L'actualité d'éduscol

Transcription du clip "Le programme ÉCLAIR"

Voix off : Le programme national "Collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite" a été mis en place dans 105 établissements en 2010-2011. A la rentrée 2011, il s'étend aux écoles et aux établissements "Ambition réussite" et devient le programme ÉCLAIR.

Bernard Pepe, principal du collège Saint-Exupéry de Mulhouse : Les objectifs du programme ÉCLAIR c'est de faire réussir la majorité des élèves, sinon tous, et d'améliorer le climat scolaire. Le levier le plus important pour atteindre ses objectifs, bien sûr, ce sont les innovations expérimentations qui vont être mises en place dans l'établissement. 6e/5e : des innovations avant tout pédagogiques portant sur le socle commun, en 6e sur la maîtrise de la langue ; en 4e plutôt des objectifs vie scolaire ; en 3e, deux expérimentations : une expérimentation proprement pédagogique en lien avec le brevet des collèges, et puis une deuxième expérimentation qu'on appelle le projet Passerelle qui va cibler avant tout les élèves décrocheurs.

Voix off : Le parcours des élèves est davantage personnalisé pour favoriser leur réussite grâce à une pédagogie différenciée en classe et des aides personnalisées. Dans cet établissement, des heures et des semaines, appelées CLAIR, permettent une autre organisation du temps scolaire, avec des regroupements d'élèves par groupes de besoin.

Diana Klein professeure de SVT, préfète des études : Au collège Saint-Exupéry, toutes les classes de 6e ont dans leur emploi du temps deux heures qu'on a la possibilité de labelliser CLAIR. C'est-à-dire que trois classes ont en même temps ces heures CLAIR dans leurs emplois du temps, ce qui nous permet d'éclater le groupe classe et de fonctionner en groupe de besoin. On a décidé de travailler essentiellement sur le maîtrise de la langue française. Du coup, les professeurs de français, associés avec les professeurs d'autres disciplines, mettent en place des projets.

Habiba Montoya, professeure de lettres classiques, lisant un texte en classe "L'enfant fut élevé en cachette dans une grotte" : Dans le cadre des semaines CLAIR, nous avons mis en place par exemple dans la première section un travail sur le thème du corps, et nous avons travaillé là-dessus à partir d'un roman.

Élisabeth Solbach, professeure de lettres, expliquant un passage de "On avait évoqué la métamorphose végétale" au tableau en classe : Dans la quatrième séquence, "lire, compétence lire", nous avons choisi une thématique commune qui est "l'Homme et la Nature". Donc on a commencé par lire un texte fondateur, "Daphné et Apollon". On a fait une lecture analytique sur ce document.

Myriam Blanck, professeure des écoles spécialisée, encourageant un élève dans sa réponse en classe : "... Mais Daphné elle a quelque chose de particulier...". Les activités sont bien sûr des activités scolaires avec des objectifs mais proposées de façon plus ludique et où chacun mène une sorte de tutorat pour aider les élèves en difficulté.

Sybille Kachelhoffer, professeure d'anglais, en atelier cuisine avec la classe : "...Yes ... What should we add ?". Les élèves font une recette en anglais. On étudie la recette tout d'abord.

Une élève : I mix all the dry ingredients. They are the flour, salt and baking powder. 

Sybille Kachelhoffer : On décortique le vocabulaire dont ils vont avoir besoin.

Lara Meisel, professeure d'anglais, en atelier cuisine avec la classe : "With the butter you might have to use your hands". On prend des recettes typiquement américaines, avec des ingrédients utilisés, soit qu'on n'utilise pas forcément en France ou utilisés différemment, donc ça les oblige aussi à un petit peu voir les choses autrement.

Voix off : Dans les ÉCLAIR, des préfets des études suivent les élèves d'un niveau. Ils coordonnent et animent le travail pédagogique et éducatif des équipes.

Romain Perron, CPE, préfet des études : Le projet Objectif Brevet est un projet qui vise à la réussite de nos élèves au diplôme national du brevet. Donc on s'est rendu compte en faisant le diagnostic de notre établissement que nos élèves avaient un taux de réussite très très faible au diplôme du brevet. Le projet consiste à supprimer des heures de cours le matin de 8h à 10h et réutiliser les moyens ainsi libérés l'après-midi de 14h à 17h afin de créer des groupes par besoins, compétences d'une dizaine d'élèves environ. On affine ainsi les projets des élèves car cette année par exemple on a créé aussi un groupe d'élèves qui avaient vraiment le potentiel d'aller en seconde générale et on a pu ainsi travailler vraiment l'objectif seconde générale.

Voix off : Le collège travaille en réseau avec les écoles de son secteur.

Diana Klein : Alors cette liaison CM2 - sixième a commencé par une formation qui nous a permis de rencontrer les enseignants du primaire. Et donc elle a permis la mise en route de nombreux projets qui étaient axés principalement sur la maîtrise de la langue française. Des professeurs et des enseignants ont mis en place des petits projets comme une participation au Printemps de l'écriture, par exemple, la rédaction d'un roman à quatre mains.

Romain Perron : Le projet Passerelle est un partenariat entre le collège Saint-Exupéry et deux associations du secteur mulhousien SEMAPHORE Sud Alsace et FACE, Fondation Agir contre l'exclusion. C'est un projet qui vise à la remobilisation d'élèves définis comme décrocheurs.

Claire Rebourg, chargée de mission, FACE Alsace Mulhouse : On a travaillé principalement donc sur le monde de l'entreprise. Donc aussi bien les métiers, les projets professionnels des jeunes.

Chloé, élève de troisième : On nous a appris comment chercher un stage, comment chercher un apprentissage

John, élève de troisième : La façon de s'asseoir aussi, parfois ne pas s'asseoir comme si on était chez nous, quoi.

Cholé : Si on a aussi utilisé ce qu'on doit dire ou ne pas dire,

John : Après si on sait quoi dire, ça va. Ça va tout seul.

Claire Rebourg : Cela leur a permis de trouver peut-être un métier qui les intéresse, qui les dynamise et qui leur donne envie en tous cas d'aller plus loin maintenant et de poursuivre leurs études de façon sérieuse en évitant absentéisme, etc. Ils sont plus ouverts, tout simplement.

Jean-Michel Koch, IA-IPR d'arts plastiques : Nous considérons que le programme CLAIR constitue en quelque sorte un véritable laboratoire pour les collèges de demain. Il ne s'agit bien entendu pas de s'affranchir des programmes nationaux mais il s'agit de trouver pour ces équipes les meilleurs chemins et les meilleures voix pédagogiques pour conduire les élèves de ce collège à l'acquisition des compétences du socle commun.

Romain Perron : Pendant les semaines, les avis de sanctions - donc tout ce qui est heures de colle, incivilités - baissent. L'absentéisme baisse pendant ces semaines. Mais entre les semaines, on a encore du mal à évaluer : "Est-ce que c'est vraiment bénéfique pour les élèves ?". Et ça je pense qu'on ne pourra le faire que quand une cohorte aura fait sixième, cinquième quatrième, troisième au sein de notre établissement, donc essayer de pérenniser ces actions pour le futur.

Retour à la vidéo

Mis à jour le 20 octobre 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent