Evaluation positive

Un barème graduel de correction de la dictée

La dictée offre aux élèves l'occasion de se concentrer exclusivement sur la réflexion logique et la vigilance orthographique que nécessite la transcription d'un texte qui leur est lu. Ce cloisonnement de la tâche à accomplir doit favoriser l'évaluation de compétences précises.

L'évaluation de la dictée

Actuellement, la dictée fait le plus souvent l'objet d'une évaluation descendante : par rapport au texte source, l'enseignant décompte, en négatif, les erreurs commises. Cette pratique, décourageante pour l'élève, ne permet pas pour autant de bien cerner quelles sont ses difficultés orthographiques et quels remèdes y apporter.

Dans le contexte d'une évolution des pratiques évaluatives prévue par la   loi  n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République (« privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles ») et à l'initiative de l'inspection générale des lettres relayée par la DGESCO, un barème graduel a été expérimenté lors de la correction de la dictée du DNB 2013.

Un barème graduel

Ce barème et son expérimentation sont explicités dans une présentation établie par Olivier Barbarant, inspecteur général de lettres,

Une analyse comparée des notes obtenues à la dictée du diplôme national du brevet  permet d'établir un bilan de l'expérimentation du barème graduel,

Un diaporama, destiné à tout formateur ou enseignant intéressé par cette démarche d'évaluation, explique les enjeux de ce barème et  sa mise en oeuvre,

Un tableur facilite sa mise en pratique.

L'enjeu pédagogique est triple :

  • distinguer les réussites  et, par conséquent, les compétences orthographiques des élèves.
  • hiérarchiser les difficultés
  • envisager des remédiations personnalisées, adaptées aux capacités distinctes des élèves.
Mis à jour le 14 août 2015
Partager cet article
fermer suivant précédent