Séminaire « L'internat : Pour qui ? Pour quoi ? »

Temps libre et animation

Animateurs : Alain Grissi et Philippe Daviaud
Témoins : Jean-Paul Houvion, Elisabeth Fabrega, Henri Pastol et Michel Cocotier
Rapporteurs : Claude Michel et Robert-André Charlaigre

Temps libre : période de présence dans l'établissement hors du champs des horaires d'ouverture pour activité purement scolaire. Rapporté à la qualité d'interne cela signifie au quotidien, de la fin des cours au coucher et le mercredi après-midi.

Animation : activité mise en place afin de proposer une occupation saine et encadrée aux internes demandeurs ou oisifs dans un souci de développer ou d'exploiter des compétences nouvelles.

Le lycée professionnel Albert Chassagne est un établissement en milieu rural proposant à la fois des formations tertiaires et des formations industrielles. La population des internes est traditionnellement, pour les garçons, issue, majoritairement, de la filière " maintenance des cycles et motocycles " à recrutement régional voire au delà. Pour les filles elles sont, cette année, exclusivement issues de la filière Vente/Commerce. Nous accueillons 48 internes (8 filles, 40 garçons), ce qui présente l'avantage indéniable d'être une structure quasi " familiale ".

La difficulté de mettre en rapport les notions de temps libre et d'animation au sein d'une telle structure tenait, à l'origine, en la spécificité de la situation économique de la ville où est implanté le lycée. Paimbœuf est dorénavant une ville dortoir soumise aux influences prépondérantes du marché de l'emploi sur le pôle économique de Saint-Nazaire. La population est, aujourd'hui, stabilisée aux environs de 2300 habitants pour une cité qui fut, au début du 20 e siècle, sous-préfecture de la Loire Inférieure avec une population de 10000 habitants. De toute évidence, cette évolution négative a eu pour répercussion la fermeture des activités économiques et avec, des infrastructures culturelles (cinéma, spectacles, etc…).

Ne pouvant avoir recours à des partenaires locaux, le lycée a dû se créer sa propre batterie d'activités ludiques, artistiques et culturelles sachant que toute activité " en ville " (Saint-Nazaire ou Nantes) signifie un coût supplémentaire en transport.

Ces constats établis, nous avons d'abord recensé les besoins des élèves en intégrant le fait que le succès de toute entreprise dans ce domaine relève de l'équilibre entre ce qui peut être réalisé et ce que les jeunes désirent.

Une des animations les plus significatives et les plus profitables entreprise au LP Chassagne fut de créer un lieu convivial et attendu des élèves comme réponse à l'absence d'endroit où se rencontrer dans l'enceinte de l'établissement : une cafétéria.

Le projet

En septembre 1997, lors de la prise de fonction d'une équipe d'encadrement totalement renouvelée (proviseur, deux conseillers pédagogiques d'éducation, chef de travaux et agent comptable), l'absence d'un tel s'est tout de suite révélée un manque évident pour la bonne marche de l'établissement en général et de l'internat en particulier. À partir de l'existant, un projet mis en œuvre sous la responsabilité de la conseillère principale d'éducation a été élaboré :

Il existait bien une pièce mise à disposition des élèves, mais sans matériel dédié, ni encadrement. Cette salle manquait, par ailleurs, singulièrement d'attrait puisque terne et mal entretenue.

Le projet envisageait d'abord la restructuration du local qu'il a fallu agrandir en abattant une cloison puis sa remise en état.

Les moyens

Le foyer socio-éducatif disposant de fonds accumulés depuis plusieurs exercices, une première décision fut de lister les dépenses à prévoir et à imputer, en partie sur cette enveloppe :

  • acquisition d'un mobilier de bar d'occasion. ;
  • acquisition d'une chaîne hifi, ;
  • acquisition de jeux de société, d'un jeu électronique de fléchettes et d'un réfrigérateur.

Un dossier à destination de la région a été monté pour l'achat de mobilier tables et chaises pour compléter les équipements indispensables à l'ouverture de ce lieu.

Dans ce projet, l'animation a représenté l'élément moteur pour sa réalisation.

La réalisation

Pour appuyer la création de cette cafétéria et coordonner par ailleurs les activités culturelles et artistiques, le lycée a eu la chance de recruter une " emploi jeune ". Elle a su s'intégrer à l'équipe qui se mettait en place. Organisé par une des conseillers d'éducation un recensement des objectifs recherchés a fait apparaître une volonté d'implication profonde des internes dans la réalisation du chantier de rénovation. Ainsi pour la décoration du local, le projet prévoyant une remise en peinture totale, une équipe d'élèves ont choisi d'y assurer le travail sur leur temps de loisirs. Encadré par les maîtres d'internat, cette remise en peinture a aussi abouti à la réalisation d'une fresque murale sous la responsabilité d'un maître d'internat étudiant aux beaux-arts.

L'animation de cette activité a mis en relation les internes, les conseillers d'éducation et les maîtres et maîtresses d'internat lors d'une activité où la compétence n'était pas seulement détenue par un adulte mais aussi par des jeunes. Ce chantier a permis aux internes de démontrer des qualités et de s'intéresser à une activité artistique dans le cadre de la réalisation de la fresque en particulier. De plus, à travers ce type d'animation les uns et les autres se côtoient sous un jour nouveau. Les adultes apportent aux lycéens la structure et la rigueur nécessaire alors que ces jeunes ont pu témoigner de leur enthousiasme et de leur capacité à démontrer une implication constante tout au long du projet.

Ces vertus ont, par ailleurs, créées autour de cette réalisation un état d'esprit particulier qui fait que d'année en année, le respect de cet endroit se transmet d'élèves à élèves.

La part prise par les jeunes dans la menée à bien de ce projet fait en grande partie que, trois ans après l'inauguration de cette cafétéria, le lieu est respecté sans avoir à recourir à la discipline.

La situation aujourd'hui

La cafétéria " Le Phare " (son nom de baptême) du lycée professionnel Albert Chassagne, sa conception, son élaboration et sa réalisation ont mis en relief que toute animation doit répondre aux inspirations des internes pour qu'ils s'y impliquent, qu'ils y participent et qu'ils la fasse vivre dans le temps.

Aujourd'hui, ce lieu dont la gestion a été confiée à l'emploi jeune chargée de l'animation, accueille principalement les internes à des moments où il répond à leurs besoins d'un endroit à eux, où ils peuvent discuter librement dans une ambiance conviviale égayée par de la musique devant une boisson, non-alcoolisée bien sûr.

Le succès de l'animation de ce lieu réside aussi dans le fait qu'elle est constamment renouvelée puisqu'elle est aussi faite de ce que les pensionnaires y amènent.

Conclusion

L'animation en internat représente un casse-tête aujourd'hui car nos jeunes sont d'une génération de consommateurs. Alliée à cela, la critique de tout ce qui ne répond pas à leur attente ne tarde jamais à tomber. Peu d'internes comme peu de lycéens sont à même de proposer et de prendre en charge une activité. Pourtant l'absence d'animations structurées nuit à toute structure d'accueil de jeunes adolescents. Le jeu reste, pour nous adultes encadrant ces internes, de les amener à intégrer des animations qui pourront les attirer parce qu'elles leur plaisent. Toute la difficulté sera de tirer le meilleur parti de leurs rares préconisations et d'y apporter notre soutien tout en faisant preuve d'imagination.

À l'évidence, les facteurs de réussite dans l'occupation des temps libres de nos internes et des animations mises en place en regard de ces moments de loisirs sont fonction d'éléments incontournables d'appréciation des besoins exprimés par les jeunes et des compétences nécessaires à l'interne pour répondre à ces besoins. Sans une implication sans cesse renouvelée des encadrants adultes, qu'ils soient conseillers d'éducation, maîtres d'internat, emplois jeunes, intervenants extérieurs et chef d'établissement, il n'est pas possible d'entretenir la flamme fragile sans laquelle notre action peut aboutir. Par ailleurs, une activité réussie aujourd'hui n'aura pas forcément les mêmes résultats demain. Ceci nous contraint à une remise en cause régulière qui devra s'appuyer sur un bilan régulier des actions entreprises et un sondage fréquent des besoins de nos internes.

Quelques animations au lycée professionnel Chassagne

Toujours avec l'appui des emplois jeunes, nous avons élaboré des animations recueillant actuellement l'adhésion des jeunes :

  • des clips vidéo sur les formations développées dans le lycée. Ces productions sont élaborées pour présenter, lors d'une première approche, ces filières lors des portes ouvertes. Ces petits films sont montés grâce aux outils informatiques récents et reçoivent l'adhésion des internes car, là encore, la compétence est partagée entre jeunes et adultes ;
  • l'élaboration et la conception du journal du lycée. Les contributions des élèves sont mises en page et répertoriées grâce aux techniques du traitement de texte et de la photographie numérique. Les élèves du secteur tertiaire maîtrisant ces compétences ont alors la joie de les transmettre à leurs camarades du secteur industriel. Cette interaction les replacent dans un rapport à l'autre nouveau et enrichissant, ce qui n'est jamais pour leur déplaire ;
  • les animations sportives diverses, prises en charge par un conseiller pédagogique d'éducation (football en salle, par une maîtresse d'internat (remise en forme) ou par les élèves eux-mêmes sous surveillance d'adulte (boxe française).


Actes du séminaire national "L'internat : Pour qui ? Pour quoi ? " - Paris 24 et 25 octobre 2001

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent