Éducation à la sexualité

Repères et ressources pour la prévention et le traitement des violences sexuelles de l'école au lycée

L'éducation à la sexualité, contribue à la construction de la personne, à l'éducation du citoyen, ainsi qu'à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Elle doit permettre de sensibiliser et faire réfléchir les élèves à l'importance des notions de dignité, d'égalité, de respect mutuel, et leur faire prendre conscience, par exemple, que les propos sexistes instaurent un rapport de force qui peut conduire à d'autres formes plus graves de violences.

Repères pour la prévention à l'école, au collège et au lycée

La convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, signée le 7 février 2013, vise notamment à assurer auprès des jeunes une éducation à l'égalité entre les sexes. Cet apprentissage de l'égalité, basé sur le respect de l'autre sexe, implique notamment la mise en œuvre d'actions de prévention des comportements sexistes et des violences sexuelles. L'éducation à la sexualité constitue l'un des points d'appui à cette politique éducative au quotidien.

La circulaire du 10 août 2016 relative aux orientations générales pour les comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté, réaffirme la nécessité d'inscrire dans le cadre de la prévention de la violence toute action éducative visant à prévenir les atteintes à l'intégrité physique et à la dignité de la personne, au rang desquelles figurent les comportements sexistes et les violences sexuelles.

L'article L.312-17-1 du code de l'éducation prévoit qu'une « information consacrée à l'égalité entre les hommes et les femmes, à la lutte contre les préjugés sexistes et à la lutte contre les violences faites aux femmes et les violences commises au sein du couple" est dispensée à tous les stades de la scolarité.

La loi n°2016-444 du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées crée l'article L.312-17-1-1 qui spécifie qu' « une information sur les réalités de la prostitution et les dangers de la marchandisation du corps est dispensée dans les établissements secondaires, par groupes d'âge homogène».

Enfin, des séances d'information et de sensibilisation sur l'enfance maltraitée et notamment sur les violences intra-familiales à caractère sexuel sont prévues dans l'emploi du temps des élèves par l'article L.542-3 du code de l'éducation.                                

Ressources pour accompagner la prévention et le traitement des violences sexuelles

Un guide ressources pour aider les équipes éducatives des collèges et des lycées à mieux prévenir et agir face aux situations liées à des comportements sexistes, à des violences à caractère sexuel et à leurs conséquences. Ce guide a été réalisé par la direction générale de l'enseignement scolaire avec le service des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes.

« Comportements sexistes et violences sexuelles »

Un mémento partenarial , à l'usage des chefs d'établissement et de leurs équipes, qui intègre les qualifications pénales et les conduites à tenir notamment pour les révélations de violences sexuelles.

« Conduites à tenir en cas d'infraction en milieu scolaire »

Un guide pratique à l'usage des enseignants et des équipes éducatives victimes ou témoins d'actes de violence.

« Savoir et réagir face aux violences en milieu scolaire »

Campagne de sensibilisation sur le cybersexisme (Centre Hubertine Auclert)

Pour la 1ère fois en 2015 en France, une campagne de sensibilisation est menée par le Centre Hubertine Auclert, centre francilien pour l'égalité femmes-hommes, pour avertir des dangers du cybersexisme, c'est-à-dire des violences à caractères sexistes et sexuels sur les réseaux numériques : Internet, réseaux sociaux, sms/mms .. 

Publication de photos intimes, insultes , humiliations ou harcèlement sur Internet, les jeunes sont particulièrement exposés à de nouvelles formes de violences, au travers de leur utilisation quotidienne d'Internet et des réseaux sociaux. Confronté(e)s à ce nouveau phénomène, les adolescent(e)s ne sont pas toujours consient(e)s de la gravité de ces attaques et ne savent pas toujours quelle attitude adopter ni qui contacter pour faire cesser ces violences. 

Le centre Hubertine Auclert a coordonné, en 2015/2016, une étude auprès de 1200 élèves franciliens, portant sur le phénomène du cybersexisme. Cette étude a été réalisée en partenariat avec l'Observatoire Universitaire International d'Éducation et Prévention (OUIEP) de l'Université Paris Est Créteil.

"Cybersexisme chez les adolescent-e-s (12-15 ans) - Etude sociologique dans les établissements Franciliens de la 5e à la 2nde".

Quelques données de l'enquête :

  • 20% des filles (13% pour les garçons) rapportent avoir été insultées en ligne sur leur apparence physique (poids, taille ou de toute autre particularité physique).
  • 17% des filles (et 11% des garçons) déclarent avoir été confrontées à des cyberviolences à caractère sexuel par le biais de photos, vidéos ou textos envoyées sous la contrainte et/ou diffusées sans l'accord et/ou reçues sans en avoir envie. Cela concerne ainsi près de 3 filles et 2 garçons dans chaque classe.
  • Aujourd'hui, la sociabilité des adolescents et adolescentes passe par la mise en scène et l'exposition de soi notamment via les réseaux sociaux. A travers la diffusion virale de selfies dénudés, les garçons gagnent en popularité, et les filles sont jugées de manière négative et insultées.

En septembre 2016, une nouvelle campagne de sensibilisation sur le cybersexisme est lancée.

Le site de la campagne 

Les ressources en ligne

Des outils de formation développés en partenariat avec la MIPROF

Depuis janvier 2013, la mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF) assure le recueil, l'analyse et la restitution des données sur ces situations. En partenariat avec l'ensemble des organismes, administrations, collectivités et associations concernées, elle participe au développement des initiatives locales.

Les études menées (Lettre de l'Observatoire national des violences faites aux femmes) attestent que ces violences auxquelles assiste l'enfant ont des répercussions graves sur son développement social, psychologique, sexuel avec notamment un risque de reproduction de la violence. Il est essentiel que ces situations puissent être repérées, que l'enfant sache qu'il peut s'épanouir dans un contexte de sécurité et que d'autres modèles non violents et égalitaires existent dans les relations avec autrui.

L'école et les professionnels qui la composent, sont amenés à repérer ces situations, à recueillir la parole de l'enfant et éventuellement du parent victime et à devoir intervenir.

Dans ce cadre, la MIPROF met à disposition des kits pédagogiques à destination des professionnels afin de les accompagner dans la gestion de ces situations.

Parmi les 4 supports, le kit « Tom et Léna » constitué d'un court métrage et d'un livre d'accompagnement, offre aux professionnels de l'enfance et l'adolescence la possibilité de mieux repérer et appréhender la spécificité des situations des enfants et des mères victimes de violences au sein du couple pour mettre en place une aide adaptée efficace et respectueuse de l'enfant et de la mère.
Vous trouverez le lien vers le kit sur le site de stop-violences-femmes.gouv.fr. . Son utilisation dans le cadre de la formation initiale et continue est libre de droits sous réserve d'une information préalable à la MIPROF. Vous pouvez obtenir les liens de téléchargement et les livrets en format numérique en écrivant à formation@miprof.gouv.fr.
 



Mis à jour le 25 novembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent