Éduscol
Accueil    Éditorial

Accompagnement

Cette année scolaire est incontestablement marquée par la mise en œuvre d’une nouvelle organisation – dite curriculaire – de la scolarité obligatoire portée par la mise en œuvre de nouveaux programmes aux cycles 2, 3 et 4.  D’une certaine façon, l’enseignement de l’éducation musicale avait anticipé une partie essentielle de ces évolutions puisque, depuis la rentrée 2009, il reposait sur un seul texte programme couvrant la totalité des années collège.  Sa mise en œuvre effective supposait déjà que les professeurs s’en emparent pour construire une succession de séquences annuelles permettant la progression des apprentissages chaque année et sur l’ensemble des niveaux. Dès lors, l’expérience acquise est un incontestable atout pour que l’éducation musicale tienne toute sa place dans cette nouvelle organisation et apporte une contribution essentielle à la formation générale, artistique et culturelle de tous les élèves.

Les programmes pour l’éducation musicale  sont aujourd’hui resserrés et soulignent d’autant mieux les objectifs de formation qui doivent être atteints (« compétences essentielles »). Ils sont introduits par un texte programme commun à toutes les disciplines enseignées visant à inscrire chaque programme spécifique dans la perspective de l’acquisition par tous les élèves des compétences visées par le socle commun de connaissances, de compétences et de culture (« Contributions essentielles des différents enseignements au socle commun »). Cet enjeu est essentiel et éclaire tous les programmes disciplinaires dont celui pour l’éducation musicale.

Ces nouveaux textes de référence sont maintenant enrichis de ressources d’accompagnement destinées à en préciser certains points, à en faciliter la lecture ou bien encore à nourrir la réflexion que chaque professeur doit conduire pour construire sa pédagogie. Ils forment un ensemble qui, pour paraître parfois disparate, traite de la plupart des grandes questions qui ne cessent d’interroger le professionnel de l’éducation musicale. Plutôt que des outils directement opérationnels, des exemples de mise en œuvre ou encore des témoignages de séquences réalisées, il s’agit de synthèses d’expériences et de réflexions issues des travaux menés par l’ensemble des acteurs de l’éducation musicale ces dernières années. Conçues et rédigées par une équipe de professeurs et d’inspecteurs, ces ressources doivent être des points d’appui pour mener des démarches personnelles de réflexion comme nourrir des actions de formation académique.

Parmi ces ressources, l’une d’entre elles approfondit la question de « l’évaluation des progrès des élèves », question qui résonne fortement avec des évolutions plus générales actuellement mises en œuvre (évaluation par compétences, livret scolaire unique, bilan périodique, nouveau diplôme national du brevet). Elle sera bientôt complétée d'exemples de situations concrètes déclinant l’approche proposée et permettant d’en illustrer la stratégie. Car il s’agit d’un enjeu majeur : si chaque professeur doit pouvoir mesurer précisément les progrès de ses élèves (pour eux, leurs parents, l’institution mais aussi… pour lui), il doit aussi veiller à ce que cette exigence évaluative ne diminue pas le temps des apprentissages, ce temps essentiel où les élèves écoutent et font de la musique.

Qu’elle soit produite ou perçue, la musique s’adresse d’abord à la sensibilité de chacun. En retour, celle-ci nourrit la raison qui permet de se forger une culture… qui étend à son tour l’horizon du sensible. Cercle vertueux… Mais aussi dialectique spécifique aux arts que le pédagogue ne peut cesser d’interroger pour exercer efficacement sa mission. Entre socle commun, programmes et ressources d’accompagnement, il dispose aujourd’hui d’un ensemble de références et de réflexions pour que les élèves découvrent grâce à lui le plaisir de la musique, le plaisir d’en faire, le plaisir d’en écouter, le plaisir d’en découvrir, le plaisir de la partager… Son plaisir.

Vincent Maestracci,
Inspecteur général de l'Éducation nationale