Accueil du portail

Académie de Nancy-Metz : table ronde

Claude Nass, coordonnateur du pôle académique de soutien à l’innovation (PASI) de l'académie de Nancy-Metz

Les informations apportées par le PASI de Nancy-Metz ne sont pas exhaustives, elle retiennent quelques points jugés pertinents.

Qu'est-ce qu'une expérimentation dans l'académie de Nancy-Metz ?

Dans l'académie de Nancy-Metz une expérimentation (loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école n° 2005-380 du 23-4-2005. JO du 24-4-2005) est une action qui déroge aux horaires et aux programmes. Elle est mise en œuvre avec des moyens ordinaires. Toutes les expérimentations en cours depuis plusieurs années n'entrent pas dans ce cadre défini en 2009-2010.

Le CPA (Conseil Pédagogique Académique) pilote les expérimentations : appel à projet, étude des dossiers, expertises, décisions, suivi. Informations sur son fonctionnement (composition du Conseil, calendrier de travail, rôle, secrétariat permanent). Points forts : meilleure visibilité académique du sujet, plus forte implication des différents partenaires. Points faibles : cadre strict et calendrier unique, faiblesse de certaines expertises, défauts d'échanges sur les projets.

L'évaluation des innovations et des expérimentations

L'évaluation porte sur deux objets : l'action et les résultats de l'action.

L'évaluation conduite par les équipes informe

  • la réussite des élèves (par exemple la réussite aux examens, repoussant alors dans le temps la mesure de réussite de l'action),
  • les effets sur l'établissement (effet dynamisant d'une action par exemple),
  • les transformations dans l'exercice du métier d'enseignant (remise en question du temps de service dans l'établissement par exemple).

Les difficultés méthodologiques rencontrées par les équipes pour évaluer leurs actions restent assez importantes et peuvent exposer les actions à la critique.

Les conditions de la réussite

Quelles conditions facilitent la mise en œuvre et le développement d'une expérimentation ? C'est le plus souvent la rencontre de deux dynamiques : une initiative locale et une impulsion institutionnelle.
Quand un temps de réflexion pédagogique précède la mise en place de l'action, quand l'équipe questionne le fonctionnement de l'établissement et les habitudes pédagogiques, quand tous les membres de l'équipe avancent au même rythme, la mise en œuvre de l'expérimentation est réussie.
Les équipes ne s'assurent pas toujours de la réunion des conditions nécessaires à la mise en place des actions et à leur fonctionnement.
L'action se développe si elle est réfléchie, si les choix sont régulièrement interrogés, si les acteurs savent prendre du recul...

Le coordonnateur d'une action

L'importance du rôle du coordonnateur dans la conduite d'une action expérimentale ou innovante est à souligner : reconnu ou désigné par le chef d'établissement il s'agit souvent d'un enseignant qui assure le pilotage pédagogique et parfois organise l'action expérimentale dans l'établissement. La tâche de coordonnateur de l'action apparaît comme une transformation importante de l'exercice du métier d'enseignant : elle est une clé de la réussite des actions lourdes mais reste difficile à mettre en place car elle a un coût.

Le pilotage par les résultats

L'évaluation trouve sa place et les enseignants s'ouvrent au pilotage par les résultats, par exemple pour ces actions : modularisation des CAP et de la Mention Complémentaire, dispositif d'apprentissage autodirigé des langues étrangères non-enseignées dans l'établissement, DISpositif de SCOlarisation d'élèves malades accueillis en clinique, accueil des EIP à l'école primaire, sécuriser les parcours de formation, certaines actions dans les RAR (école, collèges) avec le rôle important des professeurs référents. C'est l'effet observé et mesuré de l'action qui conduit soit à son renforcement soit à sa révision. Les équipes se réfèrent au contrat d'objectifs, constatent les écarts, ajustent l'action et l'utilisation des moyens.

D'autres acteurs

La connaissance des actions par les inspecteurs et leur évaluation avec l'aide des inspecteurs donnent aux équipes la preuve que leur travail est important. La recherche a aussi sa petite place : l'INRP, dans le cadre du rapprochement de l'institut avec la DGESCO, a été sollicité pour se joindre à l'accompagnement du lycée Henri Loritz. Le PASI et une représentante de l'équipe de recherche ont travaillé ensemble à plusieurs reprises. Mais il s'agit davantage pour l'équipe enseignante de deux accompagnements avec pour chacun ses attentes.

Une action expérimentale a-t-elle des effets sur l'établissement ?

Deux lycées, Loritz à Nancy et la Haute-Moselotte à Saulxures-sur-Moselotte ont entrepris l'élaboration d'un deuxième ou d'un troisième projet d'expérimentation. Une profonde dynamique de changement est-elle engagée ?
L'établissement acquiert un savoir-faire : c'est d'abord l'élaboration d'un projet initial, collectif, construit sur un état des lieux précis et ouvert, limité dans le temps et finalisé. C'est ensuite un dispositif de mise en œuvre cohérent, garantissant un bon fonctionnement de l'action tout au long de l'année scolaire. C'est enfin un appui ferme et constant du chef d'établissement et de l'inspection. Plus le dispositif est complexe, plus ce soutien est essentiel.

