L'actualité d'éduscol

Transcription du clip "Une nouvelle organisation du temps scolaire au collège"

Voix off
Les établissements scolaires peuvent expérimenter des organisations différentes du temps scolaire. Le socle commun oriente les équipes vers une réflexion beaucoup plus approfondie sur les manières d'apprendre et sur les contextes les plus favorables pour construire les compétences. C'est aussi s'interroger sur l'organisation des temps pour apprendre. Le temps scolaire redevient une variable dans l'équation de la réussite. Exemple au collège Pablo Neruda à Évreux.

Viviane Jamelin, principale du collège Pablo Neruda d'Évreux, établissement ÉCLAIR
On a donc pris le postulat de faire des cours, qu'on appelle nous en étiquettes, de 45 minutes, ce qui permet de récupérer du temps pour le réinvestir d'une autre façon. Dans un premier temps on peut déjà parler des pôles de compétences. Ce sont deux étiquettes de cours, donc deux fois 45 minutes, qui sont concentrées sur un apprentissage un petit peu différent puisqu'on a très généralement deux collègues qui interviennent en même temps dans un groupe classe.

Émeric Jeanne, professeur d'histoire-géographie
On a décidé de consacrer une heure et demie par semaine à un travail en transversalité avec deux intervenants pour travailler différemment.
[S'adressant aux élèves] Il va falloir que vous trouviez dans le site la rubrique où ils vous présentent l'association.
Les pôles regroupent soit deux professeurs de matières différentes, soit deux adultes qui ont une fonction différente. Ça peut être un professeur avec un CPE. Et donc l'idée c'est de travailler en classe un prof d'histoire-géo qui a une vision d'éducation civique traditionnelle et puis un CPE qui a un autre point de vue, un autre relationnel, avec les élèves.

Professeur
Là on est sur la présentation de l'association. Alors regardez les différents onglets que vous avez sur le site.

Émeric Jeanne
Donc ça va être beaucoup de travail de groupe, beaucoup d'activités.

Clotilde Le Derf, professeure de mathématiques
On a repéré que l'on avait de grands écarts entre nos élèves de 6e. Donc pour ceux-là on a décidé de faire trois groupes avec deux classes. Un premier groupe pour les élèves qui n'auraient pas atteint le palier 2 de l'école primaire. Un deuxième groupe pour des élèves classiques, traditionnels, qui ont besoin d'exercices de base. Et puis un troisième groupe pour des élèves qui auraient envie d'aller plus loin, que l'on aimerait pousser un petit peu.

Professeur
Donc il faut que quelque chose fois 12 fasse un nombre de trois chiffres.

Clotilde Le Derf
Donc on nous demande à l'heure actuelle d'aborder les mathématiques à l'aide de notions concrètes. Donc effectivement on essaie d'apporter soit sous forme de jeux, soit sous formes de problèmes issus de la vie de tous les jours, pour arriver à la notion mathématique réellement.

Professeure
Un quart, je l'ai déjà pris tout à l'heure, Walid.

Élève
Bon on peut pas le mettre.

Professeure
Et non.

Clotilde Le Derf
Ils ont le sentiment que s'ils savent pas faire, ils vont pas se retrouver seuls face à leur exercice. Ils ont le sentiment qu'à deux, on va peut-être... l'autre aura une idée qui sera pas forcément meilleure, mais qui va peut-être nous mettre sur la bonne piste. Donc ils aiment bien pouvoir s'entraider. Tous ne sont pas devenus non plus d'excellents élèves, mais tous ont réussi à progresser, soit à l'écrit, soit à l'oral, voire les deux c'est encore mieux.

Viviane Jamelin
La deuxième chose, c'est la possibilité de mettre en place une étiquette de concertation qui est prévue dans l'emploi du temps des collègues. C'est-à-dire que tous les collègues peuvent se retrouver pour travailler ensemble soit sur le déroulé de leur pôle de compétence, soit sur leur champ disciplinaire, soit sur un projet qui a été prévu ou mis en place ou qui va être mis en place au sein du collège.

Nicolas Collin, professeur d'histoire-géographie
Alors on peut se réunir sous la forme d'équipe pédagogique d'une classe en particulier, ou alors réunir aussi deux enseignants pour un pôle de compétences. Là on a le temps de poser les choses selon un calendrier en plus prévisionnel d'étaler le travail sur la longue durée.

Viviane Jamelin
Le premier champ, c'est celui qui est lié à l'environnement professionnel, l'objectif étant de les amener à rentrer dans un processus d'orientation par le biais du parcours de découverte des métiers et des formations.

Pascal Le Cleï, professeur de technologie
Troisième découverte professionnelle, module 3 heures, donc au collège Pablo Neruda, se décompose sur deux temps sur l'année scolaire. Le premier temps de septembre à janvier, où là ils préparent, ils organisent le septième forum des métiers et des formations. L'autre temps, c'est des visites d'entreprises, des visites de lycées et de CFA.

Vincent Boyé, professeur documentaliste
Donc dans le pôle cinquième métier les élèves apprennent à chercher des informations sur les métiers à partir de multiples documents. Donc qu'ils soient papier, numériques ou en ligne.

Salamata, élève de 5e
Notre prof, il nous a dit d'aller sur un site, plusieurs sites.

Charlotte, élève de 5e
Comme metiers.net, onisep.fr.

Salamata
On a des fiches, et à chaque fois on doit répondre à ce qui est posé, par exemple les qualités du métier, les centres d'intérêt.

Viviane Jamelin
Le deuxième champ, c'est le champ culturel. Et là, il y a les mercredis culturels qui rentrent dans ce contexte-là.

Régine Jacques, professeure de lettres modernes
Alors je m'occupe des dispositifs mercredi culturel, qui est une action d'ouverture culturelle avec un tout petit groupe d'élèves, huit élèves, et nous faisons des sorties éloignées pour découvrir l'architecture, l'urbanisme, les musées et se confronter donc à des œuvres qui vont poser question pour les élèves. Par exemple nous avons visité avec ce petit groupe d'élèves de 6e l'exposition de Ben à Louviers, et là c'était assez magique de voir nos élèves prendre position par rapport à l'œuvre de Ben et pouvoir mener une analyse qui allait très loin, qui pouvait aller jusqu'au débat esthétique sur la question de la vie, la mort, de l'éphémérité des objets. Et ça, ça a été assez époustouflant pour moi de découvrir qu'ils pouvaient aller très loin finalement dans l'analyse. Et ils ont pris confiance en eux aussi, et ça c'était vraiment assez épatant.

Mis à jour le 02 octobre 2012
Partager cet article
fermer suivant précédent