Lutter contre l'homophobie

Prévenir l'homophobie

À l'école, des élèves ou des personnels peuvent, en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité sexuelle, être victimes d'homophobie. Celle-ci se manifeste par des comportements à caractère discriminatoire, voire des violences, qui tombent sous le coup de la loi (articles L 225-1 et 132-77 du code pénal). En 2015, le sujet de l'homophobie a été explicitement libellé dans les programmes d'enseignement moral et civique. Conjointement, l'institution d'un parcours citoyen de l'élève permet d'inscrire toutes les actions de prévention et de lutte contre les discriminations, notamment homophobes, dans le cadre de la transmission et du partage des valeurs de la République.

Le rôle de l'École

La loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République ainsi que le code de l'éducation, notamment ses articles L. 121-1, L. 312-17-1 et L. 721-2, énoncent clairement que dans ses missions, l'École doit offrir les conditions d'un climat scolaire serein et un cadre protecteur aux élèves, aux personnels enseignants ainsi qu'à tous les acteurs intervenant en son sein. L'École transmet aux élèves les valeurs, les principes et les règles qui permettent de garantir le respect de la personne, de ses origines et de ses différences. Elle contribue, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l'égalité entre les femmes et les hommes, à lutter contre les discriminations, à prévenir les préjugés et les violences sexistes et sexuelles.

L'apprentissage de la citoyenneté et des règles de vie commune, le respect des droits et des devoirs au sein de la communauté éducative constituent des objectifs pédagogiques fondamentaux, au même tire que la maîtrise des connaissances disciplinaires. Un parcours citoyen est mis en place pour chaque élève (circulaire n° 2016-092 du 20 juin 2016). Par ses objectifs, ses contenus et ses méthodes, ce parcours engage tous les enseignements dispensés de l'école au lycée, en particulier l'enseignement moral et civique et l'éducation aux médias et à l'information et il mobilise tous les professionnels de l'éducation. Il participe, s'agissant de la scolarité obligatoire, du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, notamment du domaine « La formation de la personne et du citoyen ». Il favorise la transmission et le partage des valeurs et principes qui fondent la République et l'exercice de la démocratie, notamment la souveraineté populaire, la laïcité, le respect de l'autre et de la différence, l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'ensemble des champs de la vie politique, professionnelle, familiale et sociale, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discrimination.

Parmi les diverses formes de discrimination, certaines sont commises en raison de l'orientation ou de l'identité sexuelle, à l'encontre de personnes lesbiennes, gays, bi ou trans' (LGBT). Ces discriminations sont couramment qualifiées par un seul et unique terme : « homophobie ». Au-delà des actes pénalement répréhensibles, qu'il est de la responsabilité de l'ensemble de la communauté éducative de prévenir, les manifestations de l'homophobie « ordinaire », qui relèvent parfois du harcèlement, peuvent affecter gravement la construction personnelle et la réussite, scolaire ou professionnelle (absentéisme, échecs, comportement suicidaire, etc.). Elles contribuent également à la dégradation du climat scolaire. Pour toutes ces raisons, l'École se doit de conduire une politique active de prévention de l'homophobie en son sein.

Une campagne nationale de prévention : « L'homophobie n'a pas sa place à l'École »

En 2015-2016, le ministère a mené dans les établissements du second degré une campagne de prévention de l'homophobie. Elle s'adressait non seulement aux victimes d'actes violents ou discriminatoires commis du fait de leur orientation ou de leur identité sexuelle, que celle-ci soit réelle ou supposée, mais aussi aux auteurs de ces actes et aux témoins de leurs agissements. Le rôle de ces derniers est en effet primordial pour faire évoluer des situations que l'institution scolaire ne doit pas tolérer.

Cette campagne s'est appuyée sur :

  • des supports numériques, via des messages postés sur les principaux réseaux sociaux depuis les comptes du ministère.

  • un service d'écoute et d'aide à distance, anonyme et confidentiel, accessible à la fois par téléphone ( 0 810 20 30 40 ou 01 58 91 12 92) et par courrier électronique. Ce service, géré par SIS-association, association bénéficiant d'un agrément national au titre des actions éducatives complémentaires de l'enseignement public, s'adresse à la fois aux élèves, à leurs proches et aux personnels, autant que de besoin. Il est animé par des adultes professionnellement formés à l'écoute et au conseil, qui agissent dans le respect de l'individu, sans jugement moral, de manière anonyme et confidentielle et qui sont également en mesure, si nécessaire, d'orienter la personne qui les sollicite vers les structures adaptées à chaque situation (référents harcèlement dans les académies et les départements, structures de soutien psychologique ou médical, structures d'hébergement d'urgence, etc.).

Les autres leviers pour agir à l'École

Agir contre le harcèlement, les violences et les cyberviolences

La mission de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire du ministère propose sur son site « non au harcèlement » des outils d'accompagnement ainsi qu'un guide spécifique « Comprendre et agir : l'homophobie », à l'attention des équipes pédagogiques confrontées à des situations de harcèlement en raison de l'orientation ou de l'identité sexuelle, réelle ou supposée, des victimes. Une assistance téléphonique est proposée aux élèves, aux professionnels de l'éducation et aux parents en appelant le 30 20.

Le site « Non au harcèlement »

Des guides pour accompagner les équipes éducatives :

Comprendre pour agir : l'homophobie

Télécharger le guide « Comprendre pour agir : l'homophobie »


Comportements sexistes et violences sexuelles

Télécharger le guide « Comportements sexistes et violences sexuelles »

Prévention des cyberviolences en milieu scolaire

Télécharger le guide « Prévention des cyberviolences en milieu scolaire »

Former les enseignants

Dans le cadre de la formation initiale des personnels d'enseignement et d'éducation que dispensent les Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE), la sensibilisation à la lutte contre toutes les formes de discrimination fait désormais partie du tronc commun.

Dans le cadre de la formation continue de ces mêmes personnels, cette sensibilisation passe par le Plan national de formation (PNF) et les Plans académiques de formation (PAF).

Mettre en place des séquences pédagogiques et des actions éducatives

1. Dans le cadre des enseignements disciplinaires, l'enseignement moral et civique (EMC) offre l'opportunité de construire des séances pédagogiques sur la thématique de prévention de l'homophobie. Les programmes d'EMC introduisent le sujet de l'homophobie à travers la question du respect des pairs et de l'acceptation des différences d'une part, de l'analyse des préjugés et des stéréotypes d'autre part. L'analyse des phénomènes discriminatoires s'inscrit en outre dans un apprentissage de ce que recouvre l'égalité des droits. Au lycée, un des thèmes d'étude est celui de l'égalité et de la discrimination ; l'homophobie en fait partie intégrante et doit être abordée dans ses dimensions à la fois éthique et civique. Les inégalités et les discriminations de la vie quotidienne, leur gravité respective au regard des droits des personnes, les textes juridiques qui fondent la lutte contre les discriminations sont étudiés. L'exemple de la dépénalisation de l'homosexualité, dans sa dimension historique, illustre le travail qui peut être mené avec les élèves, le cas échéant en partenariat avec la société civile. Les récents documents d'accompagnement de ces programmes proposent deux exemples de séances pour la classe de seconde :
séance 1

séance 2


2. Dans le cadre de l'enseignement aux médias et à l'information, le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information (Clemi) propose des ressources pour accompagner des projets de réalisation de journaux d'élèves et de webradios en collège et lycée.

Site du Clemi

3. Le ministère encourage par ailleurs la mise en place d'actions éducatives, dans les classes ou à l'échelle de l'établissement, notamment dans le cadre de l'éducation à la sexualité, de l'éducation à la citoyenneté et de la transmission des valeurs et principes de la République (parcours citoyen), en articulation avec le projet d'établissement. Pour débattre des modalités pratiques de réalisation de ces actions, les équipes éducatives peuvent s'appuyer sur les instances internes comme le Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), le Conseil pédagogique, le Conseil de la vie lycéenne (CVL) et le Conseil de la vie collégienne (CVC), lorsqu'il existe. Les compétences des professeur-e-s principaux-ales, qui ont un rôle prépondérant dans la vie de la classe dont ils ou elles ont la responsabilité, sont également mises à profit ainsi que l'expertise des conseillers-ères principaux-ales d'éducation (CPE) en matière d'organisation et de participation à la vie citoyenne de l'établissement, conformément à la nouvelle définition de leurs fonctions et missions (circulaire n° 2015-139 du 10-8-2015).

4. La journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, qui se tient chaque 17 mai, offre un cadre propice à la mise en place de manifestations spécifiques.

5. La participation à des concours est un autre levier d'action mobilisable, par exemple :

Le prix national « Éthique et sport scolaire ». L'union nationale du sport scolaire (UNSS) renouvelle chaque année, depuis 2015, un appel à candidatures en direction des associations sportives (AS) des établissements du second degré afin de participer au prix national Éthique et sport scolaire. Les candidats doivent réaliser une action de sensibilisation répondant à l'une des cinq problématiques suivantes : Racisme dans le sport, Sexisme dans le sport, Rejet du handicap dans le sport, Homophobie dans le sport, Violences (verbales, physiques, sexuelles...) dans le sport. Les projets sont portés par un enseignant d'EPS avec son AS et au-delà, avec des enseignants d'autres disciplines ou des membres de l'équipe pédagogique de l'établissement scolaire (CPE, autres).

S'informer sur les modalités du concours « Éthique et sport scolaire »

  • Le prix annuel « Non au harcèlement ». Ce prix, organisé par la mission de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire du ministère, permet aux élèves de 8 à 18 ans de prendre collectivement la parole pour s'exprimer sur le harcèlement à travers la création d'une affiche ou d'une vidéo qui servira de support de communication pour le projet qu'ils souhaitent mener dans leur établissement.

S'informer sur les modalités du concours « Non au harcèlement »

Le clip lauréat du Prix spécial harcèlement sexiste et sexuel 2016

  • Le prix « Buzzons contre le sexisme ». Ce concours est une initiative de la téléweb « Télédebout ». Il est soutenu, notamment, par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, le ministère de la culture et de la communication, le ministère des familles, de l'enfance et des droits des femmes, le rectorat de Toulouse, la direction régionale des droits des femmes, le conseil régional Occitanie, la mairie de Toulouse, le centre audiovisuel Simone de Beauvoir, la radio France Bleu Toulouse, les magazines l'Étudiant, Femmes en Résistance. Il s'adresse à tous les jeunes de 10 à 25 ans, aux enseignant-e-s et à leurs élèves, aux éducateurs-trices, aux animateurs-trices. L'objectif est de réaliser une vidéo d'une durée de 2 à 7 minutes, sur le thème de la lutte contre le sexisme, le cybersexisme et l'homophobie.

S'informer sur les modalités du concours « Buzzons contre le sexisme »

Prendre appui sur des personnes ressources et développer des partenariats

1. Dans chaque académie, les professionnels de l'éducation peuvent solliciter des personnes ressources et des partenaires, institutionnels ou issus de la société civile, notamment du monde associatif, pour co-construire des actions de prévention de l'homophobie.

Ainsi, les personnes chargées de mission pour l'égalité filles-garçons, les personnes référentes pour l'éducation à la sexualité ou encore les personnes référentes harcèlement constituent un vivier de personnes ressources mobilisables.

2. Diverses associations mettent à disposition leur expertise dans la conception de ressources éducatives et/ou l'animation de modules d'intervention, pendant ou en dehors du temps scolaire, dans le respect des projets d'école et d'établissement. Certaines bénéficient d'un agrément de l'académie de leur zone d'implantation. Cinq associations ont reçu un agrément national, du fait notamment d'un territoire d'intervention plus étendu et sont listées ci-après, par ordre alphabétique :

  • Contact, réseau d'associations pour le dialogue entre les parents, les personnes LGBT, leurs familles et ami-e-s, qui interviennent en milieu scolaire pour lutter contre toutes les discriminations.

asso-contact.org

  • Estim', association qui vise à permettre aux jeunes d'entendre le vécu d'autres jeunes, hétérosexuel-le-s ou homosexuel-le-s, à les sensibiliser à l'estime de soi, des autres, aux différences, aux discriminations, à prévenir le mal-être et les conduites à risques.

estim-asso.org

  • Le Refuge, association dont le projet est d'accompagner et héberger les jeunes gays, lesbiennes et personnes transidentitaires en situation d'errance.

le-refuge.org

  • SIS-Association, association de lutte contre le VIH/SIDA, les exclusions et pour la santé sexuelle et son entité SIS-Animation.

sis-association.org

  • SOS homophobie, association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie.

sos-homophobie.org

3. Enfin, divers organismes publics sont susceptibles d'apporter leur concours à la mise en place d'actions éducatives partenariales :

  • Le Défenseur des droits. Au niveau national, le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante qui veille au respect des droits et libertés de chacune et chacun et à la promotion de l'égalité. Toute personne discriminée peut solliciter son recours.

Site du Défenseur des droits

  • La Dilcra, Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Placée sous l'autorité du Premier ministre, cette Délégation interministérielle coordonne non seulement la lutte contre le racisme et l'antisémitisme mais également, depuis septembre 2016, la lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie (LGBT-phobies).

Site de la Dilcra

  • Le Centre Hubertine Auclert. Organisme associé de la Région Ile-de- France, le Centre Hubertine Auclert regroupe des associations, des collectivités locales et des syndicats. Il a pour principaux objectifs la sensibilisation de différents publics à la nécessité de lutter contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et le genre, la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes et la production d'expertise dans ce domaine. 

Site du Centre Hubertine Auclert

Des ressources utiles

L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), entité aujourd'hui intégrée à l'Agence Santé Publique France, propose « Jeune et homo sous le regard des autres », un outil pour les professionnels de la prévention, de l'éducation et de l'animation désireux de s'impliquer dans la réalisation d'actions de prévention de l'homophobie à destination d'adolescents âgés de 11 à 18 ans, s'appuyant sur cinq courts métrages (En colo, Baskets et maths, Les incroyables aventures de Fusion Man, Pauline, Omar) et un livret d'accompagnement.

Site de l'inpes

Télécharger le livret " Jeune et homo sous le regard des autres"

Le ministère de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche propose le guide « Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves », destiné à aider les équipes éducatives à mieux connaître et repérer les signes de mal-être chez les élèves pour y répondre au mieux.

Télécharger le guide « Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves »

L'Unesco édite un guide spécifique « Réponses du secteur de l'éducation au harcèlement homophobe »

Télécharger le guide « Réponses du secteur de l'éducation au harcèlement homophobe »

Les sites académiques offrent également un gisement de ressources diversifiées. Pour exemple :

  • « Homo, Bi, Hétéro, tous se vit, tout se vaut ! », un court métrage et un concours d’affiches, réalisés en partenariat avec l’association « Agir et Lutter contre l’Homophobie par une Éducation au Respect de Tous » (ALHERT) et la région Auvergne (académie de Clermont-Ferrand)

Clermont-Ferrand1Clermont-Ferrand2

  • Le clip vidéo « Léo » réalisé par un Conseil académique à la vie lycéenne (CAVL), en coopération avec la mission Égalité Homme Femme, la Ligue de l'Enseignement et le Clemi local (académie de Dijon)

Dijon

  • Un projet d'action éducative sur la thématique des stéréotypes et des préjugés, à propos notamment des relations femmes hommes et de l’homophobie (académie de Grenoble).

Grenoble

  • « Si j’avais su... », un court métrage réalisé par le Conseil régional des jeunes lycéens et apprentis de Bretagne, en collaboration avec la Ligue de l’Enseignement de Bretagne et l’association Mix-Cité (académie de Rennes).

Rennes

  • Un concours de plaidoiries de la Ligue des Droits de l’Homme (académie de Rouen).

Rouen

Texte de référence

Loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République

Une refondation pour la réussite éducative de tous

Circulaire de rentrée 2016

La réussite de tous les élèves est subordonnée à l'installation durable d'une culture de l'égalité entre les sexes et du respect mutuel qui garantit à chaque élève, fille ou garçon, un traitement égal et une même attention portée à ses compétences, son parcours scolaire, sa réussite et son bien-être.

Le parcours citoyen de l'élève

Un parcours pour la transmission des valeurs de la République, de l'école élémentaire à la terminale.

Circulaire n° 2016-092 du 20 juin 2016

Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC)

Citoyenneté, prévention de la violence, éducation à la santé et à la sexualité : orientations générales.

Circulaire n° 2016-114 du 10 juillet 2016

Le Conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL)

Le CVL est le lieu où les élèves de lycée sont associés aux décisions de l'établissement. Les élu-e-s y représentent les élèves de leur établissement.

L'éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées

Prévention du sexisme, de l'homophobie, etc.

Circulaire n°2003-027 du 17 février 2003

Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

La convention interministérielle 2013-2018 dégage trois 3 chantiers prioritaires : acquérir et transmettre une culture de l'égalité entre les sexes, renforcer l'éducation au respect mutuel et à l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes et enfin s'engager pour une plus grande mixité des filières de formation et à tous les niveaux d'étude.

Mis à jour le 30 novembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent