Éduscol
Accueil    Actualités    Une lecture : Atlas de la France médiévale

Actualités

Une lecture : Atlas de la France médiévale

Maître de conférences en histoire médiévale, Antoine Destemberg propose un Atlas de la France médiévale. Hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle.

Comportant plus de 70 cartes et graphiques, cet atlas publié aux éditions Autrement organise cette longue durée d’un millénaire en un plan chronologique classique : la longue durée de la Gaule et le royaume des Francs, la féodalité dans le royaume capétien, le « beau Moyen Âge » et l’automne de la France médiévale. Cet ouvrage présente trois intérêts majeurs.

Premièrement, il articule efficacement histoire et géographie en soulignant que l’espace n’est pas une donnée naturelle mais une construction. Nombre de principes contemporains (frontières linéaires, territoires délimités, États souverains…) sont en effet étrangers au Moyen Âge. L’espace médiéval est d’abord vécu, discontinu et polarisé et se confond avec la conception du pouvoir qui se fonde sur des jeux d’emboîtements et de superpositions qui aboutissent à des systèmes de marqueteries complexes et mouvantes, y compris pour la seigneurie. D’où le sous-titre d’« Hommes, pouvoirs et espaces ». L’ouvrage présente bien le lent processus de territorialisation du pouvoir royal qui ne s’affirme in fine qu’en fin de période alors que le mot même de frontière est d’apparition tardive.

Deuxièmement, il présente et analyse l’émergence très progressive de la « France », entendue au sens d’une nation faisant se confondre un peuple et un territoire partageant un destin commun au tournant des XIIe et XIIIe siècles lorsque les Capétiens commencent à recourir au titre de « roi de France », sans délaisser pour autant celui historique de « roi des Francs ». Car durant la période médiévale domine un régime de « cospatialité », une pluralité de territoires vécus, des logiques de concurrence et d’emboîtements de différents espaces sur un même territoire : face aux territoires des seigneurs, des princes ou des villes, le territoire du roi ne devient que très progressivement celui du royaume.

Troisièmement, cet ouvrage présente de nombreuses cartes à toutes les échelles, de la micro-histoire (palais de la Cité, un grand domaine agricole, une seigneurie, Reims, le Palais des papes…), à l’espace français (monastères au Ve siècle, et sous-continental (Empire carolingien, Cluny et Cîteaux, origine géographique des croisés, ordres mendiants, peste noire…) et au cadre élargi de l’Occident latin (universités…).


Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programme :


Autres actualités en lien :


Voir aussi sur le portail :





Publié le 31.08.2017

Retour aux articles