Quelles compétences nécessaires à la résolution de problèmes les exerciseurs permettent-ils de développer ?

Ce chapitre a été réalisé dans le cadre des TRAAM 2008-2009
 

L’utilisation de logiciels de type « exerciseurs » (logiciels proposant des énoncés et en mesure de valider ou d’invalider de manière interactive la réponse de l’élève) est une pratique assez répandue, tant chez les enseignants que chez les élèves. Toutefois, l’usage de tels outils ne fait pas l’unanimité et les arguments du débat sont souvent liés à la critique des logiciels eux-mêmes, leur rigueur mathématique, leur interactivité, leur ouverture. Par ailleurs, l’attractivité d’un tel support et la familiarité du contexte multimédia pour les élèves ne faisant aucun doute, nous allons  placer notre réflexion sur un autre plan :

 

  • Quelles compétences développe-t-on avec ce type de logiciels ?

  • Quelles sont les conditions pour que cette utilisation soit efficace ?

  • Quelle articulation faire entre l’utilisation d’exerciseurs et l’activité mathématique de la classe, notamment dans le cadre de la résolution de problèmes, qui constitue la finalité de l'enseignement des mathématiques ?

 

 Il  existe une grande variété d'exerciseurs, et l’apport réel n’est évaluable que pour un exercice donné et dans un contexte donné. Toutefois, nous nous intéresserons à deux familles d’exerciseurs pour lesquels on ne peut avoir les mêmes attentes, que nous nommerons, pour plus de commodité : les "répétiteurs" et les "vérificateurs". Bien entendu, ce découpage cache une variété plus importante dans le monde des exerciseurs, certains exercices se situant entre ces deux descriptifs.

 

Cette rubrique est le reflet de la mutualisation des travaux de groupes d'enseignants des académies d'Aix-Marseille, Besançon, Lille, Lyon, Nancy-Metz, Paris, au sein d'une action nationale pilotée par la SDTICE.