Lettre Édu_Num Thématique N°04

Édu_Num Thématique N°04 : Humanités et études numériques

Édu_Num Thématique N°04

Juin 2017 : Humanités et études numériques

Toutes les Lettres TIC'Édu Thématique

Sommaire

Introduction

1. Zoom sur… les humanités et études numériques dans la recherche

2. Se former et former : principes communs et pistes de travail

3. Se tenir informé

Introduction

 

Cette lettre Édu_Num thématique propose un retour sur le dialogue des humanités numériques supérieur/scolaire organisé lors du salon Éduspot, le 8 mars 2017 au Palais des Congrès de Paris dans le cadre de la première journée du séminaire des réseaux académiques.

Ce dialogue engagé entre acteurs de l’enseignement scolaire et du monde la recherche a pour objectif de dégager des objets de réflexion et des chantiers communs sur ce que le numérique change à l’organisation des savoirs et aux gestes métier de l’enseignement et de la recherche.
Le plan adopté sera suivant :

  • une approche théorique du sujet esquissant un état des lieux des humanités et des études numériques dans la recherche (1ère partie) ;
  • une approche pédagogique à partir des questionnements abordés lors de la journée (2ème partie) :
    • sur quels principes communs faire reposer ce dialogue entre éducation, formation et recherche ?
    • quelles pistes de travail dans l’éducation et la formation ?
    • quelles initiatives pour prolonger et approfondir ce dialogue ?
  • enfin, une dernière partie est consacrée à la veille, avec l’ouverture d’une nouvelle collection Zotero éduscol consacré aux humanités et études numériques (3ème partie).

HN_arbre.png

1. Zoom sur… les humanités et études numériques dans la recherche

1.1 Du numérique pervasif à l’effort d’appropriation critique

Pour aborder le champ des humanités et études numériques, il faut d’abord insister sur le caractère pervasif du numérique, désormais étudié comme tel par un nombre croissant de chercheurs de tous horizons 1 (lettres/sciences humaines et sociales, sciences cognitives, informatique et science des données, etc.) : en effet, le numérique désignant désormais une réalité sociale globale bien plus qu’une addition de solutions technologiques, cela se traduit notamment par le constat que, en plus des politiques d’équipement et d’accompagnement impulsées par les pouvoirs publics, l'École (et l’ensemble des lieux de savoirs) est déjà en grande partie numérique par son environnement social et par les usages personnels des individus qui y travaillent.

Mais le fait que le numérique, ou la réalité computationnelle 2 , traverse et irrigue désormais tous les secteurs d’activité – au point de générer des logiques de disruption 3 - implique un double effort d’appropriation critique et de mise en intelligibilité des changements profonds en cours, notamment dans les démarches scientifiques, didactiques et pédagogiques, la construction des savoirs, leur mise en données et leur diffusion.

C’est à ce titre que les acteurs du monde de l’éducation doivent être attentifs au tournant des humanités et études numériques tel qu’il s’organise, produit et se documente depuis au moins une décennie (cette datation - nécessairement approximative puisqu’elle doit aussi intégrer une dimension internationale - n’excluant pas un effort de généalogie des technologies intellectuelles sur la longue durée, que traduit par exemple cette proposition de chronologie 4).

1.2 Humanités numériques et études numériques : quelques grands repères

On peut présenter les humanités numériques/digital humanities telles qu’elles s’incarnent notamment dans le manifeste de 2010, à la fois comme « transdiscipline » et comme « communauté de pratique » « forum interdisciplinaire – interprofessionnel et multilingue - ayant pour objectifs le progrès de la connaissance (au-delà de la seule sphère académique) » et prônant « l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle 5 ».

Le réseau études digitales/digital studies, fondé par Bernard Stiegler et l’IRI (Institut de recherche et d’innovation) en 2012 6 , revendique pour sa part une vocation plus globale : le numérique, comme pharmakon (à la fois comme poison et remède, en référence au Phèdre de Platon à propos de l’écriture) y est décrit et analysé comme une rupture anthropologique, avec une référence appuyée aux travaux de Gilbert Simondon (processus d’individuation) et de Leroi-Gourhan (processus d’extériorisation), en proposant de l’inscrire dans l’évolution de l’organologie des savoirs (système des artefacts et des organes – naturels et artificiels – qui rendent ceux-ci possibles 7).

