Éducation à la santé

Dispositifs d'écoles promotrices de santé

Sont privilégiées, pour la mise en œuvre de la promotion de la santé en milieu scolaire, les initiatives transversales permettant de prendre en considération la santé comme un domaine, impactant la vie de l'enfant et de l'adolescent dans sa globalité.

Aller bien pour mieux apprendre (ABMA)

Aller bien pour mieux apprendre est un dispositif de promotion de la santé, initié dans l'académie de Lyon, qui invite à s'interroger sur la prise en compte du bien-être dans l'établissement à différents niveaux (en termes de relations entre les personnes, en termes d'organisation et de fonctionnement de l'établissement,...) et à mettre en œuvre des projets et des actions pour l'améliorer. Son objectif général est de faire en sorte que les équipes, grâce à la démarche ABMA, réunissent les conditions nécessaires pour que leur école ou établissement devienne promoteur de santé, c'est-à-dire qui se préoccupe de la santé - au sens large - et du bien-être de ceux qui le fréquentent, personnels et élèves. (Les critères qui définissent un établissement promoteur de santé sont également en lien avec la qualité du climat scolaire et la réussite scolaire).
Le dispositif se décline en 6 différents domaines : la gestion du temps, la gestion des espaces, les relations interpersonnelles, la communication, la réussite scolaire et les projets à venir.



Lien vers :

Ecole 21

Ecole 21 est un programme d'action intégré, déployé actuellement dans l'académie d'Amiens, touchant à la fois à l'éducatif, au pédagogique et à l'environnement physique de l'établissement. Il s'ancre dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Devenir une École 21 signe l'engagement d'un établissement pour améliorer les conditions d'éducation, d'apprentissage et de travail des élèves et des adultes partageant un même lieu de vie, au cœur d'un environnement territorial mais aussi social, incluant la famille, le quartier.
Ce dispositif concerne à la fois les élèves et tous les adultes de l'établissement pour créer une réelle dynamique, dans le cadre d'actions concertées, complémentaires et cohérentes. Il s'inscrit dans le projet d'établissement et s'intègre dans les projets initiés par le CESC. Le projet École 21, propre à chaque établissement, est élaboré à partir des attentes et des besoins recensés pour parvenir à faire de l'établissement un lieu de « haute qualité de vie ». Les actions issues de ce projet peuvent être de natures diverses et porter, par exemple, sur une nutrition raisonnée basée sur l'équilibre alimentaire et les produits de saison ou encore sur l'aménagement d'un lieu de pause qui prend en compte le tri des déchets.

Lien vers :

Schools for health in Europe (SHE) - Ecoles promotrices de santé en Europe

Le réseau SHE a été créé en 1991 et comporte 43 pays membres en Europe. Il s'attache à faire de la promotion de la santé à l'école un enjeu majeur des politiques publiques en matière de santé et d'éducation sur le continent Européen. Le réseau a le soutien à la fois de la région européenne de l'organisation mondiale de la santé, du conseil de l'Europe et de la commission européenne.
La France est membre du réseau SHE depuis 2009. Le système français, comme le réseau SHE promeut l'approche multifactorielle de la santé, telle que définie dans la charte d'Ottawa, et considère la santé dans sa globalité en favorisant la considération de la thématique du bien-être à l'école ou de la mise en œuvre d'un climat scolaire favorable à la santé de l'enfant.
Dans le réseau SHE, une "école promotrice de santé" est définie comme une école qui met en œuvre et structure de manière systématique un plan pour la santé et le bien être des élèves et des personnels (enseignants et non-enseignants). Cette démarche est caractérisée par la terminologie « approche de l'ensemble de l'école ». Cette approche se subdivise en 6 composantes favorisant la promotion de la santé :

  • les politiques d'écoles promotrices de santé, promouvant santé et bien-être via des chartes ou règlements intérieurs ;
  • l'environnement physique de l'école ;
  • l'environnement social de l'école ;
  • l'acquisition de compétences individuelle en santé pour les élèves ;
  • le renforcement des partenariats avec les acteurs permettant la promotion de la santé à l'extérieur de l'école et la coéducation ;
  • la valorisation des services de santé de l'école et de ses dispositifs (PAI, PAP, PPRE...).

Lien vers :

Le rapport et le plan « bien-être et santé des jeunes »

Ce plan d'action, issu du rapport « Bien-être et santé des jeunes » de Marie-Rose Moro, professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, et Jean-Louis Brison, inspecteur d'académie - inspecteur pédagogique régional. poursuit plusieurs objectifs :

  • permettre aux professionnels de mieux identifier les signes de souffrances psychiques des enfants et des adolescents, et aider ces personnels à faire face à ces situations ;
  • faire en sorte que les jeunes se sentent davantage soutenus et écoutés ;
  • mieux orienter les jeunes vers les professionnels compétents, faciliter des interventions précoces, diversifier et améliorer les prises en charge, tout en réduisant les inégalités dans ce domaine ;
  • construire une veille partagée sur ces problématiques et sur les symptômes émergents de l'adolescence contemporaine.

La mission bien-être et santé des jeunes

Plan d'action interministériel

Neuf principales orientations sont proposées :

  • L'accès en ligne à des informations de santé fiables et à des ressources géolocalisées
  • Un accès facilité aux consultations de psychologues

Arrêté du 19 décembre 2017 portant approbation du cahier des charges national relatif à l'expérimentation visant à organiser la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes

  • Une coopération pluri-disciplinaire
  • La création d'une permanence téléphonique dédiée à tous les personnels rencontrant des adolescents et des jeunes adultes en grande difficulté
  • Les maisons des adolescents (MDA) : piliers du dispositif

L'association nationale Maisons des adolescents

  • Des professionnels sensibilisés et formés
  • Un corps unique de psychologues de l'éducation nationale

Être psychologue de l'Éducation nationale (PsyEN)

  • Des structures de prise en charge psychologique plus nombreuses dans les établissements d'enseignement supérieur
  • La psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent : une discipline renforcée sur tout le territoir
Mis à jour le 11 mai 2018
Partager cet article
fermer suivant précédent