Enseigner (enfin) l'oral à l'heure du numérique. Ateliers pédagogiques 2014 du séminaire "Les métamorphoses de la parole à l'heure du numérique".

Atelier 1 : Préparer un oral d'examen

L'arrivée du numérique permet de mieux individualiser l'accompagnement de l'élève, placé dans des conditions de prestation souvent proches de l'examen, facilite l'évaluation, incite à pratiquer l'auto-évaluation, et surtout un travail aussi bien en classe qu'à la maison.

Préparer un oral d'examen à l'aide du numérique
Animateur : Guy Cherqui, IA-IPR, académie de Grenoble

La question de l'oral est l'un des serpents de mer des pratiques pédagogiques depuis de nombreuses années, d'autant que notre système éducatif privilégie l'écrit. S'il y a plusieurs types d'oraux, l'oral d'examen, par ses enjeux, impose une certaine urgence dans la préparation des élèves d'une part, et des modalités formelles particulières qu'il est difficile de mettre en œuvre avec des classes nombreuses.
L'arrivée du numérique permet de mieux individualiser l'accompagnement de l'élève, placé dans des conditions de prestation souvent proches de l'examen, facilite l'évaluation, permet de s'auto-évaluer, et surtout permet un travail aussi bien en classe qu'à la maison.
L'atelier va présenter deux projets, l'un concernant le collège et la préparation de l'épreuve d'histoire des arts, première épreuve orale d'examen d'une carrière d'élève, l'autre le lycée et la préparation de l'épreuve orale de l'EAF, plus formatée encore que celle d'histoire des arts.
Dans les deux cas, les élèves sont mis face à leurs prestations, et les deux projets placent au centre la question d'un oral comme discours développé et argumenté, et la question du passage du commentaire écrit à la prestation orale, de l'écrit oralisé, mais préparent aussi l'élève à mieux maîtriser les émotions légitimes d'un oral d'examen.
Le numérique, permet dans la préparation de l'examen un travail collaboratif, de collation et de conservation des données et des ressources textuelles, sonores et iconiques qui facilite le travail de préparation « académique ». Il consolide et ordonne la préparation de l'élève au niveau des contenus.
Par ailleurs, il y a un stress d'examen comme un stress de la caméra ou du micro qui impliquent urgence et réactivité de la part de l'élève. Le passage par le numérique permet à la fois une auto-évaluation et des reprises multiples qui sont autant d'entraînements individuels.

Ainsi l'atelier cherchera à la fois à dénouer les nœuds et les difficultés inhérentes à ce type de travail, à en mesurer les effets sur l'élève, mais aussi faire un sort à toutes les difficultés avancées sur la préparation à l'oral et sur les pratiques orales.

Quelle relation avec l'oral ou avec la parole ?
- Le commentaire d'examen présente la difficulté du passage des écrits préparatoires à la synthèse, puis au développement oral de l'exposé et des réponses au jury.
- Préparer à l'oral d'examen vise à ce que les élèves mettent en parole leurs pensées et leurs écrits, et puissent rassembler en situation de temps très limité leurs connaissances et choisir les plus cohérentes avec le sujet.

Quel apport du numérique ?
- Les difficultés de ces épreuves sont en partie de l'ordre de la conservation et de la réutilisation de données : travailler sur plateforme peut permettre de soulager l'effort de l'élève.
- Les difficultés de préparation aux oraux tiennent au temps limité du travail en cours et au nombre des élèves : le travail synchrone ou asynchrone de l'oral sur tablettes permet de pallier les deux difficultés.
- Le numérique facilite le travail sur les données et leur conservation, mais amène aussi à travailler l'oral de manière synchrone ou asynchrone. Il permet à l'élève de s'enregistrer et de s'écouter et donc de s'évaluer, et au professeur de prendre en compte la qualité des prestations orales au même titre que celle des écrits.
- C'est enfin un outil que les élèves peuvent s'approprier pour leur travail personnel hors la classe.

Inspecteurs référents :Jean-Baptiste Lepetz, IA-IPR, académie de La Réunion, Guy Cherqui, IA-IPR, académie de Grenoble
Enseignants animateurs :
• Virginie Pfeifer, IATICE, professeure de Lettres classiques au collège Marcel Goulette, Piton Saint-Leu, académie de La Réunion
• Hélène Savin, professeure de Lettres au lycée Marie Curie, Echirolles, académie de Grenoble
Consulter :

  • La captation vidéo de l'atelier (à venir)
Mis à jour le 23 mars 2015
Partager cet article
fermer suivant précédent