Présentation de l'expérimentation

Objectifs

Pendant trois années scolaires, de septembre 2001 à juin 2004, cinq professeurs de sciences économiques et sociales ont travaillé à utiliser un environnement numérique de travail avec des élèves, dans le cadre d'une action d'innovation du ministère de l'Éducation nationale (direction de la technologie DT B1). Cette action s'inscrit dans la politique volontariste menée par le ministère de l'Education, pour développer la mise en réseau des établissements scolaires et pour diffuser des ressources pédagogiques françaises sur Internet. Au cours d'une expérimentation précédente, menée par le même bureau entre 1998 et 2001, sur les utilisations pédagogiques d'Internet par les élèves en sciences économiques et sociales, les enseignants avaient développé des échanges coopératifs entre les élèves par la messagerie et par la publication de textes rédigés par les élèves et par les professeurs sur les sites de leurs lycées.

La multiplication des échanges électroniques avait conduit des professeurs qui participaient à cette action à rechercher de meilleurs outils pour gérer les messages, les différentes versions des textes et la conversion des fichiers texte en documents html. Les uns utilisèrent un logiciel libre Ganesha, d'autres suscitèrent l'écriture d'un programme original de gestion des accès à la messagerie, d'espace de stockage privé pour permettre au professeur et à chaque élève de conserver un accès à ses documents personnels, d'espace de publication commun à la classe pour permette la consultation de données et documents. Il a été décidé en 2001, de mener une action d'innovation pour explorer avec quelques enseignants, des utilisations d'environnement virtuel de travail par les élèves en sciences économiques et sociales :
1. au cours d'activités encadrées par un professeur en classe
2. pour développer des aides au travail personnel de l'élève (hors du lycée) avec des exercices interactifs en ligne avec une messagerie ou un forum qui permettent aux élèves de demander et de recevoir des conseils.
Les professeurs ont été choisis en accord avec les autorités rectorales dans les académies volontaires parmi des enseignants insérés dans des équipes académiques actives en sciences économiques et sociales.

Apports des ENT à l'enseignement des sciences économiques et sociales

Un environnement virtuel de travail est un ensemble d'outils en ligne (messagerie, forum, zone de stockage de fichiers) qui permettent d'améliorer les échanges et les travaux d'un groupe.

Parmi les applications les plus fréquentes, on trouve la mise à disposition auprès des élèves et des parents d'élèves de documents ( cahiers de textes, emploi du temps, carnets de notes, informations administratives sur les changements de salle sur les inscriptions aux examens, sur les vacances…) rédigés par les enseignants et l'administration des établissements scolaires. Par ailleurs des éditeurs et des professeurs utilisent les environnemenst virtuels de travail comme un support pour la diffusion de cours ou d'exercices interactifs plus ou moins individualisés. Dans tous ces cas les environnements virtuels de travail facilitent la diffusion d'informations descendantes de l'institution et des enseignants vers les usagers de l'école.

Ce n'est pas cette voie qui a été choisie dans ce groupe qui a plutôt cherché dans les environnements numériques de travail un moyen pour organiser et faciliter la collaboration des élèves dans leur propre apprentissage. Les instructions officielles en sciences économiques et sociales recommandent de remplacer le cours magistral par l'étude des dossiers de documents dont les élèves tirent des informations des explications des synthèses à partir des questions de leur professeur.

Forums et représentations

Au début de l'étude d'un nouveau thème, les enseignants s'efforcent de faire émerger les représentations des élèves par un débat initié par un QCM, un texte, une vidéo ou un autre document. Pour réaliser cet objectif, l'expérience a montré que les forums électroniques permettent de faire participer plus d'élèves et d'améliorer les échanges.

Publication de notes de cours dans un fichier partagé

Ensuite, après avoir étudié les dossiers de documents, les élèves sous la direction de leur professeur échangent les résultats qu'ils en ont tiré et l'ensemble de la classe élabore une synthèse. L'une des difficultés de cette pédagogie est la mise en commun des réflexions des élèves et la qualité de leurs notes. Disposer d'une zone de fichiers partagés a permis de mutualiser les notes des élèves c'est à dire de les publier et de les améliorer par des échanges entre les élèves et leur professeur. Un espace de publication dans un environnement virtuel de travail des travaux de la classe est un avantage certain pour diffuser des conclusions correctes à toute la classe.

Correction par messagerie forum et partage de fichier

Ce processus de partage de documents rédigés par des élèves pour une confrontation et une amélioration par les remarques des autres élèves ou/et par le professeur a été utilisé pour corriger des devoirs, des fiches de lecture, des fiches de révision... Les propositions d'amélioration des documents peuvent être apportées directement sur le fichier partagé ou elles peuvent être transmises par messagerie ou par un forum. Dans toutes les activités où les élèves apprennent en collaborant entre eux le partage des fichiers la messagerie, et le forum de l'environnement virtuel de travail facilitent les échanges des élèves de la classe et la publication des travaux que les élèves ont réalisés dans un environnement traditionnel.

Les enseignements tirés de l'expérimentation d'un environnement virtuel de travail de classe

Une classe virtuelle au service d'une classe réelle

Dans cette conception, la classe virtuelle correspond donc à une classe réelle.
Selon les classes, les notes de cours les exercices les fiches de lecture ne sont pas tout à fait les mêmes, à la différence d'un manuel en ligne. C'est que les élèves et les classes diffèrent, les élèves ne s'approprient pas de la même manière les concepts et les théories. Le travail collectif ne se décrète pas : des élèves de certaines classes apprécient de s'entraider pour prendre des notes en classe, d'autres l'ont refusé et ils ont préféré collaborer à l'élaboration de fiches de révision. Il s'agit d'un travail collectif de la classe dont les résultats n'ont vraiment de sens que pour la classe. C'est ainsi que l'expérience a montré qu'il vaut mieux vider la plate forme en fin d'année. Les travaux faits par la génération précédente montrent aux nouveaux élèves les résultats de la collaboration de la classe précédente mais cette accumulation de documents a plusieurs fois découragé des classes nouvelles et les a dissuadées de travailler de cette façon.

L'environnement virtuel de travail étend le temps de travail de la classe

Le forum et la messagerie ont permis d'augmenter le temps des échanges entre élèves et professeur. Sans Internet, les moments où un élève peut parler avec son professeur se limitent aux brèves périodes des inter-classes. Ces échanges, au vu de tous, peuvent intimider des élèves qui apprécient de s'adresser à leur professeur par le réseau et aux autres élèves de la classe par un forum. Les débats sur un forum ont rassemblé beaucoup plus de contributions, d'élèves plus nombreux que dans le cadre de la classe où, au lycée, trente élèves n'ont en moyenne que quatre minutes au plus par heure pour s'exprimer. Le forum électronique ne limite pas le temps d'intervention ni le nombre d'intervenants, il permet à tous de prendre correctement connaissance des interventions de tous.
Le temps de la correction est aussi agrandi dans la mesure où la disposition d'une zone de stockage de documents partagés facilite une correction d'un devoir en plusieurs aller et retour entre le professeur et l'élève. Il ne s'agit plus de noter mais d'attirer l'attention de l'élève sur des défauts et de lui demander d'y remédier et de conduire l'élève à améliorer son travail.

L'environnement virtuel de travail remplace d'autres modes de travail. Il ne doit pas demander plus de travail

Ce n'est pas parce que l'environnement virtuel de travail permet d'augmenter les échanges entre élèves et professeur que le temps disponible des uns et des autres augmente. Même si l'environnement virtuel de travail est un bon outil pour travailler à plusieurs sur des notes de cours ou pour améliorer un devoir , ni les professeurs ni les élèves ne peuvent consacrer régulièrement beaucoup plus de temps à ces exercices. Il faut donc veiller, dans la mesure du possible, à utiliser l'environnement virtuel de travail à la place et non en plus d'autres activités pédagogiques. Discuter d'un sujet économique sur le forum remplace un débat en classe ou un QCM sur les prénotions des élèves. Des échanges entre élèves par le forum sur la manière de rédiger l'introduction d'un devoir remplacent un travail de groupe en travaux dirigés. Il faut aussi mettre au point des règles pour limiter le travail par exemple : limiter à deux les échanges entre le professeur et les élèves pour la correction d'un devoir.

L'environnement virtuel de travail modifie les inégalités entre les élèves sans les supprimer

Les classes qui ont participé à cette expérimentation n'ont bénéficié d'aucune mesure particulière en matière d'équipement, elles ont donc subi la fracture numérique. Le fait que des élèves disposent chez eux d'un accès à Internet est discriminant pour l'utilisation de l'environnement virtuel de travail , même si le lycée propose une ou des salles informatiques en libre accès (accès qui dépend tout de même de la présence d'un adulte). L'emploi du temps des élèves et celui des personnes chargées des salles informatiques n'ont laissé, en général, que quelques créneaux horaires aux élèves pour se connecter à l'environnement virtuel de travail au lycée, alors que les lycéens dont la famille est abonnée à Internet ont plus de temps et plus de liberté pour utiliser l'environnement virtuel de travail.

Certains élèves ont été séduits par le mode de travail plus collectif que permet l'environnement virtuel de travail. Ces élèves ont plus et mieux étudié. Des élèves aux performances scolaires moyennes et de tempérament inquiet ont apprécié de confronter leurs notes prises en classe à celle des autres élèves et d'avoir plus de possibilités d'interroger leur professeur. D'autres élèves se sont mis en valeur par leur contribution au travail collectif de la classe. Cependant d'autres lycéens ont fui le risque de s'exposer dans un forum ou dans la communication de leurs textes. On a rarement constaté un effet positif sur les élèves en grand échec scolaire. L'environnement virtuel de travail ne supprime pas les risques de valoriser une élite et d'écarter d'autres élèves.

Les fonctionnalités attendues d'un environnement virtuel de travail

- Un éditeur de textes en ligne et de documents multimedia
- La modification de documents sans avoir à faire un détour par un traitement de textes, sans avoir à se soucier des diverses versions de Word, sans avoir à réfléchir sous quel nom enregistrer les différentes versions d'un document. Il est nécessaire d'avoir un programme tel que Remediatic qui offre une zone de saisie de texte afin de changer des documents gérés par un base de données en php,
- La gestion de l'évolution d'un document travaillé successivement par plusieurs utilisateurs de l'environnement virtuel de travail,
- L'attribution de droits particuliers différents aux élèves et aux professeurs, sur les différentes zones de l'environnement virtuel de travail,
- Forum "à plat" c'est à dire un affichage de l'ensemble des échanges du forum,
- Exportation du forum, c'est à dire la possibilité de lire dans un traitement de textes le fichier d'enregistrement des réponses au forum,
- La possibilité de joindre des fichiers attachés aux messages dans la partie courrier électronique
- La possibilité de rediriger les messages vers une messagerie externe

Perspectives

Pendant la durée de l'expérimentation entre septembre 2001 et juin 2004, cinq professeurs de sciences économiques et sociales ont défriché des usages des environnements virtuels de travail que leurs élèves n'utilisaient le plus souvent que dans le cadre de cette seule discipline.
Dans la mesure où l'utilisation des environnements virtuels de travail se généralisera, il est probable que les élèves ne se conduiront pas de la même façon s'ils utilisent dans toutes les matières cet outil qui sera alors plus familier mais moins excitant. Des règles nouvelles devront être mises au point avec l'aide de ces cinq pionniers qui devront s'adapter à des utilisations pédagogiques différentes selon les disciplines.

Participants à l'action d'innovation

Didier Anselm, académie de Grenoble

Bernard Conte, académie de Nice

Christian Feytout, académie de Bordeaux

Laurent Merle, académie de Bordeaux

Jacques Silvano, académie de Nice

coordination par Catherine Duvernet, ministère de l'Éducation nationale (direction de la technologie DT B1)