Scolariser les élèves allophones et les enfants des familles itinérantes

Inclusion scolaire des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs

Textes et actes de deux séminaires pour mettre en place l'inclusion scolaire des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs.

La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République promeut, dans l'article L.111-1 du code de l'éducation, « l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction » comme enjeu « pour lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative »

Le parcours inclusif : fondement et principes

Le droit commun d'accès à l'éducation est à dissocier de la situation familiale, qu'elle soit régularisée ou non auprès des autorités compétentes.

L'inclusion dans les classes ordinaires doit constituer la modalité principale de scolarisation.

Quelques éléments permettent de favoriser cette inclusion :

  • La  personnalisation des parcours  pour permettre à l'élève de suivre un enseignement dans sa classe ordinaire en fonction des compétences qu'il a antérieurement acquises et de son degré de maîtrise de la langue française.
  • La concertation et la formation des équipes pour organiser les liens avec la classe ordinaire, mieux comprendre les processus d'apprentissage pour ces élèves et ainsi adapter les contenus d'enseignement. Des outils pédagogiques sont mis à disposition et centralisés par les CASNAV.
  • L'évaluation différenciée et positive pour favoriser, par rapport aux compétences attendues, un positionnement de l'élève qui tient compte de celles qu'il a effectivement acquises antérieurement.
  • Le suivi des élèves dans la durée pour favoriser leur inclusion dans le système scolaire français.
  • L'information aux familles pour les associer à la scolarisation de leur enfant.

Le séminaire du 9 avril 2014

Programme du séminaire national du mercredi 9 avril 2014 : "Une école inclusive pour les élèves allophones nouvellement arrivés et les élèves issus de familles itinérantes et de voyageurs : coordination et mise en réseau des acteurs"

L'inclusion des EANA et des EFIV a été largement à l'honneur de ce séminaire. Lors des différentes interventions, les participants ont mis en avant le nécessaire investissement de tous les personnels afin de favoriser l'accueil de ces élèves ; en effet, il ne doit plus être du seul ressort de professeurs spécialisés en français langue seconde, mais bien de l'ensemble de l'équipe éducative de l'école ou de l'établissement.

« Quelles démarches pour une réelle valorisation des compétences et des potentialités des élèves ? »
Conférence de Marie-Odile Maire-Sandoz, chargée d'études à l'Institut français de l'Éducation

« Quel accompagnement pour les élèves et les familles éloignés de l'école ? »
Cette table ronde a permis d'entendre des acteurs de terrain chargés d'assurer des missions de médiation auprès des familles itinérantes et de voyageurs ou de familles éloignées du système éducatif français. L'accompagnement de ces publics a été envisagé à la fois à l'échelon académique et au niveau européen.

« Comment rendre efficiente l'inclusion des élèves allophones dans les établissements scolaires ? »
Des témoignages ont permis de dégager trois axes de réflexion principaux concourant à l'accueil des élèves allophones nouvellement arrivés : une meilleure coordination des UPE2A à l'échelle d'un département (témoignage de l'IA-DAASEN du Finistère), une organisation des CASNAV propice à aider les établissements (témoignage d'une IA-IPR EVS de l'académie de Versailles) et une nécessaire personnalisation des parcours (témoignage d'un chef d'établissement de l'académie de Créteil).

« Quelle formation des personnels pour favoriser l'inclusion ? »
Ce temps a permis de mettre en exergue trois points de vue sur la formation. Même si l'apport du multiculturalisme et du plurilinguisme est sans nul doute l'un des vecteurs favorisant l'apprentissage de la langue française, il n'en est pas moins important d'apporter des solutions concrètes aux enseignants des autres disciplines, que ce soit grâce à l'aide des IA-IPR de disciplines variées, d'IEN, d'universitaires ou de formateurs du CASNAV à tous les stades de la formation (initiale, continue, initiative locale, etc.).

Deux focus ont contribué à transmettre des informations aux personnes présentes :

  • La place du numérique dans la continuité des apprentissages et de la scolarité. Ont été présentés le "cartable voyageur pour les EFIV", une expérimentation d'un espace numérique d'accompagnement scolaire au service des élèves à besoins éducatifs particuliers, pilotée par l'équipe CASNAV de l'Inspection académique de la Vendée,  et "D'Col", le service d'accompagnement interactif personnalisé pour les élèves de sixième de l'éducation prioritaire, ouvert aux élèves allophones de tous niveaux de collège.
  • Le tableau de bord des élèves allophones : une application Web est en cours de développement grâce au partenariat avec la DEPP et permettra, durant l'année 2014-2015, d'outiller les directions académiques et les CASNAV d'un logiciel assurant le suivi des EANA.

Le séminaire des 3 et 4 avril 2013

Le séminaire national sur les élèves allophones nouvellement arrivés (EANA) et les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (EFIV) des 3 et 4 avril 2013 a consacré l'inclusion comme principe de scolarisation, définissant ainsi un cadre de réflexion et de mise en oeuvre efficace des circulaires du 2 octobre 2012.

Intervention de madame George Pau Langevin,  ministre déléguée auprès du ministre de l'éducation nationale, chargée de la réussite éducative

Formation

De nombreuses questions se sont posées concernant la formation et l'information des différents personnels impliqués dans le suivi des EANA et EFIV.

  • la nécessité de formations adaptées aux réalités locales, permettant de lier information des acteurs et des publics et formation ;
  • des formations qui  évitent l'approche « public spécifique » et incluent les apports de la didactique des langues et cultures et  l'entrée par les compétences ;
  • des formations élargies aux divers métiers de la communauté éducative.

Synthèse de l'atelier formation

Parcours inclusif

« L'inclusion scolaire des EANA : questions d'éthique, de politique institutionnelle et de pratiques didactiques »
Conférence de madame Cécile Goï, maître de conférences à l'Université François Rabelais de Tours, Département de sociologie et didactique des langues, Equipe de recherche PREFics-Dynadiv, et de madame Delphine Bruggeman, maître de conférences en sciences de l'éducation, détachée à l'école nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix.

Atelier 1 - Atelier 2 - Atelier 3 - Atelier 4 - Atelier 5

Scolarisation à distance

« Le Centre national d'enseignement à distance assure, pour le compte de l'Etat, le service public de l'enseignement à distance (...) Il dispense un service d'enseignement à destination des élèves (...) ne pouvant être scolarisés totalement ou partiellement (écoles ou collèges). » Article R426-2 - Code de l'éducation

C'est la scolarisation en présentiel qui doit être favorisée. Une inscription à une forme d'enseignement à distance ne doit pas empêcher la fréquentation d'un établissement.

Synthèse de l'atelier 1 portant sur la scolarisation à distance

Synthèse de l'atelier 2 portant sur la scolarisation à distance

Accompagner les familles et les élèves les plus éloignés de l'école

La problématique des élèves en situation de précarité est à la fois sociale, juridique, affective et scolaire. L'écart des familles par rapport à l'école rend la médiation scolaire indispensable. Il est nécessaire de travailler en partenariat avec les instances publiques locales et les associations.

Atelier 1 - Atelier  2

Mis à jour le 16 septembre 2014
Partager cet article
fermer suivant précédent
CASNAV casnav