1.3 Humanités, études numériques et éducation : les actions et projets déjà engagés

1.3.1 Quelques jalons dans le dialogue des humanités numériques supérieur/secondaire

Parmi les récentes rencontres entre enseignants, chercheurs, formateurs, inspecteurs, etc. autour du croisement entre savoirs, numérique et fondements humanistes :

1.3.2 Actions et projets des partenaires du #dialogueHN du 8 mars 2017 sur Eduspot

2. Se former et former : principes communs et pistes de travail

 

Lors de ce dialogue, qui a fait l’objet d’un travail préparatoire, suivi d’une table ronde et prolongé par un appel à contributions sur un document collaboratif Framapad, plusieurs principes directeurs, pistes de travail et propositions d’initiatives pédagogiques ont pu être identifiés. La liste qui suit est donc le fruit des contributions recueillies. 

2.1 Sur quels principes communs faire reposer les humanités et études numériques dans un dialogue entre éducation, formation et recherche ?

Au moins six grands principes directeurs semblent s'imposer : enracinement dans des valeurs fondatrices, transdisciplinarité, pratique, esprit critique, réseau et intelligence collective, diffusion des savoirs et communs de la connaissance.

2.1.1 Une appropriation du numérique au service des fondements et valeurs de l'École

Donner au numérique à l'École son sens le plus exigeant, qui ne limite pas aux aspects techniques et qui s’appuie sur les valeurs fondatrices du projet scolaire (humanités, humanisme, valeurs républicaines). Il y a donc nécessité de définir le numérique dans le monde de l’éducation et de la recherche dans son approche la plus large et dans le cadre de l'Académie (de la maternelle à l'université), comme culture, écriture et cadre de production des savoirs, et non comme une addition d'outils dont il faudrait sans cesse démontrer la plus-value.

2.1.2 Une approche transdisciplinaire du numérique

Les humanités et études numériques constituent à la fois :

  • une transdiscipline dont le champ d’étude implique des questionnements qui dépassent les frontières traditionnelles ;
  • un effort d'appropriation interdisciplinaire du numérique, comme fait social et comme milieu et qui s’appuie sur les missions et les exigences intellectuelles de l’éducation (acquisition d’une culture commune, construction et diffusion des connaissances, préparation à l’exercice de la citoyenneté et formation tout au long de la vie)..

Ce cadre de travail permet donc le réinvestissement de compétences et de savoirs d’une discipline à l'autre, en contribuant ainsi à la continuité et à la cohérence de la formation des enseignants et à terme du parcours d’apprentissage de l’élève. Comme approche transdisciplinaire, les humanités et études numériques peuvent donc nourrir la réflexion des professeurs, des formateurs et des personnels d’encadrement dans le cadre de leurs pratiques professionnelles.

2.1.3 Apprentissage par une mise en pratique active et réflexive

L’appropriation pédagogique du numérique peut favoriser des démarches pédagogiques actives et collectives, tournées vers une mise en pratique réflexive et se traduisant notamment par des activités de publication, de création, d’apprentissage par la recherche (participative, contributive), la conduite de projet, la résolution de problème, etc.

2.1.4 Éveil de l’esprit critique

Le travail en réseau et la démarche participative favorisent la rencontre entre plusieurs milieux professionnels. On peut donc y apprendre que le savoir se construit, qu’il est appelé à évoluer et à être mis en débat. Chacun peut donc participer à son élaboration ou à son enrichissement. Par un éveil constant de l’esprit critique, il faut donc apprendre à vérifier méthodiquement les informations qui contribuent à la construction des savoirs, selon les règles de la méthode scientifique.

Ce travail repose notamment sur :

  • l’éducation aux médias et à l’information ;
  • des activités critiques et réflexives sur les médiations en jeu dans le passage des données à l’information, de l’information au savoir et du savoir aux compétences ;
  • des activités d’analyse et de cartographie des controverses.

2.1.5 Travail en équipe et en réseau

La possibilité de travailler et de monter des projets à distance en utilisant des outils de visioconférence, des documents collaboratifs, des outils partagés de gestion de projet, permet de travailler en équipes inter-catégorielles et interdisciplinaires à différentes échelles (établissement, bassin, district, département, voire à l’international) et de développer les dynamiques d’intelligence collective.

Citons comme exemple, dans l’académie de Rennes, le Living Lab Interactik avec l’émergence de coopératives pédagogiques : des lieux dédiés, tels des fablabs humanités numériques, où les enseignants peuvent venir librement pour tester, explorer, partager, progresser ensemble et constituer peu à peu un territoire éducatif ou apprenant.

2.1.6 Diffusion des savoirs et communs de la connaissance

L’impact social du numérique et les enjeux liés à la transposition didactique font que le champ des humanités et études numériques concerne l'ensemble des activités liées à la production et à la diffusion des savoirs, c’est-à-dire à la fois la recherche, l'enseignement et la formation au profit de la diffusion des savoirs et de production de Communs de la connaissance.

2.2 Humanités et études numériques dans l’éducation et la formation : pistes de travail

2.2.1 Un cadre de réflexion pour des formations interdisciplinaires

Ce cadre de réflexion fournit ainsi des pistes de travail pour prendre en compte, notamment dans le cadre de formations interdisciplinaires et/ou d’ateliers numériques organisés conjointement (académie, réseau Canopé, ESPE, laboratoires partenaires) :

  • l’évolution des démarches scientifiques, didactiques et pédagogiques dans chaque champ disciplinaire, en dégageant les éléments de convergence transdisciplinaire ;
  • l’apport de chaque champ disciplinaire dans l'étude et la compréhension de l’environnement numérique ;
  • l’évolution des gestes métier de l’enseignement et de la recherche qui reposent de façon croissante sur des compétences transdisciplinaires ;
  • la construction et la réorganisation des savoirs construits/enseignés pour l’École et à l’École en articulation avec la recherche ;
  • la façon dont les praticiens des savoirs en milieu numérique (tous niveaux et disciplines confondus) s’organisent pour « faire réseau » (lieux et moments d’échange, tiers-lieux, utilisation des réseaux sociaux, des plateformes de publications, d’outils communs, etc.).

2.2.2 Un cadre de réflexion pour l’organisation de réseaux de savoirs

Dans le cadre d’une académie, d’un établissement ou d’un réseau d’établissements (circonscription, bassin, district, etc.), dans une démarche de dialogue et de partenariat entre l’enseignement scolaire et la recherche, les humanités et études numériques peuvent également fournir un cadre de réflexion pour impulser :

  • une approche transdisciplinaire et réflexive du numérique, abordé comme milieu d’organisation des savoirs et objet d’étude, approche qui peut par exemple servir de socle à la commission numérique d’établissement ou de territoire ;
  • des initiatives pour formaliser l’organisation d’un espace et d’un réseau d'échange interdisciplinaire et interprofessionnel (entre établissements scolaires, universités, ESPE, établissements culturels, collectivités, associations, tiers-lieux, etc.) ;
  • des projets de valorisation de biens patrimoniaux et de participation à la construction de communs de la connaissance, dans une démarche de recherche contributive 8.

2.2.3 Autres exemples d’actions pédagogiques

  • Développer les pratiques du portfolio et du carnet de recherche ;
  • Conduire des actions transdisciplinaires permettant d’ancrer une appropriation intellectuelle critique et réflexive du numérique :
    • systématisation des travaux de lecture, d’écriture, d’annotation, de publication en environnement numérique ;
    • systématisation des modalités d’apprentissage en mode projet intégrant pleinement les potentialités de l’environnement numérique ;
    • apprentissage de l’esprit critique par l’analyse de controverse 9 et l’étude des modalités de construction du savoir ;
    • intégration des données et des médiations algorithmiques dans les apprentissages ;
    • démarche de recherche contributive.

2.3 Quelles initiatives pour prolonger et approfondir ce dialogue ?

2.3.1 Rencontres professionnelles

Ce dialogue pourrait se poursuivre par des rencontres partenariales entre Éducation nationale (administration centrale, académies, établissements), acteurs du monde de la formation professionnelle et de la recherche (laboratoires, ESPE) et autres établissements culturels et scientifiques.

2.3.2 Travaux scientifiques et pédagogiques

Certains participants au dialogue proposent le développement de projets suivis conjointement par l’enseignement supérieur, la recherche et l’enseignement scolaire, ainsi que la mise en place d’une sorte de mentorat entre des étudiants/doctorants et des élèves de l’enseignement scolaire sur des projets spécifiques.

Est également suggérée la possibilité que des élèves préparent des dossiers sur des thématiques précises, des introductions générales ou des problématiques de recherche, qui pourraient être approfondies et enrichies par étudiants de l’enseignement supérieur dans des domaines spécifiques.

2.3.3 Ressources, publications

Des ressources, disponibles en accès ouvert, pourraient être coproduites par un universitaire et un enseignant du premier ou du second degré et venir en appui de formations ou de projets pédagogiques (exemples : sur l’utilisation des données, l’apprentissage par la recherche ou les communs de la connaissance dans un cadre scolaire).

2.3.4 Formations

Il s'agirait d'envisager des formations transdisciplinaires en articulation, notamment avec les formations en ESPE, permettant aux enseignants de développer leur créativité et leur autonomie en s’appuyant sur les potentialités de l’environnement numérique.

La transdisciplinarité des humanités et études numériques pourraient notamment se traduire par un programme d’enseignement commun en complément et en appui aux formations strictement disciplinaires.

L’environnement numérique favorise en effet l’émergence de « gestes métier » et de compétences transdisciplinaires qui peuvent aussi faire l’objet de formations communes.

Lors du travail préparatoire au dialogue une série d’exemples est ainsi proposée :

Exemples :

  • Construire et organiser un environnement de travail professionnel.
  • Organiser et valoriser un portfolio.
  • Rechercher, vérifier les sources, citer et utilisation une information dans un document de travail.
  • Questionner la fiabilité et la pertinence d'une source.
  • Organiser une veille info-documentaire professionnelle.
  • Recueillir, organiser et visualiser des données.
  • Utiliser un réseau social à des fins pédagogiques.
  • Utiliser un document collaboratif.
  • Lire, écrire, commenter/annoter, publier en environnement numérique.
  • Établir, organiser et présenter une bibliographie/sitographie.
  • Cartographier une activité et/ou une ressource pédagogique.
  • Repérer, organiser et organiser des ressources pédagogiques.
  • Créer une ressource visuelle et/ou sonore.

Parallèlement, des formations transdisciplinaires de type « introduction aux humanités et études numériques » (fondements théoriques, épistémologiques, textes de référence, exemples d’applications et d’outils), pourraient être proposées, notamment aux cadres et aux formateurs.

3. Se tenir informé

3.1 Nouvelle collection Zotero éduscol

La nouvelle collection « Humanités et études numériques » proposée dans l'espace Zotero éduscol a pour objectif de fournir une sélection de ressources d’initiation sur cette thématique. Elle contient à ce jour une vingtaine de références permettant d’avoir un état des lieux de la question, en se focalisant sur les croisements et convergences de problématiques entre le monde de la recherche et l'enseignement scolaire.

Les éléments proposés sont classés alphabétiquement et identifiés selon le type de support. La recherche au sein de ce réservoir s'effectue grâce au moteur de recherche interne (plein texte, par champ) ou par tag (nuage de mots clefs).

3.2 Ressources du #dialogueHN

Livret d’accompagnement du dialogue des humanités numériques du 8 mars 2017 lors des journées Eduspot.

3.3 Humanités et études numériques : concepts et références

Classeur de quelques concepts et références dans le champ des humanités et études numériques.

3.4 Indications bibliographiques et sitographiques

« Actualités du numérique - Éduspot France, première édition - éduscol », mars 2017. http://eduscol.education.fr/cid113100/eduspot-france-premiere-edition.html

Entretiens du nouveau monde industriel, Digital studies: organologie des savoirs et technologies de la connaissance, éd. B. Stiegler, Limoges, France, 2014. ISBN : 978-2-36405-108-9.

Le temps des humanités digitales: la mutation des sciences humaines et sociales, éd. O. Le Deuff, Limoges, France, Fyp éditions, impr. 2014, 2014. ISBN : 978-2-36405-122-5.

Allouche (Elie), « Le tournant des humanités numériques dans l’éducation : enjeux, repères et chantiers », Slideshare, juin 2016. http://fr.slideshare.net/elieallouche/le-tournant-des-humanits-numriques-dans-lducation-enjeux-repres-et-chantiers

Allouche (Elie), « Les humanités numériques et l’École : Parcours de lecture », Medium, avril 2016. https://medium.com/@elieallouche/les-humanit%C3%A9s-num%C3%A9riques-et-l-%C3%A9cole-parcours-de-lecture-fa0a2587311d#.2zzo85mei

Bodu (Lysiane), « Un blog pour donner aux élèves l’envie d’écrire », Le Monde.fr, Paris, 4 octobre 2016. http://www.lemonde.fr/education/article/2016/10/04/un-blog-pour-donner-aux-eleves-l-envie-d-ecrire_5007981_1473685.html

Cahen (Françoise), « Humanités numériques et consciences disciplinaires », Mémoire de CAFFA, 9 juin 2017. https://medium.com/@FCahen/humanit%C3%A9s-num%C3%A9riques-et-consciences-disciplinaires-4f34510a259a

Cormerais (Franck), Le Deuff (Olivier), « Le lettré du digital dans la reconfiguration du savoir contemporain », Colloque Digital Intelligence, Nantes, septembre 2014 http://www.univ-nantes.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?CODE_FICHIER=1415428057047&ID_FICHE=717841

Dacos (Marin) et Mounier (Pierre), Humanités numériques : état des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international, Institut français, Paris, 2014. http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65357-humanites-numeriques-etat-des-lieux-et-positionnement-de-la-recherche-francaise-dans-le-contexte-international.pdf

Dacos (Marin), « Manifeste des Digital humanities », Billet, 2010. http://tcp.hypotheses.org/318

Darbellay (Frédéric), « Les Digital Humanities : vers une interdisciplinarité 2.0 ?. », Natures Sciences Sociétés 3/2012 (Vol. 20), p. 269-270 www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2012-3-page-269.htm

Doueihi (Milad), « Milad Doueihi : pour un humanisme numérique », Conférence de 2012 sur Vimeo https://vimeo.com/39842130

Doueihi (Milad), Pour un humanisme numérique, Paris, 2011 (La librairie du XXIe siècle). QA76.9.C66 D72 2011. ISBN : 978-2-02-100089-4.

Kambouchner (Denis), Meirieu (Philippe), Stiegler (Bernard) et al., L’école, le numérique et la société qui vient, Paris, France, 2012. ISBN : 978-2-7555-0644-0.

Le Baut (Jean-Michel), « 7ème Rendez-vous des Lettres Jour 2 : Refonder les humanités dans la culture numérique », Café pédagogique, 1 décembre 2016. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/12/01122016Article636161748327161434.aspx

Le Baut (Jean-Michel), « Éduspot : A la recherche des humanités numériques », Café pédagogique, 13 mars 2017. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/03/13032017Article636249860785263323.aspx

Mahé (Annaïg), « Digital humanities - Humanites numeriques », Paris, URFIST de Paris, Avril 2016. http://fr.slideshare.net/URFISTParis/digital-humanities-23729189

Rannou (Nathalie) et Le Baut (Jean-Michel), « Tenir en classe un blogue de lecture littéraire : pratiques du texte, reconfigurations de la réception. Le cas d’i-voix au lycée de l’Iroise de Brest », 2017. http://litmedmod.ca/tenir-en-classe-un-blogue-de-lecture-litteraire-pratiques-du-texte-reconfigurations-de-la-reception


Notes

1 Par exemple Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, France, A. Colin, DL 2016, 349 p. Introduisant son ouvrage, l’auteur note qu’ « il devient difficile de ne pas refaire toute la sociologie de tous les domaines, car le numérique a ceci de particulier qu’il est « pervasif », c’est-à-dire qu’il pénètre toutes nos activités, des plus intimes aux plus collectives. » (p. 10).

2 Voir à ce propos les travaux de Bruno Bachimont, notamment : Arts et sciences du numérique : Ingénierie des connaissances et critique de la raison computationnelle, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Compiègne, UTC, 2004 http://www.utc.fr/~bachimon/Livresettheses_attachments/HabilitationBB.pdf ; « Pour une critique phénoménologique de la raison computationnelle”», http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-l-education-aux-cultures-de-l-information/pour-une-critique-phenomenologique-de-la-raison-computationnelle.html, 2012.

3 Bernard Stiegler définition ainsi la disruption : « Foudroyante accélération de l'innovation qui fait que la société et tous les systèmes sociaux qui la composent (droit, éducation, langage, institutions académiques, organisations familiales, etc.) et qui arrivent toujours trop tard - ie ne parviennent pas à s'approprier le processus évolutif de la technique, et s'en trouvent du même coup désintégrés, c'est à dire : perturbés au point d'en être déséquilibrés et finalement bouleversés (…). » (« Savoirs et éducation à l’époque des technologies numériques » intervention Journée d’étude de l’Association Professionnelle de l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale, 17/11/16 ; voir aussi Stiegler (Bernard), Nancy (Jean-Luc) et Jugnon (Alain), Dans la disruption: comment ne pas devenir fou ? ; suivi d’un Entretien sur le christianisme, Paris, France, 2016. ISBN : 979-10-209-0362-4).

4 Franck Bodin, « Chronologie des humanités numériques », https://dlis.hypotheses.org/856 (carnet de recherche de Catherine Muller, responsable médiation scientifique d’EnssibLab), novembre 2016.

5 Manifeste des Digital humanities, 2010 http://tcp.hypotheses.org/318 ; Aurélien Berra, « Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques » (26/05/14) https://live3.univ-lille3.fr/video-recherche/connaitre-aujourdhui-lepistemologie-problematique-des-humanites-numeriques.html

6 Digital Studies, https://digital-studies.org ; l’IRI a été créé au Centre Pompidou en 2006.

7 Bernard Stiegler, « Autonomie et automatisation dans l’épistémè numérique », Contribution au colloque de l’ANR Rencontres du numérique, avril 2013 http://www.agence-nationale-recherche.fr/Colloques/RencontresduNumerique2013/fichiers/Steigler.pdf ; site de l’IRI, article Digital studies (2011) http://www.iri.centrepompidou.fr/recherches/digital-humanities/?lang=fr_fr ; Voir aussi, du même auteur : « Organologie de la sphère académique », Canal-U, juin 2013 https://www.canal-u.tv/video/universite_paris_1_pantheon_sorbonne/organologie_de_la_sphere_academique.12514

8 Définition de la recherche contributive : "Une fois repensées dans leur fonctionnement interne, [les technologies numériques] permettent (…) d’élaborer de nouveaux dispositifs d’associations, de transfert et d’échange entre les recherches académiques et les collectivités territoriales, leurs établissements d’enseignement, leurs associations, leurs élus, leurs citoyens. Avec une telle recherche contributive, ce sont en effet tous les acteurs sociaux qui sont potentiellement concernés, et parmi eux, les enseignants et les apprenants du monde scolaire. (…) La recherche contributive constitue donc une réactualisation des principes de la recherche action et fonctionne sur la base de l’utilisation par les acteurs sociaux d’outils numériques contributifs leur permettant non seulement d’enrichir les corpus des chercheurs et de leur faire des retours critiques, mais aussi de contribuer à des dynamiques de co-design des instruments de la recherche, à savoir les outils numériques en question, et comme nous l’avons vu précédemment, à travers l’aspect réflexif de ces technologies (traces, etc.)."

Source : Geoffroy (Paul-Emile), « Réseaux de savoirs. Production et transmission des savoirs à l’ère du numérique et de l’économie de la contribution (IRI) », mars 2017.

URL : http://www.ires.fr/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/4412-reseaux-de-savoirs-production-et-transmission-des-savoirs-a-l-ere-du-numerique-et-de-l-economie-de-la-contribution p. 55.

9 « Enseignement de la Cartographie des Controverses | Sciences Po | MedialabSciences Po | Medialab », [s.d.]. URL : http://www.medialab.sciences-po.fr/fr/projets/teaching-controversy-mapping/. Consulté le 17 mai 2017 ; Julien (Aurélie), « La cartographie des controverses – Ludovia Magazine », 2017. URL : https://www.ludovia.com/2017/04/la-cartographie-des-controverses ; Groupe SVT de l’académie de Créteil - Lycée Germaine Tillion (Le Bourget), « Enseigner par la cartographie des controverses », 2017. URL : http://svt.ac-creteil.fr/IMG/pdf/flyer_controverse.pdf

Sources
Illustration : ALLOUCHE, Élie. Nuage de mots réalisé avec Tagul


Lettre proposée par la DNE A2
Coordination : Pascale MONTROL-AMOUROUX, Pierre NOBIS
Rédaction : Élie ALLOUCHE
Contact : dgesco.numerique@education.gouv.fr
Site : http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/

Pour signaler vos scénarios sur les ÉDU'bases, contactez votre IAN