L'établissement gagne également la reconnaissance de ses partenaires : c'est le cas du lycée Mayer à Creutzwald (où les entreprises partenaires portent sur le lycée un regard très positif) ou du lycée Loritz à Nancy (les qualités des élèves sont louées par les enseignants de l'Institut National Polytechnique de Lorraine). L'école Bonsecours de Nancy (accueil des Elèves Intellectuellement Précoces) a su gagner la confiance des familles qui étaient dans un grand désarroi.

Que révèlent les expérimentations pour le PASI ?

  • Des transformations dans l'exercice du métier d'enseignant. L'exercice du métier ne se limite plus aux heures de cours, les élèves sont accompagnés, le travail prend une dimension collective, le temps de présence des enseignants augmente, Si l'objectif est rarement explicité à la naissance de l'action c'est sans doute l'effet observé des expérimentations le plus porteur de changements. La modularisation du CAP AEM ou de la mention complémentaire " aide à domicile " montre le grand intérêt du cadre expérimental : elle amène les enseignants à revoir l'enseignement. Les disciplines professionnelles, par exemple, ne sont plus séparées les unes des autres, l'apprentissage se fait en référence aux situations professionnelles. Le calendrier (visites, stages) est revu, les services sont annualisés, les remplacements de professeurs prévus, facilités et généralisés, l'évaluation est rénovée ; il s'agit d'un véritable changement d'exercice du métier d'enseignant, changement choisi par les équipes qui y arrivent sans contrainte : c'est l'expérimentation qui donne envie de faire autrement, qui voit surgir des questions auxquelles les enseignants répondent en tenant compte de l'action.
  • Les équipes qui s'engagent dans une action expérimentale ou innovante manifestent une attente positive envers leurs élèves,
  • Les interrogations qui portent sur les actions innovantes et expérimentales s'intéressent aux facteurs d'efficacité dans l'enseignement : qu'est ce qui rend l'enseignement innovant ou expérimental plus efficace ? C'est d'abord l'engagement des enseignants, leur intérêt pour leur action.
  • Le souci de l'évaluation des dispositifs mis en place est bien établi,
  • L'évaluation des élèves est interrogée par les équipes et les formes ordinaires d'évaluation des élèves sont assez souvent remises en cause.

Quelle utilité hors de l'établissement ?

Toutes les expérimentations et innovations ne sont pas transférables telles quelles, elles dépendent largement du contexte local. Des éléments, des outils, des démarches sont toutefois applicables et utilisables ailleurs. Par exemple, la modularisation devrait trouver sa place dans d'autres LP pour les CAP et devrait pouvoir s'appliquer au bac Pro.

Les journées de travail et les séminaires organisés et conduits en étroite collaboration avec les corps d'inspection (EIST, modularisation des CAP, sciences du numérique, bac pro-BTS) ont montré l'intérêt de réunir des équipes qui mènent des actions similaires : cela favorise les rencontres entre des équipes expérimentées qui ont pris de l'avance et les équipes qui s'interrogent avant de se lancer dans une action nouvelle. Les équipes ont besoin d'échanger, de questionner, d'apprendre. La mutualisation des actions et des outils, la rencontre d'une équipe expérimentale et expérimentée par des équipes qui s'interrogent sur leur engagement soulignent le grand intérêt de ces temps donnés aux équipes.

Quelle aide apporte le PASI ?

  • affiner le projet d'une équipe,
  • construire une évaluation rigoureuse avec l'équipe,
  • accompagner une équipe (réunions dans l'établissement, échanges à distance, conseils),
  • aider l'équipe à produire son bilan, à interroger l'action
  • participer à divers groupes comme ceux du Programme de travail académique des corps d'inspection. (le PASI apporte aux groupes de travail son savoir-faire et des équipes qui mettent en œuvre des actions visant les objectifs académiques).
  • valoriser l'action, mettre en ligne les ressources que constituent les productions des équipes (plus de 1000 pages d'écrits chaque année). Le site du PASI lorrain est le premier site de France sur le sujet par le volume des bilans mis en ligne.
  • apporter une reconnaissance à des équipes parfois extraordinaires : rien ne semble pouvoir arrêter leur besoin d'agir, de se questionner, de s'adapter. Les équipes sont très touchées par la lettre de remerciement adressée par monsieur le recteur. Le PASI contribue ainsi à la reconnaissance du travail des personnels et au maintien du dynamisme pédagogique dans l'académie. Mais le PASI suffit-il ? Ces personnes sont un véritable atout pour l'académie. Que faire pour les conserver et pour préserver leurs qualités ? Développer la reconnaissance du travail des personnes et des équipes ? Mobiliser plus de personnes autour des équipes pour les accompagner ? Les équipes attendent un soutien, une aide et une reconnaissance du travail effectué, surtout pas de l'indifférence.

Le mode de fonctionnement du PASI, sa souplesse, sa réactivité, sa proximité avec les enseignants, sa différence avec les inspecteurs (le PASI ne contrôle pas, il ne s'inscrit pas dans une hiérarchie pédagogique ou administrative) expliquent que les enseignants acceptent assez volontiers de répondre à ses sollicitations. Les convictions, l'envie d'agir et d'entreprendre restent des qualités répandues chez nombre d'enseignants en Lorraine : le PASI entretient cette qualité.

Séminaire du 21 septembre 2010, Paris

Mis à jour le 20 janvier 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent