid, son visage est fermé. On pourrait même dire qu’il a un cœur de pierre. Toutefois, contre toute attente, Mathieu va avoir une influence positive sur lui : Pierre se dévoile progressivement et sa froideur diminue.

Une scène m’a vraiment marquée : celle où Angie, la femme de Pierre, dans la voiture qui les conduit à l’aéroport, comprend que Mathieu est en définitive son beau-fils. Dans le rétroviseur elle semble voir leurs ressemblances car ils ont les mêmes mimiques, font la même tête. Je trouve que c’est une scène forte, pleine d’émotions. La réaction d’Angie face à cette nouvelle est belle : elle ne dit rien, elle a les larmes aux yeux mais ne pleure pas.

Deux thèmes me paraissent importants. D’abord, le secret et son poids : le secret de Pierre a eu des répercussions dans la vie de Mathieu, qui n’a pas eu de père et ne sait pas bien en être un. Mais il en a aussi sur sa propre vie : il y a la culpabilité de ne pas avoir été là pour son fils. Ce secret était pesant pour le père et pour le fils : je l’ai particulièrement ressenti. L’autre sujet, c’est l’héritage. L’héritage des valeurs avec la transmission du tableau et du stéthoscope de Pierre à Mathieu ou celle de la musique de Pierre à Bettina sa fille et à ses petites filles. Mais il y a aussi les fils de Jean (les vrais) qui cherchent le corps de leur père pour ne pas attendre avant de toucher l’héritage.

Le fils de Jean est un film plein de valeurs et d’émotions.
2016/11/28 23:01 #e44d-4e78-a5be-6ba47437162a
Lycée Bellevue

Une découverte du passé
par Solène

Le fils de Jean, un film de Philippe Lioret, sorti en 2016, raconte l’histoire de Mathieu qui apprend qu’il vient de perdre son père biologique. Il ne l’a jamais connu. Par la même occasion, Il découvre qu’il a deux frères : Ben et Sam qui ne connaissent pas son existence. Il profite de l’enterrement de son père pour partir au Canada et rencontrer ses frères qu’il souhaite mieux connaître. C’est à travers les différents paysages du Canada que Mathieu va découvrir sa famille et ses secrets.

Ce que je retiens d’abord de ce film, c’est la manière dont Philippe Lioret a voulu évoquer et mettre en valeur les relations familiales, sa manière de pointer du doigt ces relations « perdues » et difficiles qui sont détruites par l’égoïsme. En effet, l’un des deux frères porte plus d’intérêt à l’argent qu’à son père. La violence physique est aussi très fréquente chez les deux frères ; c’est une manière de souligner la distance séparant la famille et ses secrets… Mais ces relations peuvent aussi être adoucies par l’amour familial.

Je retiens également sa façon de traiter ces sujets, délicatement, en construisant petit à petit les retrouvailles d’une famille brisée et en révélant progressivement des secrets, tout cela à cause de l’envie de Mathieu de connaître la vérité au sujet de son père. Il montre l’évolution de certains personnages qui, avec le temps, voient les choses différemment, s’ouvrent aux gens et ne sont plus renfermés sur eux mêmes. C’est le cas du personnage de Pierre, qui se présente d’abord comme l’ami du père disparu de Mathieu, Jean.

Je trouve que certaines scènes sont filmées de manière rapprochée des acteurs. Dans ces plans, les yeux sont mis en évidence de telle sorte que le spectateur se sente plus intime avec les personnages. Par exemple, dans la séquence presque à la fin du film où Mathieu et Angie sont tous les deux dans la voiture, lorsqu’ils se regardent dans le rétroviseur. Angie vient de découvrit un élément-clé de l’histoire. A ce moment, la caméra film le visage des deux personnages en gros plan.

A travers ce film, Philippe Lioret a voulu montrer les différentes relations possibles : pour les deux frères (Ben et Sam), l’entente est très difficile ; les disputes violentes qui tournent à la bagarre sont nombreuses. L’une d’elles, qui s’est déroulée dans la maison près du lac du père décédé, éclate alors que les deux frères sont en train de parler de l’héritage et de la nécesssité de retrouver le corps du père pour pouvoir ramasser l’argent de l’héritage au plus vite. En effet, ils n’ont pas les mêmes valeurs, et ne sont pas du tout d’accord sur le sujet en question. C’est par l’intervention de Mathieu et Pierre que la bagarre a pu cesser. Cette scène est l’une des scènes qui m’a le plus marquée dans ce film car la violence y est très présente et c’est surtout à ce moment que l’on cerne vraiment le caractère des deux frères. Une autre scène marquante est la découverte de Mathieu sur sa famille, plus précisément sur l’identité réelle de son père. Alors que Mathieu est assis sur le lit pour se faire ausculter par Pierre, ce dernier arrive et sort de son sac un stéthoscope de couleur rouge. C’est à ce moment-là que Matthieu comprend que celui-ci est son père car il lui avait raconté que cet objet appartenait à son père. C’est une scène très touchante car Mathieu retrouve enfin son père après tant d’années. Cette scène se passe dans le silence, les personnages dialoguent avec leurs yeux, ce qui fait passer plus d’émotions.

En résumé, des secrets de famille, des découvertes, des déceptions, de l’amour, de la brutalité, de la tristesse, des interrogations… le cocktail parfait pour un film émouvant.
2016/11/28 23:02 #1566-4f2a-8415-fca5dbc00bcb
Lycée Bellevue

Quand un homme se cherche
par Maya

Le film de Philippe Lioret, Le Fils de Jean, nous plonge dans la quête d’identité et de famille d’un jeune homme, Mathieu, ayant grandi sans son père. C’est lorsqu’il reçoit un mystérieux coup de téléphone lui annonçant que son père voulait le rencontrer avant sa mort, qu’il se rend là-bas, au Canada.

Poussé par sa détermination et sa curiosité, il part à la rencontre de ses frères, sur les belles terres québécoises. Mathieu est un personnage à qui nous nous identifions et auquel nous nous attachons, en partie grâce à la proximité constante de la caméra avec lui ; le visage du personnage principal est toujours assez proche du spectateur, de cette façon, nous pouvons facilement discerner ses expressions et ses sentiments.

Ce film est une leçon de vie sur l’amour paternel et l’amour entre les hommes et les femmes. A travers de nombreux personnages, il nous montre l’importance de la famille et de ses liens. L’importance du pardon.

Entre suspens et délivrance, nous nous retrouvons en plein milieu d’un conflit familial qui nous montre un personnage, qui semble à première vue dur et froid mais dont le coeur est empli d’amour.

Philippe Lioret est un réalisateur qui joue sur la proximité des personnages et sur leurs émotions, comme nous avons pu le voir dans beaucoup de ses films précédents. Il travaille les émotions et tout particulièrement, dans ce film là. Comme par exemple dans l’une des scènes révélatrices, dans la voiture, lorsque Angie, la femme de Pierre croise le regard de Mathieu dans le rétroviseur.
2016/11/28 23:03 #cb29-408f-afca-307d18d24ff8
Lycée Bellevue

LE FILS DE JEAN
Par Pauline

Le fils de Jean raconte l’histoire de Mathieu, qui n’a jamais connu son père. Mais un jour, il reçoit un appel venant du Canada qui lui apprend le décès de ce père inconnu. Il décide donc d’aller au Canada pour l’enterrement et pour connaître sa famille ainsi que ses deux frères. Pierre, un ami de Jean, médecin comme lui, accueille Mathieu à son arrivée au Québec ; il est le seul, en définitive, à savoir tout au long du film, qui est Mathieu. Mathieu, lui, est loin d’imaginer la tournure que va prendre son voyage canadien.

Le fils de Jean, sorti le 31 août 2016, est le dernier film de de Philippe Lioret. Ce réalisateur réalise en grande partie des films dramatiques comme celui-ci.

L’un des deux grands thèmes présent tout au long du film est pour moi le lien paternel. On le retrouve de nombreuses fois évoqué dans plusieurs scènes. Il est présent à travers le personnage de Mathieu qui ne connaît pas son père mais aussi avec les petites filles de Pierre qui ne voient pas souvent leur père car leur mère n’a plus aucune nouvelle de lui. Le deuxième thème qui est mis en valeur durant le film est la quête de Mathieu sur ses origines. On se rend compte que Mathieu est bouleversé par le fait de découvrir les fils de Jean, Samuel et Benjamin. L’attitude de l’un de ses frères, qui semble avoir avec des problèmes d’argent malgré son métier d’avocat et qui veut absolument retrouver le corps de son père pour pouvoir obtenir l’héritage, énerve et déçoit beaucoup Mathieu.

Philippe Lioret a une manière très personnelle de filmer les personnages. Dans cette histoire, les personnages sont relativement éloignés par leur situation géographique mais pourtant Lioret les rapproche en les filmant de près, d’une manière bien centrée sur le visages des acteurs, ce qui nous permet de voir à quel point les acteurs incarnent leurs personnages dans leurs expressions du visage. Je me souviens en particulier de la scène où Angie dit à Matthieu que Pierre est atteint d’un cancer : Lioret se rapproche du visage de Mathieu et on peut y voir de la tristesse.

L’histoire devient alors l’enquête de Matthieu pour résoudre l’énigme de son origine. Tout au long du film, on s’aperçoit qu’il y a plusieurs indices sur l’identité de son père comme des photos dans les albums photos mais aussi le stéthoscope rouge de son père. La chute du film – et donc la révélation de l’identité du père – est très bien construite, car tout le long du film on pense, tout comme Matthieu, que c’est Jean – le personnage du titre – le père alors que non : ce n’est pas lui mais Pierre qui est celui qui a monté toute cette histoire.

La scène qui m’a le plus marquée dans ce film est celle où la femme de Pierre comprend que Mathieu est le fils de Pierre et que celui-ci a donc eu une liaison avec une autre femme. Cette scène est filmée de façon particulière car les personnages ne parlent pas. Ils se regardent juste à travers le rétroviseur de la voiture et c’est dans le regard de Mathieu qu’Angie, la femme de Pierre, comprend toute l’histoire cachée par son mari. Je trouve également que ce film est très bien construit car la première image du film montre le père adoptif de Mathieu qui est dans la salle de bain en train de se raser et la dernière image du film montre le père biologique de Mathieu qui quitte l’aéroport après avoir laissé Mathieu prendre son avion en direction de la France, accompagné de sa femme (Angie), sa fille (Bettina) et ses deux petites filles. Cela nous montre l’évolution de la quête de Matthieu dans le film.
2016/12/01 09:39 #f44b-4390-ba95-cf18310765c3
Lycée P. Picasso
Deux hommes, un père et un fils, qui vont apprendre à se connaître… c’est l’histoire du film Le fils de Jean.

Parlons peu, parlons cinéma… attaquons-nous à la critique.

Réalisé par le français Philipe Lioret, Le fils de Jean est un film dramatique, poignant et sincère dans les émotions qu’il retranscrit.

Les points forts sont son intrigue qui est bien amené au fil du film grâce aux éléments scénaristiques bien choisis et dosés.

Le fils de Jean, c’est aussi des personnages auxquels on s’attache de par un jeu d’acteur très maîtrisé selon les situations.

Coté décors, malgré la complexité du scénario, cela reste un peu pauvre. Il n‘y a au total que deux lieux principaux (le lac et la maison de Pierre).

Le film nous offre une bonne technique de réalisation grâce au cadrage bien maîtrisé qui allie le plan américain pour retranscrire les émotions des personnages et le grand angle qui nous offre un magnifique paysage.

En ce qui concerne notre avis sur le film, c’est un bon film, à la fois bien écrit et réalisé, malgré (ou pas) la fin ouverte qui nous laisse un peu sur notre faim.

Teddy et Marius, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:40 #a5cb-42de-b48e-fefdca849526
Lycée P. Picasso
Le fils de Jean est une histoire complexe à comprendre, mais très touchante. Un homme, Mathieu (Pierre Deladonchamps), à la mort de « son père », cherche à connaitre ses frères (Ben alias Patrick Hivon et Sam alias Pierre-Yves Cardinal). Mathieu est manipulé, trahi et subit plusieurs déceptions tout au long du film.

Les décors sont bien choisis pour l’histoire : le lac qui rapproche les deux familles, le bar qui lie deux personnes pensant être totalement opposées.

Les couleurs utilisées sont froides pour créer une ambiance oppressante et triste. Celles-ci sont très importantes pour la compréhension de l’histoire.

Pour notre part, notre avis est plutôt mitigé, le sous-entendu de l’histoire nous a un peu déçues malgré l’incroyable secret que tient Pierre, un ami de longue date de Jean.

Marie & Cindelle, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:41 #d661-4743-8836-a99e5a6a7540
Lycée P. Picasso
Entre mystère et manipulation, le jeune Mathieu va se retrouver au Québec face à son destin. Tout va se dérouler autour d’un lac sinistre, vaste et brumeux. Entre dispute, recherche, amour et complicité, Pierre (alias Gabriel Arcand), Ben (alias Patrick Hivon), Sam (alias Pierre-Yves Cardinal) et Mathieu (alias Pierre Deladonchamps) vont vivre une sacrée aventure !

Le film est en plein cœur d’un secret familial, avec la retrouvaille d’un fils et de son père caché, de deux frères en plein conflit. Le réalisateur Philippe Lioret a voulu créer un décor sombre et froid pour faire ressortir le mystère.

Touchant, émouvant, surprenant, ce film va vous épater !

Noémie et Axelle, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:42 #38d8-4dd5-ab60-85e8a2fe41d4
Lycée P. Picasso
Le fils de Jean raconte une lourde histoire de famille, pleine de secrets. Matthieu, qui a grandi sans père, part à la recherche de ses racines, d’un passé et finit par se construire un avenir.

Nous avons un avis mitigé sur ce film.

Ce qui nous a plu, c’est son histoire touchante, du fait que Matthieu n’ait peur de rien et veuille retrouver son père coûte que coûte.

En ce qui concerne les techniques cinématographiques, la luminosité était en général très sombre, ce qui donnait une atmosphère lourde et très sérieuse au film, renforcé par des contrastes de paysages : l’aspect apaisant du lac et l’aspect stressant de la ville.

Mais au final ce qui nous a déplu, c’est un dénouement trop tardif, des étapes compliquées à comprendre et un manque de rythme qui a fini par nous lasser.

Dina et Maeva, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:42 #d56f-4b79-b0c9-cb463de4bc29
Lycée P. Picasso
Le silence de Pierre

Le fils de Jean, Mathieu, cherche à connaître sa famille qui n’est pas en France. Il reçoit un appel de Pierre, un ami de Jean, pour venir au Québec car il a une chose très importante à lui donner et à lui dire. Le mystère se développe au moment où ils sont au lac… Une incompréhension naît entre Pierre et Mathieu.

Le mystère familial m’a intriguée plus particulièrement. Pierre se dissimule derrière un masque, il cache un véritable secret envers Mathieu. Une bagarre éclate entre les deux frères. Une opposition s’impose. Le réalisateur du film a voulu mettre en avant les retrouvailles familiales.

Victorine, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:44 #cf16-417d-be40-9b55e2d23928
Lycée P. Picasso
Cette histoire parle d’un jeune homme qui n’a jamais connu son père. Un jour, il reçoit un appel d’un homme lui annonçant la mort de son père biologique. Il lui explique que les funérailles ont lieu au Québec. Le jeune homme, surpris, décide de s’y rendre.

Cette histoire qui semble basique va s’avérer plus compliquée que ça et pleine de rebondissements.

Le personnage semble indécis tout au long de l’histoire, sans trop savoir que faire…

Ce qui nous a plu dans cette histoire est le rebondissement quand on se rend compte du mensonge et de la tromperie commise. En l’occurrence, ce qui nous a déplu, c’est la fin : nous ne nous attendions pas à ce que ça se finisse comme ça et que chacun reparte de son côté.

Au final, notre avis sur le film Le fils de Jean est assez mitigé : nous avons trouvé des choses qui nous ont plu et des choses qui nous ont déplu. Nous avons trouvé cette histoire belle, originale et prenante, malgré le manque de couleurs vives, les mensonges, les tromperies et les secrets.

Pauline et Mélaine, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:44 #7412-4aa5-9d2c-7d3846618a5f
Lycée P. Picasso
Le fils de Jean est un film touchant qui, au départ, traite d’un sujet triste puis devient rythmé et, quand la vérité surgit, nous émeut.

Nous avons un avis positif sur le film. Il y avait pas mal de rebondissements. Il était mystérieux car, tout le long du film, le suspense nous retient pour découvrir le personnage, son histoire et ses secrets.

L’histoire n’est pas facile à suivre mais elle est quand même compréhensible. Les acteurs sont en symbiose, ils tiennent une place essentielle au sein du film. Une histoire poignante sur un trentenaire à la recherche de son père, de son identité. Lors de cette quête, il découvre de lourdes vérités qui sont tumultueuse mais heureuses.

Elina et Nazay, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 09:45 #3bc0-418c-ab0a-4c0b2fc65444
Lycée P. Picasso
Le fils de Jean est une histoire de retrouvailles entre un père et un fils. Elle commence en France et se poursuit au Québec.

Le personnage principal, Mathieu, débute une sorte d’histoire de séduction entre lui et la fille de Pierre, le personnage qui l’a appelé du Québec au début du film. Selon nous, la femme de Pierre était au courant de ce que son mari cachait. En revanche, sa fille ne l’était pas.

Ce qui nous a plu dans l’histoire est le rebondissement, faisant passer les personnages de l’amour à la haine. Il y a beaucoup d’incompréhension entre eux, c’est pourquoi nous avons moins apprécié le film. Nous somme déçus de la fin du film : nous ne nous attendions pas à une fin où chaque personnages reprend sa place initiale.

Mayron et Yousra, 1SPVL
LP Picasso, Périgueux, Académie de Bordeaux
2016/12/01 15:42 #041c-443c-afba-59a0cd5f86ae
Lycée G. Apollinaire

Le film " Le fils de Jean " a été réalisé par Philippe Lioret en 2016. Le réalisateur nous propose un film où les sujets de paternité, liens familiaux et de double nationalité sont au cœur de l'action.
L'histoire est celle de Mathieu, un trentenaire français divorcé menant une petite vie épanouie mais son quotidien va changer à partir du jour où il reçoit un appel venant du Canada lui informant que son père qu'il n'a jamais connu est mort. Mathieu décide donc de rejoindre Pierre, un ancien ami de son père afin de connaître sa famille. Le film en lui-même se déroule à Paris puis au Canada. De nombreux lieux sont importants, notamment les aéroports qui représentent les salutations entre les personnages. Les scènes se déroulant à l'intérieur des voitures aussi car le réalisateur a su y instaurer des jeux de miroirs. La bande son du film n'est en effet pas anodine, dans une scène Pierre joue du Chopin au piano, qui est un compositeur et pianiste ayant une double nationalité, ce qui prouve que chaque élément présent dans le film a une signification.
Ce film risque alors de vous faire passer un bon moment si vous aimez les drames émouvant.

Jasmine Ferrandico Lycée Apollinaire 1es2
2016/12/01 15:47 #98b7-4ac2-bb8d-c1319bcb4e01
Lycée G. Apollinaire
Après la sortie de ses nombreux films, Philippe Lioret nous révèle son nouveau film Le Fils De Jean . Dans ce film, nous retrouvons le portrait de Mathieu, un homme de 33 ans qui devra aller au Canada suite à l'annonce de l'enterrement de son père, Jean. A son arrivée il nouera des liens avec ses deux frères qu'il n'avait jamais rencontrés auparavant, mais aussi avec un ami très proche de la famille, Pierre.
L'auteur met en scène une longue quête sur la famille qui s'annonce plus que dévastatrice. Toute la famille de Pierre l'accueillera sans trop savoir pourquoi, Pierre, lui, se montrera assez distant. Entre regards inquiets, moments de non-dits, questions sans réponses, ce film nous réserve de grosses surprises. La musique entendue de Frédéric Chopin jouée au piano, nous embarquera dans une atmosphère de douceur, de pudeur pour ensuite introduire les retournements de situation. Le jeu des différents acteurs qu'ils soient féminins ou masculins sont d'une précision énorme. La scène finale fait partie des scènes les plus touchantes de ce film, aussi nombreuses soient-elles. Nos sentiments sont mélangés face à ce magnifique film de Philippe Lioret.
JELASSI Jihène 1ES2.
2016/12/01 15:49 #7a87-4b6e-9ef8-8667a5cf315e
Lycée G. Apollinaire
"Le fils de Jean" est un film dramatique en couleur franco-canadien de Philippe Lioret réalisé en 2016 Avec comme directeur musical Flemming Nordkrog (et un air de Frédéric Chopin dans la bande-son) avec comme acteurs principaux, Pierre Deladonchamps dans le rôle de Mathieu, Gabriel Arcand dans le rôle de Pierre, Catherine de Léan dans le rôle de Bettina et Marie-Thérèse Fortin dans le rôle d'Angie et dans le scénario a été élaboré par Philippe Lioret et Nathalie.

Le film "Le fils de Jean" résume le séjour de Mathieu, un homme de trente-trois au Canada qui après un appel téléphonique apprend que son père, un Canadien dont il ne connaissait pas l'identité venait de décéder. Il apprend par la même occasion qu'il a deux frères et se décide à partir pour l'enterrement de son père à Montréal afin de les rencontrer. Souci : personne n'est au courant de son existence.

Le jeux d'acteur était plutôt bon, le film visuellement beau, les décors sont superbes, on peut y voir le paysage canadien.
La bande son ne m'a pas inspiré, seul l'extrait de Chopin pendant la scène du piano a attiré mon attention, le scénario est selon moi cliché, déjà vu, rapidement l'histoire devient prévisible au fur et à mesure des apparitions de certains indices.
Pendant les scènes de dialogue on peut remarquer une séparation omniprésente entre Pierre et Mathieu qui nous laisse penser à une certaine rupture entre la relation de ces deux personnages.

En général ,le film s'avère réussi mais destiné a un public plus mature, il n'est pas conseillé pour les amateurs de films d'actions mais les amateurs de films dramatiques peuvent y trouver leur bonheur.

Mas Ryan Lycée Apollinaire 1ES2
2016/12/01 15:52 #1a0e-4a3f-8afd-3e4ad7b6f787
Lycée G. Apollinaire
Le fils de Jean :

Le fils de Jean est un film de genre " dramatique ", franco canadien réalisé par Philippe Lioret, sorti en 2016.

A 35 ans, Mathieu l'acteur principal ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu'il vient de décéder...

Pour commencer nous allons déterminer les pays, dans ce film les deux pays sont la France en début de film, où vit Mathieu, et le Canada où il se rendra pour connaître ses frères et donc son père défunt. En second nous allons voir les différents lieux et leurs caractéristiques dans ce film, nous pouvons voir que les scènes principales sont tournées dans une voiture, mais aussi sur le lac, dans une chambre d'hôtel ou dans un bar. Tous ces lieux sont différents mais Mathieu apparaît dans chacun de ces lieux. Les différents personnages de ce film sont; Pierre Deladomchamps dans le rôle de Mathieu le fils du défunt, Gabriel Ancourd dans le rôle d'Etienne le meilleur ami du père de Mathieu, Catherine de Léon dans le rôle de Bettina fille d'Etienne, Marie Thérèse Fortin dans le rôle d'Angie la femme de Pierre Lesage demi-frère de Mathieu, sans oublier les jumelles mais elles ne jouent pas un rôle primordial dans le film.
La bande son de ce film est composée par Fleeming Nordknog ou il retrouve Philippe Lioret pour une seconde fois ( Toutes nos envies ), c'est un compositeur Danois, basé à Paris. Et pour parler un peu plus du langage cinématographique nous pouvons remarquer qu'il y a souvent une barre de séparation entre Mathieu et Etienne comme nous pouvons le voir sur la dernière scène qui se passe à l'aéroport, pour la scène des au revoir, les deux personnages sont séparés par les portiques. Il y a également des gros plans, comme la scène ou Bettina et Mathieu se tournent le dos comme la scène du piano et pour finir les scènes de miroir quand Angie regarde travers le rétroviseur et le miroir de la voiture.

Entre joie, peine, contrariété, colère et curiosité, les personnages on su nous surprendre par diverses émotions, la vérité n'est révélée qu'à la fin du film émouvant et bouleversant à la fois, Philippe Lioret creuse un sillon humaniste, sincère et vrai.
1ES2 Yasmina Chakik
2016/12/01 16:06 #3327-4ed3-a32b-61707cc8238b
Lycée G. Apollinaire
Tu as 33 ans est tu apprends que Jean, ton père que tu n’as jamais connu est mort. Alors tu décides de partir au Canada pour assister à son enterrement et rencontrer tes demi-frères.
Une fois au Canada tu rencontres Pierre le meilleur ami de Jean qui est venu te chercher à l’aéroport, t’interdit de parler a tes demi-frères. Mais tu insiste et tu va donc au lac dans lequel s’est noyé ton père, pour chercher son corps avec tes demi-frères. Une fois là bas tu te rends compte qu’ils ne cherchent le corps que pour l’héritage.
Ce film est Dramatique, il y a beaucoup de scènes qui se passent dans les voitures et nous apprenons des vérité grâce a des jeux de miroir.
De plus Pierre jouant Chopin au piano nous fait vivre la scène avec les personnages et nous inclut dans l’histoire.
PASSERON OLIVIER 1ES2.
2016/12/03 11:03 #ca2e-487b-82fa-87b99c1af8bd
Lycée Champlain
Un film pour qui ?
Le film n’était pas intéressant, car il n’y avait pas assez d’action et l’acteur principal (Mathieu) cherche son père en vain pendant une heure et demie pour qu’au final il se trompe sur son identité.
En fait, le film était lent mais l’histoire était intéressante, car c’est Pierre qui a contacté Mathieu pour venir chercher son père. En vérité, c’était Pierre, le vrai père.
En conclusion le film n’est point intéressant pour des adolescents entre 12 et 16 ans ! La preuve dans la salle il y avait une majorité de retraités.

Perreira De Sousa Alan, Teixeira Jimmy.
2016/12/03 11:04 #5f65-4f18-930c-d21943d01499
Lycée Champlain
Le fils de Jean m’ennuie…
Au début, c’était ennuyant car il n’y avait pas d’actions. Et c’était presque tout le temps la même rengaine : un fils qui cherche son père.
Puis la seule action qu’il y a eu, c’était juste quand ses soit disant frères se sont battus pour l’argent de leur père.
Le manque d’action s’explique aussi à cause de l’intrigue du film : Mathieu n’a pas le droit de dévoiler son identité.
A la fin, c’était très intéressant parce que Mathieu a découvert que Pierre était son père et cette information nous a forcés à réfléchir.

Boubakar et Lassana.
2016/12/03 11:06 #d79f-4b89-9309-623aec51acaf
Lycée Champlain
Difficile à comprendre…

Je n’ai pas apprécié ce film car je trouvais que l’histoire était trop fade à mon goût : je trouvais qu’il n’y avait pas assez d’action.
Il n'y a eu qu’une scène que j’ai appréciée, scène où il y a eu un petit peu de suspense et d’action.
Cette scène est celle où il y avait Pierre, Mathieu et les deux fils de l’ami de Pierre, Jean, qui était décédé il n’y a pas longtemps. Il est tombé dans un grand Lac dans une forêt alors qu’il pêchait. Ils étaient partis à la recherche du corps de Jean en compagnie aussi du chien de Jean. D’ailleurs les aboiements répétitifs du chien m’ont ému car on voyait le chien au bord de l’eau en train de regarder comme s’ il avait envie de retrouver son maitre.
Ils sont restés dormir quelques jours dans leur maison dans la forêt à côté du lac en espérant retrouver le corps.
J’ai souvent eu du mal à comprendre l’histoire de Pierre et Mathieu : je ne comprenais pas leur situation familiale. En fait, je ne l’ai jamais comprise.
Finalement c’est un ami à moi qui m’a expliqué à la fin du film…
Enzo
2016/12/03 11:06 #593b-4cbb-a5e2-c72bc14a3b03
Lycée Champlain
Une belle histoire

Une magnifique histoire comme presque toutes les histoires vraies et simples : Cela parle à tout le monde.
Pas de pathos dans ce film, de l’amour tout simplement dans une intrigue bien menée. L’amour que porte Mathieu à Bettina avait l’air très fort alors qu’un couple allait se former, ce sont des frère et sœur qui se sont trouvés.
Chem’s
2016/12/03 11:08 #718d-4dc0-a361-1189fd43e99b
Lycée Champlain
Histoires de familles

Pierre voulant appeler chez Mathieu tombe sur l’ex de celui-ci, qui lui donne l’adresse de Mathieu. Pierre voulait envoyer un colis à ce dernier mais Mathieu décide de partir pour le Canada pour l’enterrement de Jean et pour voir ses deux frères.
Au cours de l’histoire, il se rend compte que Jean n’est pas son vrai père mais que c’est Pierre qui est son vrai père.
Au final, Pierre est le père de Mathieu et Bettina, sa demi- sœur. Ils ont tous les deux des enfants: Mathieu a eu Valentin avec Angie, son ex.
Les deux garçons dont Mathieu n’est donc pas le frère sont frères et sont les vrais fils de Jean. La femme de Pierre qui est donc la belle-mère de Mathieu, est la mère de Bettina et la Mamie des jumelles Anna et Rose.

Avec un tel scénario, nous sommes obligés de comprendre l’histoire !?

Mathieu Romet et Robin Montano
2016/12/06 13:50 #e776-4444-bac1-308d7126eaa0
Lycée Jean Prouvé
C'est l'histoire d'un homme s'appelant Mathieu qui apprend par téléphone que son père, Jean, est mort. Il ne l'a jamais connu. Il apprend aussi qu'il a deux demi-frères.
Mathieu décide alors d'aller au Canada là où Pierre, un ami de son père, l'attend. Sur le trajet, Pierre et Mathieu parlent des demi-frères: Pierre ne veut pas qu'il aille les voir mais lui le veut.
Mathieu va dormir à l'hôtel mais ,avant, Pierre lui donne un colis. Mathieu l'ouvre et découvre un tableau représentant un enfant.
Le lendemain, Mathieu va chez Pierre où il fait alors la connaissance d'Angie et Bettina.
Il y passe la journée puis Pierre le ramène à l'hôtel. Le lendemain, ils vont à la recherche du cadavre mais ils trouvent seulement la casquette de Jean.
Les tensions augmentent entre les personnages.

"Le film était un peu court et les scènes sont un peu ennuyeuses: on se lasse très vite mais sinon l'histoire est bien imaginée. On nous fait découvrir des choses, l'histoire est très compréhensible, les lieux sont assez beaux, la cabane, le lac etc ... Les acteurs jouent très bien leur rôle, la mise en scène est très bien réalisée mais ce n'est pas mon type de film".
Christophe Flickinger
2016/12/06 13:52 #a0f3-4e2e-b226-15a8b59602db
Lycée Jean Prouvé
Le fils de Jean est un film dramatique réalisé par P. Lioret , film émouvant. On accroche facilement à l’histoire.
C’est l’histoire d’un homme, Mathieu qui vit à Paris et qui reçoit un jour un appel d’une personne lui disant que son père, qu’il n’a jamais connu, est décédé. Il se rend alors sur place, au Canada, et découvre en réalité que…..
Le réalisateur arrive à nous faire croire une histoire totalement opposée à celle qu’on attend. De nombreux paysage sont visibles à travers ce film.
L’histoire peut être particulièrement compliquée à comprendre, il faut suivre le film de A à Z pour comprendre exactement l’histoire.
Je conseille ce film car malgré une histoire compliquée, elle reste vraiment bien réalisée et composée de beaucoup de plans.
Erwan
2016/12/06 13:55 #c81c-48d8-bbe2-9ecbd37ec47b
Lycée Jean Prouvé
Le fils de Jean est un film de Philipe Lioret, il dure 1h38 et je pense qu'il s'adresse à un public de personnes âgées et, enfin bref, c’est un drame quoi.

L'histoire commence mal, déjà notre héros n’a pas beaucoup de chance. En effet, Mathieu ne connaît rien du côté de son père en même temps. L'histoire que raconte le film tient debout, mais mon dieu, qu'est ce que c'est long ! Le début évoque peut être la vie de Mathieu, mais c’est une simple routine, barbante, ruinée par le travail.

Ce film a quand même coûté 22 millions d'euros, on comprend pourquoi la lumière, le son et la musique, les graphismes, les lieux et les décors sont toujours en accord .
Florent Mansuy
2016/12/06 13:56 #099a-4d92-bc9f-70b26374317f
Lycée Jean Prouvé
Le fils de Jean est un film dramatique Franco-Québécois de Philipe Lioré (1h38). L'histoire du film se déroule en France puis au Québec. Mathieu reçoit un appel qui lui dit que son père est mort au Québec. Il part de chez lui pour se rendre là- bas afin de voir la famille qu'il n'a jamais connue.
Je peux vous dire que le film est beau visuellement, avec des belles mises en scène. Des jeux de musique avec des musiques mises du bon moment dans le scénario. Le spectateur a intérêt à bien retenir les détails pour comprendre l'intrigue du film.

Florian Thomassin
2016/12/06 13:57 #3d9a-42e5-b8ad-955adedb1c6b
Lycée Jean Prouvé
LA MORT BIZARRE DE JEAN
Le fils de jean est un film dramatique qui parle d’un homme, Mathieu qui n’a pas connu son père et qui, du jour au lendemain, reçoit un coup de fil pour lui annoncer que son père est mort. Il décide alors d’aller au Canada pour assister à l’enterrement de son père, mais il découvre quelque chose d’inattendu.
Dans ce film, on peut voir différents plans de caméras qui présentent bien les personnages. Ce film est émouvant, on accroche tout de suite à l’histoire.

On découvre qu’il a des frères qui ne veulent pas retrouver le père pour des raisons différentes.
Le réalisateur fait trop durer le suspense. L’histoire n’est pas toujours claire et facile à comprendre.
Je ne conseille pas ce film à un public jeune car il pourrait être décevant. Gerard Victor

2016/12/06 13:58 #b9f8-4f12-b34d-1936ffa9f24a
Lycée Jean Prouvé
La mort d’un faux père

C’est l’histoire d’un homme qui s’appelle Mathieu et qui apprend que son père, qu’il n’a jamais vu, est mort . Il decide donc d’aller à son enterrement qui a lieu au Canada pour y voir sa famille. C’est le meilleur ami de Jean, qui s’appelle Pierre, qui vient chercher Mathieu pour l’emmener à l’enterrement mais il le dépose à l’hôtel car l’enterrement est trois jours plus tard . Seulement Mathieu, lui, veut voir ses frères avant l’enterrement . Pierre lui interdit de leur dire que c’est leur frère mais Mathieu veut absolument les voir donc Pierre décide de l’emmener au lac pour chercher le corps de son père avec ses frères mais il lui interdit toujours de dire qui il est.

Le film était un peu trop court et les scènes un peu ennuyeuses mais sinon l’histoire en elle-même est bien . On nous fait découvrir des choses auxquelles on ne s’attend pas . L’histoire est complète et bien réalisée et on peut bien comprendre les sentiments des personnages .


Julien Mombourg
2016/12/06 13:59 #1944-45be-8e36-3968008638b4
Lycée Jean Prouvé
VOYAGE ET DECOUVERTE A LA QUETE DE LA VERITE

"Le fils de Jean", film réalisé par Philipe Lioret, est une collaboration franco-canadienne, qui nous raconte l'histoire de Mathieu, joué par Pierre de Ladonchamps, qui, à la suite d'un appel, apprend que son père, qu'il n'a jamais connu, est mort. C'est en apprenant cela qu'il quitte pour quelques jours sa petite vie à Paris pour débuter un voyage vers le Canada pour pouvoir découvrir ses frères et les connaissances de son père, plus principalement Pierre, joué par Deny Arcand .
Personnellement, j'ai été agréablement surpris par ce film, l'ambiance calme, ses décors magnifiques d 'un aspect artistique très plaisant avec ces jeux d'acteurs incroyables qui nous transportent avec Mathieu au bord de ce lac et dans son aventure à la recherche de ses origines. Ce film nous fait passet par une multitude de sentiments:
stress, joie, incompréhension, colère et pour finir le sentiment d'avoir accompli quelque chose.
Le choix des plans, la musique qui, très peu présente, nous entraîne dans cette histoire avec légèreté.
C'est une magnifique histoire pleine de rebondissements que je conseille à tous !
Kinsinger Ryan

2016/12/06 14:01 #8e01-422e-bbe8-6ddb6c3be73b
Lycée Jean Prouvé
l'apparition du père


Le film Le fils de Jean, qui a pour réalisateur P.Lioret, raconte l’histoire d’un homme qui travaille pour une marque d'aliments pour animaux . Un jour, il reçoit un appel qui le prévient que son père, qu'il n'a jamais connu, vient de mourir. Il décide de se rendre au Canada pour rencontrer ses deux "demi frères " qu'il n'a jamais vus non plus. Mais l'histoire dans laquelle il s'embarque n'a pas fini de le surprendre autant en bien qu'en mal !!!
Je n'étais pas très enthousiaste à l'idée d'aller voir ce film car ce n'était pas le style de film auquel je prêtais le plus d'attention mais j'ai été surpris car, pour un film que je n'aurais pas regardé habituellement, je l'ai trouvé bien !!! Mais, le fait d'aller le voir avec le lycée, cela m'a plus intéressé . Le jeu des acteurs était très bien et les décors étaient magnifiques !!! Je trouve qu'une suite serait la bienvenue pour voir l évolution des relations entre Mathieu et les personnes qu'il vient de rencontrer !!!

Pothier
2016/12/06 14:05 #ae53-4b91-8e7f-c52d4cc457d5
Lycée Jean Prouvé
La quête au réponses
Le fils de Jean est un film dramatique d'une heure trente huit, réalisé par Philipe Lioret et qui s'adresse à tous types de personnes. Cela raconte la vie de Mathieu, un adulte de trente trois ans, qui ne connaît pas son père. Un jour, il va recevoir un coup de téléphone lui annonçant le décès de son père. Durant le film, Mathieu va chercher des réponses et durant cette quête, il va apprendre de nombreuses choses sur sa vie.
Dans ce film, il y a différents cadrages, différentes prises de vues grâce aux plans utilisés par le cameraman . C'est une belle histoire car cela parle de la famille, de la complicité qu'il peut y avoir entre les acteurs. Malgré tout, cette histoire peut paraître compliquée car Mathieu ne connaît pas son père. Il y a une suite d'éléments qui se déroulent très vite: il reçoit beaucoup d'informations en quelques minutes. Les paysages sont magnifiques: la forêt à côté du chalet, là où ils vont pêcher ainsi que le lac où Jean est mort. Le spectateur est plongé dans le film et éprouve de l'empathie, de la compassion pour les personnages car on pourrait très bien être à leur place.
Pierre
Cavallaro
2016/12/06 14:06 #95af-4f7e-8795-9d79bef74ed2
Lycée Jean Prouvé
Le commercial aux mille et un problèmes
C'est un film dramatique qui débute avec Mathieu qui reçoit un appel venant du Québec et lui disant que Jean (son père) est mort. C'est là que le film commence.
Le film est bien dans l'ensemble, bien tourné parce que les ambiances sont bien faites. La musique est bien choisie pour les scènes, elle nous met plus dans le film. Le cadrage est bien fait pour montrer le paysage, l'expression des acteurs... Des scènes sont un trop longues à mon goût, il y a des moments de bla bla un peu inintéressant mais si le film est tourné ainsi, c'est mieux qu'autrement. Si les scènes un peu trop longues avaient été enlevées, ça aurait pu être pire.
Je vous conseillerai de le voir, il dure 1heure 38minutes environ, mais c'est 1h38min de bon moment que vous ne regretterez pas.
Quentin lahalle
2016/12/06 14:19 #0330-4121-b031-2d3f5050ee3b
Lycée Jean Prouvé
Le fils de Jean
Acteur principal: P. Deladonchamps, " Mathieu "

Un homme français apprend le décès de son père qui habitait au Canada. Il prend également connaissance qu'il a deux frères. Au fur et à mesure de l'histoire, des péripéties l'éclairent sur la réelle identité de son père.

J'ai trouvé que l'acteur qui faisait Mathieu, jouait bien. Par exemple quand il s'est pris un coup de tête. Mais cela ne suffit pas à me faire changer d'avis sur les films français que je n'aime pas car je les trouve trop lents ( ils manquent cruellement d'action). Par exemple, les scènes où il parle avec Pierre sont trop lentes. De plus, je n'ai pas trouvé les décors exceptionnels malgré la présence du lac. Et enfin, le film ne m'a pas fait rêver car le mode de vie du personnage était trop quelconque.
Romain
2016/12/06 14:21 #4179-4222-8597-86436f601f9f
Lycée Jean Prouvé
UN MYSTERIEUX PERE !
"Le fils de Jean" a été tourné au Quebec et en France. Le réalisateur du film se nomme Philippe Lioret.
-C'est l'histoire de Mathieu, un francais qui n'a jamais connu son père. Il vit en France et travaille pour une société de nourriture pour animaux. Un jour, à son bureau, il recoit un coup de téléphone et il apprend qu'il a une famille au Canada et aussi que son père est mort là bas. Il decide donc de se rendre au Canada pour en savoir plus sur le père qu'il n'a jamais connu. Sur sa route, il va croiser le chemin de ses demi -freres et le meilleur ami de son père: "Pierre".
-Il y a des moments assez longs car les éléments que l'on ne connaît pas assez dans le film ne sont pas assez approfondis par le réalisateur. On reste un peu sur sa faim...
-De plus, la réaction de Mathieu par-rapport à la mort de son père est un peu mal jouée par l'acteur, on voit que c'est du cinema.
-L'histoire est assez difficile à comprendre. Je n'ai pas trop aimé ce film.

Toussaint olivier
2016/12/10 20:48 #665c-4801-a769-80d8ed8bd288
Lycée P. Picasso
Le fils de Jean , Philippe Lioret

Résumé du film: Horneka Tah
Critique du film: Léontine Guimard

Mathieu a 33 ans; il ne sait rien de son père; il apprend sa mort par son meilleur ami, Pierre. Il décide de se rendre à Montreal là où aura lieu son enterrement. Une fois là-bas Mathieu rencontre Pierre, il découvre qu'il a deux demi-frères Sam et Ben. Mathieu, Pierre, Sam et Ben vont au lac pour retrouver le cadavre de Jean. Par la suite, Mathieu apprend à connaitre ses demi-frères, l'un veut le corps de son père pour accéder à l'héritage et l'autre est un alcoolique. Une fois rentré du lac, Pierre accueille Mathieu pendant quelques jours chez lui. Là il apprend à connaitre Bettina et Angie. Il se lie d'amitié avec Bettina. Après quelques jours, il devine que Pierre est son véritable père et qu'il lui a menti depuis le début.

Durant tout le film une ambiance pesante, angoissante est omniprésente. Elle est d'autant plus renforcée dans la scène du lac, où les personnages Pierre, Sam, Mathieu et Ben sont à la recherche du cadavre de Jean.
Ce film est surprenant, avec du suspense, car le réalisateur a réussi à créer un lien entre les personnages et les spectateurs. Finalement je pense que chaque spectateur peut se retrouver dans un des personnages. Le jeu de regard vient amplifier cette impression. Ainsi, grâce à ces instants de silence on rentre dans l'intimité des personnages.
Néanmoins, j'ai trouvé qu'il manquait des confrontations, quand Mathieu découvre que son père est Pierre et non pas Jean, j'ai ressenti une passivité trop forte dans le personnage de Mathieu.
Pourtant, même si la relation entre Pierre et Mathieu, une relation "d'homme à homme", masculine, comme au moment des adieux lorsque Pierre désigne Mathieu en l'appelant "garçon" , ne dure seulement que quelques minutes la fin n'en est pas moins belle et pleine de sensibilité.
2016/12/12 13:53 #3f08-4ff4-9511-f09c4c6f7949
Lycée Lavoisier
Le Fils de Jean est un film franco-canadien réalisé par Philippe Lioret.
Inspiré d’un roman de Jean-Paul Dubois (Si ce livre pouvait me rapprocher de toi, paru en mars 2000) , il aborde le thème de la famille, de la quête des origines, des sentiments amoureux, fraternels et filiaux.
L’histoire qui nous est racontée est une histoire réaliste : le spectateur est plongé dans le monde actuel, au sein d’une famille qui doit faire face à des événements inattendus.
Nous avons apprécié la manière habile dont les sentiments sont exprimés : les personnages ne se livrent pas facilement, ils se dévoilent de manière indirecte, parfois détournée.
Il faut dire que le jeu des acteurs est particulièrement convaincant : Pierre Deladonchamps (qui joue le rôle de Mathieu, le personnage principal) parvient à incarner un personnage sensible, à l’écoute des autres, et qui fait même preuve d’une forme de candeur. Les autres acteurs ne sont pas en reste.
Par ailleurs, la manière dont le scénario est composé, et dont l’histoire se déroule, se révèle efficace : le spectateur est plongé dans le cœur du sujet dès la première scène, et l’avancée de l’action ménage un suspense intense, quitte à dérouter parfois. Ainsi, tout au long du film, le spectateur assemble des indices qui peu à peu lui permettent de recomposer le « puzzle » familial de Mathieu, mais aussi de Pierre, de Bettina, d’Angie, de Samuel...
La fin elle aussi laisse sa part d’imagination au spectateur, ce qui nous laisse… un peu sur notre faim.
Au final, Le Fils de Jean présente la transformation d’un personnage – transformation que certains jugeront peut-être un peu brusque – à travers une quête personnelle et familiale.
Ce film permet à chacun d’entre nous de réfléchir aux liens qui nous unissent à notre famille, mais il pose aussi la question de ce que l’on transmet de père en fils, et même de fils en père !

La classe de 1 Bac Pro Mécanique des Véhicules du LP LAVOISIER (BRIVE)
2016/12/12 14:37 #dd69-4751-90a7-8e65f9912e40
Lycée Jean Moulin
Le défunt de Montréal

Philipe Lioret, étant un cinéaste sensible décide en 2016 de sortir un
film émouvant et bouleversant sur la recherche d'un père par son fils. Il est nommé « Le fils de Jean».

Mathieu (Pierre Deladonchamps), 33 ans, père d'un petit garçon, reçoit
un jour, sur son lieu de travail un appel lui apprenant que son père biologique, qu'il ne connaît pas est décédé. Il décide alors de partir pour Montréal, au Québec afin de participer aux recherches du corps de son père Jean, pour organiser son enterrement avec ses deux demis-frères (Pierre-Yves Cardinal et Patrick Hivon) qu' il voudrait rencontrer. Pierre (Gabriel Arcand), un ami de Jean, propose d'héberger le jeune homme le temps des recherches. Vont-ils retrouver le corps de Jean ? Que se passera t-il entre Mathieu et cette jeune femme ? Et quel est le lourd secret de Pierre ?

Une histoire bouleversante et surprenante

Ce film est très émouvant, lorsque l'on visionne ces 98 mins d'images,
beaucoup d'émotions différentes comme la tristesse que ressent cet homme ou encore la joie d'avoir une famille qui nous aime et que l'on connaît, nous submerge, c'est magnifique.

Anaïs Schneller, seconde 1. Lycée Jean Moulin.
2016/12/12 15:18 #23f4-4a7d-a43f-d8da19424a76
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » est un film réalisé par Philippe Lioret. Ce film est basé sur la recherche d 'un père inconnu.
« Le fils de Jean » est un film qui raconte l'histoire de Mathieu, un cadre dans une entreprise d'alimentation domestique. Il reçoit un coup de fil en plein travail et apprend que son père biologique est décédé pendant qu'il pêchait. Il découvre également qu'il a deux frères qui ont le même que lui. Le coup de téléphone que Mathieu a reçu, venait de Pierre, le meilleur ami de ce père inconnu, « Jean » : Ils étaient tous les deux médecins. Mathieu ne connaissait ni son père biologique ni ses deux demi frères. Le jeune homme de trente trois ans qui a été abandonné par son père alors qu'il n'était qu'un enfant, veut connaître se deux demi frères. Il décide donc de quitter Paris et d'aller quelques jours au Québec à la recherche de sa famille. C'est Pierre qui vient le chercher à l'aéroport. Pierre, se met au service de cette envie de découverte de Mathieu. Le jeune homme fait donc la connaissance de la famille de Pierre. Mathieu apprend aussi que Pierre et son père travaillaient ensemble et qu'ils sont allés tous les deux, à un colloque médical à Paris, il y a trente trois ans. Mais Est-ce-que Mathieu sera satisfait de sa curiosité ?
Les émotions du spectateur :
Ce film touche très émotionnellement le spectateur, c'est à dire qu'il touche très profondément notre sensibilité. Le jeu des acteurs dans ce film, est vraiment très bien réussi, en particulier, le rôle de Pierre Deladonchamps, Mathieu dans le film.
Les décors sont parfaits ; Les jeux de couleur froides, sont tristes. Cela joue sur le maintien des émotions sur le spectateur. Bref, Philippe Lioret, grâce à sa réalisation, a su faire comprendre aux spectateurs, ce que c'est d'avoir une famille, d'avoir la chance d 'avoir un père et de grandir avec lui. En voyant le film « Le fils de Jean », le spectateur a une envie folle de serrer éternellement sa famille dans ses bras.

Georges Nathan Tigui-Hilairet – seconde 1.
2016/12/13 09:51 #4430-48f6-bc15-dac1e28be9d6
Lycée Jean Moulin
CRITIQUE : LE FILS DE JEAN :



Un film bouleversant

Le fils de jean est un film réalisé par Philippe Lioret, sortie au cinéma le 28 août 2016.

Un coup de téléphone retentit pendant que Mathieu travaillait dans une entreprise d'alimentation, il apprend que son père biologique est mort à cause d'une crise cardiaque alors qu'il pêchait sur un lac. Voulant savoir d'où il vient, il part quelques jours au Québec où il va rencontrer l'ami de son père, Pierre, et sa famille. Il fera la connaissance de ses deux frères qui n'ont jamais entendu parler de lui…

Le rôle de Mathieu est joué par Pierre Deladonchamps, celui de Pierre est interprété par Gabriel Arcant.

Une histoire plate 

A la fois émouvant et stressant le film vous offre 98 minutes de suspense malgré une histoire assez banale et une fin simpliste. Ce n'est pas trop notre genre cinématographique favori.

Timotéo Godar et Antoine Charaudeau seconde 1.
2016/12/13 11:24 #643a-4862-9631-10144bbd8d33
Lycée Jean Moulin
Le fils de Jean :


Mathieu, 33 ans décide de participer aux funérailles de son père biologique au Québec. Pourquoi est-il venu de France pour si peu ? C'est ce que lui reproche Pierre, grand ami de Jean, mais en apprenant que ses deux frères s'apprêtent à fouiller le lac dans lequel son père s'est noyé, Mathieu s'entête à vouloir rester au Québec.

L'amour entre un père et un fils deviendra le thème général de ce film qui est une grande réussite cinématographique. Après ses huit films dont « Toutes nos envies » et « Un français »,Philippe Lioret arrive encore à nous surprendre avec un autre chef-d’œuvre : « le fils de Jean. »
Des décors et paysages du Canada absolument grandioses, des musiques remarquables, Philippe Lioret utilise ces éléments pour nous faire entrer dans l'atmosphère si particulière du film.
Dans le rôle de Mathieu, Deladonchamps (House of Time, Une enfance) confirme son talent, on voit toute l'enfance qui transparaît à travers lui. Également le rôle de Pierre, joué par Gabriel Arcand (Le déclin de l'empire américain, le démantèlement) est très bien interprété, on sent qu'il s'est bien identifié à son personnage.
Ce film est une série d'énigmes où l'on a des indices qui mèneront au dénouement tout au long de l'histoire.
On sent le plaisir du cinéaste à avoir réalisé ce film, mais aussi son amour pour le travail bien fait.

Mathilde Lefèvre et Angela Desmaison
2016/12/13 11:25 #c72f-47f8-ab0a-d81174b714cb
Lycée Jean Moulin
Le père caché

Mathieu 33 ans, reçoit un appel téléphonique à son travail l'informant que son père biologique venait de décéder durant une pêche. Par la suite, il découvre qu'il a également deux demi frères encore inconnus à ce jour. Le jeune homme décide alors de partir au Québec. De là débute une toute nouvelle vie pour Mathieu.
Après son film à succès, « L'inconnu du lac », Pierre Deladonchamps incarne le personnage de Mathieu, rôle principal de ce film. C'est le réalisateur, Philippe Lioret, à qui l'on doit cette production française à la suite de certains films qui ont plutôt bien marché comme « tombés du ciel » pour lequel il a reçu deux prix.

Cette production de 98 minutes, nous emporte dans l' histoire de cette famille. C'est riche en émotions, on s'attache plutôt rapidement aux personnages. Il y a une certaine pression tout au long du film qui nous garde captivé à l'histoire. Ce qui est bien, c'est que certaines personnes pourraient se retrouver un peu dans ce film.

Kenza – seconde 1.
2016/12/13 11:27 #e5f1-41d4-9908-493dadae62e0
Lycée Jean Moulin
Mathieu et son père : Comme père, comme fils.

En 2016, Philippe Lioret réalisa un film appelé « le fils de Jean ». Dans ce film avec l'indéniable talent des acteurs et du réalisateur, nous suivons l 'histoire captivante de Mathieu.

Après un appel téléphonique, un jeune homme appelé Mathieu est informé du décès de son père qu'il n'a jamais connu . Le lendemain, Mathieu quitte sa famille à Paris pour aller à Montréal où il espère obtenir des réponses. Lors de son arrivée, Pierre, un ami de Jean, lui interdit de dévoiler son identité au reste de la famille. En recherche pour le corps perdu de Jean, Mathieu rencontre de nombreux personnages importants dont il ignorait l'existence et il apprend tant de choses sur sa famille… Conflits entre frères, un amour inattendu. Que Mathieu va-t-il apprendre d'autre ? Vont ils retrouver le corps de Jean ?

Les rencontres inattendues :
Dans ces deux heures de film, nous sommes capturés par les aventures de Jean. Or, ce film n'est pas forcément un film d'action, il reste émouvant et intrigant.

Rebecca Hunt - seconde 1.
2016/12/15 09:17 #882f-4fa6-bd8d-ff35b10293b0
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » : un mystère troublant.

Le film repose sur l'émotion entre les différents personnages et sur les liens qui existent entre eux. Un système plane autour du personnage principal : Il vient d'un autre pays pour chercher des réponses sans pour autant les trouver. Mathieu décide de partir à Montréal pour essayer de résoudre une énigme : Qui est son père ? Pour faire planer le mystère, un ami de son père, Pierre, lui raconte à son arrivée à Montréal, qu'il a deux frères. Il lui fait également savoir que ses deux frères s'apprêtent à fouiller le lac pour retrouver le corps de son père . A cet instant, on se demande si le mystère sera résolu et si Mathieu réussira à savoir enfin qui est son père. Mais le mystère s'épaissit lorsqu'ils ne découvrent qu'une casquette . Entre autre, Mathieu découvre la vraie nature de ses frères : l'un d'entre eux est violent et frustre, et l'autre ne veut que retrouver le cadavre de son père pour s'approprier une somme d'argent que leur père leur avait donné en héritage. Concernant le personnage de Pierre, on se demande qui il est exactement et la raison de son comportement envers Mathieu.
Ce film est mystérieux car on a un mystère qui plane et qui ne cesse de s'épaissir. Il est également émouvant car les personnages entretiennent de bonnes relations et on a ce côté attachant en même temps. Il est également captivant car on ne sait pas quand ce mystère prendra fin. Les acteurs et notamment Gabriel Arcand, qui a joué dans le « démantèlement », ont bien joué leur rôle et se sont mis dans la peau de leur personnage comme s'ils y étaient vraiment. . Le réalisateur, Philippe Lioret, s'est beaucoup inspiré dans ses films de plusieurs qualités. Par exemple, dans les films (« Je vais bien, ne t'en fais pas », « Welcome » ), les qualités portées sont l 'émotion. Ce film retrace la vie d'un personnage et son envie de résoudre un mystère, mystère qui captive les spectateurs.
Corto Montfaucon – seconde 1.
2016/12/15 09:24 #d87c-4365-8897-7f77e19f4e2a
Lycée Jean Moulin
Le fils de Jean : Mon père, ce québecois.


Philippe Lioret met en scène une histoire touchante avec un scénario qui se tient parfaitement. Le réalisateur a voulu nous émouvoir et c'est réussi, les émotions sont au rendez-vous. Cette histoire a une résonance personnelle d'après le réalisateur.

L'histoire parle d'un homme déterminé à connaître l'identité de sa famille, perdue depuis bien longtemps. Il veut connaître l'identité de ce père déclaré « mort ». Mathieu arrivera-t-il à ses fins ?

Côté réalisation, le film semble bien fonctionner : Nous sommes vite pris par l'histoire et par le contexte.

Ce film est un plus. Note : 4/5

Coline Bretelle – seconde 1.
2016/12/15 09:36 #5146-4b40-a9b1-58ccc14de96d
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » : Un homme « père-dû »

Ceci est une histoire de Philippe Lioret qui parle des liens fraternels et paternel avec une dose de drame qui fait de cette histoire un bon film.

Ce film parle de Mathieu, père divorcé d'une fille, qui vit paisiblement dans son ,logis à Paris avec un travail qu'il aime. Sa tranquillité va être perturbée par un appel téléphonique d'un inconnu qui lui annonce la mort d'un père ainsi que l'existence de deux frères dont il n'avait jamais entendu parler. Mathieu va ressentir le désir de retrouver une famille et de vivre avec eux des bons et des mauvais côtés… Une famille aimante ?

J'ai plutôt apprécié ce film malgré le manque d'action et une intrigue qui devient vite prévisible. L'histoire est bien faite et porteuse d'émotions. Je pense que la majorité des gens qui verront ce film, aimeront et seront ravis !
Alban Agier – seconde 1.

2016/12/15 13:07 #6dc6-49bd-8159-d2752118e93a
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » : Ce père secret.

Ce film, réalisé par Philippe Lioret, met en valeur la paternité à travers l’amour et la sensibilité avec Gabriel Arcand aux côtés de Deladonchamps.

Philippe Lioret a réalisé auparavant « Je vais bien, ne t’en fais pas » ou encore « Welcome ». Son dernier film raconte l’histoire de Mathieu (Pierre Deladonchamps), 33 ans. Ce dernier travaille en tant que cadre dans une entreprise d’aliments pour animaux domestiques. Après un coup de téléphone, il apprend que son père biologique, Jean, vient de décéder, alors que celui-ci pêchait au bord d’un lac et qu’il avait également deux fils. Mathieu souhaite absolument rencontrer ses demi-frères. Pour cela, il doit se rendre au Québec, là où vivait son père. Après avoir rencontré Pierre, ancien collègue et ami de Jean et qui auparavant avait connu la mère de Mathieu. Pierre lui annonce que le corps de son père n’a pas été retrouvé. Avec l’aide de Pierre et de ses demi-frères, Mathieu part à la recherche de ce père disparu.

L’amour entre un père et son fils.

Les acteurs de ce films jouent extrêmement bien, tout en faisant ressentir de la compassion envers Mathieu qui est complètement perdu et qui a toujours l’espoir de retrouver son père. Ce film donne l’envie de montrer tout l’amour que l’on a pour une personne comme notre père.

Clémence Wilmart - seconde 1.
2016/12/16 09:07 #5fe1-4d6c-a485-1257ae2e7c4b
Lycée Léonard de Vinci
Avis argumenté de Louis, Kenzo et Dorian


Dans ce film de Philippe Lioret, Le Fils de Jean, plusieurs éléments ont retenu notre attention.

Premièrement, le jeu des acteurs est excellent. Dans la sobriété, ils transmettent des émotions de manière bouleversante. Souvent dans la retenue, leurs expressions en disent long. Les regards se suffisent à eux-mêmes, sans avoir besoin de mots.

Ensuite, il y a le lien entre les personnages de Pierre et Mathieu. Dans cette histoire, Mathieu cherche ses origines en partant au Canada où il fait la rencontre de Pierre. Ce qui lie ces deux personnages : des mensonges, des non-dits. Malgré tout, un lien profond les unit, conforté par le cadrage. En effet, à plusieurs moments, ils sont filmés tour à tour, de profil, comme les deux faces d’une pièce.

Pour finir, le traitement de l’histoire est très surprenant. Au début du film, l’histoire semble banale, mais au fur et à mesure du temps, on découvre une galerie de portraits qui dessine très progressivement des personnages complexes, ce qui les rend touchants, voire émouvant dans la scène finale.
2016/12/16 09:07 #efa6-48cc-a919-71f217f9fa30
Lycée Léonard de Vinci
Avis argumenté de Suzanne, Valentine et Eva

Dans le film intitulé Le Fils de Jean de Philippe Lioret, on suit Mathieu à la recherche de ses origines.

Nous avons apprécié ce film pour plusieurs raisons.

Premièrement, le fait que le film se passe dans deux pays différents est très intéressant. On remarque une opposition entre les cultures, les différentes habitudes de vie. Cela offre aussi une grande variété de décors : on peut trouver des paysages urbains, des paysages naturels, français et canadiens. La transition se fait grâce aux scènes d’aéroport. Ces différences sont aussi intéressantes et enrichissantes au niveau de la parole, des expressions et des accents distincts.

De plus, le scénario est très réaliste car l’histoire est touchante, elle pourrait arriver à n’importe qui. Certaines scènes nous le montrent, comme par exemple, la dispute entre Sam et Ben, les deux frères. Ainsi, on peut facilement se mettre dans la peau des personnages et se projeter en eux.

Enfin, le scénario intrigant est un point fort du film. En effet, le suspens est gardé jusqu’à la fin, ce qui intrigue le spectateur et le pousse à regarder le film en entier. Il y a un fort suspens notamment lorsque Bettina voit le tableau dans la chambre de Mathieu.

En conclusion, nous pensons que le film pourrait gagner le prix Jean Renoir grâce à son scénario réaliste et rempli de suspens, ainsi qu’à la diversité des paysages qu’il montre.
2016/12/16 09:08 #e988-4e20-8dd6-50b5f1eb850e
Lycée Léonard de Vinci
Avis argumenté de Noémie, Anastasia et Pauline

Le film repose sur une enquête. Mathieu part à la recherche de sa famille cachée mais il se rend compte que celle-ci n'est pas aussi parfaite qu'il l’aurait souhaitée. Durant cette quête touchante, Mathieu va rencontrer de nouvelles personnes qui vont devenir importantes dans sa vie. Le Fils de Jean commence sur un décès, ce qui rend l'atmosphère pesante et nous fait croire à une fin triste. Par exemple, au moment où les personnages sont au bord du lac en train de chercher le corps de Jean, la découverte de la casquette suscite un instant l’espoir de le retrouver.

Le Fils de Jean repose sur un non-dit. La plupart des éléments du film sont implicites ou à double sens, ce qui nous fait émettre des hypothèses visant à nous mettre sur la piste du secret, sans le révéler clairement. Pour cela, il faut être attentif à chaque parole, chaque geste, chaque détail. Par exemple, le tableau qu'a reçu Mathieu révèle partiellement l'identité de celui qui l’offre lorsqu'il en apprend l'origine.

Lorsque Mathieu et Pierre dialoguent, ils sont filmés de profil afin de cacher une part de leur personnalité. Mais lors de la scène finale, dans l'aéroport, Mathieu et Pierre sont filmés de face, plan par plan, pour la première fois du film.
2016/12/16 09:09 #baeb-42bf-9100-ed6892305a66
Lycée Léonard de Vinci
Avis argumenté de Maëva et Anissa

Le fils de Jean est un film qui traite d'un homme, Mathieu, à la recherche d'un père, à la recherche de son identité. Dès le début du film, on peut voir le père adoptif face au miroir — double. Mais celui-ci est vite expulsé de l'écran et de l’histoire, pour être remplacé par l'annonce de l'existence d'un nouveau père, grâce à un coup de fil, et un colis du Québec.

À la suite de cet événement marquant vient la rencontre entre le personnage principal — joué par Pierre Deladonchamps — et ses frères supposés. Car Mathieu a décidé de partir au Québec pour apprendre à connaître sa nouvelle famille et en savoir plus sur ce père inconnu. De nouveaux liens vont naître entre cet homme qui débarque de l'autre côté de l'Atlantique et les personnes qu’il rencontre. Mais on assiste aussi à l'affrontement de tous les membres liés à Jean, que ce soit sa famille ou son plus grand ami Pierre — qui ne paraît pas si enthousiaste que ça.

On peut se rendre compte progressivement que le film est construit autour d’un énorme mensonge, d’un véritable bric-à-brac d’émotions, de relations emmêlées et d'amours cachés et perdus. Ceci crée une certaine confusion entre tous les protagonistes et, par la même occasion, peut compliquer la compréhension, autant pour Mathieu que pour le spectateur.
Tout au long du film, les liens s'affirment et se concrétisent pour former une boucle qui se démêle en révélant une histoire bien plus originale et émouvante que ce à quoi on pouvait s'attendre. La fin bouleversante, précédée de révélations en cascades, réserve au spectateur un nombre incalculable de surprises, dignes de certains succès américains.
2016/12/16 09:47 #0828-4efb-a84d-13785a4599ff
Lycée A. Rimbaud
Le Fils De Jean, est un film réaliste qui parle de la famille et de nos origines. Il se déroule au Canada à Montréal. Nous suivons Mathieu qui cherche à découvrir qui était son père et à connaître ses prétendus demi-frères.

Par ailleurs ses demi-frères ne sont pas comme il voudrait qu'ils soient : un frère qui ne pense à l'argent et un frère violent. Cela nous amène à nous demander si connaître nos origines nous est bénéfique.

Le retournement de situation est subtil, gradué. D'abord nous comprenons l'origine du tableau ; puis le stéthoscope et enfin la photo. De plus à la fin Pierre porte quelque chose de symbolique : la casquette de Jean.

Les personnages sont bien développés. Et ce film nous fait nous questionner : une famille, c'est ceux qui nous éduquent, qui nous aident à franchir les épreuves et qui nous aiment. Alors avons-nous réellement besoin de savoir d'où nous venons ? Est-ce que nous ne regretterons pas ce que nous pouvons découvrir ?

Ce film touchant nous ramène à une seule chose : connaitre nos origines, est-ce indispensable ?

Manon Nonnenmacher, 2nde7, Lycée Rimbaud.
2016/12/18 19:11 #b19f-4019-8c57-0fab8504002f
Lycée du Bugey
Le Fils de Jean

-Une belle leçon de vie-

Pierre ausculte Mathieu, il a des douleurs soudaines dans la poitrine. Un geste, de l'attention, une écoute, Mathieu comprend à ce moment là qui est son père biologique. Un stéthoscope pour s'entendre et relier Pierre et Mathieu. Le père et le fils se reconnaissent et s'acceptent. Le mensonge est brisé. Cet objet permet de se reconnaître, et de créer un premier lien d'affection.

Mathieu va convaincre Pierre de se soigner et ainsi se donner du temps pour construire un futur entre un père, son fils et son petit fils. Des liens paisibles se tissent entre Mathieu et son père, il ne lui en veut pas. Quelques mots, de l'attention, du respect, ces signes sont des actes d'amour qui se révèlent sous nos yeux alors qu'ils ne se connaissent que depuis trois jours.

Lors du départ pour Paris, la femme de Pierre donne à Mathieu l'un de ses romans préférés en guise de souvenir. C'est une preuve de d'attachement, il faut qu'il lui raconte son ressenti sur ce bouquin, et ainsi qu'ils se revoient dans le futur. Elle lui offre ce qu'elle aime, qui représente une partie de sa vie, elle lui donne sa confiance. Elle accepte Mathieu.

Cette famille s'est recomposée paisiblement dans le respect de chacun, forte de se savoir aimée. On se sent protégé dans cette famille.
Gobert Evan 1ES1 lycée du Bugey Belley
2016/12/18 19:15 #6a1a-44a9-b646-20fd7c1116a9
Lycée du Bugey
Que reste-t-il de tabou dans notre société ?
Le réalisateur fait le choix de nous montrer un corps d’un chevreuil décomposé et non le cadavre de Jean. La vision d’un corps humain en décomposition nous dérange. En effet de nombreuses personnes sont mal à l’aise avec l’idée qu’une fois morte leur corps se dégrade comme celui de cet animal, alors que nous finirons tous comme ça. La mort est quelque chose que l’on ne montre pas, on préfère se cacher cette réalité de peur d’avoir à y réfléchir.
Les deux fils biologiques de Jean se disputent assez violemment, Benjamin, l’un des deux frères, ne souhaite retrouver la dépouille de son père que pour toucher son héritage tandis que Samuel veut simplement faire des obsèques. Malgré les liens du sang qui unissent les personnes d’une même famille, elles n’ont pas les mêmes valeurs morales. On peut se demander jusqu’à quel point un héritage peut corrompre certaines personnes et créer des tensions, allant parfois jusqu’à diviser définitivement ses membres et briser des liens pourtant forts.
Betina et Samuel ont été en couple et celui ci s’est plusieurs fois montré violent, allant jusqu’à la frapper un soir, avant qu’elle ne décide de le quitter. Ceci nous questionne sur ce qui est acceptable ou non dans un couple. Jusqu’à quel point une personne peut se montrer excessivement dure voir même violente avec son conjoint et la considérer comme sa propriété ? C’est à chaque couple de fixer ses limites dans le respect de la loi , l’alcool venant souvent aggraver la situation.
La mort, le partage de l’argent de ses parents, la violence physique et verbale dans le couple restent des choses dont on ne veut pas parler, que nous cachons. Nous avons peur d’affronter ces questions, ces cécités ne peuvent qu’aggraver la souffrance de chacun.
AUSTRUI Manon 1ES1 Lycée du Bugey BELLEY
2016/12/26 15:03 #091b-4587-aebd-4809d5e90630
Lycée Hélène Boucher
Le fils de … Jean ?




Le fils de Jean, dernier film de Philippe Lioret, sorti en 2016, est un drame familial franco-canadien.



Philippe Lioret est réalisateur depuis 1993 qui a débuté au cinéma en tant qu’ingénieur du son ; il est surtout connu pour "Je vais bien ne t'en fais pas" ou encore "Welcome" qui fut nominé dans diverses catégories aux Césars entre autres.



Quant à Pierre Deladonchamps, il interprète magnifiquement le personnage principal : Mathieu. Il est connu pour avoir joué dans L'inconnu du Lac d'Alain Guiraudie et confirme ici son immense talent.



Le film commence laborieusement car il semble bien difficile de contacter par téléphone Mathieu, pour lui apprendre le décès de son père canadien qu'il n'a pas connu. On suit alors ce jeune commercial de 33 ans, père divorcé d’un petit garçon, obsédé par le besoin de rencontrer cette nouvelle famille inconnue et qui entreprend ce voyage à Montréal qui ressemble à une enquête ; d’ailleurs il écrit des romans policiers quand son travail lui en laisse le loisir…. À Montréal son premier contact est Pierre, l'ami et confrère médecin de son père, celui qui l'a appelé et qui l’accompagnera tout au long du film (et incarné de façon magistrale par Gabriel Arcand). Angie, Bettina, Ben, Sam, seront les autres personnages dont il va faire la connaissance, provoquant soit complicité soit déception chez le fils de Jean.



Le contraste entre un Mathieu, commercial actif parisien toujours au téléphone, et un Mathieu en quête de sa famille perdue et comme perdu dans ses pensées, souvent sur un fond de nature canadienne calme, est particulièrement réussi. Une preuve que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils ont l’air d’être…. Les scènes de discussions (parfois presque des interrogatoires !) souvent en huis clos, alternent avec de longs plans sur les paysages vastes de la nature québécoise. Il reste à savoir si le spectateur aura été suffisamment attentif pour deviner le twist final … Car il n’est pas explicité et la scène finale en particulier ne permet jamais l’aveu clair et l’expression libre des sentiments des personnages, ce qui peut frustrer un spectateur qui les attend. Mais le charme de ce film est peut-être justement cette délicatesse dans l’évocation de la tendresse des liens qui unissent cette « belle famille ».



Martin Beneteau

1ère S3
2016/12/26 15:14 #7da8-4785-9e40-e66651277fe2
Lycée Hélène Boucher
Le fils de Jean est un drame familial qui se déroule au Canada. Mais ce « fils », de qui est-il véritablement le fils ? Qui est ce « Jean » ? …
Ce film nous fait comprendre d’emblée que la communication est compliquée au sein d’une famille. En effet, dès les premières images on peut voir plusieurs scènes où les personnages ne se comprennent pas, en particulier car ils se parlent au téléphone.
C’est l’histoire d’un jeune homme de 33 ans, Mathieu, incarné par Pierre Delalonchamps, qui est venu découvrir sa famille, du moins une famille dont il ignorait tout à fait l’existence, au Québec. Il se rend à Montréal spécialement pour la mort de son père Jean. Il est accueilli, logé et accompagné par Pierre, incarné par Gabriel Arcand, un ami proche de Jean. Pierre est plutôt distant envers notre jeune Mathieu : mais pourquoi devrait-il l’être ?... Que cache-t-il ? Nous ne dirons rien ; mais soyez attentifs car ce sont des détails insignifiants, des révélations à demi-mot, une lente installation des relations affectives entre les personnages qui nous mènent petit à petit vers le coup de théâtre final. D’ailleurs ce retournement de situation, qui aurait pu donner lieu à des scènes très émouvantes voire larmoyantes, sera traité de façon très pudique et allusive par Philippe Lioret.
Les acteurs sont tous épatants, ils montrent leurs sentiments avec une subtilité qui se marie bien avec la délicatesse de ce drame familial. La scène finale en particulier est celle qui nous a tous fait fondre en larmes, ou qui va vous faire fondre en larmes. Elle se déroule en un « crescendo » d’émotions jusqu’aux paroles ultimes de Pierre, qui prononce un simple mot qui en dit beaucoup … Nous ne vous en dirons pas plus …Sortez vos mouchoirs !
HEMMER Mathilde et BOUAZERIA Inès, 1ère S 3
2016/12/29 11:28 #fa6f-4055-acb3-06081392430e
Lycée Champlain
Le Film de Philippes Lioret est génial car les expressions des acteurs sont réalistes et
ils nous offrent une histoire passionnante.
Ce film comporte du suspense comme lors de la scène du lac quand Jean cherche son faux père avec ses faux-frères.

Le film se passe en France (à Paris) puis majoritairement au Canada.
Les paysages nous montrent l'aspect sauvage du Canada (lac, forêt …) et civilisé (ville, aéroport).

Les sentiments sont bien transmis aux spectateurs grâce aux jeux d'acteur très bien réalisé.
Comme dans la scène du Stéthoscope dans la maison du vrai père de Jean.
Le personnage principal part au Canada en pensant trouver des frères mais au mieux, il va trouver un père … son vrai père et une sœur, mère de 2 jumelles.

Quentin et Emmanuel
2017/01/02 19:36 #aedc-4ac1-8b48-465851b28005
Lycée Pierre Larousse
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) - Classe de Première L
Critique 1 sur le film Le Fils de Jean de Philippe Lioret de Murielle et de Manon

Un téléphone sonne. Mathieu décroche et apprend la mort de son père, qu’il n’a jamais vu. Il décide
d’aller au Canada afin d’assister à l’enterrement de son père. Durant cette escapade, Mathieu
découvrira sa famille.

Très beau film, réalisé par Philippe Lioret. Ce récit saura toucher votre sensibilité. Pierre
Deladonchamps, qui joue le personnage principal, nous emmène à apprécier ce personnage touchant
qu’est Mathieu.

À voir pour les passionnés de drames familiaux.
2017/01/02 19:42 #5dba-4c65-b843-78adc102dc6d
Lycée Pierre Larousse
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) - Classe de Première L


Critique 2 sur le film "Le Fils de Jean"






"Le Fils de Jean" est un film réalisé par Philippe Lioret et sorti cette année. Les acteurs principaux sont Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand et Catherine de Léon. C’est un film dramatique. Il nous parle de l’histoire d’un jeune homme de 35 ans qui reçoit un appel téléphonique lui annonçant la mort de son père. Celui-ci va donc au Canada pour son enterrement.



Ce film a un scénario original car ce genre d’histoire n’est pas connu, du moins en film. La chute inattendue crée la surprise chez le spectateur.

D’après nous, le suspens reste tout de même de courte durée : grâce à de nombreux éléments, on se rend compte de la réalité. L’absence de musique est aussi, pour nous, gênante. Les scènes sont plates sans la musique. La durée du film est adaptée car nous n’avons pas eu le temps de nous lasser. Les gros plans sont souvent utilisés, ce qui permet aux émotions d’être mieux transmises. Les lumières restent toutefois faibles et tristes.



Ce film est globalement intéressant. Il mérite d’être vu car l’histoire est vraiment hors du commun. Le

réalisateur explore une nouvelle fois les secrets familiaux, après "Welcome" et "Je vais bien, ne t’en fais

pas."

Chloé et Florine - 1ères L
2017/01/02 21:24 #9a98-4cee-96ec-8842aee8a088
Lycée Pierre Larousse
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) - Classe de Première L

Critique 3 du film "Le Fils de Jean" de Philippe Lioret

"Le fils de Jean" est un film dramatique, sorti en 2014 et réalisé par Philippe Lioret.
C’est l’histoire de Jean, qui reçoit un coup de fil de la part d’un ami de son père qu’il ne connaît pas et qui lui annonce une mauvaise nouvelle : son père est mort et il a deux frères. Il part alors à l’enterrement ainsi qu’à la rencontre de ses frères.

Nous avons remarqué que le film ne comportait pas beaucoup de musique, mis à part à la fin, où nous voyons Pierre jouer du piano. Cependant la réalisation est assez réussie. Et chaque acteur a son tempérament, bien différent des autres. Philippe Lioret expore les secrets de famille dans ce film et met en place une chute inattendue.

Les points positifs de ce film sont les acteurs qui jouent tous leur rôle comme ils le doivent. Ils font
partager les sentiments des personnages. Le scénario et les textes sont riches et on ne s’attend pas à la chute.

Comme aspect négatif, nous dirions que si le réalisateur avait mis plus de musique, les
émotions auraient pu être encore plus fortes.

Ce film raconte une belle histoire. A ne pas rater !

Mandy, Lise, Pauline - 1ères L
2017/01/03 11:16 #a0c5-4a95-a3c1-4bccd0d103d5
Lycée Jean Moulin
A la recherche d'un père
Ce film a été réalisé par Philippe Lioret qui signe un film intelligent sur la recherche du père qu'il n'a jamais connu, avec Gabriel Arcand et qui traite des "faux-semblants" de la paternité.

Ce film parle d'un homme nommé Mathieu (joué par Pierre Deladonchamps) qui est à la recherche de son père, et qui grâce à un coup de télé phone apprend que son père est décédé. Son "père" lui avait laissé un paquet, c'est ainsi que Mathieu décide d'aller le récupérer au Canada. Dans ce coup de téléphone, Mathieu découvre que son père vient de succomber à une attaque cardiaque alors qu'il était en train de pêcher.

Après ces 98 minutes de film, on a qu'une envie, c'est de serrer son père dans nos bras. Au début de ce film, nous n'avons pas tellement accroché, mais ,plus l'histoire avance et plus nous étions absorbés par cette histoire que raconte Philippe Lioret. Et à la fin de l'histoire, nous étions tellement touchés que nous avons compris ce qu'est l'importance des personnes qui nous sont chères.

Mari-Amélie Brochet et Hugo Rotureau - seconde 1
2017/01/04 09:40 #56ad-43aa-98d2-65831279bf0e
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » est un film réalisé par Philippe Lioret, également auteur du film « Mademoiselle ».
Dans ce film, le réalisateur montre les mensonges engendrés par la paternité en jouant avec les émotions du public. L'action se passe au Québec et révèle des paysages « à couper le souffle ».
L'acteur principal est Pierre Deladonchamps, connu aussi pour son interprétation dans « l'inconnu du lac ». Il incarne ici Mathieu, 33 ans, cadre dans une entreprise. Un jour, il reçoit un mystérieux appel provenant du Québec qui lui apprend la mort de son père, qu'il n'a jamais connu. Pour comprendre la vie de son père, Mathieu se fait passer pour l'ami d'un proche de Pierre. Il fera ainsi la connaissance de ses deux frères et de l'entourage de Jean. Mais tout ne se passera pas comme prévu…
Une histoire émouvante avec plein de rebondissements attend Mathieu.

Nous avons beaucoup apprécié ce film : Grâce à une diversité de plans de caméra, les paysages étaient magnifiquement mis en évidence.
De plus, on rentre tout de suite dans l'histoire comme si nous prenions la place de Mathieu. Les émotions sont bien transmise dans cette histoire de filiation.

Leny Guillanton et David Debiais – seconde 1.
2017/01/07 20:13 #0e16-467c-89f0-685e83a29a82
Lycée E Belin


Rencontrant sa famille pour la première fois, Mathieu Capelier (interprété par Pierre Deladonchamps) va de déceptions en déceptions.
Sentimental et bouleversant, un film sur le secret familial.


Un lac sans nom, une dépouille égarée, deux frères bagarreurs, un amis obsessionnel, une toile hors de prix et … une casquette jaune.
«L' axan quêbêquoi» ne révèle aucun secret, mais dans un film émouvant de Philippe Lioret, un seul regard en dit long …

Un rythme lent pouvant donner une impression de longueurs ceste, mais nécessaire pour mettre en scène des personnages complets et multi-facettes.

Arthur C. 2nde5
2017/01/10 09:12 #eaef-4844-bc84-29f6b3715f2f
Lycée Le Corbusier
«  Le fils de Jean » ou l’art de mélanger le vrai du faux

Mathieu, 33 ans, reçoit un appel où on lui annonce le décès de son père, qu’il n’a jamais connu. De ce fait, Mathieu se rend au Canada. Il y rencontre le meilleur ami de son père, Pierre, puis il cherche à faire connaissance avec ses frères. C’est alors que le spectateur rencontre des choses qui choquent et se voit confronter à une fin qui va bouleverser la vie de Mathieu et de sa famille.

Une lenteur peu commune

Nous avons trouvé le film un peu long à démarrer, ce qui pourrait désintéresser certains spectateurs. De plus, Philippe Lioret nous donne de multiples informations, ce qui est parfois dur à emmagasiner. Ensuite, on peut dire que le silence est roi dans ce film. Il y a peu de dialogues, souvent froids, mais l’émotion que nous transmet P. Lioret nous a secoué.
On découvre que seul le chien de Jean tient vraiment à son maître, car l’un des fils ne fait que boire et frapper, et l’autre ne pense qu’à l’héritage.

De l’art d’utiliser les paysages canadiens ?

Les gros plans sur les visages sont une bonne idée, car ils permettent à P. Lioret de nous transmettre énormément d’émotions, et c’est bien cela qui rend ce film exceptionnel. De ce choix découle le fait que les décors sont peu présents et donc, à l' exception des séquences au lac, on ne voit rien des magnifiques paysages canadiens.
Les lumières rendent l’atmosphère mélancolique, puis quand éclate une vérité elle se fait plus chaude, plus douce, et le bonheur se ressent.

Le silence se fait entendre

Le silence, on a l’impression qu’il n’y a que ça, ce qui peut être dérangeant par moment.
La musique est peu présente, à l' exception des passages où les personnages jouent du piano, et contribue ainsi directement à la montée des émotions.

Car l’émotion c’est ce que l’on retient avant tout de ce film sur la filiation.

Lacroix Bénédicte
2017/01/10 09:14 #1569-4740-84c3-8ab9e2226ae0
Lycée Le Corbusier
Le fils de Jean

Le film de Philippe Lioret nous plonge dans l' histoire de Matthieu. Il reçoit un appel du Canada pour lui apprendre que son père, qu' il ne connaît pas, vient de mourir et lui a légué un objet. Il décide alors de se rendre sur place à la recherche de ses origines .

Un voyage peu commun .
Le film va faire le plein d' émotions, de non- dits à un rythme plutôt lent . Cependant, les acteurs sont bons et rendent leur personnage crédible et attachant.

Le Québec en Images

Ce film alterne les gros plans, notamment pour les scènes de dialogues, et les plans d' ensemble pour les séquences au lac . Dans cette partie du film, Philippe Lioret nous offrent de magnifiques panoramas qui nous transportent dans les grands espaces canadiens.

De l' art d' utiliser le son
Le film utilise les silences pour ajouter du suspens, de l ' émotion . Quant aux accents, ils donnent une identité au film et renforcent l' impression de réalité

Ce film fait donc la part belle aux émotions qui ne s' arrêtent jamais durant plus une heure et demi .


Titouan
Alessio
2017/01/10 09:17 #3b39-450e-a4b8-78ce046767fc
Lycée Le Corbusier
« Le fils de jean » : un polar sur la filiation

Matthieu, 33 ans, reçoit un appel téléphonique d’un inconnu, Pierre, pour lui annoncer la mort de son père, lui aussi inconnu. Dès lors commence la thématique du film, à savoir, la découverte de parents cachés, la recherche des origines.
De là, on débouche sur de vraies problématiques de vie : est- ce que recevoir un héritage d’une personne que l’on n’a pas connu est vraiment un héritage ? Jusqu'où sommes- nous prêts à aller pour recevoir un héritage ? Toutes ces questions sont abordées grâce à la peinture que reçoit Matthieu, ou grâce au personnage de Samuel, qui ne recherche le corps de son père que pour toucher au plus vite l’argent de ce dernier.
Et toutes ces questions, ces problèmes de vie familiale, dont on ne parle jamais, sont en bonus encadrés par énormément d’émotions.

Des techniques cinématographiques au service de l’émotion

On peut remarquer la façon dont Philippe Lioret à tourner le film : Il y a un bon rythme qui fait apparaître quelques moments de suspens ; des mouvements de caméra, et notamment des travellings qui magnifient les paysages et les émotions du film. Celles- ci sont encore soulignées par une musique au Piano, parfaitement bien intégrée au film.
Fillez Thomas
2017/01/13 10:57 #4e5b-4787-a72b-a3aae256230f
Lycée Jean Moulin
« Le fils de Jean » qui s'appelle Mathieu allias Pierre Deladonchamps, va jouer le rôle principal dans ce film : Le réalisateur, Philippe Lioret est aussi connu pour ses films, « Welcome » et « Mademoiselle » …
Cette histoire est un véritable bouleversement pour Pierre Deladonchamps.

Mathieu est le fils de Jean, un matin, il reçoit un coup de téléphone du Canada et apprend la mort d'un père qu'il n'a jamais connu. Il décide de partir là-bas pour assister à l'enterrement de ce père qu'il n'a jamais vu. En se rendant sur place, il va apprendre des choses qui vont bouleverser sa vie.

Cette histoire qui aurait pu être craie, est une histoire touchante, avec beaucoup de suspense et contient de nombreux rebondissements. Ce n'est pas mon genre de films car à mon goût, il n'y a pas assez de scènes d'action mais c'est tout de même un beau film par sa réalisation

François-Thomas Leicht – seconde 1.
2017/01/13 11:08 #2d88-473b-ae11-209a8594b98b
Lycée Jean Moulin
Une histoire émouvante

« Le fils de Jean » est un film de Philippe Lioret sorti le mercredi 31 août 2016. De l'émotion, des larmes, des sentiments seront au rendez-vous. L'histoire parle de Mathieu, une personne qui travaille dans le commerce de nourriture pour animaux. Il est appelé sur son lieu de travail et apprend le décès de son père biologique qu'il n'a jamais connu car sa mère ne lui en a jamais parlé. Mathieu part alors au Canada (pays où son père est décédé) et se met à la recherche de ses racines, au Québec. Il y rencontrera ses deux frères qui participent aussi à la recherche du corps de leur père.
La durée de ce film est de 98 minutes.
C'est un film très émouvant qui ne nous laissera pas indifférents . On partage l'espoir de Mathieu lorsque celui-ci part à la recherche de son père disparu alors qu'il n'en connaissait pas l'existence auparavant. Pour conclure, je conseillerai fortement d'aller voir ce film. Les acteurs principaux sont Pierre Deladonchamps, très convaincant dans son rôle, Gabriel Arcand et Catherine de Léon.

Adrian Barbot – seconde 1
2017/01/14 14:57 #97a7-42ad-b5ed-a2956d98ba21
Lycée Charles-Gabriel Pravaz
Extrait du journal de Maya de la classe de 1GA du lycée Pravaz

Aujourd’hui ,4 novembre nous sommes allés au cinéma de Pont de Beauvoisin ,pour voir un film de la sélection du prix Jean Renoir. Mais au fait le prix Jean Renoir c'est quoi?
C'est un prix attribué par les lycéens inscrits dans le dispositif, à un film, choisi parmi 7 films sélectionnés. Nous avons justement la chance d'y participer. Pourquoi la chance? D'abord il y a peu de classes qui participent,ensuite j'adore aller au cinéma et cerise sur le gâteau, on loupe des cours mais ça,faut pas le dire… Accorder ce prix est aussi une responsabilité et j'en suis fière.

Le fils de Jean, un film de Philippe Lioret, sorti le 31 août 2016, est un drame qui raconte l’histoire d’un secret de famille. Mathieu , un jeune commercial qui vit à Paris apprend la mort du père qu’il n’a jamais connu et qui vivait au Québec.C'est un ami de ce père inconnu,qui le contacte. Il décide d’aller à son enterrement pour faire la connaissance de ses frères et recevoir un tableau que son père lui a légué Arrivé à Montréal, il est attendu par Pierre le meilleur ami de Jean, son père, qui va l'accueillir et lui demander de ne pas révéler qu'il est le fils de Jean.

J’ai aimé ce film car il parle de l’amour familial, il représente la situation de ceux qui ont vécu l’abandon. Il parle de l’amour d’un père qui n’a jamais vu son fils. Ce qui est vraiment touchant c’est ce père qui voulait revoir son fils avant de mourir mais sans faire de mal à personne.
Ce film est intéressant car on ressent les émotions, on s’identifie au père et au fils.
Les débats en classe ont porté sur une scène en particulier: la scène du lac où les 3 frères recherchent le corps de Jean qui a disparu. Certains la trouvent inutile, moi je pense qu’elle est nécessaire , c’est important de les voir chercher le corps ensemble, on attend qu’il se passe quelque chose de grave, mais elle montre juste des liens de complicité qui pourraient se créer, mais non, Mathieu se rend compte qu'il n’a rien à voir avec ses frères et que leurs motivations sont éloignées des siennes.

Et les femmes dans ce film ? Elles ne sont pas les personnages principaux et pourtant… La femme de Mathieu est la mère de son fils, ils sont séparés. La fille de Pierre est aussi mère de 2 filles, le père les a abandonnés et son ex-compagnon (un des fils de Jean) s’est révélé violent. Pour autant, c’est une femme de caractère car elle l’a quitté dès la première fois qu’il a été violent. Elle est calme,joyeuse, pleine de vie. La mère de Mathieu est morte, elle a eu son fils, né d’une
histoire d’amour avec Jean, elle a choisi de garder l'enfant mais n’a jamais rien raconté à son fils ou plutôt elle lui a dit que «c’était l’histoire d’un soir». Elle a entretenu le secret de sa naissance. Quant à la femme de Pierre, elle est attachante, touchante, attentionnée. C’est elle qui provoque l’émotion du film.
Thomas, un garçon de ma classe, n’est pas d’accord, il pense que l’émotion vient de Pierre et Mathieu, des hommes quoi. Mais cette femme a tout compris, a pardonné et aidé Mathieu. Pourtant Charlotte, ma copine, trouve qu’elle manque d’autorité car elle n’arrive pas à convaincre son mari de se faire soigner de son cancer. Alors finalement c’est un film d’hommes qui parle d’hommes mais les femmes sont des beaux personnages qui se comportent mieux que les hommes qui sont minables, menteurs, violents , pas respectueux. Mais Mathieu sort du lot grâce
aux femmes, il va pouvoir réparer l’image des hommes. Pourtant 3 garçons de la classe sur 4 n'ont pas aimé, on dirait qu'ils sont programmés pour n'aimer que les films d'action.
Je vais conseiller à tout mon entourage de voir ce film car il y a un très beau jeu d'acteur et parce qu'il fait réfléchir sur les secrets de famille et leurs conséquences sur la vie de chacun.
2017/01/16 15:15 #ca7d-4643-b611-79717091db67
Lycée Marcelin Berthelot
Le Fils de Jean



Un coup de téléphone, et voilà que Mathieu, 33 ans, embarque pour le Canada pour aller à l'enterrement d'un père qu'il ne connaît pas, et à la rencontre de ses deux frères qu'il veut connaître.

Une vie à Paris, un métier ennuyant et un fils à charge. Mathieu subit sa vie au lieu de la vivre.

Il part sans savoir ce qu'il attend dans le but d'apprendre d'où il vient.

Pierre l'ami de son père est la première personne à l'accueillir à l'aéroport, froid, distant, Pierre de prime abord paraît peu enclin à l'accueillir comme il se doit. La rencontre avec ses frères se fait de façon dissimulée, Mathieu le sait, il doit se taire sur son identité, s'ensuit alors la découverte du Canada : les paysages magnifiques du Québec, ses lacs, ses arbres nous font voyager vers un univers complètement différent du nôtre. Le réalisateur a joué également avec l'accent Québecois et a rajouté avec ceci un humour fin qui apporte une note pétillante au film. Cet humour sarcastique brise le calme du film.

Adapté du livre de Jean-Paul Dubois Si ce livre pouvait me rapprocher de toi Philippe Lioret a su transmettre avec justesse les émotions, tout en retenu cependant.

De gros plans sur les visages, et les jeux de regards aident le spectateurs à comprendre implicitement ce qui se passe dans le film. Un film touchant et perturbant qui traite du thème de l'identité personnelle. En effet avec ce voyage Mathieu ne cherche pas spécialement son père mais il part à sa recherche, c'est une véritable quête de soi et nous avons pu voir que si Mathieu part aussi loin pour un père qu'il n'a pas connu, c'est avant tout pour se libérer d'un profond mal-être qu'il traîne depuis des années.



Léa Le Brun, TL, Questembert
2017/01/19 11:34 #aaae-453f-b54e-070f3e22bd7a
Lycée Jean Moulin
Des personnages bien choisis :

Le fils de Jean est un film réalisé en 2016 par Philippe Lioret, cet ouvrage dure 98 minutes, c'est un film franco-canadien, avec Pierre Deladonchamps, qui joue le rôle de Mathieu Capelier, Gabriel Arcand qui joue le rôle Pierre Lesage et de Catherine de Léan qui joue le rôle de Bettina.

Mais pourquoi est-il parti au Québec ?

Alors qu'il est âgé de 33 ans, Mathieu est informé par téléphone du décès de son père, qu'il n'a jamais connu. Il découvre que son père est Canadien et qu’il a deux fils. Le lendemain, Mathieu quitte Paris pour se rendre aux obsèques dans l’idée de rencontrer une partie de sa famille. Mais arrivé à Montréal, Pierre, le meilleur ami de son père, lui interdit de dévoiler son existence à ses frères.Son père serait, soit disant mort au milieu d'un lac, car il était dans une barque.

Mais qu'est-il venu faire à Montréal ? Assister à l'enterrement d'un père qu'il n'a jamais connu, voir ses frères qui ne savent même pas qu'il existe ?
En apprenant que ses frères s'apprêtent à fouiller le lac où leur père s'est noyé, Mathieu décide de les rejoindre. Pierre décide de l'accompagner, pour éviter les gaffes et les révélations intempestives... Sur place, les recherches commencent, quand tout à coup, il trouve la casquette jaune, appartenant à Jean. À un moment, Mathieu rentre dans la cabane servant de refuge et découvre que ses frères ne tiennent pas à leur père, l'un veut le retrouver pour toucher l'héritage, tandis que l'autre devient violent et pessimiste.
Cet ouvrage contient du suspense, qui rend l’œuvre très prenante, on est comme inspiré dans un autre monde, essayant de trouver la fin, qu'il est possible de deviner vers le milieu du film, chaque scène contient une part d'émotion, que l'auteur a voulu nous faire passer, comme si on ressentait les émotions de Mathieu

Amaury Brunet - seconde1
2017/01/29 08:32 #14a0-40a5-bd44-b8e6199cb0f6
Lycée Hélène Boucher
Le fils de Jean.

Ce film est une production franco-canadienne, le huitième long métrage réalisé par Philippe Lioret en 2016 et sorti en France le 31 août 2016. Il a été nominé au festival du film francophone d’Angoulême.
Le réalisateur français, Philippe Lioret est né le 10 octobre 1955 à Paris. Il a commencé sa carrière au cinéma en tant qu’assistant puis en tant qu’ingénieur du son pour de nombreux réalisateurs. C’est en 1933 qu’il passe à la réalisation en écrivant et en dirigeant Tombés du ciel qui remportera un prix au festival de Saint-Sébastien. Son plus grand succès reste Welcome, un film engagé qui récoltera 10 nominations aux César en tant que meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur.. Il s’est également engagé pour la cause des travailleurs étrangers en situation précaire.

La première séquence montre une jeune femme prenant un appel téléphonique : un monsieur (un homme ?) souhaite parler à un certain Mathieu. Pour lui révéler que son père est mort. Quel père ?... En effet Mathieu n’a jamais connu son père. Il découvre qu’il est canadien et qu’il a deux fils. Le lendemain, Mathieu quitte Paris pour se rendre aux obsèques et pour rencontrer ses deux frères dont il ignorait l’existence. Mais arrivé à Montréal, Pierre, le meilleur ami de son père et celui qui l’avait appelé, lui interdit de dévoiler son existence à ses frères, surtout à un moment pareil. Pour Pierre, le secret doit être bien gardé. Le dialogue reste glacial. Mais Mathieu parvient tout de même à apprendre que son père était médecin, qu’il est mort d’une crise cardiaque lors d’une partie de pêche avec son ami Pierre, et que sa barque a été retrouvée, vide, au milieu d’un lac, sans que personne ne sache où est Jean qui est donc présumé mort, mais Mathieu va participer aux recherches du corps, car lui aussi voudrait savoir qui est ce père inconnu , rencontrant ainsi ses frères à qui il cache leur lien de sang. Mais, curieusement, c’est plus avec les membres de la famille de Pierre qu’il va nouer des relations…
Ce film pêche par son scénario peut-être un peu trop banal mais surtout pas assez travaillé à mon goüt. En effet, le film tourne en rond, tire en longueur pendant les deux premiers tiers du film. Ce n’est que vers la fin que l’histoire se débloque, et encore, le dénouement était prévisible. Certaines scènes auraient pu être plus brèves, moins appuyées , comme celles avec le fils de Mathieu car elles n’apportent pas grand-chose à l’histoire hormis le fait que Mathieu a une famille et que là encore, père et fils essaient de nouer des liens affectifs, tant bien que mal. De même la relation entre les deux fils de Jean occupe une place peut-être excessive : certes, il est clair que ces deux frères-là se détestent profondément. On apprécie la grande cohérence du film, mais le message peut paraitre un peu lourdement appuyé, le fil rouge un peu trop explicite.
L’autre problème du film est que le spectateur un peu attentif aura deviné la fin dès la moitié du film, on est quasiment sûr de ce qui va être révélé ; là où certains films nous font croire quelque chose pour le démentir à la fin, « Le Fils de Jean » ne prend pas la peine de nous réserver la surprise à la fin et ne laisse aucune place au suspense.
Se rajoute à ce film une histoire sentimentale entre la fille de Pierre et Mathieu, qui à priori n’ouvre pas vraiment une autre porte dans le scénario, ou en tous cas une porte qui reste à demi fermée.
Le fils de Jean raconte la quête du père, mais de façon un peu alourdie et ralentie, sans grande surprise, au final.

Gaétan Chiesura
2017/01/29 08:35 #75cc-4cd1-93f8-4f82c48cfc18
Lycée Hélène Boucher
« Le fils de Jean » est un film réalisé par Philippe Lioret, un réalisateur français connu car il a reçu des récompenses notamment pour "Je vais bien ne t'en fais pas" et "Welcome.
L’histoire débute en France, où l'on découvre le personnage principal, Mathieu (Pierre Delalongchamps) qui apprend par un coup de téléphone que son père est décédé, un père médecin qu'il ne connaissait pas et qui vivait au Canada. Nous sommes alors dans cette nouvelle patrie du jeune homme, un univers inconnu, et surtout en compagnie de nombreux personnages qu'il va découvrir tout au long du film, à travers des paysages à couper le souffle mais aussi des scènes plus intimistes, sortes de huis clos (dans les voitures, dans un chalet de pêche isolé, autour d’un repas familial) où les confidences et les révélations vont l’amener enfin à percer le secret de ce père inconnu. Il découvre également ses deux (demi-) frères Ben et Sam qui ont une relation très conflictuelle mais aussi un caractère très différent, et qui sont plutôt antipathiques au final.
« Le fils de Jean » est un bon film car son intrigue est forte en émotions. Nous sommes bien plongés dans l'univers de la famille du début à la fin, ce qui assure la grande cohérence de son message. On sent sans cesse le poids des secrets, des silences et des non-dits ; mais les plans de ce film sont trop souvent centrés sur le visage de l'acteur principal, ce qui peut devenir un peu lassant. De plus, Il manque une scène très importante, selon nous, celle des aveux en quelque sorte, ce qui nous laisse frustrés .
Alexandre C et Romain B
2017/01/29 08:35 #cf4f-4388-8d0d-2451e5207113
Lycée Hélène Boucher
Une chute prévisible.

Phillipe Lioret est réalisateur depuis 1993, avant cela il était ingénieur du son pour de nombreux réalisateurs(Coline Serreau , Michel Drach , Claude Goretta...). Il a notamment tourné Je vais bien, ne t'en fais pas et Welcome pour lesquels il fut nominé dans diverses catégories aux Césars, mais n'en reçut aucun pour son travail de réalisateur.

On retrouve donc dans ce film Mathieu, alias le fils de Jean, interprété par Pierre Deladonchamps qui en 2014, a reçu le César du meilleur espoir masculin pour L'inconnu du Lac ; il y a aussi Pierre , le meilleur ami de Jean interprété par Gabriel Arcand , qui en 2007 il a reçu le Prix Jutradu meilleur acteur de soutien pour son rôle dans Congorama et le Prix Écrans canadiens 2014 en tant que meilleur acteur pour Le Démantèlement.


Un jour à Paris, Mathieu reçoit un coup de téléphone lui révélant la mort de son père qu'il ne connaissait pas et qui vivait au Canada. Il décide alors de partir pour assister à ses funérailles et pour tenter d’en apprendre davantage sur ce père dont il n'a eu aucune nouvelle depuis sa naissance. Mais, il est dès son arrivée accueilli par le meilleur ami de feu son père, Pierre, qui exige qu'il ne cherche pas à aller à la rencontre de sa belle-famille qui ne sait rien de son existence. À partir de là, une certaine complicité va se construire, lentement et en passant par des moments d’une grande tension, entre les deux hommes.


Contrairement à la plupart des films, les scènes ne sont pas vraiment soutenues par de la musique. En effet pendant la plus grande partie du film, un lourd silence pèse et nous permet de mieux nous concentrer sur les émotions des personnages. Et ce silence est aussi celui d’un secret. On constate d’ailleurs que le choix du réalisateur a été de faire des plans serrés sur les visages lors des longues conversations , nous permettant alors d'essayer de deviner leur pensée à partir de leurs expressions . Le film utilise aussi beaucoup comme atout des plans larges sur les magnifiques paysages du Canada, d’une grande beauté.

Il est dommage que la chute de l'histoire soit assez prévisible, mais il reste que ce film mérite qu’on aille le voir.


Axel Weiss
2017/01/29 08:36 #1163-4f6d-b11d-62b439bf0bea
Lycée Hélène Boucher
Le fils de Jean : l’enfant de qui ? …

C’est en tant qu’ingénieur du son que Philippe Lioret se fait connaître dans le monde du cinéma. Il réalise son premier film en tant qu’assistant sur le tournage de « Y’a t-il un Français dans la salle ? » de Pierre Mocky, en 1982.
En 1993, Philippe Lioret réalise son premier long métrage, « Tombés du ciel », qui raconte les mésaventures d’un personnage incarné par Jean Rochefort dans l’aéroport de Roissy, et, sorti en 2016, « Le fils de Jean », film franco-canadien de 2016.

C’est l’histoire de Mathieu, 33 ans, qui découvre par un appel téléphonique le décès de son père canadien qu’il n’a jamais connu, et l’existence de deux demi- frères. Il quitte alors Paris et se rend à Montréal. Il y rencontre Pierre, le meilleur ami de son père, qui lui interdit de dévoiler son existence à ses frères, car il faut garder le secret : le dialogue est froid. Il apprend quand même que son père était médecin et est mort sur un lac pendant une partie de pêche, mais qu’on n’a pas retrouvé son corps…

Il s’agit d’un film psychologique, d’une comédie dramatique, qui nous impose de nous concentrer sur l’histoire pour essayer de comprendre la complexité des liens entre tous ces personnages. L’atmosphère est assez étrange. Par exemple, Mathieu n’a jamais connu son père mais se presse quand même d’aller à Montréal, attristant d’ailleurs son propre fils, un petit garçon dont son ex-femme a la garde car il lui avait promis d’assister à sa compétition de judo… On le voit, les relations entre père et fils sont bien compliquées…


Changement de décor dès le premier quart d’heure du film : arrivé au Canada, Mathieu rencontre Pierre, un médecin comme l’était Jean, qui l’accueille à l’aéroport, mais assez froidement : il est au téléphone , ne lui adresse même pas un bonjour après avoir raccroché et lui demande seulement : « pourquoi es-tu venu aussi tôt ? L’enterrement n’est que lundi ? » . Pierre lui donne cependant un tableau, le portrait d’un petit garçon, comme héritage de son père. A partir de cet instant, tel un détective, le fils de Jean va devoir suivre tous les fils qui sont censés le mener à son père, en passant par une exploration du lac où reposerait son père. Mais il a l’habitude des enquêtes puisqu’il écrit lui-même des romans policires à ses heures perdues…

L’histoire du film peut intéresser certains, mais le rythme un peu lent risque d’en lasser d’autres. En effet, les scènes se succèdent sans vraiment donner de ton particulier, sans que des révélations fracassantes aient lieu : tout est en demi-teinte, sous-entendu. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de retournement de situation, par exemple lors de la scène se passant au lac, où un des frères veut retrouver le corps de son père non pas pour l’enterrer dans les règles mais pour toucher l’héritage du défunt : on mesure à quel point les relations entre ce père et ses fils étaient froides… J’aimerais aussi évoquer la scène où Mathieu prend sa sœur Bettina dans ses bras qui, face au fameux tableau donné par Pierre, donne une tout autre version à propos de ce portrait…

Hugo M
2017/01/30 00:51 #463f-46d9-bfee-3df0c7bb173f
Internat Sourdun
Philippe Lioret, Le Fils de Jean, 2016
Par Nour Ghani
Élève de l’Internat d’excellence de Sourdun


Le Fils de Jean, un film qui donne à réfléchir

Le Fils de Jean est un film de Philippe Lioret sorti en 2016 et inspiré du roman Si ce livre pouvait me rapprocher de toi de Jean Paul Dubois. Mais si le roman de Dubois a suscité la réalisation de ce film, Lioret affirme que « ce n'est pas une adaptation, c'est une inspiration ».
À propos de son film, le réalisateur parle aussi d'une « intimité » qu'il aimerait faire ressentir à son public pour qu'il ne se sente plus « spectateur » mais « personnage ». C'est donc dès la première scène que Lioret installe cette proximité presque intime avec ses acteurs, où l'on y voit le père adoptif de Jean dans la douche, torse nu. Torse nu qui apparaît à plusieurs reprises, notamment avec Mathieu (alias Pierre Deladonchamps) et ses frères Ben et Sam (alias Pierre-Yves Cardinal et Patrick Hivon) au bord de la rivière, ainsi qu'une autre fois, lorsque Mathieu se fait ausculter par Pierre (alias Gabriel Arcand). Cette nudité masculine correspond à une certaine recherche d’identité qui constitue tout le thème du Fils de Jean.
En effet, ce film suit l’histoire d'un jeune père (Mathieu) travaillant dans une entreprise pour croquettes de chien, un métier banal au premier abord mais tout de même curieux après réflexion... Mathieu reçoit un appel annonçant la mort de son père, un père qu'il n'a jamais connu. Il s'envole donc pour le Canada dans le but de rencontrer ses frères et assister à l'enterrement de son père encore porté disparu. Il y rencontre Pierre, un ami du défunt avec qui il tisse des liens forts, presque naturellement...
Tout au long du film, le spectateur est intrigué face à des scènes qui ne lui révèlent pas tout, une part de secret est toujours préservée par le réalisateur. C'est à travers ces différentes scènes que, privé du regard omniscient qui lui est habituellement attribué, le spectateur se sent sur scène et acteur à part entière. Ceci est notamment remarquable lorsque Mathieu, dans un taxi, est arrêté par Pierre qui lui parle, sans que le spectateur puisse entendre ce qui est dit, la caméra est, elle, placée au niveau d'Angie (alias Marie Thérèse Fortin) de manière à ce que les paroles rapportées par Pierre soient inaudibles. Aussi, Lioret laisse planer ce même mystère tout au long du film en privant constamment le spectateur d'entendre ce qui est dit lors des multiples appels téléphoniques, à l'autre bout du fil. De sorte que l'énigme de la mort de Jean paraît insoluble. C'est ainsi que le spectateur doit mener seul son enquête et comprendre, à l'aide de plusieurs indices dissimulés, pourquoi le réalisateur a achevé le film sur une révélation inattendue.
Le choix des noms des acteurs Pierre, Jean et Mathieu laisse paraître une dimension religieuse implicite, presque mystérieuse. Selon la tradition chrétienne, "Pierre et Jean montaient ensemble [...] à l'heure de la prière" (Act 3:1), ils étaient décrits comme proches, tels des frères... Quant à Matthieu, c'est l'un des évangélistes et dans l’Évangile selon Matthieu, le portrait de Pierre est assez flatteur d'après Catherine Bizot et Régis Burnet: « Matthieu essaie de ménager l'harmonie dans l’Église et trouve en Pierre une figure de rassemblement ».
Un indice…
Nour GHANI
2017/01/30 00:52 #38b0-47f9-8916-ceb4ddf8e492
Internat Sourdun
Philippe Lioret, Le Fils de Jean, 2016
Par Ylléana Ducados
Élève de l’Internat d’excellence de Sourdun

Mathieu (Pierre Deladonchamps), un homme de 33 ans habitant à Paris mène une vie assez tranquille. Un matin, un appel mystérieux lui apprend qu’il vient de perdre son père et qu’il a deux frères. Sans perdre de temps, il décide de partir au Canada pour l'enterrement de cet homme qu'il n'a jamais connu et en espérant faire la connaissance de ces deux derniers. Mais en arrivant à Montréal, Mathieu se rend compte que personne n'avait connaissance de son existence. L'homme qui le reçoit, Pierre (Gabriel Arcand), un ami de Jean, a un comportement étrange dès le début du film. En effet, il s'agit de l'homme qui a prévenu Mathieu par téléphone de la mort de son père, Jean.
L'histoire tourne autour de ce père dont on ne voit jamais le visage. Mais Pierre compense progressivement son absence en se préoccupant de Mathieu comme de son fils: il lui donne des ordres, des conseils... On a également l'impression que la femme de Pierre, Angie, adopte Mathieu aussi. Cette femme à un rôle si dramatique dans le film que ses apparitions sont à chaque fois émouvantes. Mais ce comportement de Pierre et de sa femme cache quelque chose. On peut comprendre que les deux personnages cachent un lourd secret mais qu'aucun des deux ne se doute que l'autre sait quelque chose. Quel est ce besoin de Pierre de cacher la vérité ? Pourquoi cet homme refuse de s'ouvrir à ce garçon qui cherche seulement à savoir d'où il vient ? Qui sont ces deux frères qui ne pensent qu'a boire ou à l’argent et qui ne semblent pas réellement touchés par la mort de leur père ? Mathieu se retrouve perdu dans cette famille qui a déjà des problèmes et une histoire, mais est-il vraiment "le fils de Jean" ?
Dans ce film dramatique, Philippe Lioret nous expose un homme, qui est près à tout pour comprendre d'où il vient.
Des émotions fortes, des personnages attachants et quelques larmes à la fin du film...
Ylléana DUCADOS
2017/01/30 15:48 #a417-4d26-990e-6a4282ddbf4a
Lycée Jean Moulin
Le Fils de Jean, une histoire de famille:

Philippe Lioret nous revient avec une histoire familiale hors du commun : Mathieu, un homme de 33 ans, après que son père, Jean, qu'il n'a jamais connu, est décédé, apprend aussi qu'il a deux demi-frères. Il est invité à l'enterrement de son père, au Québec car son père était Québecois. Une fois arrivé sur les lieux, ils souhaite à tout prix rencontrer ses deux frères et demande l'aide de son guide, qui était un ami de son père. Celui ci l'emmène donc chercher le corps de son père avec ses demi-frères mais ils ne le trouvent pas et Mathieu découvre la motivation de l'un des frères qui cherche simplement à récupérer l'héritage, tandis que l'autre est violent.

L'histoire racontée par ce film est touchante, le jeu des acteurs est convaincant même si le film peut parfois paraître long et même ennuyeux. Et malgré la surprise qui nous attend vers la fin du film, trop d'indices sont présents sur cet événement qui peut être considéré comme la clé du dénouement du film, ce qui nous laisse deviner la fin avant même d'y avoir assisté. Mais malgré ces quelques points négatifs, l'histoire reste intéressante, on a tout de même envie de voir ce qui va advenir des personnages, on assiste à des scènes attendrissantes et ça nous permet de nous rendre compte de la chance que nous avons d'avoir une famille qui nous entoure. C'est un film qui mérite d'être vu malgré ces quelques défauts et des faux raccords parfois flagrants.
Louise Gillet - seconde1
2017/02/03 09:01 #0aa2-4f57-8bc6-f2f844523dd6
Lycée Jean Moulin
Le fils de jean, de Phillipe Lioret.

Phillipe Lioret crée un film à la “recherche du père” de Mathieu qui est joué par Pierre Deladonchamps.

Dans le film, Mathieu reçoit un coup de téléphone le prévenant que son père a disparu. Donc, en état de choc, Mathieu prend l'avion, pour aider ses deux demi-frères à la recherche de leur père, assisté d'un ami et collègue de son père. Le personnage mystérieux arrive donc au Canada, Mathieu, connu seulement par l'ami du père mais non pas par ses deux demi-frères. Cette histoire est triste et bouleversante.

L'inattention qui entraîne l'incompréhension.

Le film garde son suspense tout au long du film, du début jusqu'à la fin. Le film est triste. J'ai eu quelques difficultés à suivre le film et à comprendre surtout quand le film se termine d'une drôle de façon et l'histoire ne m'a pas parue très claire et donc tout cela m'était très confus.

Joe Lofthouse – seconde 2
2017/02/06 09:23 #340d-4112-bfbd-292b4cea87ea
Lycée A. Rimbaud
Le fils de Jean - interview

Bonjour, aujourd'hui nous nous retrouvons en compagnie de Mathieu qui va nous raconter son étrange histoire. En effet un jour il reçut un appel pour lui annoncer que son père qu'il n'a jamais vu est mort. Il décida donc de traverser l'Atlantique pour aller au Canada, pour savoir qui il était et faire la connaissance de ses deux frères. Or tout ne s'est pas passé comme prévu.
Mathieu, quelles étaient vos motivations et votre état d'esprit avant de partir?

Bonjour, alors tout d'abord cela m'était normal de partir afin de savoir qui il était. La famille c'est important pour moi et savoir d'où l'on vient l'est également. J'étais enthousiaste avant de partir même si je ne savais pas du tout à quoi m'attendre.

Une fois arrivé vous avez été accueilli comment et par qui?

J'ai été accueilli par Pierre, le meilleur ami de mon père Jean. Je l'ai trouvé au départ très froid. Il m'a remis un paquet contenant une très belle peinture. Je ne comprenais pas vraiment d'où elle venait. Puis j'ai été ensuite accueilli très chaleureusement par sa femme et sa fille.

Et vos frères alors?

Comment vous dire, ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. En effet qu'est-ce que le mieux entre un frère qui ne pense qu'à l'argent et l'autre violent?

D'accord, et parlons maintenant de Pierre, comment le trouviez-vous?

Je le trouvais assez distant et froid avec moi, je sentais bien qu'il me cachait quelque chose d'étrange.

Pierre a-t-il des enfants?

Oui, il a une magnifique fille et deux adorables petites filles. D'ailleurs si ce n'était pas ma sœur, je pense qu'il y aurait pu se passer quelque chose avec Bettina.

Attendez, vous venez de dire le mot « soeur »? Dites nous en plus!

Oui effectivement, ce n'est pas ce que je pensais découvrir en traversant l'Atlantique.

Donc vous insinuez que Pierre est votre père?

En quelque sorte!

Mais comment avez-vous découvert cela?

Beaucoup d'indices m'ont mis sur la voie, mais deux preuves me l'ont confirmé.

Whaou! C'est vraiment une magnifique histoire. Comment voyez-vous le futur?

Tout d'abord j'espère réellement que Pierre va se soigner car il est atteint d'un malheureux cancer. Et j'espère en savoir plus et connaître ma famille paternelle. J'espère de tout cœur qu'ils viendront me rendre visite. De plus ce sera l'occasion pour mon fils de connaître son grand-père.

Eh bien, merci beaucoup Mathieu de nous avoir accordé un bout de votre temps pour nous raconter votre histoire à la fois touchante et émouvante.

Merci à vous!

Lily Bonnet, 2nde 7, Lycée Rimbaud
2017/02/07 16:33 #e639-4ad1-b583-8ae7cd5e6983
Lycée Jean Moulin
"Le fils de Jean" : Un père pas comme les autres,
Philippe Lioret, nous raconte une histoire touchante sur les relations père-fils dans "le fils de Jean".

"Le fils de Jean" est un film réalisé par Philippe Lioret, qui raconte l’histoire de Mathieu, âgé de 33 ans, à la recherche de son père. Après avoir reçu un mystérieux coup de téléphone d’un vieil homme lui disant que son père biologique, père qu’il n’avait jamais rencontré, était mort, Mathieu décide alors de se rendre au Québec pour poursuivre les recherches du corps de son père toujours introuvable à l’aide de ses demi frères dans l’espoir peut être, de le retrouver toujours vivant.



Dans l’ensemble, le film reste intéressant et très poignant avec une histoire accrocheuse pour toutes personnes qui aiment les comédies. Cependant, le fils de Jean est un film plutôt monotone, avec peu d’action, ce qui peut ne pas plaire à tout public... Mais on y retrouve une fin inattendue et surprenante.



Lucie Beaujean, ZoéGire . Seconde 1
2017/02/12 09:37 #01e2-410a-b682-757c7d800161
Lycée M. Genevoix
Le Fils de Jean – Critique de Jeanne Soumah. 1ère L. Lycée Maurice Genevoix de Montrouge

Le Fils de Jean est un film dramatique franco-canadien, sorti dans les salles en France le 31 août 2016 et réalisé par Philippe Lioret (le réalisateur de L’équipier, sorti lui en 2004).
Ce nouvel opus du réalisateur français nous raconte l'histoire de Mathieu Carpelier (joué par l'acteur Pierre Deladonchamps), un homme divorcé, père d’un petit enfant et travaillant dans une entreprise de nourriture pour chiens.
Un jour, il reçoit un appel d'un des amis de son père, qui lu informe que celui-ci est mort. Mathieu, qui ne l’a jamais connu, et curieux de savoir quel homme il était, décide de se rendre au Canada, où il résidait. Une fois sur place, il rencontre l'homme qu'il avait eu au téléphone quelques jours avant, un certain Pierre Lesage (joué par Gabriel Arcand). L'ancien ami du père de Mathieu, l'informe alors que son père avait eu en plus de lui, deux autres fils qui se trouvent donc être ses frères. Mathieu va alors tout faire pour tenter de connaître un peu mieux cette famille dont il ne soupçonnait pas l’existence.
Ce film nous plonge dans une atmosphère sombre, d’abord par sa musique, composée par Flemming Nordkrog, (qui avait déjà collaboré avec Philippe Lioret pour son film de 2011 Toutes nos envies), et puis avec l’utilisation d’un faible éclairage dans la quasi totalité des scènes du film. Le choix de tourner des plans de longue durée permet au spectateur de prendre le temps de pénétrer dans l’atmosphère du film, contrairement aux productions où s’enchaînent plus brutalement des plans très courts.
Ce long métrage nous fait également ressentir de nombreuses émotions, en empathie avec le personnage principal : en effet le spectateur commence par éprouver au début du film de la compassion pour Mathieu Carpelier lorsqu'il apprend que son père est mort, puis de la curiosité quand Mathieu apprend l’existence de ses frères, ensuite une vraie déception en découvrant les caractères de ces personnages.
Quant au choix des acteurs et à leur proposition de jeu, n’ayons pas peur de l’affirmer : ils sont parfaits ! Chaque acteur correspond en effet parfaitement à son personnage, des deux frères de Mathieu (joués par Patrick Hivon et Martin Laroche), à son fils Valentin (interprété par Timothé Von Dorp). Ils parviennent ainsi à nous captiver, et ce du début à la fin du film.
Pour conclure, l’émotion est au rendez-vous, et l'intensité du jeu des acteurs également.

C’est un film à ne pas rater.
2017/02/12 09:38 #5323-4b75-8073-dc95145905f7
Lycée M. Genevoix
Eulalie Arien . 1ère L. Maurice Genevoix de Montrouge.
LE FILS DE JEAN - PHILIPPE LIORET

Véritable réflexion sur la paternité et la famille, ce long métrage nous embarque dans la vie de Matthieu, trentenaire célibataire et père d’un petit garçon.
Un jour il reçoit un appel qui lui apprend la mort de son père, qu’il n’a pas connu. Celui-ci était médecin au Canada et a eu deux autres fils. A la demande d’un ami de son père, Matthieu décide de se rendre à son enterrement. Sa mère est morte quelques années plus tôt et il voit son fils une semaine sur deux. En se rendant là-bas, il espère trouver une famille.

Dans ce film franco-canadien, certains plans sur les grands espaces sont à couper le souffle. Comme ceux du lac qui est filmé à différentes heures de la journée.
Le dosage de la luminosité d’une scène par rapport à son ambiance est très réussi. Le choix du réalisateur de faire se dérouler la dispute des deux frères la nuit, seuls dans l’intimité de leur cabane, fait penser à un règlement de compte.

J’ai beaucoup apprécié le jeu des acteurs très naturel. Le seul bémol, reste pour moi la bande son trop larmoyante. Elle se fait trop envahissante dans certaines scènes où les images se suffisaient à elles-mêmes.
2017/02/12 09:39 #fbe0-45e3-b7a5-d415ee78c9cf
Lycée M. Genevoix
Le Fils de Jean, Philippe Lioret


Mathieu, trente-trois ans, divorcé, est fonctionnaire dans une boîte et a un fils avec son ex-femme. Une vie on ne peut plus banale.
Un matin comme les autres, Mathieu reçoit un appel lui apprenant que son père est récemment décédé et par la même occasion qu'il était canadien. Mathieu ne connaissait pas son père et décide contre toute attente de se rendre au Canada afin de rencontrer ses frères, motivé par l'idée d'appartenir enfin à une famille.

Dans ce film Philippe Lioret joue une nouvelle fois sur la corde sensible du spectateur en nous emportant dans la vie de Mathieu, a priori banale et ennuyante au premier abord.

Cette histoire a tout pour plaire au plus grand nombre : un homme ordinaire à la vie étriquée qui s'ouvre au monde en allant rencontrer sa famille. Cette idée est accompagnée par le changement de décor : on passe de la ville française aux grands paysages du Canada, avec une musique touchante de Flemming Nordkrog, ainsi que des acteurs charismatiques.
Ceci dit, malgré ces qualités indéniables, certaines longueurs viennent ralentir le rythme du film au risque d’entraîner une perte d’attention du spectateur.

On retiendra donc du film de Philippe Lioret une histoire touchante et honnête mais qui ne devrait pas marquer le cinéma français.

Au risque de nous montrer un peu cruels, pour finir, rappelons-nous que Jean Renoir disait : « Je ne vais pas au cinéma pour y voir la vie de chaque jour, je préfère alors aller au café. Au moins on y boit un coup. » On voit mal alors comment on pourrait attribuer le prix Jean Renoir à un film qui a justement comme sujet la vie de tous les jours, alors même que ce dernier ne l’aurait sans doute pas apprécié ? .



MUNCH Milla, 1ère L, Lycée Maurice Genevoix, Montrouge
2017/02/28 17:18 #347a-4048-87e6-552d30a53df1
Lycée Dumont d'Urville
Crivello M-Alice
Lycée Dumont d'Urville
TOULON

Le fils de Jean : de quoi traite le film ?

→ Matthieu a la trentaine et n’a jamais connu son père. Sa mère est décédée il y a quelques années et il apprend un jour que c’est au tour de son père. Celui-ci décide donc de se rendre aux obsèques, au Québec. Il rencontre là-bas Pierre, l’ami de son défunt père, Jean.

→ Si je devais noter ce film sur 10, je lui attribuerais la note de 4/10. Selon moi, le script ne semblait pas assez approfondi. Ce que je veux dire par là, c’est que le fameux scénario « je suis à la recherche de mes origines, je veux savoir d’où je viens » un peu à la Pixar avec Le Monde de Dory, qui reprend lui aussi ce genre de synopsis, est vu et revu et que ça n’est pas assez développé à mon goût.

→Aussi, le jeu des acteurs était selon moi à revoir. Je prends exemple sur Gabriel Arcand, qui incarne le rôle de Pierre, qui semblait absolument vouloir montrer au spectateur que celui-ci tentait de cacher quelque chose à Jean, mais je développerai cela plus tard.

→ Je n’ai éprouvé aucune sympathie pour les personnages, peut-être un peu pour Bettina, la fille de Pierre, qui est une mère qui doit s’occuper de ses jumelles seule, avec un ex-fiancé qui était probablement violent avec elle.
Si je dis que le jeu d’acteurs serait à revoir, c’est qu’il y a bien une raison : prenons l’exemple de Pierre. Depuis le début du film, celui-ci tente de cacher à Matthieu que c’est lui, en réalité, son vrai père. Déjà, je n’aime pas vraiment la phrase et l’esprit du « En fait, c’était lui depuis le début !.. » qui sont pour moi trop courants dans les films (un peu comme dans Insaisissables), livres ou autre mais passons.
Le jeu d’acteur de Pierre est tellement mauvais lorsqu’il veut montrer qu’il cache quelque chose à Matthieu qu’on devine très facilement que son père, c’est en réalité lui. Et pourtant, on fréquente ce personnage depuis le début !..
Ensuite, le synopsis, comme je l’ai dit précédemment, est trop simple à mon goût. Un personnage parmi tant d’autres tente de découvrir ses origines, quitte à voyager à l’autre bout du monde... Bref, c’est trop commun pour moi.

Néanmoins, si je voulais donner un point fort à ce film, – pour une fois –, ce serait sa direction artistique. La façon dont certains passages sont films rendent vraiment un très bon résultat et parfois peut avoir un rapport avec l’histoire du film. Par exemple, il y a une scène où on insiste énormément sur la couleur des yeux de Matthieu et Pierre, qui sont identiques, donc qui laissent insinuer qu’ils sont père et fils. Selon moi, l’accentuation des couleurs est impeccable.