Français

Français cycle 3 - Écouter pour comprendre à l'oral

Les ressources d'accompagnement qui suivent proposent des outils pédagogiques et didactiques ainsi que des apports scientifiques pour aider les enseignants à s'approprier l'entrée "Langage oral" du programme de français au cycle 3 et à la mettre en œuvre dans les classes. Ces ressources ont été conçues et réalisées par des groupes d'experts en partenariat avec l'inspection générale de l'Éducation nationale. De nouvelles mises en ligne viendront les compléter régulièrement.

Quand on pense à l'écoute en classe, on pense d'abord au message oral qu'il est fondamental de comprendre : la parole de l'enseignant. L'analyse de cette parole complexe, qu'il faut aider l'élève à décrypter, doit lui faire prendre conscience des implicites qu'elle véhicule et des différents types d'informations qu'elle transmet.

Plus fondamentalement, ce qui est à construire c'est la dimension cognitive de l'écoute (de l'enseignant, des élèves) : écouter qui et quoi, pour en faire quoi, écouter pour coopérer et construire des significations partagées.

Apprendre l'écoute, c'est aussi apprendre à respecter les règles de circulation de la parole dans un groupe : ne pas couper la parole et attendre son tour, partager le temps.

La tâche de l'enseignant n'est pas simple : il doit en effet mener les échanges, savoir où il va et en même temps accueillir les imprévus de la parole des élèves, en veillant à l'avancée du propos et des apprentissages individuels et collectifs.

Les ressources proposées ici ont pour but d'aider les enseignants à gérer les différentes dimensions de cette communication scolaire complexe.

Que fait l'élève quand il écoute une leçon ?

Au cours d'une leçon dialoguée, un ensemble de significations va être construit en commun. Mais la particularité de la situation pédagogique scolaire est que ces significations ne sont pas connues de l'élève alors que l'enseignant les détient.

Écouter peut-il être un objectif d'apprentissage ?

Le « pourvu qu'ils m'écoutent » est une préoccupation première des enseignants, qui ne veulent pas pourtant d'un silence docile et passif. De quoi parle-t-on alors quand on évoque l'écoute ?

Paroles d'enseignant, paroles d'élèves

Cette ressource propose des pistes de réflexion destinées à aider l'enseignant à rendre son discours plus accessible à tous ses élèves. Sont également proposées des activités pédagogiques entraînant les élèves à s'approprier ce discours complexe.

Première indication de mise en œuvre pédagogique

Comment organiser temps de parole et temps d'écoute pour tous les élèves d'une classe ?

Le dispositif suivant (proposé par Denis Fabé, PRAG à l'université de Valenciennes) permet d'une part de proposer au sein de la classe un groupe restreint de parole où chaque élève a le temps de se dire, de confronter son discours avec celui des autres, et d'autre part de faire de l'écoute un acte réel d'apprentissage. Selon le thème des échanges, ce dispositif peut être mis en œuvre tout au long du cycle 3.

La classe est divisée en deux groupes :

• un groupe de parole de huit élèves, volontaires lors des premières expériences, est installé autour de tables rassemblées au milieu de la salle. Les parleurs n'écrivent rien. Le maître, du moins lors des premières séances, fait partie de ce groupe ;
• un groupe d'« écouteurs » assis autour des parleurs observe. Les « écouteurs » ont une tâche précise : prendre en notes les choses importantes qui ont été dites et leurs remarques sur le déroulement du débat. Ils ont interdiction absolue d'intervenir pendant le débat.

L'activité et les consignes, données par l'enseignant, doivent être assez ouvertes pour permettre des échanges complexes. L'enseignant lance le débat, suit les échanges du groupe ; son rôle consiste à demander des précisions, relancer, faire reformuler, inciter.

À la fin de cette séance, un temps de retour permet aux « écouteurs » d'analyser les conditions du débat, son déroulement, les réussites, les ratages, les trouvailles. Ils proposent des améliorations pour être plus efficace dans ce type de situation. Les idées les plus pertinentes font l'objet d'une fiche technique. Les contenus qui ont émergés lors du débat sont également repris, synthétisés, résumés collectivement et donnent lieu à une trace écrite.

Le double travail écoute/parole permet aux élèves de mieux maîtriser les techniques de l'oral et de percevoir les échanges comme véritables moments d'apprentissage.

Mis à jour le 28 septembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent