L'actualité d'éduscol

Transcription de "Philosophie avant la terminale"

Voix off
Depuis la rentrée scolaire 2011, certains lycées expérimentent la philosophie en seconde et en première. Le professeur de philosophie intervient dans le cadre des autres disciplines, en lien avec les thématiques du programme.

Nicolas, élève de seconde
Je trouve que c'est un bon début pour l'apprentissage de la philosophie.

Aurélie, élève de seconde
Le fait d'avoir de la philosophie comme ça, on va dire, en exploration, ça éveille la curiosité de savoir comment ça se passe dans les vrais cours.

Alexandre, élève de première littéraire (L)
Deux professeurs de deux matières différentes, c'est intéressant, car en fait ils se complètent.

Salomé, élève de première littéraire (L)
Ça rend le cours plus vivant, ils s'appuient toujours l'un sur l'autre.

Séquence en classe, élève
« ... Regarde, en effet, quand la lumière du soleil fait pénétrer un faisceau de rayon dans l'obscurité de nos maisons. »

Séquence en classe, professeur
Donc là, ces fumées, c'est en fait des groupes d'atomes de carbone...

Bertrand Lemale
Ce dispositif permet, je pense, de donner une liaison, une homogénéité, une cohérence dans les discours des enseignants. C'est le cas ici, on a pu co-animer un discours de physicien et de philosophe sur un même objet : les différentes catégories de l'atome. La co-animation génère un effet dynamique en classe. Le professeur de philosophie peut mettre à jour un problème, il peut être illustré par le professeur de physique au moyen d'une expérience, donc ça renforce aussi la cohérence des discours.

Henri Elie, IA-IPR de philosophie
Il s'agit, au fond, de faire une préparation à l'enseignement de la philosophie en terminale. On va partir d'un objet d'enseignement d'une discipline soit scientifique d'ailleurs, soit littéraire, soit artistique, etc., pour montrer qu'au fond, on est tous comme M. Jourdain vis-à-vis de la philosophie, c'est-à-dire qu'on rencontre les questions philosophiques au travers, précisément, des différents objets du savoir ou de l'action humaine.

Leïla, élève de seconde
Ce qui m'a intéressée, c'était l'alliance de la philosophie avec la science physique.

Aurélie
Le philosophie, il est là pour nous expliquer un peu par qui, comment ça s'est passé et pourquoi, et puis le professeur de physique, il est là pour nous montrer comment ça se passe, plus pour avoir la preuve sous nos yeux.

Annie Castagné, proviseure du lycée Aristide Briand de Saint-Nazaire
Dans le cadre du projet d'établissement, il y a un objectif qui est : diversifier les pratiques pédagogiques. Par ailleurs, un deuxième aspect qui nous intéressait par rapport à cela, c'est le fait que les élèves pouvaient développer certaines compétences, qui sont des compétences transversales et qu'ils pourront réinvestir ensuite tout au long de leur scolarité. C'est-à-dire, pour nous, être dans le cadre de la formation du citoyen, qui est aussi une des missions du lycée.

Henri Elie
D'abord, on décloisonne mentalement les frontières, illusoires, entre les disciplines, donc on va dans du trans-disciplinaire, et on va travailler le sens. On essaie d'impulser des démarches pédagogiques qui essaient de mettre l'élève vraiment en situation d'activité intellectuelle.

Séquence en classe, professeur
On va continuer le texte de Rabelais, et on va travailler aussi sur un texte de Valla, qui est un humaniste de la Renaissance.

Séquence en classe, professeur
Dans votre relecture, vous allez vous concentrer essentiellement sur la première partie de l'extrait.

Fabrice Bernard, professeur de lettres modernes
Je crois qu'il y a un caractère très vivant, je crois, à ce cours, c'est un fonctionnement en binôme, nous nous connaissons très bien, il y a un travail en amont qui est fait, un travail de concertation important. Donc, on insiste beaucoup sur ce jeu, en fait, presque, de comédiens, entre un poseur de questions et quelqu'un qui va reformuler à sa manière.

Séquence en classe, professeur
La naissance, et l'éducation, ça relève de quoi ?

Séquence en classe, élève
Quand c'est l'éducation, c'est toi qui peut mettre du tien pour t'éduquer, alors que ta naissance, tu ne choisis pas tes parents ou autres, donc ça ne relève pas de toi.

Séquence en classe, professeur
Donc, la naissance, c'est de l'ordre de l'inné, tandis que la culture, c'est de l'ordre de l'acquis.

Alain Boulvert, professeur de philosophie
On est beaucoup plus, je dirais, en interactivité avec les élèves, ça ça me paraît prépondérant, les élèves peuvent travailler en groupe.

Thomas, élève de première littéraire (L)
C'est vraiment le dialogue qui se fait, et on peut parler assez librement avec les profs, et ce n'est pas des réponses figées.

Marie, élève de première littéraire (L)
Ce qui est intéressant, c'est qu'il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse

Alain Boulvert
Avec eux, on livre beaucoup plus facilement nos questionnements, nos propres questionnements. C'est-à-dire, on n'a pas les réponses à tout, et ce qui compte, aussi, c'est avec eux, de chercher les clés des sujets.

Fabrice Bernard
Et ce cours est intéressant, dans le sens où deux professeurs peuvent regarder de manière plus circulaire, en fait, un groupe.

Thomas
Ils interagissent entre eux, et on voit vraiment, pas que ça a été préparé, mais qu'ils s'entendent et qu'ils vont dans le même sens.

Séquence en classe, Fabrice Bernard
Quelle idée de l'homme, finalement, ses deux penseurs proposent-ils ?

Séquence en classe, Alain Boulvert
Est-ce que vous pourriez faire un rapprochement entre Valla, Rabelais et Pic de la Mirandole ?

Séquence en classe, Salomé
L'homme est capable de raisonner, donc de choisir ce qu'il fait, d'avoir une volonté.

Séquence en classe, Alexandre
C'est qu'ils doivent se forger eux-mêmes, et que Dieu n'est qu'un observateur, en quelque sorte.

Alexandre
Ce qui me plaît, c'est vraiment qu'on a une réflexion, c'est plus de la restitution de connaissances. Et comme ça, ça permet à nous-mêmes de nous ouvrir sur différents points de vue.

Madeleine
Ça demande de la réflexion, c'est un dialogue, il faut débattre, il faut méditer aussi.

Salomé
C'est toujours une lacune de ne pas avoir suffisamment de culture. La philosophie, c'est ça que ça apporte. Moi, c'est ce qui me plaît : apprendre plein de choses, même de débattre, d'avoir toujours des opinions divergentes, de se faire sa propre opinion grâce à ça. Du coup, ça fait réfléchir. C'est ça : c'est vraiment bien.

 

 

 

 

Mis à jour le 28 juin 2012
Partager cet article
fermer suivant précédent