Ateliers 2011 du séminaire « Métamorphoses du livre et de la lecture.. »

Atelier B4 - Les manuscrits d'écrivains, des paysages d'écriture pour lire, écrire et publier. Brouillons numérisés et usages pédagogiques

Françoise Gomez, IA IPR Paris et Anne Zali, responsable du service des actions pédagogiques à la BnF

L'accès moderne à ce qu'il y a de plus « primitif » dans l'écriture, le brouillon, ou l'épreuve annotée, pose à la transmission scolaire une série de questions qui seront abordées au cours de cet atelier.

Une première étape permettra d'approcher la construction du personnage de l'écrivain aujourd'hui, à partir de documents audiovisuels et de documents numérisés. On explorera le lien de l'écrivain à son texte à travers une démarche ludique partant de l'image publique véhiculée par les médias, pour aller vers l'intimité de l'écriture. L'objectif est de proposer un parcours qui permette à des élèves de lycée de s'interroger sur la place que la société accorde à l'écrivain et sur la possibilité, pour l'écrivain, cheminant à la rencontre de ses lecteurs, d'une parole sur sa propre écriture.

Par ailleurs, le retour au statut calligraphique de l'écrit, en escorte numérique du texte imprimé, change le statut de la page mais aussi de l'écriture, lui permettant de revêtir une identité plastique jusque-là ignorée du lecteur. C'est la notion de « paysage d'écriture » qui sera illustrée dans un deuxième temps de l'atelier. Il s'agira d'abord de situer l'émergence du brouillon dans son double contexte historique et culturel, puis de voyager à travers mille et un paysages d'écriture.

En effet, l'avant-texte de l'écrivain s'écrit loin de toute assignation au lisible. Pages déréglées, pages en liberté, sauvages et parfois secrètes, pages vertigineuses, les brouillons d'écrivains offrent une grande diversité de paysages graphiques, chacune d'elles est une « forêt de grands mondes ». Chaque brouillon est aussi une empreinte révélatrice d'une posture d'écriture : innocence, jubilation du verbe ou jeu combinatoire ou travail de forçat sur la langue, écritures à processus ou écritures à programmes, chaque écrivain a bien sa manière propre.

Dans un temps conclusif, l'atelier se propose d'évaluer l'apport de cette exploration « amont » pour la lecture des œuvres et l'enrichissement par chacun de sa propre écriture. Cette approche par les manuscrits d'auteur peut en effet permettre en classe d'acquérir de l'œuvre une vision dynamique, non seulement génétique, mais comme un "work in progress" pouvant renvoyer à la pratique personnelle de l'écriture par les élèves.

Voir aussi

  • La fiche n°7 de la brochure 2011 : Brouillons numérisés et usages pédagogiques. En cheminant avec Zola. Patricia Chabot (Académie de Paris)
  • Que sont les brouillons devenus ? : Conférence donnée à la BnF par Camille de Toledo et Pierre-Marc de Biasi (2011)

Animateurs : Mathilde Jamain, Service des actions pédagogiques de la BnF
Patricia Chabot, professeur agrégé de lettres, lycée Charlemagne (Paris)

Partenaires : Bibliothèque nationale de France, Service des actions pédagogiques ;
Joël Hüthwohl, directeur du département Arts du spectacle

Atelier du 23 novembre 2011
Programme national de formation

Mis à jour le 08 mars 2012
Partager cet article
fermer suivant précédent