Indexation de ressources

3. Ressources éducatives numériques

Archives ouvertes - OAI

Qu'est-ce que l'OAI (Open Access Initiative) ?

Un enjeu pour les scientifiques : avoir accès gratuitement à leurs publications

« Souhaitant avoir un accès gratuit et immédiat à leurs publications, des communautés de scientifiques ont créé dès 1991 des serveurs pour stocker leur préprints, puis leur postprints, afin de contourner le problème des abonnements coûteux à leurs propres publications. Ces initiatives prirent la forme de déclarations internationales (Open Access Initiative)...
L'Open Access (libre accès) est le principe d'accès gratuit aux publications scientifiques...
L'Open Archive : abusivement traduit en français par "archives ouvertes" est le stockage des publications scientifiques sur des serveurs fonctionnant avec un logiciel "Open Source", permettant une interopérabilité avec d'autres serveurs et offrant un accès totalement gratuit. »
Ces notions sont extraites du dossier très complet sur l'Open Access, réalisé par le service documentaire de l'Ecole nationale des Ponts et chaussées. Il comprend huit chapitres :
1. L'engagement des scientifiques
2. L'e-édition
3. Les bibliothèques
4. Les politiques publiques
5. Perspectives de l'Open Access
6. Terminologie de l'Open Access (glossaire)
7. Brève chronologie de l'Open Access
8. Liens utiles

École Nationale des Ponts et Chaussées, janvier 2006

INIST - Libre accès à l'information scientifique et technique

« Le mouvement du Libre Accès est une réponse au changement que vit la communication scientifique depuis le début des années 1990. Celui-ci a pour origine essentiellement deux phénomènes, concomitants mais indépendants : l’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication dont l’internet, et l’augmentation des tarifs des revues scientifiques.
En réaction, ont vu le jour de nombreuses déclarations et prises de position, en faveur de la libre circulation des publications, venant d’individus mais aussi d’organismes nationaux et internationaux. Elles sont, pour la plupart, en faveur des deux stratégies prônées par l’Initiative de Budapest : l’auto-archivage et les revues alternatives. Elles se sont concrétisées par la mise en place d’archives ouvertes et la création ou transformation de revues dont les articles sont librement accessibles.
Ces deux nouveaux modes de diffusion des résultats de la recherche bouleversent les mondes de la recherche et de l’édition qui s’interrogent quant à leur impact sur, par exemple, l’évaluation de la recherche, le financement des publications et les droits des auteurs.
Ce site se propose de vous tenir au courant, par un fil de brèves, des réalisations, débats, interrogations, études et prises de position de la part des acteurs impliqués dans la communication scientifique, suite à la mise en place de ces nouveaux canaux de diffusion.
Une rubrique Glossaire donne des définitions des principaux concepts du mouvement du Libre Accès. »

openaccess.inist.fr

Les archives ouvertes dans la communication scientifique

G. Chartron, Urfist-Paris

Qu'est-ce qu'une archive ouverte?

« Une "archive":
Le terme est ambigu car il renvoie à la notion d'archive telle qu'elle a été définie par les archivistes, connotation forte avec la notion de préservation sur le long terme associée à une politique institutionnelle.
Dans le contexte de la communicaion électronique scientifique, le terme a ses origines dans la communauté "E-prints" et de ses pionniers, il est ici synomyme de réservoir d'information (appelé aussi parfois "entrepôt"). Le terme est très lié au mouvement "Open Archive Initiative", qui a pour objectif des finalités d'interopérabilité technique entre ces réservoirs (interrogation transversale par des moteurs de recherche).

"Ouverte":
Le terme est lui aussi ambigu, certains auraient tendance à l'assimiler à la gratuité d'accès car de fait, les premières archives (celle de P. Ginsparg et celle de S. Harnad notamment ont marqué une rupture dans l'économie de la publication scientifique, en ouvrant à tous, les publications scientifiques).

Or, dans le contexte du mouvement OAI (Open Archive Initiative), le terme "Open" concerne l'architecture technique de ces archives et n'est pas synonyme de gratuité d'accès. Il s'agit de définir des protocoles communs pour permettre une facilité d'utilisation du contenu par un ensemble de services extérieurs.
Convergence forte avec le mouvement "Open sources" de l'informatique libre. Un logiciel libre, contrairement à une idée commune répandue, ne signifie pas que ce logiciel soit gratuit. Un logiciel est qualifié de "libre" dans la mesure où l’accès à son code-source est libre, ce qui donc n’a rien à voir avec son prix. Chacun peut utiliser, copier, distribuer et modifier librement un logiciel libre. Par ailleurs, les sociétés commerciales peuvent éventuellement en tirer profit en le distribuant. Le logiciel libre s’oppose à la notion de logiciel propriétaire dont l’utilisation, la redistribution et toute modification sont interdites ou exigent une autorisation spécifique.

Il faut donc conclure sur une certaine ambiguïté du terme "Archive ouverte", il n'a pas la même signification selon son contexte d'utilisation. Dans les discours dominants, il est plutôt assimilé à des réservoirs d'articles en accès libre, sans barrière économique et juridique, intégrant ou non des protocoles d'interopérabilité. »

Le reste de l'article porte sur les points suivants

> Les enjeux associés
> Le mouvement OAI (Open Archive Initiative)
> Open Archives Forum (L'initiative OAI européenne)
> Recensement, typologie des archives ouvertes
> Des exemples
> Quelle place des archives ouvertes dans le processus de la communication scientifique?
> Les problèmes de droits liés à la propriété intellectuelle
> Les compétences, les acteurs, les modes de financement
> Les services disponibles pour développer des archives ouvertes

Urfist de Paris, 14/01/2003

Le protocole OAI et ses usages en bibliothèque

François Nawrocki - Direction du livre et de la lecture - Bureau des politiques documentaires
« L'OAI-PMH (Open Archives Initiative’s Protocol for Metadata Harvesting) ou protocole OAI facilite l’échange de données entre des fournisseurs de données (par exemple des bibliothèques ou des musées...) et un fournisseur de service (qui peut être aussi une bibliothèque, un centre de documentation, un portail thématique ou local désirant rassembler des données).
Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine.
Grâce au protocole OAI, une bibliothèque agissant en tant que fournisseur de données a la possibilité d’offrir une visibilité accrue à ses documents, notamment à ses publications électroniques ou à ses fonds spécialisés.
Réciproquement, en tant que fournisseur de service, une bibliothèque peut réaliser une base de données ou un portail documentaire dans son domaine de spécialité ou sur un thème quelconque, en collectant les données descriptives de ressources et documents de tous types, accessibles sur l’Internet dans des entrepôts OAI.
Enfin, le protocole OAI permet de faire communiquer entre elles des bases de données diverses et hétérogènes, et donc de réaliser des partenariats entre plusieurs établissements que rapprochent leurs collections (complémentarité des fonds) ou leurs publics (services culturels d’une même collectivité). »

1. Un protocole simple et interopérable pour le partage des données
     - Histoire et objectifs du protocole OAI
     - Principes fondamentaux du protocole OAI
2.  Concevoir des services OAI en bibliothèque
     - L’entrepôt OAI
     - Le moissonneur OAI
Conclusion
Glossaire

Culture.gouv.fr, janvier 2005

Sites en anglais
Site officiel du projet OAI
Chronologie de l'OAI

Ressources pédagogiques en OAI

CEL (Cours en ligne)
"Le CCSD (centre pour la communication scientifique directe) du CNRS a pour mission d’améliorer et d’étendre les techniques permettant aux chercheurs du monde entier de communiquer directement les résultats de leurs travaux à leurs collègues, en les insérant dans des bases de documents en libre consultation. Le CCSD a développé la plate-forme HAL (Hyper Article en Ligne) qui permet aux chercheurs de déposer librement leurs publications sur une plate-forme interdisciplinaire commune à tous les établissements et universités. HAL assure ensuite la diffusion universelle de ces contenus. Le CCSD propose l'accès à plusieurs bases de documents en libre consultation (HAL et ses portails) dont le serveur "Cours en ligne".
Ce serveur est destiné à offrir aux doctorants qui travaillent dans les laboratoires l'accès à des cours qui peuvent leur être utiles : cours de DEA, des grandes écoles, écoles d'été par exemple. La consultation est libre et gratuite. Les auteurs de cours qui sont disposés à faire bénéficier de cette façon un grand nombre d'étudiants en thèse sont encouragés à déposer ce cours via l'interface prévue à cet effet. Ils sont invités à y donner les renseignements utiles au personnel du CCSD pour identifier ce cours : DEA où il a été enseigné et années d'enseignement par exemple. En cas de modification du cours par l'auteur, il est parfaitement possible de déposer des versions successives. Les textes déposés doivent être complètement rédigés."
La recherche avancée s'effectue par titre, auteur, nom de laboratoire, année de publication, de rédaction, de dépôt.

CEL (Cours en ligne)
http://cel.archives-ouvertes.fr/

Le consortium UNIT (Université Numérique Ingénierie et Technologie) conduit un travail de groupe pour l'ensemble des UNT sur la constitution d'un outil OAI. Les travaux sont actuellement orientés sur la constitution d'un portail ORI-OAI dont le financement est assuré en partie par des subventions de la SDTICE.
Pour en savoir plus :
- sur ORI-OAI http://www.ori-oai.org
   présentation dans le cadre de E-Sup days juin 2006
- sur les UNT : http://eduscol.education.fr/usages/sup/unt/

Les 3 documents suivants exposent une partie des travaux réalisés dans le cadre de ce groupe.

- UVED (Université Virtuelle Environnement et Développement Durable)
"Le projet inter-UNT a pour objectif de développer une solution de référencement et d'indexation de ressources. Dans le cas de ressources pédagogiques, ce référencement se fait sur la base du schéma de métadonnées LOM.
Le principe est de créer un réseau de portails. C'est à dire que chaque établissement conserve ses documents dans un entrepôt de données interne.
Ces entrepôts seront accessibles par un outil d'interrogation appelé moissonneur. Ce dernier va donc interroger l'ensemble des entrepôts de données et importer l'ensemble des métadonnées liées à un document (LOM).
Il sera ensuite possible de faire des recherches sur ces métadonnées pour retrouver un document particulier ou un ensemble de ressources.
Cette partie du site d'UVED prend donc la forme d'un outil de recherche qui permettra de retrouver des ressources mises à disposition par les membres d'UVED dans leur établissement. Bien entendu, cela se fait avec une gestion des droits qui permet de contrôler l'accès aux ressources."

UVED
http://uved.educagri.fr/index.php?id=39

- INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon
"L’INSA de Lyon adhère au consortium UNIT (Université Numérique Ingénierie et Technologie). Les bibliothèques de l’INSA de Lyon sont particulièrement impliquées dans les actions de ce consortium, notamment dans les groupes de travail qui conçoivent le système de partage des ressources pédagogiques entre les établissements du consortium. Ce système répondra aux protocoles et aux normes internationaux de partage, de description et d'indexation de ressources pédagogiques numériques :
- protocole OAI-PMH pour partager des ressources numériques dans une logique de fédération de portails entre les membres du consortium,
- métadonnées LOM pour décrire les ressources pédagogiques selon la déclinaison LOMFR, norme expérimentale du profil français d’application du LOM
- indexation à l'aide des classifications utilisées dans les bibliothèques (Dewey, ...)."

INSA Lyon
http://csidoc.insa-lyon.fr/reseaux.php

- UNIT (Université Numérique Ingénierie et Technologie)
"Le consortium UNIT associe tous les acteurs publics et privés de la formation supérieure en Sciences de l'Ingénieur et Technologie désireux de partager des ressources numériques existantes, des outils, des expériences, et de co-piloter des projets axés sur les TICE (Technologies de l'Information et de la Communication pour l'enseignement). Il vise en particulier une large diffusion sur Internet de ressources numériques capables de renforcer la qualité et la visibilité des formations offertes par les partenaires d'UNIT."

UNIT
http://www.unit-c.fr

Centre d'INdexation et d'Edition de MétA-données pour les TIC
Le Cinematic est un site de ressources pédagogiques proposant une fonction de recherche et une fonction d'indexation. La base de ressources est entièrement accessible à la recherche simple avancée ou thématique... Les références de ce site sont aussi disponibles sous la forme d'archives ouvertes OAI qui peut être librement interrogé et moissonné.
Ce site propose les ressources de l'ENS-Lyon ainsi que des ressources francophones en sciences récoltées dans des archives ouvertes. L'accès à CINEMATIC pour le dépôt de ressources est ouvert à tous les contributeurs et à toutes les structures d'enseignement et de formation.

Centre d'INdexation et d'Edition de MétA-données pour les TIC
http://cinematic.ens-lyon.fr/espace_publication/sciences-de-la-terre/la-terre-structure-composition-evolution/search_XML?collLocation=/db/planetterre/metadata&simpleRequest=atmosphere&schemaID=LOM

Archives ouvertes Cinematic - ENS deLyon
http://cinematic.ens-lyon.fr/oaiRepository

BIUM (Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d'ontologie)
"La BIUM a mis en place un réservoir OAI-PMH, qui permet aux professionnels qui le souhaitent de récupérer les notices des documents mis en ligne dans Medic@.
Les sets mis en place permettent de moissonner le réservoir :
1. par type de document (monographie, thèse, périodique, manuscrit, article, extrait).
2. par série documentaire (e. g. toutes les notices correspondant au Corpus des médecins de l'Antiquité, toutes les notices correspondant à la série "Références").
3. par dossier documentaire (e. g. toutes les notices correspondant au dossier "Galien" au sein de la série du Corpus des médecins de l'Antiquité, toutes les notices correspondant au dossier "Dictionnaires" au sein de la série "Références").
4. par siècle (e. g. tous les documents du XVIIè siècle contenus dans Medic@.)
Deux formats sont proposés: Dublin Core non qualifié, et Dublin Core qualifié.

BIUM (Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d'ontologie)
http://web2.bium.univ-paris5.fr/oai/oai2.php

En savoir plus

Site Open Archives Initiative : site officiel dédié à l'OAI
L'Open Archives Initiative développe et favorise des normes d'interopérabilité qui ont pour objectif de faciliter la diffusion efficace de contenu. Avec le temps, le travail concernant l'OAI s'est accrû pour favoriser un large accès aux ressources numériques pour l'apprentissage en ligne.
http://www.openarchives.org/

Archives-ouvertes.fr
Le site Archives-ouvertes.fr, site de la plateforme partagée française, est issu de la signature du protocole d'accord entre les Etablissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), la Conférence des présidents d'université et la Conférence des grandes écoles (CGE).
http://www.archives-ouvertes.fr

Archives ouvertes et archives institutionnelles des établissements d'enseignement supérieur et de recherche
La sous-direction des bibliothèques et de l'information scientifique, ministère de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche, présente sur son site les archives ouvertes et archives institutionnelles des établissements d'enseignement supérieur et de recherche. Elle recense les sites d'information sur les archives ouvertes et institutionnelles en France, à l'étranger, les projets européens ainsi que les principaux répertoires d'archives ouvertes.

Sous-direction des bibliothèques
http://www.sup.adc.education.fr/bib/

Open Access Bibliography Liberating Scholarly Literature with E-Prints and Open Access Journals.
Bailey, Clarles W. Jr . Open Access Bibliography Liberating Scholarly Literature with E-Prints and Open Access Journals.
http://www.escholarlypub.com/oab/oab.htm

Assurer l'interopérabilité des systèmes documentaires dans les archives ouvertes : enjeux et pratiques
Foulonneau, M. Assurer l’interopérabilité des systèmes documentaires dans Les Archives ouvertes : enjeux et pratiques. Guide à l’usage des professionnels de l’information. Ed. ADBS, 2005.

Usage des archives ouvertes dans le domaine des mathématiques et de l'informatique
"Le mouvement en faveur du libre accès commence à s’implanter dans la communauté scientifique française – du moins en parle-t-elle de plus en plus. Mais très peu d’études ont encore été consacrées aux pratiques réelles d’auto-archivage et de publication dans des revues électroniques libres d’accès. Cet article présente une enquête menée dans un domaine limité – celui des mathématiques et de l’informatique – et auprès d’un nombre relativement restreint de chercheurs. Malgré la taille de cet échantillon, qui ne permet sans doute pas de généraliser tous les résultats obtenus à l’ensemble des chercheurs français, l'analyse des résultats de cette enquête permet de faire quelques constatations éclairantes sur leur attitude face au libre accès."

Wojciechowska, Anna. "Usage des archives ouvertes dans le domaine des mathématiques et de l'informatique". Documentaliste - Sciences de l'information, décembre 2006, vol. 43, n° 5-6.
pp 294 - 302.
http://www.adbs.fr/site/publications/documentaliste/2340_1.php

Publications électroniques et dépôts d'oeuvres en libre accès : les étapes juridiques à suivre par les établissements universitaires et de recherche
"À quelles questions juridiques est confronté un établissement universitaire ou de recherche qui entend proposer en libre accès les articles publiés et les autres travaux de ses membres ? Parce qu’un auteur connaît rarement ses droits et ne fait pas toujours la différence entre donner une autorisation (par une licence) et céder ses droits (par transfert ou transmission), il importe de définir les conditions juridiques de l’auto-archivage et du dépôt dans une archive ouverte : qui est titulaire de quels droits, et comment ceux-ci se répartissent-ils entre l’auteur, l’institution et l’éditeur des textes publiés ? Cette étude s’appuie sur des exemples britanniques, néerlandais et américains, ainsi que sur les réflexions et initiatives du groupe de Zwolle, de la fondation SURF, du groupement SPARC. Elle présente diverses licences de publication, de diffusion (dont les Creative Commons) et d’archivage électroniques."

Mossink, Wilma. "Publications électroniques et dépôts d'oeuvres en libre accès : les étapes juridiques à suivre par les établissements universitaires et de recherche". Documentaliste - Sciences de l'information, décembre 2006, vol. 43, n° 5-6. pp 284-292.
http://www.adbs.fr/site/publications/documentaliste/2339_1.php

Partage et mutualisation de ressources via les métadonnées LOMFR et le protocole OAI
Intervention de Gérard Vidal lors du séminaire "Description, indexation, partage et mutualisation de ressources pédagogiques numériques" organisé par l' INRP les 18 et 19 janvier 2007. Présentation d' exemples de recherches à partir de Cinematic( Centre d'INdexation et d'Edition de MétA-données pour les TIC) - intérêt de l'indexation en LOMFR et du moissonnage OAI.

Télécharger l' intervention (format MP3)
http://www.inrp.fr/INRP/formation-de-formateurs/catalogue/formations-2006-07/description-indexation-partage-et-mutualisation-de-ressources-numeriques

Archives ouvertes : le CNRS Editions autorise ses auteurs à déposer leurs publications sur HAL
CNRS éditions, la maison d’édition du CNRS, autorise les auteurs à déposer leurs publications dans l’archive HAL (hyper article en ligne).
" Jean-François COLOSIMO, directeur général de CNRS Éditions a défini les conditions dans lesquelles des travaux publiés dans le passé par cette maison d'édition pourront être déposés par les auteurs sur le serveur Hal et son archive ouverte. Les modalités de ces dépôts, en particulier le délai et la version à utiliser définissent un schéma novateur, respectueux à la fois des droits d'un éditeur scientifique à vocation commerciale et de ceux des auteurs. La décision de CNRS Éditions est un pas en avant significatif dans le cadre d'échanges fructueux entre auteurs et éditeurs et d'une harmonisation entre les actions des différents acteurs français de la ommunication scientifique."

Communiqué de presse, 25 avril 2007
http://www.cnrs.fr/shs/recherche/actualites/Hal-CNRS-Editions.pdf