Séminaire « L'architecture comme fait culturel aujourd'hui »

Perspectives pour l'action éducative

Jean-Louis Langrognet, inspecteur général de l'Éducation nationale, doyen du groupe des enseignements artistiques

Engagement de l'État et des collectivités territoriales, vitalité de la recherche universitaire, multiplication des initiatives éditoriales, travail continu de l'inventaire et des conservations régionales des monuments historiques dans les régions, actions des associations et des CAUE, politique des villes d'art et d'histoire, médiatisation des expositions, des concours et des chantiers les plus spectaculaires, ont contribué à faire aujourd'hui de l'architecture, dans son actualité comme dans sa dimension patrimoniale, un fait culturel majeur.

Débordant le cercle des professionnels et des spécialistes, l'intérêt manifesté pour le cadre bâti touche désormais un vaste public. Mais, tous les intervenants l'ont relevé, la formation du grand public et celle de nombre d'élus demeure encore insuffisante pour permettre une implication critique dans les débats contemporains et une appropriation éclairée des objets et des espaces architecturaux personnels ou collectifs.

La responsabilité du système éducatif est naturellement engagée. On note cependant avec satisfaction que, depuis une quinzaine d'année, les démarches de sensibilisation à l'architecture se sont faites plus nombreuses au sein de l'École. C'est ainsi que des projets pédagogiques ciblés ont vu le jour et aujourd'hui peuvent être conduits dans le cadre de dispositifs transversaux comme les itinéraires de découvertes au collège ou les travaux personnels encadrés en lycée ; des conventions, des chartes ont été signées par les instances départementales ou académiques avec des organismes et des professionnels du monde de l'architecture en vue de soutenir les initiatives des établissements scolaires, l'ouverture d'ateliers, une meilleure approche du patrimoine de proximité et favoriser l'intervention de professionnels ou de spécialistes aux côtés des maîtres. La création d'un enseignement de l'histoire des arts en lycée depuis 1993, enseignement qui touche désormais plus de 6 000 lycéens et qui a fait de l'étude des productions architecturales et urbaines son axe fédérateur, donne désormais - dans la durée et dans un cadre horaire conséquent - la possibilité d'une réflexion approfondie et ambitieuse sur ce qui pourrait constituer les fondements d'une culture architecturale intégrée à la formation générale, ainsi que sur les modalités d'approches les plus fécondes pour les élèves.

Il apparaît dès à présent que l'action éducative dans le domaine de l'architecture ne peut manquer de prendre en compte trois grandes préoccupations modulées selon le niveau des élèves : celle de la mobilisation et de l'enrichissement de l'expérience visuelle et spatiale (échelles, points de vue, déplacements, etc.) permettant des observations hiérarchisées, celle la construction de savoirs indispensables pour comprendre les grands aspects d'un objet architectural dans son site (notions de programme, de fonctionnalité, de typologie, de grands systèmes de construction, contraintes des chantiers, codes graphiques de représentation, etc.), celle d'une information sur les grands aspects institutionnels, les enjeux symboliques et les principaux facteurs de l'évolution de la production architecturale et urbaine dans l'histoire (contexte, commande, données économiques, règlements d'urbanisme, etc.), de sa réception, de sa conservation ou de ses métamorphoses (législation sur les monuments historiques, secteurs sauvegardés, ZPPAUP, opérations de réhabilitation, etc.). Une formalisation de ces réflexions est en cours avec la direction de l'architecture et du patrimoine du ministère de la Culture et bénéficiera à l'avenir de l'engagement de la Cité de Chaillot. Mais, dès à présent, le CNDP s'est engagé dans un soutien à cet effort par la création d'une collection prometteuse, intitulée "Patrimoine /Références" 1 et appelée à fédérer et rendre visible au niveau national des publications documentaires régionales de qualité.

Il revient aux divers responsables académiques (inspecteurs pédagogiques régionaux, directeurs de CRDP responsables d'une carte des ressources, délégués à l'action culturelle), en relation avec les Drac, les maisons d'architecture ou les organismes concernés de favoriser la circulation d'information sur les principaux projets urbains et les chantiers régionaux emblématiques. Mais aussi de faire connaître la liste des protections arrêtées annuellement au titre des monuments historiques - fruit des travaux des Commissions régionales du patrimoine et des sites (CRPS) et de la Commission nationale supérieure des MH -, les publications de l'Inventaire et tout particulièrement les études conduites pour distinguer les édifices appelés à bénéficier régionalement du label "patrimoine du XXe siècle". Mais il appartient à tous de veiller en concertation avec les responsables et documentalistes des CDI de chaque établissement scolaire à l'adaptation et à l'actualisation périodique des outils et ressources documentaires.

Avant de clore ce séminaire, Claude Loupiac et moi désirons exprimer toute notre reconnaissance aux représentants de la Desco qui ont œuvré à la mise en place et au suivi de ces deux journées de rencontre, à la direction et aux personnels de l'INHA qui ont tout fait pour vous accueillir dignement, enfin à tous les intervenants qui ont accepté généreusement de nous faire part de leur expérience et nous livrer leurs réflexions. Nous souhaitons également adresser nos remerciements à l'ensemble des participants pour la vive attention qu'ils ont manifestée tout au long des exposés et des débats et pour la place qu'ils accordent au fait architectural dans l'action éducative.

  1. Parmi les titres parus au CNDP : "l'Architecture du XXe siècle, un patrimoine" par G. Monnier, en 2004, et, en 2005, "la Ville entre représentations et réalité" par Claude Loupiac. Signalons aussi dans la petite collection "outils pour le baccalauréat", toujours au CNDP, le dossier consacré au thème de "la Villa chez Guimard et Mallet-Stevens", 2004.


Actes du séminaire - L'architecture comme fait culturel aujourd'hui 7 et 8 avril 2005

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent