L'actualité d'éduscol

Transcription du clip "Les préfets des études dans les ÉCLAIR"

Voix off : Dans les établissements scolaires du programme ÉCLAIR, les préfets des études ont un rôle essentiel pour développer une plus grande cohérence entre les champs pédagogiques et éducatifs. Ils fédèrent les projets collectifs et impulsent des actions innovantes ou des expérimentations. Les préfets des études assurent par niveau un suivi plus personnalisé des élèves.

Alain Ouvrard, principal du collège Youri Gagarine de Trappes : Alors, les préfets des études depuis la rentrée 2010 sont essentiellement basés sur de l'articulation, sur la communication. Ils sont pivots de l'action entre l'élève, sa famille et les acteurs pédagogiques que sont les enseignants, mais aussi les professeurs principaux et les CPE évidemment.

Voix off : Les préfets des études contribuent à l'élaboration de la politique pédagogique et éducative de l'établissement.

Julie Arcuset, préfète des études : Alors, cette année, les activités mises en place découlent tout naturellement des axes que l'on a déterminés pour chaque niveau en fonction de notre projet Préfets des études.

Alain Ouvrard : Sur le niveau de sixième, on est essentiellement sur l'identification des élèves, voilà. Quel est son parcours ? Quelles sont ses difficultés ? Et puis on voit quelles sont les propositions.

Julie Arcuset : Ça se traduit quotidiennement par un travail en partenariat durant notamment les réunions de veille éducative. Et ce travail se décline sous deux formes :

  • un partenariat avec les personnels internes à l'établissement : conseillères d'orientation, pôle médico-social
  • et dans un second temps, ressources extérieures à l'établissement que l'on va solliciter quand cela s'avère nécessaire.

Alain Ouvrard : Pour le niveau de cinquième, pour le coup on est plus sur le champ de la prévention. On a identifié l'élève donc maintenant quelles sont les actions de prévention qui peuvent être mises en place individuellement ou collectivement sur l'ensemble du niveau ou l'ensemble d'une classe.

Julie Arcuset : Une de nos activités est un partenariat avec une association d'étudiants l'AFEV avec laquelle on travaille sur une ouverture culturelle l'année prochaine sur un projet intitulé Tous acteurs des quartiers.

Alain Ouvrard : Sur le niveau de quatrième, l'âge de l'adolescence ne facilitant pas les choses, on est plus sur la résolution des conflits, gestion de conflits.

Julie Arcuset : Partenaire privilégié : la police avec laquelle nous travaillons avec un protocole particulier qui vient quotidiennement rencontrer les familles et les élèves au sein de l'établissement.

Alain Ouvrard : Et puis enfin pour le niveau de troisième, on est essentiellement sur l'orientation.

Julie Arcuset : On a pas mal de familles qui ne connaissent pas ces enjeux là d'où l'importance pour nous de les rendre acteurs et qu'ils soient pleinement associés à ces décisions d'orientation et puissent s'en saisir.

Voix off : Les préfets des études animent le travail des équipes et travaillent en étroite collaboration avec les conseillers principaux d'éducation et les professeurs principaux notamment pour ce qui concerne l'approche plus transversale de la vie de l'élève et la continuité des apprentissages.

Bertrand Jarry, préfet des études : La collaboration avec les différents personnels de l'établissement passe par différents temps. Alors il y a des temps formels connus de tous : la direction élargie, la veille éducative. Maintenant j'insisterai moi sur la nécessité pour le préfet des études de se rendre disponible et d'être toujours à l'écoute des différents professionnels de l'établissement sur des temps qui sont souvent des temps informels. Et c'est là, je dirais, qu'il se joue aussi très souvent l'importance d'une collaboration qui va pouvoir être réussie.

Voix off : Les préfets des études coordonnent des projets pédagogiques et éducatifs qui impliquent des partenaires institutionnels ou associatifs. Leurs missions les conduisent également à être les interlocuteurs privilégiés des parents.

Élodie Caniard, AFEV (Association de la fondation étudiante pour la Ville), déléguée des Yvelines : L'AFEV met en place ce qu'on pourrait appeler un tutorat étudiant-enfant ; donc élève sixième, cinquième, quatrième, troisième avec un étudiant, principalement étudiant à l'Université de Versailles Saint-Quentin donc à côté, à proximité. Et l'idée en fait c'est de travailler sur des objectifs précis élaborés en concertation avec l'établissement scolaire, la Réussite éducative de la ville de Trappes et nous.

Serge Aranguen, commandant de police, délégué à la cohésion police-population : Lorsqu'un adolescent présente des signes de difficulté - en tous cas dans son comportement bien sûr, on ne s'intéresse pas du tout à l'aspect scolaire - le chef d'établissement convoque cet adolescent et sa famille, ses parents ou ses civilement responsables, les convoque sur le temps scolaire, au sein de l'établissement scolaire, devant le délégué de cohésion police-population. Ce délégué fait le travail de rappel à la loi par rapport à l'adolescent, fait un point avec la famille sur ce qu'ils connaissent de la vie de l'adolescent dans l'établissement scolaire et propose à la famille si elle le souhaite donc un accompagnement individualisé

Élodie Caniard : Le rôle du préfet des études au collège Gagarine c'est un interlocuteur qui nous permet d'avoir une communication rapide et directe, d'être efficaces.

Serge Aranguen : Par ailleurs, il développe un travail sur l'accompagnement individualisé de l'adolescent et la relation avec les familles. Or, nous sommes, nous précisément, dans ce travail là.

Nana, élève de troisième : Avec le préfet des études je me renseigne sur mon orientation. Quand j'ai des questions sur mon orientation sur le métier que je veux faire, je vais lui demander un renseignement. Elle va se renseigner pour moi. Plus tard je voudrais faire prof de français aux États-Unis.

Voix off : Les préfets des études qui sont des enseignants ou des CPE, contribuent à instaurer les meilleures conditions de réussite scolaire possibles et un climat scolaire apaisé propice aux apprentissages.

Alain Ouvrard : Alors les préfets des études sont aujourd'hui des acteurs principaux du projet, de la dynamique du programme CLAIR. On est sur une action de cohérence de la gestion de l'ensemble des actions du programme. On est sur un accompagnement personnalisé des élèves et des familles, toujours avec cette notion d'"accompagnement bienveillant". Je pense que c'est très important à redire, ils sont positionnés de cette façon là. Et je crois que la grosse plus-value de l'action des préfets des études c'est d'être aux deux bouts de la chaîne : ils sont dans la réflexion du pilotage, avec toute l'équipe de direction jusque dans la classe, avec les professeurs dans le travail au quotidien avec les élèves et les familles. Donc ils suivent de part en part toute l'action, donc ça c'est une vraie plus-value.

Mis à jour le 06 décembre 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent