SI du Conseil Régional de Haute-Normandie

Systèmes d'information

SI du Conseil Régional de Haute-Normandie

Conclusion

Le système d’information a profondément modifié le travail des agents. L’informatisation des différents processus administratifs a dégagé un gain de temps non négligeable. À personnel constant, il a été possible de développer l’action du Conseil régional et d’améliorer la qualité des services notamment en gagnant en réactivité. Au service communication, davantage d’opérations ont été montées ; la procédure des appels d’offres a permis d’obtenir plus rapidement des dossiers complets et sans erreur, tout en garantissant également davantage de transparence puisque la mise en ligne des offres a augmenté le nombre d’entreprises candidates. À ce jour, même si la procédure papier est toujours possible, toutes les entreprises préfèrent utiliser la solution électronique. Enfin, le site du Conseil régional, qui communique sur son action, est de plus en plus visité : 18 540 visites en janvier 2008, 21 537 pour le mois de janvier 2009, 42 962 en janvier 2010 notamment grâce à la carte Région qui pousse de nombreux lycéens à se connecter et à découvrir 'ensemble du site

L’objectif pour l’avenir est de perfectionner et d’enrichir les ressources du système d’information par de nouvelles fonctionnalités.

En interne, peu d’indicateurs ont vu le jour. Il appartient désormais aux responsables de services d’élaborer des tableaux de bord utiles au pilotage de leur division. C’est donc avant tout une question de management puisque, dans chaque service, il convient de déterminer des objectifs et des indicateurs.

Du point de vue externe, d’autres procédures pourraient être informatisées : l’inscription aux formations professionnelles ou les demandes de subventions par exemple.

Les gains de productivité réalisés par la mise en place du système d’information informatisé n'ont pas été mesurés. Il est vrai que, dans le cadre d’une collectivité publique, la logique n’est pas de gagner du temps pour réduire les postes mais plutôt de dégager du temps pour permettre à chaque agent d’améliorer la qualité des services publics rendus.