Séminaire « L'internat : Pour qui ? Pour quoi ? »

Présentation de la Maison d'éducation de la Légion d'Honneur

Contribution de Christine Werkoff, intendante générale de la Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur des Loges à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

Le 16 décembre 1805, Napoléon Ier décrète la création des Maisons Impériales d'Éducation pour les filles des légionnaires civils et militaires.
Rappel : l'Ordre de la Légion d'Honneur a été créé par Napoléon Ier le 19 mai 1802.
En 1811, Napoléon installe les orphelines de la Légion d'Honneur dans un couvent sis aux Loges à Saint-Germain-en-Laye, sous la direction de Madame de Lezeau, fondatrice et Supérieure de la Congrégation de la Mère de Dieu. Cet orphelinat devient sous Louis XVIII en 1816, la troisième Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur après Écouen et Saint-Denis.

Entièrement reconstruite sous Napoléon III puis enveloppée de constructions nouvelles en 1962, la Maison des Loges accueille depuis lors, le 1 er cycle de l'enseignement secondaire (le second cycle, ainsi que des classes post-bac - Hypokhâgne, Khâgne et BTS - sont accueillis à Saint-Denis). La Maison d'Écouen a été transformée en 1962 en Musée National de la Renaissance.

 

Vue aérienne de la Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur des Loges

 

La Maison des Loges est située en forêt de Saint-Germain-en-Laye dans un parc de 9 hectares, à 4 kilomètres du centre ville de Saint-Germain.

C'est un établissement public, laïc, appliquant les programmes de l'Éducation nationale, placé sous l'autorité du Grand Chancelier de la Légion d'Honneur.

Pour qui ?

À l'origine : 16 décembre 1805, Napoléon Ier décrète l'établissement des Maisons Impériales d'Éducation pour les filles des Légionnaires civils et militaires.
De nos jours : les Maisons d'Éducation de la Légion d'Honneur sont instituées pour assurer l'Éducation de jeunes filles de nationalité française :

  • aux filles, petites-filles et arrière petites-filles de membres de l'Ordre de la Légion d'Honneur
  • aux filles et petites-filles des membres de l'Ordre National du Mérite
  • et après consultation du Grand Maître de l'Ordre, les filles, petites-filles de Légionnaires étrangers.
    Aucune sélection sur les résultats scolaires.

Année 2001 - 2002

450 élèves réparties en 21 classes (6 troisièmes, 6 quatrièmes, 5 cinquièmes, 4 sixièmes).

 

 

  • constat d'un afflux en 4 ème et en 3 ème , une légère baisse en 6 ème .

Raisons évoquées le plus fréquemment par les parents et les jeunes filles :

  • assurer la continuité d'une tradition : mère, sœur, cousine ancienne élève
  • souhait de non mixité pour travailler dans le calme
  • univers plus cadré que dans les écoles avec externat
  • possibilité de trouver des amitiés solides
  • familles monoparentales (décès, divorces...) ou grave maladie d'un des parents : enfant mis à l'abri.
  • Régimes des sorties :

  • le mercredi après-midi de 13h00 à 16h45
  • le vendredi à la fin des cours jusqu'au dimanche soir 20h00
  • possibilités de passer les week-ends à la Maison des Loges ou à Saint-Denis.

Pour quoi ?

Au départ, la déclaration de Napoléon Ier : " je veux faire de ces jeunes filles des femmes utiles, certain que j'en ferai par là, des femmes agréables ".

Nos Maisons visent à :

  • transmettre des valeurs contenues dans la devise " Honneur et Patrie " gravée sur le fronton de l'école ainsi que dans la Cour d'Honneur ;
  • dispenser une " instruction " de haute qualité (97 % de réussite au Brevet) ;
  • la Maison des Loges offre aux élèves qui le désirent et qui satisfont à un examen d'entrée dans ces sections, la possibilité de s'inscrire en :
    • classe " maîtrisienne " : enseignement approfondi de la musique et du chant
    • classe anglais-allemand : enseignement de front de deux langues comme LV1 ;
  • répondant à leur vocation, elles font une grande part à l'éducation dont l'article R.122 du Code du 28 novembre 1962, précise " qu'elle a pour but d'inspirer aux élèves l'amour de la Patrie et de la liberté ainsi que le sens de leurs devoirs civiques et familiaux et de les préparer par leur instruction et la formation de leur caractère à s'assurer une existence digne et indépendante. "

Comment ?

Personnel :

Personnel de direction : 1 chef d'établissement (intendante générale) détaché de l'Éducation nationale
1 adjoint (censeur des études) détaché de l'Éducation nationale
1 gestionnaire (économe) détaché de l'Éducation nationale
2 conseillères principales d'Éducation (inspectrices) détachées de l'Éducation nationale
Personnel enseignant : 50 professeurs détachés de l'Éducation nationale
Personnel infirmier, de lingerie, administratif, de service... : environ 60 personnes, rattachées au ministère de la Justice
Personnel d'éducation : 21 chargées d'Éducation ayant en charge chacune 1 classe à l'année - corps spécifique aux Maisons (fonctionnaires de catégorie B)

Les Maisons d'Éducation disposent d'un corps de fonctionnaires reconnus par la fonction publique depuis mai 1988. Héritières des " Dames Éducatrices " mises en place dès la création des Maisons, les " chargées d'éducation " assurent, comme autrefois l'encadrement des élèves en dehors des heures d'enseignement et le service de nuit. Elles exercent également des activités socio-éducatives et pédagogiques en collaboration avec les professeurs et peuvent être chargées de travaux de documentation et de bibliothèque. En outre, elles participent aux différents conseils, en particulier aux conseils de classe.

Elles vivent très proches de leurs élèves, facilitant leur travail scolaire et leur bonne adaptation à la vie d'interne. Elles sont le lien indispensable et permanent entre élèves, parents, professeurs et administration.

Fonctionnement

Aux Loges comme à Saint-Denis, les professeur détachés du ministère de l'Éducation nationale auprès de la Grande Chancellerie, suivent les programmes conformément aux directives ministérielles. Le suivi pédagogique des élèves est très soigneusement assuré. Les sections post baccalauréat tendent à élever encore le niveau de l'établissement, tout en l'ouvrant davantage sur l'université et le marché du travail. Un règlement intérieur qui concilie harmonieusement le respect des traditions, une discipline librement consentie et une ouverture sur l'extérieur, la valeur du personnel d'encadrement, les habitudes d'ordre, de ponctualité, de politesse et respect d'autrui contribuent aux bons résultats. L'Association des parents d'élèves des Maisons d'éducation de la Légion d'Honneur est partie prenante dans cette démarche. Cet environnement favorable fait progresser les plus faibles et permet aux meilleures d'atteindre l'excellence.

Le respect des valeurs induites par le code de la Légion d'Honneur est le principe fédérateur des Maisons d'éducation de la Légion d'Honneur.

Cadre de vie épanouissant grâce à :

  • un grand parc, majesté du site, de la Cour d'Honneur ;
  • l'attention portée aux moments de vie et de détente
  • un foyer socio-culturel régi par la loi de 1901 et géré comme un foyer socio-éducatif, qui offre de nombreux clubs le mercredi après-midi ;
  • des réunions festives pour toutes les élèves chaque trimestre : repas amélioré avec soirée dansante ;
  • chaque classe a sa propre salle de classe, où les professeurs des disciplines non spéciales se rendent pour les cours. Classe qui est un peu le " chez soi " des élèves, décorée sur un thème chaque trimestre choisi par les élèves en accord avec la chargée d'Éducation de la classe ;
  • des sorties de classe : une sortie au théâtre par niveau dans l'année ;
  • des sorties de quelques jours en France ;
  • des voyages à l'étranger : découverte du pays et objectif linguistique (Allemagne, Angleterre, Espagne, Maroc...)

Le port de l'uniforme gomme les différences sociales. Les niveaux se distinguent par les couleurs des ceintures (vertes : 6èmes ; violettes : 5èmes ; aurore : 4èmes ; bleues : 3èmes).

Actes du séminaire national "L'internat : Pour qui ? Pour quoi ? " - Paris 24 et 25 octobre 2001

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent