Éduscol
Accueil    Actualités  

Actualités

Cancer : ablation préventive, pas si simple

L'annonce de la double mastectomie qu'a subie Angelina Jolie, porteuse de l'oncogène BRCA1, a mis sur le devant de la scène médiatique cette méthode chirurgicale qui peut diminuer le risque chez certaines femmes de développer un cancer du sein et/ou de l'ovaire
Mais la méthode, si elle est efficace dans un nombre de cas restreint, reste risquée de par son caractère chirurgical et l'impact psychologique que peut avoir l'ablation des seins chez certaines femmes. De plus, l'oncogénétique étant encore une science récente, les statistiques concernant les risques de développer un cancer du sein et/ou de l'ovaire dans le cas d'une mutation sur les gènes BRCA1/2 continuent d'évoluer, notamment à la baisse. A ces mutations d'oncogènes, s'ajoutent une composante familiale encore mal connue ainsi que les conséquences des comportements de chaque individu, qui ensemble forment le risque de développer un cancer ou non. 
Ainsi, plus qu'une opération chirurgicale potentiellement traumatisante, l'Institut national du cancer recommande dans un récent rapport un suivi renforcé (des examens bisannuels dès l’âge de 20 ans puis une mammographie, une échographie et une IRM chaque année à partir de 30 ans) pour les porteuses des gènes BRCA1/2 mutés.

Lire l'article du site Universcience.fr

Publié le 24.06.2013

Retour aux articles