Éducation aux médias et à l'information

TraAM EMI 2016-2017 : synthèse et analyse

Troisième édition des travaux académiques mutualisés (TraAM) en éducation aux médias et à l'information (EMI).

Thématiques

Cette 3ème édition des TraAM EMI a regroupé 4 académies ayant travaillé en équipes pluridisciplinaires autour de la visualisation graphique de l'information.

Les académies impliquées

Suite à l'appel à projets, 4 académies ont été retenues :

  • Besançon - Marie Adam-Normand (Professeur de Lettres, Coordonnatrice académique CLEMI, Chargée de mission DANE)
  • Bordeaux - Isabelle Martin (Déléguée académique EMI, CLEMI)
  • Créteil - Pauline Le Gall (Professeur documentaliste, Formatrice CLEMI)
  • Orléans-Tours - Karen Prévost-Sorbe (Professeur Histoire Géographie, Coordonnatrice académique CLEMI Adjointe au DAN 2nd degré)

On remarque une représentation disciplinaire équilibrée chez les référents et au sein des équipes. Trois académies (Besançon, Créteil et Orléans-Tours) sont de nouveau impliquées dans les TraAM. L'académie de Bordeaux y occupe une place particulière car ses travaux ont été menés dans le cadre d'un large dispositif régional : soutien d'experts en datajournalisme et open data, projet associé à une recherche MVDE (Médiation et valorisation des données ouvertes et des données de recherche pour l'éducation) menée par l'université de Bordeaux (cf. carnet de recherche Data-cultures) et plan de formation hybride M@gistère des enseignants proposé sur open data et datavisualisation, désormais accessible en autoformation (et module SES consacré aux big data).

Scénarios pédagogiques

De nombreux scénarios pédagogiques ont été produits dans le cadre des TraAM EMI. Les séances et séquences sont référencées dans l'ÉDU'base Documentation et sont accessibles dans leur intégralité sur les différentes plateformes académiques de publication en ligne. En l'absence de dynamique collaborative effective entre académies, on ne relève aucun projet qui témoigne d'une réelle co-construction ou concertation avancée. En revanche, les équipes locales ont su mener de nombreuses expérimentations intra-académiques, inter-degrés et interdisciplinaires extrêmement riches, variées et originales dont :

Initiation au sketchnoting / Orléans-Tours
AnswerGarden et Twictées / Orléans-Tours
Données et téléréalité / Bordeaux
Comment développer mon esprit critique / Besançon
Sollicitations numériques / Besançon
Réalisation d'une datavisualisation / Créteil

En termes quantitatifs, le bilan fait au final état d'un nombre croissant de productions (36) malgré la taille restreinte du groupe. Cela marque donc une continuité par rapport à l'an passé (31 scénarios).

Analyse des productions

La thématique Infoviz a donné naissance à beaucoup de séquences qui s'intéressent au traitement des données, à leur réutilisation et à leur mise en valeur sous une forme graphique intelligible, de manière très « classique » via un tableur (De l'open data au big data / Bordeaux), sur support infographique avec Piktochart ou Easel.ly (séquence bordelaise), voire cartographique. Le recours à la datavisualisation et aux outils de visualisation graphique de l'information s'observe, à la lecture des scénarios, à toutes les étapes d'une séquence pédagogique, à l'occasion d'un remue-méninges, pour traiter des données (avec des logiciels spécifiques comme Vega ; cf Dataviz / Bordeaux), comme « simple » trace écrite (ex : carte mentale dans Comment démasquer les fausses informations ? / Besançon) ou encore pour formaliser un document de collecte (mur Padlet- Cartographier l'identité d'un territoire / Créteil).

On constate que le descriptif de certains scenarii manque quelques fois de précision en termes de déroulement, ce qui peut rendre leur réexploitation problématique. Quelques rares scénarii s'écartent de la problématique proposée. On pourra, entre autres, s'appuyer à ce niveau sur les travaux de Besançon, ou encore sur la trame proposée par Canoprof. Peu de scénarios effectuent un réel bilan du déroulement des activités, à la manière du projet « datavisualisation » / Bordeaux, ce qui permettrait d'envisager plus sereinement la transposabilité de telle ou telle séquence.

Cela dit, des retours sur expérimentations sont clairement exposés : certaines équipes soulignent la nécessité de mettre à disposition un jeu de données accessible pour en faciliter le traitement par les élèves. La plus-value des outils numériques est également tout particulièrement relevée dans l'analyse d'Orléans-Tours que nous reprenons ici :

  • Piktochart a facilité la prise de conscience pour les élèves de l'intérêt de hiérarchiser et d'organiser les informations. Ils ont travaillé sur les chemins et les codes de lecture ;
  • AnswerGarden a permis l'engagement actif de tous les élèves sur une activité. La prise en main a été très facile. La visualisation de l'objectif visé est immédiate pour les élèves ;
  • Popplet est un outil très accessible pour les élèves à besoins éducatifs particuliers ;
  • WordArt a permis de vérifier que les élèves ont bien saisi l'essentiel de leur lecture car ils sont capables de la transformer en mots-clefs ;
  • Thinglink favorise la maîtrise du choix des contenus. Les élèves apprennent à sélectionner et à organiser des informations utiles, visuelles ou textuelles, pour expliciter un sujet ;
  • Lensoo Create favorise l'apprentissage chez les élèves de la communication sur un sujet à l'oral en utilisant des codes visuels et textuels.

Mutualisations

La mutualisation entre toutes les académies peut s'effectuer sous différentes modalités (échanges réflexifs, partage de ressources, propositions de pistes pédagogiques, veille collaborative). Force est de constater que les échanges ont été très limités entre les 4 groupes, en raison de contraintes organisationnelles (aménagement des temps de travail partagés, objectifs divergents, absence d'outil commun de travail collaboratif), difficulté récurrente déjà signalée dans les bilans précédents.
La mutualisation intra-académique, notamment la liaison école-collège, s'est aussi parfois avérée compliquée à mettre en œuvre sur le terrain. Le principal écueil demeure donc la mise en place de séquences réellement co-construites entre les académies participantes.

Publication des ressources

Les productions (scénarii et documents annexes) sont dans certains cas disséminées sur plusieurs espaces de publication. Ces ressources se doivent d'être mises en ligne sur des espaces uniques, ouverts, accessibles, pérennes et contenir l'ensemble des documents accompagnant les scénarii (fiche élève, réalisations d'élèves avec autorisation préalable, tutoriel, bibliographie...). Dans cette optique, il apparaît donc essentiel de ne pas multiplier les plateformes mais de se cantonner à un seul espace clairement identifié pour chaque groupe académique. Par ailleurs, il convient de privilégier des URL courtes, stables et explicites en évitant les accents et autres signes diacritiques. Enfin, pour favoriser la consultation des ressources et leur réexploitation, il apparaît tout aussi important de les proposer sous différents formats (.PDF, .ODT, .DOCX).

Ces diverses dispositions sont essentielles dans l'attente d'une ÉDU'base générique rénovée qui permettra une indexation fine des contenus pédagogiques proposés.

Conclusion

L'Éducation aux Médias et à l'Information s'étend davantage dans le cadre des TraAM EMI 2016-17 aux autres disciplines et enseignements scolaires illustrant par là même sa dimension transversale (voir l'infographie L'EMI et TraAM 2016-17). La thématique proposée offrait de multiples entrées possibles, ce qui explique la présente diversité pédagogique. D'autres pistes peu explorées dans l'édition 2016-17 viseraient à s'intéresser à l'objet graphique en tant que tel et à l'intention de communication derrière cette représentation. Cela permettrait de faire ressortir les objectifs de l'auteur/autrice, les éventuelles erreurs et incohérences de traitement, voire les tentatives délibérées de manipulation du public lecteur...

Mis à jour le 14 novembre 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent