Éducation artistique et culturelle

Dispositifs et ressources liées à l'éducation artistique et culturelle

Proposées dans le cadre de la mise en oeuvre du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève, en complément des enseignements traditionnels, les actions éducatives peuvent s'appuyer sur différents dispositifs artistiques et culturels. Pour la construction de ce parcours, en plus des ressources proposées par les ministères de l'éducation nationale et de la culture, les professeurs et les équipes éducatives peuvent avoir recours à la démarche de projet, en s'appuyant sur les trois piliers de l'éducation artistique et culturelle : les connaissances, les pratiques et les rencontres.

Dispositifs d'éducation artistique et culturelle, dans l'enseignement primaire et secondaire

Ces dispositifs permettent de décliner le travail éducatif en fonction d'un projet culturel. Les projets élaborés sont inscrits dans les volets culturels des projets d'école ou d'établissement.

Tableau récapitulatif des dispositifs existants (circulaire interministérielle n° 2008-059 du 29 avril 2008)

Classes à projet artistique et culturel 

La classe à projet artistique et culturel (PAC) (circulaire n° 2001-104 du 14 juin 2001) permet au professeur (premier ou second degré) de proposer, dans le cadre à la fois des horaires et des programmes, une expérience artistique et culturelle pour tous les élèves de la classe (et non les seuls volontaires). Elle se déroule avec le concours d'artistes et de professionnels de la culture qui interviennent entre 8 et 15 heures par an. Elle permet une diversification au-delà des domaines traditionnels obligatoires (éducation musicale et arts plastiques) en s'ouvrant à l'architecture, au cinéma et à l'audiovisuel, à la danse, au design, à la littérature, au patrimoine, à la photographie, au théâtre, etc. Elle favorise les initiatives de terrain et fait de chaque professeur un acteur de ce projet dans sa propre classe.

Chaque projet artistique et culturel est unique car il est le fruit du partenariat entre un enseignant et un professionnel de la culture, et qu'il fait appel à l'initiative des élèves. La classe à PAC est le contraire du modèle clé en main.

Le rectorat et la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) valident les contenus et les financements des classes à PAC.

Résidences d'artistes 

La résidence d'artiste (circulaire n° 2010-032 du 5 mars 2010) s'organise autour d'une création sur un territoire pendant une durée de plusieurs semaines.

Elle peut prendre trois formes :

  • la résidence de création ou d'expérimentation, qui développe une activité propre de conception d'une œuvre et des actions de rencontre avec le public de façon à présenter les éléments du processus de création tout au long de l'élaboration de l'œuvre. Sa durée est variable, de plusieurs semaines à plusieurs mois, et elle n'aboutit pas nécessairement à un spectacle, une exposition ou une publication ;
  • la résidence de diffusion territoriale, qui s'inscrit en priorité dans une stratégie de développement local, selon deux axes : diffusion large et diversifiée de la production des artistes et actions de sensibilisation ;
  • la résidence association, qui correspond à une présence artistique dans un établissement culturel, sur une durée de deux à trois ans.

Elle a une triple mission de création, de diffusion et de sensibilisation.
Une école, un collège ou un lycée peut accueillir des artistes en résidence. Cette modalité particulière est appelée "résidence en établissement scolaire".

La résidence met en œuvre trois démarches fondamentales de l'éducation artistique et culturelle : la rencontre avec une œuvre par la découverte d'un processus de création, la pratique artistique à travers la mise en relation avec les différents champs du savoir et la construction d'un jugement esthétique. Elle incite également à la découverte et à la fréquentation des lieux de création et de diffusion artistique.

Ateliers artistiques en collège et en lycée 

Les ateliers artistiques (circulaire interministérielle n° 2001-103 du du 30 avril 2001) constituent :

  • les lieux d'une pratique critique : effective, approfondie, créative et réflexive ;
  • des lieux de rencontre essentiels entre le monde de l'éducation et celui de la création, entre les enseignants et les professionnels de l'art, entre les enseignements artistiques et l'action culturelle ;
  • des éléments essentiels du développement et de la diversification des activités artistiques ;
  • des espaces d'innovation pédagogique et d'engagement artistique ;
  • des voies de rencontre entre les établissements et leur environnement artistique et culturel.

Caractéristiques

Dans le domaine de la création, les ateliers artistiques doivent :

  • être centrés sur la pratique ;
  • être ouverts sur l'environnement culturel ;
  • intégrer les nouvelles technologies ;
  • être installés dans des locaux adaptés et équipés spécifiquement.

Dans le domaine administratif, les ateliers artistiques doivent :

  • être placés sous la responsabilité d'un enseignant, qui peut constituer une équipe pluridisciplinaire en s'assurant de la collaboration d'autres professeurs ;
  • être présentés en conseil d'administration selon la procédure en vigueur ;
  • reposer sur un projet annuel lui-même inscrit dans le projet d'établissement ;
  • être menés en partenariat avec des intervenants qualifiés du secteur artistique et culturel ;
  • favoriser le partenariat.

Mise en œuvre administrative : comité de pilotage académique

  • Rôle

Le comité de pilotage académique est chargé de la mise en oeuvre et du suivi des ateliers artistiques.
Il propose chaque année les projets, conseille et accompagne les administrations et les équipes, notamment lors des étapes importantes : information, cahier des charges, financements, partenariat, évaluation.
Il veille à la répartition territoriale des actions, à la qualité des partenariats. Une attention particulière est portée aux établissements éloignés de l'offre culturelle.

Le recteur et le DRAC valident les propositions émises par le comité de pilotage académique et décident de reconduire ou non un atelier.

  • Composition

Le comité de pilotage académique est composé de représentants de chaque ministère impliqué (IA-IPR d'arts plastiques, d'éducation musicale et des autres disciplines concernées, délégués académiques à l'éducation artistique et à l'action culturelle, DRAC...) et, le cas échéant des collectivités concernées.

Ouverture d'un atelier

L'atelier est ouvert pour la durée d'une année scolaire.
Il est renouvelable après évaluation.
Plusieurs ateliers peuvent être ouverts dans un même établissement, s'ils répondent aux critères annuels de sélection fixés par le comité de pilotage.

Modalités spécifiques aux collèges

Le cahier des charges doit tenir compte des réalités académiques et de la spécificité des projets. Les trois heures hebdomadaires réservées à l'atelier peuvent être ramenées à deux heures, seuil minimal obligatoire, en deçà duquel il ne saurait être question d'atelier.

L'atelier peut, en fonction des choix des élèves et des enseignants, ne concerner qu'un seul domaine artistique, mais peut s'ouvrir, le cas échéant, à d'autres domaines faisant alors appel à des intervenants qualifiés, et dans tous les cas sous la responsabilité de l'enseignant.

Modalités spécifiques aux lycées d'enseignement général et technologique

L'atelier accueille des lycéens volontaires, tous niveaux confondus et sans distinction de séries.
Il repose sur un volume horaire annuel de 72 heures-élèves. Ces heures sont placées sous la responsabilité d'un enseignant et peuvent être modulées en fonction du projet : séances hebdomadaires, journées ou semaines banalisées, formules mixtes.
Il doit privilégier, chaque fois que cela est possible, la rencontre entre plusieurs arts, autour d'une dominante. Cf. annexe 2 de la note de service n° 99-094 du 18 juin 1999.

Modalités spécifiques aux lycées professionnels

L'atelier accueille des élèves volontaires qui suivent des formations préparant à des diplômes variés. Les horaires annuels réservés aux ateliers varient suivant les diplômes (de 54 à 68 heures pour les BEP, de 48 à 56 heures pour les baccalauréats professionnels) et doivent tenir compte également des périodes en entreprises.

Modes de financement

Pour les partenaires, la prise en charge est assurée soit par les rectorats (à partir du chapitre 36-71), soit par les DRAC (à partir du chapitre 43.30, article 30), soit par les deux, en fonction de l'accord négocié localement. Peuvent également participer au financement les collectivités et des partenaires privés.

Ces principes peuvent être adaptés aux situations locales, pour des renseignements plus complets s'adresser aux services financiers des rectorats.

Valorisation et évaluation

Valorisation

L'implication des élèves, des enseignants et des artistes dans les ateliers ainsi que les productions et oeuvres créées dans le cadre de ces ateliers doivent être mises en valeur par le biais d'expositions publiques.

Grilles indicatives d'évaluation

L'effort fourni tout au long de l'année par les élèves participant aux ateliers doit être pris en compte. Il sera mesuré selon des grilles indicatives d'évaluation, établies par les comités de pilotage académiques, en concertation avec les équipes enseignantes.

Ces grilles seront construites en fonction des objectifs fixés et des acquis des élèves en matière, notamment :

  • de savoirs et de savoir-faire artistiques et culturels ;
  • d'expérimentation et d'innovation ;
  • d'expression personnelle au sein du groupe.

Ces grilles sont ensuite utilisées par les enseignants coordonnateurs des ateliers. Chaque année, une mention est portée au livret scolaire de chaque élève concerné et prise en compte dans son évaluation globale.

La résidence met en œuvre trois démarches fondamentales de l'éducation artistique et culturelle : la rencontre avec une œuvre par la découverte d'un processus de création, la pratique artistique à travers la mise en relation avec les différents champs du savoir et la construction d'un jugement esthétique. Elle incite également à la découverte et à la fréquentation des lieux de création et de diffusion artistique.

Jumelage

Le jumelage est la forme privilégiée du partenariat au niveau local. Grâce aux jumelages, par le dialogue et l'échange de points de vues, on peut passer d'une logique de développement des publics jeunes - ce qui est l'objectif souvent affiché par les établissements culturels - à une ambition conjointe d'éducation d'un futur citoyen, acteur de la politique culturelle, averti et critique, capable d'exercer un choix éclairé - ce qui est le but de l'École en ce domaine.

Bien qu'il n'y ait pas de jumelage type, un jumelage présente un certain nombre de caractéristiques :

  • une diversification des actions,
  • une inscription dans la durée,
  • l'intégration dans un projet éducatif d'ensemble cohérent,
  • la concertation,
  • l'organisation de la mise en œuvre.

Diversification des actions

Les actions auxquelles il aboutit sont très diverses dans leurs modalités, leur contenu et leur ampleur. Un jumelage peut consister notamment en :

  • une information faite aux élèves sur la programmation d'un spectacle, d'une exposition,
  • des conditions tarifaires négociées pour faciliter l'accès des élèves à cette programmation,
  • une présentation de cette programmation par des interventions d'artistes en amont ou des rencontres en aval,
  • des propositions régulières aux élèves, voire à leurs parents, de participer à des événements artistiques et culturels programmés par l'institution culturelle partenaire,
  • l'accueil de manifestations artistiques au sein de l'école ou de l'établissement ou le prêt d'œuvres dans le cas des musées ou des centres d'art,
  • l'organisation, dans ou hors temps scolaire, de rencontres avec des professionnels de secteurs culturels variés, invités à s'exprimer sur leur métier ainsi que sur leurs pratiques créatives,
  • l'accueil en résidence d'un artiste (écrivain, plasticien, musicien, danseur) ou d'une équipe artistique pendant plusieurs mois,
  • la participation à des ateliers artistiques, à des classes à projet culturel et artistique ou à des enseignements.

Inscription dans la durée

Le jumelage favorise, sur le long terme, les rapprochement entre l'institution culturelle et la communauté éducative par des actions de formations initiale et continue élaborées conjointement ou la constitution d'un lieu de rencontre et de ressources au sein de l'école ou de l'établissement scolaire ou de l'établissement culturel, aux multiples vocations possibles (expression, documentation, échange d'information sur les grandes manifestations artistiques, les stages des formation proposés hors cadre scolaire). Des outils pédagogiques d'appropriation des collections (pour le musée), de découverte du théâtre (pour les scènes nationales ou les centres dramatiques nationaux) peuvent être conçus par les enseignants avec les professionnels de la culture (conservateurs, commissaires d'exposition, médiateurs culturels).

La pérennité du jumelage est garantie par l'inscription des actions dans le projet d'école ou le projet d'établissement.

Cohérence du projet

Sous réserve que les écoles, groupements d'écoles et établissements se soient dotés eux-mêmes d'une politique artistique et culturelle clairement définie et que les partenaires pressentis aient fait de même, les jumelages permettent la constitution d'ensembles vastes, actifs et cohérents. Dès lors, l'unité de mesure n'est plus l'école ou le musée, le collège ou le centre culturel, le lycée ou le conservatoire mais un dispositif en réseau couvrant, par exemple, la totalité d'une agglomération ou une partie d'un département ou une zone d'éducation prioritaire.

Concertation

Les jumelages apportent une forte stimulation locale en rapprochant les services déconcentrés de l'État concernés, les collectivités territoriales, les enseignants et les partenaires culturels, les artistes et leur public. Ils permettent une meilleure prise en compte des aspirations des jeunes et une diffusion de la culture plus effective. Ils favorisent la concertation, la confrontation créative, le dialogue et l'émergence d'idées nouvelles. Ils garantissent la circulation de l'information et la mise en commun des données.

Organisation de la mise en œuvre

La mise en oeuvre des jumelages s'appuie sur un groupe de travail constitué au niveau du département ou de l'académie.

Composition :
Éducation : délégué académique à l'éducation artistique et à l'action culturelle ou coordonnateur départemental,
Culture : directeur régional des affaires culturelles ou conseiller sectoriel le représentant,
Collectivités locales impliquées : personnels chargés du secteur éducatif et culturel ainsi que toute autre personne qualifiée.

Rôle :
Animation et de mise en relation entre écoles/établissements scolaires et structures culturelles, dans un souci de cohérence entre les situations partenariales existantes et les projets de jumelages,
Aide au montage de projets au sein des écoles/établissements et de conseil aux équipes volontaires pour l'élaboration des conventions,
Suivi et évaluation de ces opérations.

Ressources numériques

Plusieurs sites, applications ou portails nationaux relevant du ministère de l'éducation nationale ou du ministère de la culture proposent des ressources pour la construction du parcours d'éducation artistique et culturelle, prenant appui notamment sur les enseignements artistiques.

Folios

Pour que le parcours d'éducation artistique et culturelle de chaque élève prenne corps et soit lisible pour tous (l'élève en premier lieu, sa famille, les personnels de l'éducation nationale, les partenaires), un outil de suivi régulièrement renseigné garde trace des rencontres faites, des pratiques expérimentées et des références acquises. Il ne s'agit pas d'un outil d'évaluation des acquis des élèves mais de valorisation du parcours accompli. Des ressources mises à disposition des équipes éducatives pour la construction du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève y sont recensées.

Éduthèque

Au service du numérique éducatif, Éduthèque s'adresse aux enseignants des premier et second degrés. Prenant appui sur de grands établissements publics à caractère scientifique et culturel, le portail rassemble des ressources (vidéos, scénarios pédagogiques) à partir de quatre entrées thématiques : Arts et lettres - Cultures et langues - Sciences humaines et sociales - Sciences et techniques.

Accéder à éduthèque

Portails disciplinaires éduscol

Dans le domaine des enseignements reliés aux programmes et au socle commun de connaissances, de compétences et de culture, Éduscol décline un ensemble de portails disciplinaires de ressources complémentaires de l'éducation artistique et culturelle,  notamment :

Site Histoire des arts du ministère de la culture

Le ministère de la culture propose un site de ressources pour l'enseignement de l'histoire des arts (dossiers pédagogiques, expositions virtuelles, vidéos..) destiné à un large public. Il offre également des repères chronologiques par domaines artistiques, tels que l'architecture, les jardins, la musique, la peinture, le théâtre, et des outils d'appropriation des ressources comme Renkan et Histoire des arts'Lab.

Accéder à histoire des arts.culture

Portail interministériel de l'éducation artistique et culturelle

Le portail interministériel, fruit d'un partenariat entre le ministère de l'éducation nationale et le ministère de la culture, vise à accompagner la mise en œuvre du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève, inscrit dans la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République.

Accéder à education.arts.culture

Mis à jour le 04 août 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent