Éduscol
Accueil    Enseigner    Ressources et usages numériques    Réseau et animation nationale    Réunion nationale 2017

Réseau et animation nationale

Introduction

Le séminaire des interlocuteurs académiques pour le numérique (IAN) de physique-chimie s’est déroulé cette année à Paris dans le cadre du salon Éduspot les 8 et 9 mars 2017. Contrairement à d’habitude où les séminaires se déroulent par disciplines, cette année les membres des délégations académiques (DAN), les 450 IAN de toutes les disciplines, mais aussi les experts IEN, usagers et disciplinaires, de même que les inspecteurs ont été réunis au même endroit.

Ouverture de la journée

La conférence a été ouverte par Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), puis Mathieu Jeandron, directeur du numérique pour l’éducation (DNE). Florence Robine a introduit son propos par le fait que le numérique a modifié le métier de l’enseignant et le travail de l’élève, et donc finalement le cœur de notre système. Elle a mis en avant le travail intercycle et transdisciplinaire comme impulsion du changement. Elle s’est adressée aux IAN qui ont un contact direct ministère-enseignant. Ce contact est un atout pour la mutualisation des pratiques et pour transmettre la politique nationale par des exemples d’approches pédagogiques innovantes, comme les TraAM ou les ressources ÉDU’bases qui sont un levier important pour évoluer. Enfin, Florence Robine a terminé son propos en précisant que nous étions au début de l’histoire de l’évaluation et du numérique et a loué le travail en réseau.

Mathieu Jeandron a, lui, centré son discours sur ce qui nous rapproche : l’élève de 2017, sa culture numérique et nos objectifs de formation face aux changements de la société. Or le numérique étant essentiel pour la vie professionnelle de l’élève, l’objectif de notre enseignement est de donner du sens à cet apprentissage.

Temps de travail interdisciplinaire et interdegré

Le temps d’inspiration sur le thème « Dialogue des humanités numériques entre praticiens » a été ouvert par Elie Allouche (DNE). La modération a été assurée par Gilles Braun, IGEN de mathématiques, qui a interpellé les participants autour de questions comme « Qu’est-ce que le numérique change dans nos manières d’apprendre ? » ou « En quoi le numérique transforme-t-il les savoirs ? », ou encore « Comment amener les élèves à analyser leurs propres pratiques, à devenir des praticiens réflexifs ? ».

Cette table ronde, à laquelle ont participé Jean-Michel Le Baut, professeur de lettres, animateur du blog « I?voix », Suzanne Dumouchel, ingénieur de recherche au CNRS?TGIR, Claire Bourhis?Mariotti, maître de conférences, université Paris 8 Vincennes? Saint?Denis, ainsi qu’Ange Ansour, de la Ligue de l’enseignement, les Savanturiers, Centre de recherches interdisciplinaires (CRI), a amorcé l’orientation transdisciplinaire et intercycle qui devra être prise en compte dans le travail du réseau des IAN.

La matinée s’est poursuivie par un temps de partage interacadémique où les équipes sont venues présenter six actions ou dispositifs autour de trois thématiques :

  • les actions de formation et/ou d’animation ;
  • l’impulsion des usages pédagogiques transdisciplinaires ou intercycle ;
  • la continuité pédagogique ou le parcours de l’élève, animé par Guillaume Lion (DNE) et Pascale Montrol-Amouroux (DNE).

Les six actions qui se sont succédé sont :

  • la formation des commissions numériques des établissements dans l’académie de Créteil ;
  • la présentation d’un Hackathon pe?dagogique par l’académie de Toulouse ;
  • l’ENT au cœur du dispositif de formation et en particulier les parcours Moodle par l’académie de Strasbourg ;
  • « TW’hai?ku » et « Blogue ton e?cole, ton colle?ge » par l’acade?mie de Dijon ;
  • Le Groupe de recherche action-formation (Graf) 1er?2nd degrés par l’acade?mie de Nantes ;
  • Les TraAM-EPI Maths « Utiliser le codage et l’informatique pour construire une continuite? pe?dagogique » par l’acade?mie de Strasbourg.
  • Après le déjeuner, un temps de production en atelier a été organisé avec l’objectif de construire ensemble des actions, des fiches projets que les IAN pourront mettre en place dans les académies. Ces ateliers ont été l’occasion d’échanges riches entre les IAN des différentes disciplines, en interaction avec les DAN et les experts disciplinaires. Parmi les actions qui ont émergé de ces ateliers, on peut citer : un fil twitter regroupant tous les IAN de deux académies voisines, l’usage de vidéos de pratiques numériques ou encore l’organisation de journées de mutualisation de pratiques ou de classes ouvertes.

La journée s’est poursuivie par la conférence plénière d’ouverture du salon Éduspot et la possibilité pour tous les participants au séminaire de visiter le salon en priorité lors d’une soirée festive, qui a été l’occasion de nombreux échanges avec les exposants et entre les participants.

Journée interacadémique de physique-chimie

La quasi-totalité du réseau de physique-chimie, soit vingt-huit IAN présents, ainsi que les trois expertes DNE disciplinaires ont, lors de cette journée, avancé la réflexion sur la mise à disposition des ressources numériques pour les enseignants de physique-chimie.

Bruno Jeauffroy (IGEN physique-chimie) a commencé son intervention en rappelant que les productions des Travaux académiques mutualisés (TraAM) étaient très riches en physique-chimie et qu’il existait aussi, dans cette discipline, de nombreux sites de ressources, comme la BRNE en cycle 3 pour les sciences et en cycle 4, qui étaient encore sous-employés et dont il fallait déployer les usages. Il a aussi rappelé l’existence des deux sites « Culture sciences chimie » et « Culture sciences physique ».

À propos de la classe inversée, Bruno Jeauffroy a précisé que les TraAM de cette année, qui sont un véritable temps d’analyse de cette pratique dans diverses académies et à divers niveaux d’enseignement, devront permettre d’avoir des informations intéressantes pour aller plus loin. Il a aussi encouragé le fait d’aller observer ce qui se fait dans d’autres disciplines et à ne pas laisser la programmation à d’autres disciplines, comme les mathématiques ou la technologie, mais de faire en sorte que la physique-chimie y trouve toute sa place.

Sophie Edouard (DNE-A2) et Christrine Trabado (DNE-A1) ont présenté les résultats de l’enquête qui a été effectuée auprès des IAN de physique-chimie en 2016, ainsi que l’indexation et l’évolution de l’ÉDU’bases de physique-chimie. Le réseau des IAN de physique-chimie s’est beaucoup renouvelé depuis trois ans. Plus de la moitié ont moins de trois ans d’expérience et près de 30 % ont moins d’un an d’expérience.

Nous avons donc décidé de prendre un moment sur notre séminaire pour faire un tour de France des académies, afin que chaque IAN puisse expliquer comment fonctionne son académie et plus particulièrement comment les ressources sont repérées et publiées. Les échanges ont été riches et il apparaît une grande diversité dans le fonctionnement des académies, tant au niveau des groupes de formateurs, de la production des ressources qu’au niveau de la publication. Un certain nombre d’académies ont choisi de placer leurs ressources produites sur des espaces réservés aux enseignants de l’académie. Ce fonctionnement a l’avantage de permettre une mutualisation accrue entre les collègues de l’académie. Il ne permet pas en revanche aux collègues des autres académies d’y avoir accès. Dans les différents échanges qui ont eu lieu, il apparaît que les liens avec l’IA-IPR référent, la DANE ainsi qu’avec les différents groupes de production sont des éléments essentiels pour une bonne circulation des ressources.

Marie de Flaugergues (DNE-A2) a présenté au groupe le projet pour les TRaAM 2017. Cette présentation s’est poursuivie par une discussion sur les modalités, les dates de retour (mi-mai) ainsi que sur les critères de sélection.

L’après-midi a continué avec la présentation d’un bilan d’étape des différentes académies participant aux TraAM 2016-2017 sur les deux thèmes retenus cette année. Les travaux encore non finalisés des académies de Besançon, Grenoble, Paris, Nancy-Metz et de la Guadeloupe ont montré une grande richesse dans les productions de ressources pour les cycles 3 et 4 avec des utilisations pertinentes de la BRNE, mais aussi des analyses complémentaires et fines des pratiques de classe inversée.

Pour terminer, quatre présentations de projets ou d’exemples d’usages sont venues ponctuer ce séminaire.

  • Présentation du projet ENI par Frédéric Pinchon. Pour participer à l’expérimentation, cliquez ici.
  • Présentation de l’utilisation de Twitter par Florence Raffin, suivie d’une discussion sur la pertinence de cet outil, très avantageux en ce qui concerne la rapidité de circulation des informations et le repérage de pratiques ou de projets innovants.
  • Présentation d’exemples d’usages des ressources BRNE (Belin et Maskott) par Remy Besset.
  • Présentation de l’utilisation du logiciel de mémorisation Anki par Philippe Ligarius.