Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Monter une action > Exemples d’actions > Un projet de prévention à l’échelle d’un établissement

« Ecole de la route, école de la vie »

Un projet de prévention à l’échelle d’un établissement

Collège Mathurin Martin - Baud - Morbihan (Académie de Rennes) - Prix spécial de la DISR aux Clés de l’éducation routière 2011 (Prévention Routière)

mercredi 29 juin 2011, par Stéphane Guerault


Le projet « santé - citoyenneté - sécurité - responsabilité, école de la route, école de la vie » du collège Mathurin Martin de Baud (Morbihan) a reçu le prix spécial de la Délégation interministérielle à la Sécurité Routière dans le cadre du concours des Clés de l’éducation routière (association Prévention Routière  ).

L’objectif du projet était de faire naître progressivement une culture de la prévention, du respect de soi, du respect des autres, du respect de la vie sur les quatre années de scolarité au collège.

GENESE DU PROJET

Plusieurs facteurs ont donné vie à cette idée, mûrie d’année en année.
Données particulières :

- Une jeune fille qui préparait le Brevet pour l’Exercice de la Profession d’Enseignant de la Conduite Automobile   et de la Sécurité Routière (BEPECASER) souhaitait faire son mémoire sur « l’éducation à la route, tout au long du parcours de l’élève, de la maternelle jusqu’au lycée ». Elle a sollicité mon aide. La conclusion du mémoire fut éloquente quant à l’absence de travail sérieux réalisé dans ce domaine au sortir du primaire.

- Particulièrement concernée par la sécurité des élèves au sein d’un Etablissement Public Local d’Enseignement (EPLE), en tant que Chef d’Etablissement, j’ai souvent été amenée à engager des concertations avec parents, élus et utilisateurs des stationnements aux abords des établissements scolaires. Ce problème de sécurité routière aux alentours proches des collèges est un problème récurant. Je l’avais déjà soulevé en tant que maman et enseignante.

- Persuadée qu’en tant que Personnel de Direction, j’avais un rôle important en la matière, j’ai suivi la formation d’Intervenant Départemental de Sécurité Routière(IDSR) à la préfecture   de VANNES.

Petit à petit, le projet a pris forme et gagné en importance grâce à la rencontre de gens convaincus et des expériences plus modestes menées avec succès.

Un cadre institutionnel me permettait cette action : le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC).

Le principe d’une opération de sensibilisation aux risques   routiers fut d’abord examiné avec l’équipe pédagogique et le comité d’éducation. L’idée fut retenue en 2009 et inscrite pour action en 2010 dans le projet d’établissement. En revanche, il fut admis que la composante route devait s’inscrire dans un ensemble plus large dont l’objectif est d’inciter les élèves à se respecter eux-mêmes, à respecter les autres et à respecter la vie en général.

LES OBJECTIFS DU PROJET

Objectif général :

● Faire de l’éducation routière un enseignement comme les autres,

● Donner du sens à l’ASSR1   et l’ASSR2  ,

● Développer, chez les jeunes et les adultes qui les entourent, une approche positive du code, en établissant clairement son rôle d’organisation de l’espace social de la route. Nos actions de prévention veulent faire cheminer l’élève dans une réflexion crescendo qui, nous l’espérons, fera évoluer en lui la perception communément admise : le code est une contrainte, un interdit ; vers une conception plus constructive : respecter le code c’est protéger la vie, c’est un comportement   de tolérance, c’est l’ouverture vers l’autre, c’est le respect de soi même et de ceux qui nous aime, c’est une marque d’élégance, de politesse et de courtoisie.

Objectifs opérationnels :

● Développer progressivement un esprit de responsabilité et un comportement citoyen chez les jeunes et les adultes.

● Développer les compétences de l’élève qui le projetteront naturellement dans la passation de l’ASSR 1 et 2 et dans l’évaluation du socle commun.

● Faire en sorte que la prise en compte de la sécurité routière soit une finalité et non un passage obligé dont on ne mesure pas la nécessité.

● Impliquer dans des actions communes et concertées l’ensemble des personnels (enseignants et non enseignants) et des institutions dans une démarche transverse, fédérative et cohérente gage de cohésion dans l’établissement.

● Amener les adultes (enseignants et/ou parents) à réfléchir ensemble sur les comportements et les responsabilités. Obligations ; droits ; devoirs ; actions.

● Prouver que l’on peut réaliser des actions intéressantes avec certes de l’investissement mais qui ne sont pas forcement coûteuses.

LA PREPARATION DU PROJET

Pédagogie


Equipe pédagogique

Après plusieurs rencontres avec différents acteurs et une démarche menée en amont avec les parents, les enseignants, le réseau santé citoyenneté nous avons en premier lieu établi le bilan de ce qui était déjà fait, listé le champ des possibilités de chacun des acteurs potentiels et évalué les contraintes et les points bloquants. A l’issue de ce constat nous avons décidé de retenir 2 temps forts dans l’établissement  : un axe à dominante citoyenneté- responsabilisation et une semaine plus axée sur la sécurité (dont la route) et la santé citoyenneté.
Nous avons ensuite déterminé les objectifs pédagogiques, élaboré un contenu possible que nous avons soumis aux différents intervenants

Détermination des contenus

Nous n’abordons dans ce paragraphe que les domaines en rapport avec l’éducation routière. Le projet d’établissement est, comme nous l’avons évoqué dans la partie précédente, pluridisciplinaire.

Les travaux préalables ont permis d’obtenir un consensus quant au contenu qui peut ainsi se résumer :

Niveau 6ème : relatif au déplacement   en vélos (piste vélo  ) – règles de circulation et rapport à la loi (intervention des gendarmes). Il s’agit à ce niveau d’enseigner les connaissances basiques du code, de la circulation et d’expliquer pourquoi une règle. A noter qu’en début d’année une sensibilisation sur le thème du transport scolaire est également effectuée.

Niveau 5ème : Prise de conscience de l’éducation routière au travers de témoignages, de films et d’un quiz ; ils passent l’ASSR1 au cours de la semaine tout comme les 3ème. On insiste dans cette partie sur les conséquences de l’accident   (corporelles, sociales, financières, humaines, relationnelles, affectives…).

Niveau 4ème : simulation de la conduite d’un scooter, étude concrète de situation de circulation- mise en situation réelle de conduite d’un cyclomoteur  . Le but est de préparer l’élève à la conduite d’un cyclomoteur, en insistant sur le caractère imprévisible de l’accident, ce qui nécessite, de fait, et pour sa propre sécurité, de respecter le code. Il faut en définitive essayer de faire naître un esprit de prévention et modifier la perception du héros casse cou, fréquente chez les ados (débridage, casque  , équipements...).

Niveau 3ème : « Futurs conducteurs » - différentes approches : la vitesse avec le réactiomètre, l’alcool   avec le simalc, la ceinture avec le test choc, la vue avec le visiotest, les enjeux avec l’accidentologie, la circulation avec le simulateur   auto. A ce niveau il faut donner du sens et expliquer le pourquoi de la règle pour la rendre respectable. Les outils utilisés permettent en terme pédagogique une approche participative, ludique pertinente et efficiente.

● Organisation d’une activité spécifique tous les quatre ans afin de finaliser et / ou lancer le programme (lâcher de véhicule   en 2010).

Projet transversal-Champs disciplinaires concernés

Au-delà de ces actions ponctuelles, l’établissement cherche à entretenir tout au long de l’année une véritable culture de la prévention en s’appuyant sur l’ensemble des personnels du collège.
Transversalement, les équipes enseignantes travaillent par champ disciplinaire sur des supports traitants de la sécurité routière. Ainsi, les professeurs de lettres travaillent sur l’information, la transmission de celle-ci à partir de résumés et textes en rapport avec la sécurité routière. La maîtrise de la langue française (pilier 1 du socle commun) prend tout son sens.

Les professeurs de SVT intègrent la dimension de prévention en particulier sur le thème de l’alcool (programme de 4è) ou sur l’impact des accidents sur la santé. En physique, il devient intéressant de travailler sur la notion de force par exemple. Les mathématiques portent sur des cas concrets en traitant des distances de freinage. Il va sans dire que les professeurs d’histoire/ géographie, très souvent en charge de l’éducation civique sont directement impliqués dans cette action.

Mais la transversalité, qui fait chemin, auprès des formateurs, ne s’arrête pas aux professeurs et aux disciplines. Notre collaboration régulière avec les services de la gendarmerie   nous amène à conduire des actions communes auprès des 6ème plus particulièrement (intervention dans les classes, mises en place de contrôles préventifs des vélos…)

La marge de progression sur le sujet reste toutefois conséquente. Le thème de la route reste considéré par beaucoup comme étant une affaire de spécialistes. La crainte de devenir moralisateur ou suppôt de la répression freine certain. Il faudra nécessairement du temps pour faire avancer cette conception de la transversalité dans les esprits des éducateurs.

Organisation

Le montage financier :

L’opération, en particulier grâce à l’intervention gracieuse de la SR et de la PR, reste peu coûteuse.

L’établissement a pris en charge les frais de restauration des bénévoles et la réception des officiels soit pour une semaine environ trois cent euros.- 300€-

Pour le lâcher de véhicule, le référent sécurité routière de la ville de Baud s’est chargé de trouver les véhicules nécessaires (2) et les a fait dépolluer.

La Mairie, partenaire du projet a pris en charge la location de la grue- 400€-et mis à disposition du collège ses personnels techniques.

Les Partenariats :

L’établissement s’est appuyé à la fois sur ses propres ressources humaines (équipes pédagogiques et personnels non enseignants) et la participation de multiples partenaires.

Sont associés :

  • La préfecture du Morbihan,
  • la prévention et la sécurité routière du département,
  • le Centre Départemental de Documentation Pédagogique,
  • la Direction Départemental des Territoires et de la Mer,
  • le réseau Agir,
  • le Conseil Général   du Morbihan,
  • les services de police et de gendarmerie,
  • la municipalité, la communauté des communes
  • et en 2010 furent également conviés les pompiers, une casse automobile et un grutier.

Dans le cadre du projet global d’établissement d’autres activités se greffent sur l’approche spécifiquement sécurité routière. Nous les mentionnons ici afin d’insister sur la volonté d’éducation citoyenne de notre action :

Thèmes Acteurs
Santé  :
éducation au petit déjeuner, Infirmières
éveil à la sexualité, Planning familial
bientraitance Enseignants et CPE
Responsabilité  :
1 soirée parents sur les dangers d’Internet Association « Calysto »
Election des délégués parents et élèves Parents d’élèves
Intervention des gendarmes sur les droits et devoirs Gendarmes Assistants d’éducation
Protection Judiciaire de la Jeunesse Educateurs- police judiciaire
Sécurité  :
Dans les transports (évacuation d’un car) Communauté des Communes- transporteurs-Conseil Général-
Pompiers, médecin, infirmières
Exercice incendie Prévention et Secours Civique de niveau 1 Municipalité – Enseignants

Ressources matérielles

Le collège met à disposition une quinzaine de salles, la quasi totalité de ses moyens de vidéo projection, la cour de l’établissement, la cantine scolaire pour les intervenants et différents lieux de stockage. La semaine se conclut par une collation offerte à tous les bénévoles afin de les remercier.
Les acteurs extérieurs viennent avec leurs matériels spécifiques.
L’implication de l’ensemble des services au sein du collège et des personnels de l’établissement est fondamentale.

PDF - 64.6 ko
Moyens fournis par le collège

Sollicitations d’intervention extérieures

Comme nous le laissons supposer dans les paragraphes précédents de nombreux intervenants extérieurs à l’Education Nationale partagent leurs savoirs et leurs expériences. (L’ensemble de ceux-ci est listé dans le paragraphe partenariats).

Le regard croisé des professeurs et des intervenants apportent incontestablement un plus à notre établissement.

Mise en œuvre

Durée du projet, période :

Nous mettons en place 2 semaines de temps forts dans l’établissement  :

Une semaine en début d’année scolaire avec un axe à dominante citoyenneté- responsabilisation et une semaine en avril (météo plus favorable) axée sur la sécurité (dont la route) et la santé citoyenneté.

L’éducation routière est en outre placée sur la deuxième semaine au motif de la disponibilité plus grande des acteurs principaux et tout aussi nécessaire que le sont les intervenants du réseau AGIR et de la prévention routière.

Tous les élèves et personnels de l’établissement sont concernés. Le projet s’étale sur 4 ans (suivi d’une cohorte d’élèves sur leur temps de collège) afin d’engager progressivement les jeunes sur la voie de la responsabilisation et de la prise de conscience. Ainsi, chaque niveau de classe participe une fois par an à un type d’action différente de sensibilisation aux risques routiers (afin que les collégiens ne revoient pas la même chose) et travaillent sur les thématiques définies préalablement.

A cela s’ajoute l’organisation tous les quatre ans d’une activité spectaculaire, attractive mais démonstrative et commentée pédagogiquement .Cette démarche à pour but de finaliser et / ou lancer le cycle (lâcher de véhicule en 2010)

Lieu du projet

L’ensemble des activités se déroule au sein de l’établissement et nécessite pour la partie éducation routière d’y consacrer une semaine, d’où l’aménagement des emplois du temps en tenant compte des contraintes de chacun.

La coordination est indispensable avec l’ensemble des acteurs.

LA REALISATION DU PROJET

Description des activités

Classes de 6ème

Piste vélo : ½ classe (environ 12 élèves) – 1 h 00 – Parcours d’adresse et de maîtrise – Les équipements du vélo, le circuit code.
« A vélo, évitons les bobos ».

Gendarme : ½ classes (environ 12 élèves) – 1 h 00 –Piéton   – Vélo – Roller   – Panneaux – Sanctions – Règles de passage aux intersections.
« Faire le bon choix, c’est respecter la loi ».


Classes de 5ème

Préparation à l’ASSR 1 : 1 h 00 – L’environnement routier, présentation de l’espace social, son organisation, ses règles découvertes au travers un quiz (ASSR1 des années précédentes).
« Connaître et respecter la règle pour bien se comporter ».

Témoignage – débat : 1 h 00 – Une personne accidentée de la route témoigne de son accident de moto   et décrit les conséquences (physiques, pénales, financières, morales, familiales...).
Le débat est ouvert, animé par le professeur qui accompagne la classe.
« L’accident, ce n’est pas toujours un bras cassé, cela peut-être une vie brisée ».

Quiz + film : 1 h 00 – Quiz sur le cyclomoteur.- Film de 15 minutes « Poème pour la vie ».
« Ma vie appartient aussi aux gens qui m’aiment ».

Classes de 4 ème

Accidentologie cyclomoteur : Etude de cas concret à partir du DVD « Cyclo Expérience » de la Prévention Routière– Rappel des règles – 1/3 de classe (environ 8 élèves) – 1 h 00.
« L’accident n’est pas une fatalité. Pour l’éviter, il faut anticiper ! ».

Simulateur scooter + les équipements et les documents : La conduite du cyclo en agglomération sur un simulateur. Présentation concrètes des documents et des équipements –- 1/3 de classe (environ 8 élèves) – 1 h 00 – 3 simulateurs et des matériels, éclatés de casque, chaussures, gants, blouson, documents.
« L’accident nous surprend toujours »

Piste cyclomoteur : Maîtrise d’une mobylette sur un circuit dans la cour de l’école – rappel des règles de sécurité – 1/3 de classe (environ 8 élèves) – 1 h 00.
« Frimer, c’est chouette, maîtriser, c’est mieux ! ».

Classes de 3ème

Test-choc – visiotest – lunettes alcool : 1 voiture choc – 2 visiotest – Durée 30 minutes au choc et lunettes alcool (½ classe environ 12 élèves) - 30 minutes à la vue (½ classe environ 12 élèves)
« Un petit clic vaut mieux qu’une grande claque ! »

Réactiomètre : 3 appareils pour ½ classe (environ 12 élèves soit 4 par appareil) – Travailler sur la vitesse.
« Une petite variation de vitesse peut entraîner de grandes détresses ».

Simulateur alcool : 3 appareils pour ½ classe, (environ 12 élèves soit 4 par appareil) – Durée 30 minutes – Travailler sur le taux d’alcool et l’alcoolémie du lendemain.
« Les lendemains de fête, est-ce que j’ai toute ma tête ? »

Accidentologie : l’enjeu de la route c’est des vies -1 heure – 1 classe
« Les règles du code nous préservent, ce n’est pas un interdit »

Alcool : 1 heure – 1 classe – Les idées reçues – Les effets. (Utilisation du DVD alcool cannabis et conduite de la Prévention Routière)
« SAM Capitaine de Soirée, c’est lui le véritable Super Héros des ados ! »

Simulateur de conduite automobile : ½ classe (environ 12 élèves) – 1 h 00 – Initiation à la conduite automobile.
« La conduite auto, cela peut-être chaud, alors gardons la tête froide et le pied léger ! »

Module vitesse : ½ classe (environ 12 élèves) – 1 h 00 –Distances d’arrêt – Energie cinétique – vision  , facteur aggravant et déclenchant de l’accident.
« Rouler vite n’est pas un gain de temps, mais un risque sûrement ! ».

PDF - 76.4 ko
Contenu des ateliers
PDF - 52.8 ko
Organisation des ateliers
PDF - 174.9 ko
Planning

Production des élèves

La première expérience ayant eu lieu en 2010 nous ne nous sommes pas lancés dans un travail demandé aux élèves. Une réflexion est en cours avec l’équipe pédagogique pour déterminer du bien fondé de mettre en place en classe de 3 ème un concours qui clôturerait le cycle de quatre ans. Ce concours pourrait prendre des formes diverses (réalisation d’affiches, rédaction de slogans, rédaction d’un texte de slam, réalisation d’un produit vidéo, animation d’une action de sensibilisation à destination des plus jeunes….). La réflexion est en gestation.

Apport d’intervenants extérieurs

La prévention routière et la sécurité routière sont des acteurs majeurs. Ils sont présents dans le collège une semaine complète du lundi au vendredi y compris le mercredi matin. Les matériels mis en œuvre couvrent l’ensemble des problématiques abordés. Les intervenants sont nombreux, ainsi la journée du mardi qui s’avère être la plus dense regroupe 16 intervenants bénévoles pour la seule activité routière (voir planning 2011 joint en annexe).L’établissement se félicite de cette participation.

Au-delà les gendarmes et les pompiers apportent également leur expertise.

Le témoignage d’une personne accidentée reste un moment fort (à noter qu’en 2010 une élève, elle-même victime, avait souhaité apporter son témoignage à ses camarades).

Temps forts

Le passage de l’ASSR1 et ASSR2 se fait au cours de cette semaine de sécurité routière et reste un des moments clés qui consacrent les activités.

La rencontre avec une victime de la route est un moment également important.

Enfin les activités concrètes (piste vélo, piste cyclomoteur, simulateur de conduite scooter et automobile sont des moments privilégiés).

Evaluation des acquis

En 2010 nous n’avons pas fait d’évaluation systématique des modules. Un tel dispositif a été mis en place en 2011 pour chaque niveau de classe.

PDF - 172.4 ko
Questionnaires et évaluations

Pour la première année dans cette forme précise (2010), l’évaluation est positive. Les parents invités à participer à l’animation du dernier jour ont trouvé l’expérience enrichissante. Ils ont souhaité auprès du conseil d’administration du collège qu’elle soit reconduite. Par ailleurs, les enseignants ont fait part de leur intérêt en soulevant toutefois un Point négatif : L’ensemble du collège était convié au lâcher de véhicule et à la désincarcération.

C’était une erreur. Limiter aux seuls 4ème et 3ème eut été sans doute plus convaincant et plus sensibilisant. Les 6ème et les 5ème n’ont retenu que le côté spectacle de cette démonstration et se sont dissipés pendant la désincarcération.

Prolongements, actions de communication

L’action fait l’objet d’une attention particulière de la presse. La commune   se fait aussi relais quant à l’animation proposée en fin de cette semaine. L’an passé, Monsieur le Préfet et Monsieur l’Inspecteur d’Académie   sont venus dans l’établissement soutenir l’action et plus particulièrement le lâcher de véhicule et la désincarcération qui a suivi. Cette animation sera reproposée à l’issue du plan quadriennal.

Afin de valoriser cette action le Conseil Général du Morbihan en a réalisé un film en le mettant à disposition de tous sur son site : action de sensibilisation à la sécurité routière au collège.

L’Inspection Académique également a publié l’expérience sur les cahiers de l’éducation.
Par ailleurs, quelques habitants de Baud ont été attirés par le lâcher de véhicule et la désincarcération, toujours très spectaculaire.

Enfin, le collège, sur demande de la Sécurité Routière, a réalisé une fiche pédagogique sur l’alcool pour des élèves de 4ème. Cette fiche a vocation à être mise à disposition de toutes les classes de 4èmes des collèges du Morbihan. Action financée par le Plan Départemental d’Actions de Sécurité Routière (PDASR).

LE BILAN DU PROJET

Atteinte des objectifs

L’ensemble des objectifs n’est pas atteint mais nous avons noté les points positifs suivants :

  • L’approche originale, ludique, concrète et argumentée permet de donner au thème « Sécurité Routière, Prévention Routière » une image plus ouverte, plus dynamique, plus attrayante et moins rébarbative.
  • L’équipe éducative reconnaît avoir été favorablement surprise par l’étendue du projet et admet volontiers la nécessité de l’aborder sous cette forme non moralisatrice.
  • La notion de transversalité de cet enseignement progresse dans les esprits.
  • Les épreuves de l’ASSR1 et ASSR 2 ont pris une toute autre dimension, tant dans l’esprit des élèves que dans celle des professeurs. Nous sommes passés du sentiment d’une épreuve placée au petit bonheur dans un emploi du temps chargé vers une épreuve inscrite dans une démarche cohérente, construite, progressive, dont le but ultime est le respect de la vie.
  • Les 2 semaines Santé Citoyenneté Sécurité apparaissent indispensables à la formation des jeunes et font désormais complètement partie du projet de l’établissement.

Les élèves ont-ils été intéressés ?

Les opinions recueillies ici et là dénotent un grand intérêt de l’immense majorité des élèves.

Par ailleurs, le programme différencié par niveau de classe suscite une réelle attente et l’envie de passer à l’étape suivante.

Recommencer cette expérience

Le projet est d’ores et déjà reconductible jusqu’en 2013, soit 4 ans, l’équivalent d’une cohorte complète d’élèves de la 6ème à la 3ème. Nous tenterons alors de mesurer les effets sur le comportement de nos élèves.

Axes d’amélioration

C’est incontestablement dans l’implication de toutes et tous au quotidien que nous progresserons.

Le but ultime est de parvenir à impliquer les parents d’élèves dans cette démarche de prévention.

Evolution espérée :

1. Que les enseignants fassent vivre le projet en travaillant en interdisciplinarité en amont et en aval de l’action. L’évaluation des élèves par compétence du socle commun devrait le permettre.

2. Que les élèves s’emparent de cette responsabilité pour influer sur les comportements des adultes parfois bien loin des exigences de prévention. Faire en sorte qu’un maximum d’entre eux, le moment venu, fasse le choix de la conduite accompagnée, qu’ils concentrent un maximum d’informations utiles afin d’éviter les comportements d’usagers de la route inconscients.


Conseils pourriez-vous donner aux personnes qui entreprendraient un projet similaire ?

De ne pas chercher à travailler seul et d’essayer d’obtenir de son chef d’établissement le soutien nécessaire, de convaincre un noyau de professeurs du bien fondé de la démarche, d’obtenir l’inscription de l’opération dans le projet d’établissement, de présenter les objectifs aux associations de parents d’élèves.

La réalisation de ce projet, c’est d’abord un engagement collectif, un peu de gestion, un nombre certain de relations, de l’énergie et beaucoup de convictions.

« Il ne faut pas prendre la route, il faut la partager » !

PDF - 2.3 Mo
Dossier de présentation du projet