Suivez-nous

Mémoire et histoire

Le ministère de la Défense propose d'aider financièrement les écoles et établissements scolaires dans leurs actions pédagogiques liées au devoir de mémoire.
  • Commémoration de la bataille de Bir Hakeim

    Commémoration de la bataille de Bir Hakeim

    En mai et juin 2012, la France et le Royaume-Uni commémorent le 70ème anniversaire de la bataille de Bir Hakeim. Un kit pédagogique permet à la communauté éducative de s'associer à cette commémoration.

  • Concours national de la Résistance et de la Déportation

    Vecteur essentiel de transmission de la mémoire, le concours national de la Résistance et de la Déportation offre également aux élèves l'opportunité d'approfondir leurs connaissances sur certains aspects fondamentaux de l'histoire de la Seconde guerre mondiale. C'est aussi pour eux l'occasion de réfléchir à la dimension civique de ces événements.

  • Palmarès national 2012-2013 CNRD

    Le thème de l'édition 2012-2013 était "Communiquer pour résister 1940-1945". Pendant cette année scolaire, 34 324 élèves issus de 1 720 établissements répartis sur l'ensemble du territoire national ainsi que d'établissements français à l'étranger ont participé au concours. Plusieurs centaines d'entre eux ont reçu des prix attribués, en mai 2013, par les jurys départementaux. Les meilleurs travaux ont été transmis au jury national par les directions des services départementaux de l'éducation nationale.

  • Concours des Petits artistes de la mémoire

    Une convention cadre a été signée le 25 octobre 2011 entre le ministère en charge de l'éducation nationale, le ministère de la défense et des anciens combattants et l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG). Elle renforce les liens entre l'éducation nationale et l'ONACVG notamment les actions éducatives menées dans le domaine de la mémoire des conflits contemporains. Parmi les nombreuses actions menées par l'ONACVG, le ministère porte une attention particulière au Concours des petits artistes de la mémoire.

  • Mémoire des génocides et prévention des crimes contre l'humanité

    Mémoire des génocides et prévention des crimes contre l'humanité

    Le travail de mémoire passe prioritairement par l'éducation des enfants et des adolescents. Depuis 2003, la journée du 27 janvier est l'occasion pour la communauté éducative d'engager une réflexion sur les génocides et de rappeler les valeurs humanistes qui fondent notre démocratie. Une démarche à destination des jeunes générations qui, près de soixante-dix ans après la découverte des crimes commis par les nazis reste toujours aussi importante en termes d'éducation à la citoyenneté.

  • 10 mai : journée officielle de commémoration de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions

    Dès l'école élémentaire et le collège, les enseignements, en particulier d'histoire-géographie, permettent à tous les élèves d'acquérir des connaissances sur la question de l'esclavage. Ces connaissances doivent leur permettre de développer une réflexion civique sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l'humanité.

  • Ressources pour l'enseignement de l'histoire des esclavages et de leurs abolitions

    L'École a un rôle essentiel à jouer dans l'enseignement de l'histoire et la transmission de la mémoire auprès des enfants et des jeunes. La loi du 21 mai 2001, dite « loi Taubira », reconnaît la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité. Dans le cadre défini par le socle commun de connaissances et de compétences, le thème des esclavages et de leurs abolitions est inscrit aux deux niveaux de la scolarité obligatoire, primaire et collège.
    L'inscription de cette thématique dans les programmes d'enseignement doit s'accompagner de ressources pédagogiques adaptées.
    Depuis 2011, au sein de la direction générale de l'enseignement scolaire, un groupe de travail est chargé de dresser un état des lieux des ressources existant dans ce domaine.

Partager cet article